20 minutes Genève n°2019-06-04 mardi
20 minutes Genève n°2019-06-04 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-06-04 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 26,1 Mo

  • Dans ce numéro : Trump n'est pas leur tasse de thé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 j14 juin GRÈVE Des membres de l’UDC vont soutenir une association qui se montre hostile à l’avortement. Les féministes s’insurgent. Pendant les manifestations du 14 juin, les femmes UDC romandes organiseront un repas de soutien destiné à l’association Aide suisse pour la mère et l’enfant (ASME). Celle-ci assiste des couples et des femmes le long de la grossesse et après une naissance (lire encadré). Mais des grévistes ont déniché des détails qui leur ont hérissé le poil. L’ASME consacre une partie de son site internet à l’avortement et y affiche des positions qui lui sont hostiles. Les conséquences de l’acte y sont vues comme étant faites de « tristesse et de regrets » et l’association favorise des alternatives. La pilule du lendemain n’y est pas considérée comme un contraceptif, mais comme « un produit abortif précoce ». « Que des femmes préfèrent défendre une telle association plutôt que de se rassembler lors de la grève nous met en colère », commente Audrey Petoud, porte-parole de la Jeunesse socialiste vaudoise. « La grève n’est pas un moyen d’action qui nous correspond. Tout l’argent récolté lors de notre repas viendra en aide à des femmes précarisées. On préfère l’action plutôt que les slogans », rétorque Lucie Rochat, présidente de l’Asso- L’initiative prévue par l’UDC fait hurler les féministes. –ISTOCK ciation des femmes UDC romandes. La querelle montre les dissensions qui existent chez les femmes. « Nous sommes aussi en colère, car nous sommes prises en otage par des femmes qui défendent un manifeste de gauche. Elles n’ont pas le droit de parler au nom de toutes », poursuit Lu-, actu.20min.ch Fracture chez les femmes Une Suissesse sur cinq veut suivre le mouvement SONDAGE Les femmes sont appelées à se croiser les bras le 14 juin prochain. À moins de deux semaines du jour-J, « 20 minutes » a voulu savoir combien de personnes comptent manifester, pour quelles raisons et quelles dispositions elles ont prises auprès de leur employeur. Premier constat  : une majorité de la population (53%) estime que les femmes ne sont pas discriminées en Suisse. Ces résultats sont bien différents suivant le sexe des participants  : 57% des filles se sentent discriminées alors que deux tiers des hommes ne sont pas de cet avis. Quel que soit leur sexe, les sondés sont d’accord pour dire que le salaire et l’égalité des chances en termes de carrière représentent les déséquilibres le plus criants. Quant à la participation, 18% des femmes comptent faire la grève. Parmi elles, 29% affirment avoir congé de toute manière ce jour-là ; 12% ont pris congé et 12% s’absenteront de leur travail sans s’excuser. –OFU/ATS Près de 11600 personnes issues de toute la Suisse ont participé au sondage, le 28 mai dernier. –KEYSTONE Des positions sur l’IVG ambiguës L’ASME, qui revendique des racines chrétiennes, est reconnue d’utilité publique. Elle conseille et aide des familles en difficulté. Elle est également à l’origine des boîtes à bébé situées dans plusieurs hôpitaux, où des mères peuvent déposer un nourrisson qui sera pris en charge. C’est aussi elle qui avait déposé une initiative populaire visant à interdire l’avortement, rejetée par le peuple en 2002. cie Rochat. Pour Audrey Petoud, au contraire, cette fracture est « dommage », la grève se voulant « non partisane et inclusive ». –YANNICK WEBER Pratiques diverses dans l’administration Genève Le personnel de l’État pourra prendre part aux actions organisées au sein de l’administration, pour autant que la bonne marche des services soit assurée. Celles qui optent pour la grève devront s’annoncer. Le temps qui y sera consacré devra être compensé et elles subiront une retenue de salaire. Fribourg Le Canton a rappelé que cette grève ne constituait pas un conflit du travail. Du coup, les employées de l’État seront autorisées à participer à la manif, mais elles devront le faire en prenant congé sur leurs vacances ou leurs heures sup. Il leur sera aussi possible de solliciter un congé non payé. Jura Le Canton reconnaît le droit de grève. Cependant, le personnel qui veut s’absenter est invité à en informer son supérieur hiérarchique pour assurer les permanences nécessaires. À l’image de leurs voisins neuchâtelois, les élus du Parlement cantonal ont apporté leur soutien au mouvement. JUSTICE Licite ou non ? Interrogés par la RTS, Jean-Philippe Dunand, avocat et professeur de droit du travail, estime que « la mobilisation ne correspond pas aux critères juridiques d’une grève ». L’homme de loi a souligné que les « grèves politiques » n’étaient Vaud Les règles sont sensiblement les mêmes qu’à Genève. Par contre, les fonctionnaires qui veulent participer au mouvement en fin de journée seront libérés dès 15h30, mais ils devront compenser une heure durant l’année. Les retenues de salaire d’usage seront appliquées pour les heures de grève. Valais Le gouvernement a une position semblable à celui de Fribourg. Il a précisé que la demande de congé sera octroyée si elle ne perturbe pas la bonne marche du service. Quant aux examens agendés pour les étudiants et les apprentis du canton, ils sont maintenus ce vendredi-là. Neuchâtel Le gouvernement ne s’opposera pas aux débrayages pour autant que le service soit assuré. Les employés qui veulent prendre part au mouvement devront toutefois s’annoncer et prendre congé sur leur vacances ou leurs heures supplémentaires, ou alors prendre un congé non payé. Manif politique ou grève ? pas admises en droit du travail, selon un récent arrêt du Tribunal fédéral. Autre son de cloche du côté des syndicats, qui estiment que la grève porte sur toutes sortes de revendications qui ont trait aux relations de travail, à commencer par les inégalités salariales.
MARDI 4 JUIN 2019/20MINUTES.CH L’effervescence 3,1 milliards Les centres de colis de La Poste, à Daillens (VD), Härkingen (SO) et Frauenfeld (TG), fêtent leurs 20 ans. Au cours de cette période, ils ont traité plus de 3,1 milliards de paquets. Trois nouveaux centres seront créés à Vétroz (VS), à Cadenazzo (TI) et à Untervaz (GR). « J’ai crié et sifflé pour les prévenir » La vidéo de l’avalanche est à voir sur notre app. Guidé par une « force », il tente de tuer une inconnue GENÈVE Un homme et une femme sont accusés d’avoir voulu éliminer la belle-sœur de cette dernière en 2016. Ils nient. VALAIS Une avalanche s’est déclenchée juste au-dessus des promeneurs, dimanche au lac de Tseuzier, sur les hauts d’Ayent. « Il y avait beaucoup de monde, c’était l’ouverture de la pêche, raconte Christian Avert, qui a immortalisé la scène. J’étais en face. J’ai crié, j’ai sifflé pour prévenir les pêcheurs. » Heureusement, la coulée s’est arrêtée avant la berge. « Des recherches ont été effectuées mais personne n’a été enseveli ou touché par la coulée », précise un porte-parole de la police valaisanne. Selon lenouvelliste.ch, les autorités ont décidé hier que tout le chemin de randonnée qui borde le lac restera interdit d’accès jusqu’au 15 juin. –FRB « C’est comme si une force dans ma tête disait  : va faire ça »  : c’est ainsi que le principal prévenu, un Algérien de 52 ans domicilié dans l’Ain (F), a expliqué hier au tribunal les circonstances au cours desquelles il aurait tenté d’assassiner une habitante du Lignon en juillet 2016 (lire ci-contre). Selon l’accusation, il aurait été poussé à agir par sa voisine franco-marocaine âgée de 62 ans, belle-sœur de la victime et avec qui il avait eu une liaison sentimentale. La coaccusée aurait dit à plusieurs reprises que son frère était en danger car son épouse, qui faisait de la magie noire selon elle, voulait le tuer par empoisonnement. Devant les juges, les prévenus se sont renvoyé la balle, interrompant même la déposition de la victime pour s’invectiver. Le quinquagénaire a dit avoir agi comme envoûté par sa coaccusée  : « C’était elle VALAIS Le conducteur d’une camionnette transportant des moutons est décédé dimanche soir, deux jours après un accident survenu à Ausserberg, près de Viège. Le véhicule avait dévalé un talus sur 40m et fait plusieurs tonneaux. qui me guidait, a-t-il asséné. C’était comme une drogue. » D’ailleurs, a-t-il prétendu, il ne se souvient ni de ce qui s’est passé pendant les faits ni comment il est arrivé chez la victime  : « Je ne la connais pas, je ne me souviens pas être allé chez elle. » Face aux témoignages et éléments du dossier, l’accusé s’est contenté de répondre par des « je ne sais pas » ou des « je ne me souviens pas ». « Tout mon corps me rappelle ce jour-là » Menacée avec un couteau, ligotée et frappée avec un marteau  : la plaignante a raconté le calvaire subi le 1er juillet 2016 dans son appartement. Selon le Parquet, elle a reçu au moins 10 coups de marteau sur plusieurs parties du Les coups de marteau ont causé de multiples fractures. –ISTOCK Actu 3 Le véhicule, qui transportait des moutons, avait fait plusieurs tonneaux vendredi après-midi. –POL. VS Issue fatale après une embardée dans le talus Maladie transmise par les chèvres Plusieurs personnes ont contracté une pneumonie ces dernières semaines au Val Maggia (TI). Les patients souffrant de la fièvre Q ont été infectés par une bactérie transmise par des chèvres. corps, dont le visage.Après l’agression, la victime a réussi à se délier avant d’être retrouvée inconsciente par une voisine. Elle souffre aujourd’hui de séquelles  : « Tout mon corps me rappelle ce jour-là », a-t-elle dit à l’audience. Les autorités sanitaires ont ordonné des mesures pour réduire les risques d’infection. La vente de produits à base de lait cru fabriqués dans les fromageries a notamment été interdite. Une ligne de défense semblable à celle de la prévenue. Cette dernière a tout rejeté en bloc, parlant de « mensonges ». Elle dit n’en avoir jamais voulu à sa belle-sœur qui « s’occupait très bien de mon frère ». Le procès se poursuit jusqu’à vendredi. –LÉONARD BOISSONNAS L’homme, âgé de 72 ans, a succombé à ses blessures à l’hôpital de l’Île à Berne, a annoncé hier la police valaisanne. Son passager de 27 ans, éjecté du véhicule lors de l’accident, a aussi été blessé et emmené dans cet hôpital bernois. 20 secondes Habitation sinistrée FRIBOURG Une maison a été détruite par les flammes dimanche soir, à Grangettes-près-Romont. Le sinistre est parti d’un campingcar garé devant le bâtiment. Le propriétaire des lieux et la dizaine de locataires ont pu sortir à temps. Ils ont dû être relogés. Réouverture du col GRAND-SAINT-BERNARD Depuis hier à 11h, la route entre le Valais et l’Italie est de nouveau ouverte. Il a fallu un bon mois pour dégager les 14,7 m de neige cumulés tombés cet hiver. Le col du Grand- Saint-Bernard devrait rester ouvert au trafic jusqu’à mi-octobre. Emporté dans le Cervin VALAIS Un alpiniste britannique de 24 ans a perdu la vie dans la nuit de dimanche à lundi au Cervin. Il se trouvait sur l’arête du Hörnli, à 3380m, et descendait en rappel avec deux équipiers quand un rocher s’est détaché et l’a emporté. Les deux autres alpinistes, sains et saufs, ont pu donner l’alerte.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :