20 minutes Genève n°2019-04-26 vendredi
20 minutes Genève n°2019-04-26 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-04-26 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : une pub mal adaptée fait marrer un village.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
VENDREDI 26 AVRIL 2019/20MINUTES.CH Économie 15 BOURSE 20 secondes Indices SMI 9694.06 3 0.40% SPI 11656.50 3 0.35% Stoxx 50 3183.70 2 -0.05% Dax 12282.60 1 -0.25% Dow Jones 26480.10 1 -0.44% Nasdaq 8128.25 3 0.32% Cours des billets Titres du SMI Achat Vente EUR/CHF 1.1150 1.1770 USD/CHF 0.9850 1.0690 GBP/CHF 1.2570 1.3890 Clôture Diff.% 1 ABB N 20.97 -0.66% 1 Adecco N 58.46 -0.27% 3 Alcon N 59.57 3.49% 3 CS Group N 13.67 1.11% 1 Geberit N 423.60 -0.54% 2 Givaudan N 2605.00 0.04% 1 LafargeHolcim N 52.16 -0.76% 3 Lonza N 308.60 0.52% 3 Nestlé N 97.26 0.10% 3 Novartis N 81.98 2.71% 1 Richemont N 75.00 -1.73% 1 Roche GS 264.50 -0.92% 1 SGS N 2649.00 -0.60% 1 Sika N 151.85 -0.43% 1 Swatch Grp P 313.00 -1.23% 3 Swiss Life N 477.20 0.36% 3 Swiss Re N 98.28 0.47% 3 Swisscom N 472.50 0.25% 3 UBS N 13.56 1.23% 3 Zurich Ins. N 325.30 0.53% Cours sans garantie. Le cap Après Apple et Amazon, le groupe informatique Microsoft a dépassé jeudi pour la première fois de son histoire le cap symbolique des 1000 milliards de dollars de valeur boursière à Wall Street. Passagers dupés sur les temps de vol STRATÉGIE Les compagnies aériennes annoncent des durées de trajet exagérées afin de masquer leurs retards. Dans les années 1960, il fallait cinq heures pour relier New York à Los Angeles. Il en faut plus de six aujourd’hui. Le trajet Berlin-Londres dure, lui, en moyenne vingt minutes de plus qu’il y a dix ans. Les avions ne volent pourtant pas moins vite qu’à l’époque, bien au contraire. Alors, que se passe-t-il donc ? Ces temps de trajet qui s’allongent – du moins sur le papier – sont en réalité dus à une pratique surnommée « padding » (« rembourrage » en français). Celle-ci consiste à annoncer des vols plus longs que ce qu’ils durent en réalité. Ob- Malgré cette astuce, un vol sur cinq atterrit encore en retard. –ISTOCK La contribution 3359 C’est le nombre d’emplois que les nouveaux projets d’investissement suisses ont permis de créer ou de maintenir en France en 2018. Soit le double qu’en 2017. Les secteurs les plus concernés sont la construction, la pharma et le conseil. Forcés à payer pour exister TOURISME En 2018, les hôteliers suisses ont versé 169 millions de francs de commissions aux plateformes de réservation en ligne comme Booking ou Expedia, soit 20 millions de plus qu’en 2017, révèle une étude de l’Institut de tourisme de la HES-SO Valais relayée par la RTS. Un seul hôtel restitue en moyenne 61000 francs par an à ces sites, soit plus de 1000 francs par chambre. C’est le prix à payer pour exister, estiment les hôteliers. Capter des clients étrangers est devenu quasi impossible sans une présence sur ces plateformes. Avec, pour revers, une situation de monopole peu favorable à la branche. Huit hôteliers sur dix se disent dépendants de ce système. –SPI jectif  : donner une illusion de ponctualité aux passagers. En effet, grâce à cette stratégie, l’avion atterrit selon l’horaire affiché même s’il ne décolle pas dans les temps. Les compagnies aériennes évitent ainsi les conséquences de retards à répétition, notamment en matière d’image ou de dédommagement des passagers. Rappelons que dans l’Union européenne, les voyageurs ont droit à une indemnité en cas de retard de plus de trois heures. En plus de duper le consommateur, cette pratique – que les compagnies reconnaissent à demi-mot – a pour conséquence de démultiplier les émissions de CO2. Car si l’avion décolle à temps, le pilote doit ralentir pour arriver à l’heure prévue. Résultat  : « Le padding, c’est plus de carburant consumé, plus de bruit et plus d’émissions de dioxyde de carbone », constate le consultant en aviation Michael Baiada à la BBC. –SOPHIE PIEREN ÉTATS-UNIS Bob Iger, directeur général du groupe Disney depuis une quinzaine d’années, a perçu 65 millions de dollars en 2018, soit 1424fois plus que le salaire médian dans sa société. Une rémunération qui choque la petite-fille de Roy Liberté sous conditions TOKYO Carlos Ghosn est sorti de prison dans la soirée de jeudi, libéré sous caution. Mais des conditions strictes interdisent à l’ex-PDG de Renault-Nissan de voir sa femme sans l’autorisation préalable du tribunal. Amende au budget USA En raison de sa gestion controversée des données personnelles, Facebook a inscrit dans ses comptes une amende record de 3 milliards de dollars. Le chiffre pourrait même atteindre 5 milliards de dollars. Échec du mariage BERLIN Deutsche Bank et Commerzbank ont décidé d’abandonner leurs pourparlers de fusion, engagés mi-mars pour donner naissance à un géant bancaire allemand. « Salaire insensé » du patron de Disney Disney, cofondateur de l’entreprise et frère du mythique Walt. Abigail Disney souligne qu’avec cet argent, le patron aurait pu augmenter de 15% tous les employés et empocher néanmoins 10 millions de dollars. Certains au sein du géant du divertissement touchent le salaire minimum  : 15fr. de l’heure. –ISTOCK



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :