20 minutes Genève n°2019-04-30 mardi
20 minutes Genève n°2019-04-30 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-04-30 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 23,8 Mo

  • Dans ce numéro : à force de rouler sans permis, il finit au clou.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Cinéma, L’Italien Nanni Moretti a récolté de nombreux témoignages. –DR Du Chili à l’Italie, terre de refuge DOC Le 11 septembre 1973, le général Pinochet organise un coup d’État. Le président du Chili, Salvador Allende, périt. Détention et torture s’ensuivent pour les sympathisants de gauche. Beaucoup trouveront refuge en Italie. La solidarité de son pays  : voilà ce qu’a voulu montrer Nanni Moretti. Il tarde pourtant à arriver à son sujet mais ce n’est pas plus mal, tant ce qui précède interpelle, même en connaissant déjà l’histoire. « Santiago, Italia » De Nanni Moretti. HHHII cinema.20min.ch Gloria danse et éblouit le monde comme personne DRAME Un an après le très beau « Désobéissance », Sebastian Lelio dévoile le remake américain de son film « Gloria ». Lumineux. Le duo Julianne Moore - John Turturro fait des étincelles sous la direction du cinéaste chilien. –DR Il est l’un de nos cinéastes préférés depuis quelques années. Le Chilien Sebastian Lelio nous avait bouleversés avec « Une femme fantastique » (une transgenre qui luttait contre l’hostilité de la famille de son amant défunt, Oscar du Meilleur film étranger l’an passé) et avait confirmé son talent avec « Désobéissance », histoire d’amour entre deux femmes juives incarnées par Rachel Weisz et Rachel McAdams. « Gloria Bell », c’est le remake à la sauce américaine de « Gloria », que Sebastian Lelio avait réalisé en 2013. Avouons­le  : nous sommes en général loin d’être convaincus par ces versions qui se calquent quasi mot pour mot sur un modèle existant. Mais n’ayant pas vu l’original, nous n’avons pas râlé pour celui­ci. Mieux  : nous en avons savouré chaque seconde. De tous les plans, la lumineuse Julianne Moore remplace la Chilienne Paulina Garcia en quinqua farouche qui arpente les boîtes de nuit, en quête de rencontres de passage. Un soir, elle fait la connaissance d’Arnold (John Turturro) et se laisse entraîner dans une histoire faite de pas­ Faire du vélo  : pas pour lui Hervé Figougne (Édouard Baer) et Raoul (Benoît Poelvoorde). –DR COMÉDIE Tout le monde se connaît dans le charmant village de Saint­Céron (Drôme provençale). Ici, on porte des bifailles (lunettes), on mange du frognard (jambon) et on se déplace à taburin (vélo). Raoul Taburin, justement, répare les bicyclettes en un tour de main. Mais l’homme à la salopette bleue porte un lourd secret  : il n’a jamais su faire de vélo... Adapté de la BD de Sempé « Le Petit Nicolas », « Raoul Taburin » se révèle une excellente surprise. Menée par un trio impeccable (Benoît Poelvoorde, Édouard Baer et Suzanne Clément), cette fable amuse et émerveille grâce à ses dialogues malins, sa tendre candeur et sa fantaisie. –MAG « Raoul Taburin a un secret » De Pierre Godeau.Avec Benoît Poelvoorde, Édouard Baer. HHHII sion et de déceptions. Sur une bande­son géniale, majoritairement funk, les images toujours aussi sublimes du réalisateur hypnotisent. Son portrait de femme se révèle d’une beauté pure et touchante. Mais le plus beau, c’est cette manière de faire de la solitude une force au lieu d’une faiblesse, de la « gloriaifier » avec un tel éclat. Une véritable bouffée d’air. –MARINE GUILLAIN « Gloria Bell » De Sebastian Lelio.Avec Julianne Moore, John Turturro. HHHHI Les morts n’ont pas tout dit Victimes du conflit entre les FARC et les paramilitaires, Amparo et ses deux enfants se réfugient en Amazonie. Nuria (photo) observe en silence le combat de sa mère, qui tente d’être indemnisée pour la disparition de son mari. Réaliste et fantastique, naturel et surnaturel, « Los silencios » met la lumière sur ces victimes – mortes ou vivantes – d’une guerre sans fin. Il y a de la sensibilité, de la douceur, et même un air de « Sixième sens »... « Los silencios » De Beatriz Seigner.Avec Marleyda Soto, Enrique Diaz. HHHII COTATION HHHHH Chef-d’œuvre HHHHI Excellent HHHII Bon HHIII Passable H Mauvais I Détestable Pas vu
MARDI 30 AVRIL 2019/20MINUTES.CH Rachel (Keira Knightley) et son mari Lewis (Jason Clarke). –DR Grandes retrouvailles huit ans plus tard C’est l’automne au Cap-Ferret. Marie (Marion Cotillard), Éric (Gilles Lellouche) et les autres débarquent chez Max (François Cluzet) pour son anniversaire. Une surprise qui ne ravit pas franchement l’intéressé... Feel-good teinté de drama, « Nous finirons ensemble » est un niveau en dessous des « Petits mouchoirs ». On passe cependant un chouette moment avec cette bande de potes, avec l’impression de vraiment partager leurs joies et leurs peines. « Nous finirons ensemble » De Guillaume Canet. HHHII Quand l’ennemi devient un amant ROMANCE Après la guerre, Rachel rejoint son mari Lewis à Hambourg. Ce qu’elle ignore avant d’emménager dans leur nouvelle demeure, c’est qu’ils vont cohabiter avec l’ennemi  : un Allemand veuf et sa fille. Au fil des jours, la colère et le mépris de Rachel se transformeront en un désir passionnel. « Cœurs ennemis » a beau disposer de quelques atouts, telle sa photographie, il ne parvient pas à dépasser le stade du film calibré bien trop classique. Le fait que l’action se situe après et non pendant la guerre, contexte tellement prisé au cinéma, est en revanche une bonne idée. –MAG « Cœurs ennemis » De James Kent.Avec Keira Knightley, Jason Clarke,Alexander Skarsgard. HHIII « À un certain âge, on a moins de temps à perdre » INTERVIEW Le tournage de « Nous finirons ensemble » a été plus agréable que celui des « Petits mouchoirs » pour Guillaume Canet. Fort du succès de « Rock’n Roll », l’acteur-réalisateur de 46 ans espère séduire de nouveau le public avec la suite des « Petits mouchoirs ». Rencontre. – « Les petits mouchoirs » était fortement inspiré de votre vécu. « Nous finirons ensemble » l’est-il autant ? – Oui. « Nous finirons ensemble » est né d’une envie de faire un constat sur l’amitié  : ce n’est pas parce qu’on est potes depuis vingt ans qu’on est obligés de le rester. À un certain âge, on a moins de temps à perdre. Au lieu de mettre des petits mouchoirs sur des gros bobards, on dit plus facilement les choses, on est plus cash. – Êtes-vous une bande de potes dans la vie comme vos acteurs le sont à l’écran ? – Avec certains d’entre eux. On a été potes avec Marion (Cotillard) pendant très longtemps avant d’être amants, j’ai rencontré Gilles (Lellouche) et Laurent (Lafitte) à 20 ans et Jean Dujardin quand on avait 6 ans  : on habitait dans la même résidence. – Les acteurs ont-ils rempilé facilement ? – Non, ils étaient d’abord méfiants et inquiets, avec la crainte de décevoir le public. – En quoi le tournage des « Petits mouchoirs » a-t-il été difficile ? – Je racontais un passage de ma vie compliqué, j’avais perdu un pote et j’avais passé un mois à l’hosto sans que personne ne vienne me voir. Sur le tournage, les acteurs étaient heureux de se retrouver, l’été au bord de la mer en maillot de bain. Moi, j’avais une équipe de 60 personnes à gérer, je racontais une histoire personnelle et pas gaie. J’aurais aimé pouvoir me détendre et m’amuser avec eux mais je me l’interdisais. – Et cette fois alors ? – Là, ils ont été beaucoup plus sérieux, professionnels et concentrés (rires). Moi j’ai mûri, ma vision des choses a changé. –MARINE GUILLAIN Cinéma 21 Météo maussade Après « Merci patron ! », où François Ruffin traitait le personnage du PDG de LVMH, le militant taquin reste cette fois du côté du peuple, des « Gilets jaunes », pour pointer du doigt leur précarité. Narquois, brûlant et touchant, mais démago et sans contrepoids. « J’veux du soleil » De François Ruffin et Gilles Perret. HHIII Notre équipe a rencontré le Français de 46 ans à Genève. –FRANÇOIS MELILLO Retrouvez l’interview vidéo de Guillaume Canet sur notre app.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :