20 minutes Genève n°2019-05-02 jeudi
20 minutes Genève n°2019-05-02 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-05-02 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : choristes bâillonnés sur le quai de la gare.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, 20 secondes Géographie à réviser BERNE La Rwandaise Louise Mushikiwabo, nouvelle secrétaire générale de la Francophonie, a dû être légèrement surprise, mardi, quand Ignazio Cassis a fait l’éloge de son pays... le Cameroun, a relevé hier lematin.ch. Elle a précisé au conseiller fédéral qu’il s’était trompé de quelques kilomètres. Moins mauvais que prévu NEUCHÂTEL La restructuration chez Nexans Suisse à Cortaillod sera moins importante que prévu. Le fabricant français de câbles va licencier environ 70 personnes, alors qu’il en annonçait une centaine en début d’année. Moutier se « jurassise » BERNE La Banque cantonale du Jura ouvre aujourd’hui une succursale à Moutier. Elle avait décidé de s’implanter dans la ville au lendemain du vote du 18 juin 2017 sur l’appartenance cantonale. actu.20min.ch Ces élèves assoiffés qui agacent leurs enseignants SCOLARITÉ Des étudiants se plaignent de ne pas être autorisés à se désaltérer en classe. Les professeurs expliquent ces interdits. Certains sont abonnés aux lavabos des salles de classe. –KEYSTONE Éliane, une étudiante saintgalloise de 19 ans, est contrariée  : « Notre prof principal nous interdit de boire pendant les cours, car il se sent dérangé. » Même les bouteilles d’eau sont interdites. Laura, dont l’enseignant n’autorise pas non plus les bouteilles en classe, conteste la mesure. « Boire favorise la concentration. Cela devrait être autorisé au moins une fois par cours », regrette cette jeune Zougoise. Le canton de Zoug interdit en effet la consommation de boissons dans les salles de classe. Mais la décision finale revient à chaque instituteur, qui est en droit de décider ce qu’il autorise ou non. La majorité des écoles cantonales et des gymnases suisses adoptent le même règlement, à quelques détails près. Les boissons sucrées, par exemple, sont bannies dans de nombreuses salles de classe, mais les élèves peuvent consommer de l’eau en bouteille si l’enseignant le tolère. « Quand on enseigne, c’est assez énervant lorsque les étudiants jouent avec leurs bouteilles et les bruits de succion sont gênants », confie Marc, enseignant principal dans le canton de Thurgovie. Ce prof Le royaume du livre a pris ses quartiers à Palexpo GENÈVE Les premiers visiteurs ont pu découvrir hier les trésors de la 33e édition du Salon du livre, qui fait la part belle à son hôte d’honneur, la Wallonie et Bruxelles, ainsi qu’à la ville de Barcelone Un reportage vidéo est à voir sur notre app. dans son pavillon Voyages. Une grande nouveauté de la manifestation, qui accueille le public jusqu’à dimanche, sera sa présence « délocalisée » en certains points de la ville de Genève. –PHOTO KEYSTONE d’une trentaine d’années ajoute que, pour les adolescents, il est tout à fait raisonnable de suivre un cours de 45 minutes sans boire. « On peut étancher sa soif pendant les pauses. » Il fait toutefois quelques exceptions  : « Quand les températures grimpent en été, je permets aux étudiants d’amener des bouteilles d’eau et de se désaltérer. » –ROL/VSM Besoins différents La situation est différente pour les enfants du primaire. « Ils ont davantage besoin de s’hydrater et oublient souvent de boire pendant les pauses », explique Franziska Peterhans, de l’organisation faîtière des enseignants suisses. Par conséquent, le prof doit expliquer aux enfants qu’il faut boire avant et pendant la leçon, mais aussi durant la récréation. « Mes élèves ont tous une gourde d’eau. Il y a même un lavabo en classe, explique Marine, une maîtresse fribourgeoise. Par contre, siroter des jus ou des sodas est formellement interdit. » « En ce qui me concerne, mes élèves peuvent boire quand ils veulent dans la limite du raisonnable. Mais pas quand je donne une explication ou que quelqu’un est en train de parler » Amalia Enseignante au niveau primaire dans le canton de Vaud Un loup attaque à deux pas du village L’ÉTIVAZ (VD) « Mes petits-enfants habitent non loin de là. (...) J’ai prévenu leur mère d’être très vigilante lorsqu’ils sortent jouer », raconte un habitant. Comme d’autres, il n’est guère rassuré depuis qu’un loup s’en est pris à une biche, à « une centaine de mètres des habitations » de L’Étivaz, selon ses estimations. L’attaque aurait eu lieu le week-end dernier, de nuit. Les prélèvements ADN ont confirmé qu’on avait bien affaire à un loup. Mais lequel ? Pour Catherine Strehler- Perrin, cheffe de la Division biodiversité et paysage à l’État de Vaud, « il pourrait venir d’un canton voisin, voire d’Italie ». Le garde-faune local, lui, pense qu’il s’agit du loup qui s’est installé au Pays-d’Enhaut depuis janvier. –XFZ « Fausses actions » dénoncées Après un an d’enquête, la Fédération romande des consommateurs (FRC) reproche à Fust, M-electronics, Interdiscount et Conforama de pratiquer de « fausses actions ». Dans ce dernier cas, « les indications de prix trompeuses étaient si importantes que l’organisation a porté plainte. » Mardi, la direction de Conforma a expliqué qu’elle n’avait pas été notifiée de cette plainte et qu’elle ne pouvait donc pas la commenter.
JEUDI 2 MAI 2019/20MINUTES.CH Moins de 2g de coke ou d’héroïne ne sont plus amendables. –ISTOCK Petites quantités admises SAINT-GALL Depuis le 1er mars, les personnes en possession de moins de 2g d’héroïne ou de cocaïne ne sont plus mises à l’amende dans le canton. Longtemps restrictif, y compris avec le cannabis, le canton de Saint-Galla décidé d’assouplir ses pratiques avec d’autres stupéfiants. La drogue doit être destinée à sa propre consommation ou être prise en compagnie de personnes majeures, pour autant qu’elle soit fournie gratuitement. Le Ministère public a confirmé un article paru lundi dans le « St. Galler Tagblatt ». Le député UDC Peter Haag a déposé une interpellation au Grand Conseil. Selon lui, son canton est le premier qui ne donne plus d’amende pour la possession de quantités minimes de cocaïne et d’héroïne. –ATS Actu 3 Des chanteurs réduits au silence sur un quai de gare LAUSANNE Des agents de sécurité ont fait taire un groupe de choristes qui avait entonné un chant avant de prendre le train. « Les jeunes étaient bouche bée, désenchantés. Certains parents nous ont également témoigné leur révolte », explique David Noir, un directeur de chœur dont les protégés ont été interdits de chant pour des raisons pour le moins surprenantes. L’affaire s’est déroulée dans l’après-midi du 5 avril, à la gare de Lausanne. De retour d’un camp choral, le directeur et 42 jeunes de 12 à 19 ans attendaient leur train sur le quai pour rentrer à La Tour-de- Peilz. Comme chaque année depuis huit ans, ils ont alors commencé à pousser la chansonnette. Les ados ont entonné « Le ranz des vaches », mais avant même d’avoir fini, des agents de sécurité sont arrivés pour leur demander d’arrêter. « D’habitude, les gens sourient, certains nous filment, mais nous n’avons jamais eu de problème », se désole David Noir. « Au début, la pianiste La route trouve ses marques entre de vertigineux murs de neige. –KEY La chorale est composée d’une quarantaine d’ados et jeunes adultes âgés de 12 à 19 ans. –DR et moi avons cru que c’était une blague. Mais l’un des agents nous a expliqué qu’une personne les avait appelés pour se plaindre », déplore le directeur. Ce dernier souligne également qu’il a été étonné par la rapidité de l’intervention  : « Ils sont arrivés en moins de cinq minutes. J’ai déjà vu davantage d’attente L’Oberalp émerge enfin de la neige URI Plusieurs centaines de tonnes d’or blanc ont dû être évacuées la semaine dernière pour que le col de l’Oberalp, situé à une altitude de 2044m, soit accessible. Il s’agit du premier col alpin uranais à rouvrir au trafic après la fermeture hivernale. D’autres ouvertures sont prévues  : au Klausen, le trafic devrait reprendre le 17 mai, comme au Gothard. Le col de la Furka ne sera, lui, pas praticable avant le 7 juin, tandis qu’il faudra attendre la mijuin pour emprunter le Susten. pour des urgences médicales... » C’est donc abasourdi par cette étonnante interdiction que le groupe a terminé son voyage. « Souvent, nous chantons aussi dans le train. Mais autant dire que, cette fois, nous n’étions pas d’humeur. Je ne comprends vraiment pas cette décision. » –XAVIER FERNANDEZ « La situation est analysée au cas par cas par notre personnel » Porte-parole des CFF, Frédéric Revaz explique l’incident comme suit  : « Tout dépend de la situation, qui est analysée sur place et au cas par cas par notre personnel. Il n’existe bien sûr pas d’interdiction de chanter en gare. Mais si l’attitude des personnes qui chantent gêne la clientèle, l’article 12 du règlement de la gare peut s’appliquer. » Ce dernier souligne qu’il est interdit d’adopter un comportement manifestement inadmissible, notamment une attitude susceptible de gêner la clientèle ou le personnel des CFF. SAINT-GALL Le député UDC Marcel Dietsche a annoncé hier avoir démissionné de toutes ses fonctions publiques à la suite d’accusations de harcèlement sexuel. Il quitte donc le Grand Conseil et son poste au sein de la police cantonale, où a eu lieu le délit présumé. Peu avant Pâques, l’élu avait informé le commandement de la police de son éventuel comportement incorrect envers des collègues. Il estime qu’une enquête criminelle est inconciliable avec ses activités professionnelles et politiques. Pianos à disposition des voyageurs « Considérer les chants polyphoniques d’une chorale de jeunes comme une nuisance me surprend d’autant plus que des pianos sont en libre service dans les gares », analyse David Noir. « Depuis avril 2018, ces instruments sont à disposition dans nos gares et rencontrent un bon succès, confirment les CFF. Il y en a plusieurs qui tournent à travers toute la Suisse, selon un planning pouvant être consulté sur notre site », explique un porte-parole. Lausanne, Neuchâtel, Genève ou Montreux sont concernés. Élu, policier et... harceleur ? Marcel Dietsche avait été élu au Grand Conseil en 2004. –DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :