20 minutes Genève n°2019-05-20 lundi
20 minutes Genève n°2019-05-20 lundi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-05-20 de lundi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : curiosité mal placée, les CFF remis au pas.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
659.- ded rabaisb i avec l’ABO. orsureerrearikee worairerdi tioninarege l'Arena En exclusivité à la Poste ! Illimités  : Appels  : CH, UE, USA 1 Données  : dont 10 Go en 4G ultra rapide en CH 2 SMS & MMS L’ABO by Offre explosive. Galaxy S10e avec l‘ABO pour CHF 44.- au lieu de CHF 71.45/mois. Gagne tes invitations pour la 1 45 pays des zones 1 et 2. Croatie/Turquie  : Uniquement réseau fixe. 2 Après utilisation des 10 Go vous pouvez continuer à surfer à vitesse réduite. A la conclusion d’un nouvel abonnement pour 24 mois. Samsung Galaxy S10e sans abonnement  : CHF 779 Valable jusqu‘au 11.06.2019. One FM Star Night 24 mai 2019 à l’Arena de Genève seulement 44.-/mois carte SIM incl. www.das-abo.ch/fr GAGNE tes billets ! Participation gratuite et informations  : onefmstarnight.20min.ch
LUNDI 20 MAI 2019/20MINUTES.CH Économie 11 L’armée lui débauche son employé, le patron fulmine NEUCHÂTEL Le directeur d’une petite entreprise dénonce le manque de souplesse de l’armée, qui fait grader son employé. Il a fini son école de recrues vendredi et devait revenir au boulot ce lundi. Mais c’est sous les drapeaux qu’il va passer cinq mois de plus. André*, employé dans une petite société de dépannage automobile active dans le canton de Neuchâtel, a été appelé à grader. Il doit donc enchaîner avec l’école de sous-officier. À contrecœur, mais il n’a pas le choix. Son patron, lui, est dégoûté. Car pour lui, engager du personnel déjà formé et prêt à entrer en fonction dans l’immédiat est mission quasi impossible. Pendant l’école de recrues de son employé, il s’est arrangé entre heures supplémentaires et renoncement aux vacances. Et là, c’est parti pour cinq mois de plus. « Je vous raconte pas pour les vacances Pas une première Antonio a déjà connu quelques accrocs avec l’armée l’an dernier. Un de ses employés avait d’abord vu sa demande de report de cours de répétition refusée, ceux-ci étant prévus pendant les vacances d’été, une période tendue pour les plannings de l’entreprise. « Je ne voudrais pas privilégier des frontaliers pour éviter ces problèmes », glisse Antonio. « L’armée contribue de manière importante à garantir la sécurité de la Suisse, dont l’économie profite aussi », note Delphine Allemand, porte-parole de l’armée. Bolt doit changer le nom de sa firme PARIS L’ex-star du sprint Usain Bolt ne pourra pas signer de son nom les trottinettes en libre-service qu’il a lancées mercredi à Paris, où opèrent une dizaine de concurrents. Cette marque est déjà utilisée par l’un d’eux, selon une décision de justice que la firme Bolt Mobility de l’athlète va contester. Le marché mondial des trottinettes électriques en libre-service, lui, pourrait atteindre 40 à 50 milliards de dollars en 2025, dont 12 à 15 en Europe, selon le cabinet BCG. Pour le moment, les e-trottinettes ne sont pas rentables  : elles ne tiennent que trois mois en moyenne, en raison de leur usage intensif et du vandalisme, quand il faudrait au moins six mois pour dégager un bénéfice. –AFP La firme de Bolt devait déployer 450 trottinettes à Paris. –TWITTER Avec l’école de sous-officier, André en prend pour cinq mois. d’été... On a fait une demande il y a un mois pour reporter son école de sous-officier, mais ça n’a pas été possible. On a l’impression que l’armée est intouchable, qu’on parle à un mur », regrette Antonio*, le patron de la boîte familiale. L’armée dément un manque de souplesse. « La recrue est informée de manière transparente et prend part activement au processus dès le début de son école de recrues », rappelle la porte-parole, Delphine Allemand, qui ajoute que l’environnement professionnel des recrues est toujours pris en compte. « Être pénalisé ainsi n’est pas normal », se désole Antonio. Pour l’armée, la situation est certes regrettable L 43-'- er. Obligatoire, mais on peut différer Si la loi ne permet pas aux recrues de refuser de grader, des adaptations sont possibles. Le processus de sélection est protocolé de manière précise. « En général, les futurs sous-officiers effectuent le tout d’une seule traite, dans plus de 80% des cas. Mais il est possible de fractionner le service, la plupart du temps pour des spécialistes dont les services d’instruction sont moins fréquents. Il peut aussi s’agir d’obligations professionnelles », précise la porte-parole de l’armée, Delphine Allemand. mais aurait pu être évitée. « Il existe des moyens de prévenir pareil problème. Les possibilités de dialogue entre recrues et cadres sont nombreuses et des solutions sont toujours trouvées s’il peut être justifié que le service est incompatible avec la vie professionnelle. » –YANNICK WEBER * Prénoms d’emprunt Mare'againsi Ẕ73 Meedieree Syngenta 20 socondos secondest, IrI...Ii., ".. 1 l'inie 1 ! I I ! uni g,r r I n I Ig ITY 1 M 1 il le !'l'il a, ill.1-i- gliiiii Manifestation contre les géants de l’agrochimie –AG-URS JAUDAS Simulateur défectueux NEW YORK Boeing a pour la première fois reconnu samedi des défauts liés au 737 Max impliqué dans deux crashes ayant fait au total 346 morts. L’avionneur a admis avoir révisé le logiciel des simulateurs de vol, car il était incapable de reproduire certaines conditions de vol. Huawei entend résister TÉLÉCOMS Le géant chinois est prêt à affronter la pression de Washington et va réduire sa dépendance aux composants américains (achetés pour 11 milliards de dollars par an), a affirmé samedi son fondateur, Ren Zhengfei. L’influence 2,5 milliards Les marques verseront près de 2,5 milliards de francs aux influenceurs des réseaux sociaux d’ici à l’an prochain, selon Mediakix. En Suisse, la somme se situe entre 30 et 40 millions. BÂLE Environ 2000 personnes sont descendues dans la rue samedi à Bâle pour défendre une agriculture sociale et écologique. Dans le cadre d’un mouvement mondial contre les firmes agrochimiques spécialisées dans les semences génétiquement modifiées et les pesticides, elles ont protesté contre leur « pouvoir destructeur » et se sont rendues jusqu’au siège de Syngenta. –PHOTO TWITTER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :