20 minutes Genève n°2019-04-25 jeudi
20 minutes Genève n°2019-04-25 jeudi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-04-25 de jeudi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : une coulée piège des promeneurs à Trient.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
La dolce vita pour les gourmets  : des pâtes et c’est tout ! JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK 2.35 Conchiglioni Agnesi 500 g
JEUDI 25 AVRIL 2019/20MINUTES.CH Lance-mine pas encore au point Le nouveau système de mortier pour l’armée suisse, approuvé par le Parlement en 2016, prend du retard. Des problèmes techniques sont en cause, selon l’entreprise d’armement de la Confédération, Ruag. L’Office fédéral de l’armement (Armasuisse) prévoit un retard pouvant aller jusqu’à trois ans. Les coûts de ce délai sont inconnus. Autobus de ligne en piteux état ZURICH La police municipale a contrôlé lundi un bus aux couleurs de Flixbus qui arrivait de France. Le véhicule présentait de graves défauts qui ont nécessité son immobilisation. Dans cet autocar à deux étages, les pare-brise supérieurs et inférieurs présentaient d’importantes fissures, ce qui mettait en danger la sécurité des passagers. Ces derniers ont dû continuer leur voyage par leurs propres moyens. De larges fissures zébraient le pare-brise du car. –POL. MUN. ZH PUB Suisse 9 La destruction des habits invendus reste autorisée BERNE Une partie des fins de stock n’est ni revendue ni transformée, mais brûlée. Une élue part en guerre contre la pratique. « C’est vraiment incroyable. » Pour Adèle Thorens, voilà comment qualifier la réponse du Conseil fédéral à sa question posée à la session de printemps. La conseillère nationale Verte demandait si les entreprises de textiles détruisaient leurs invendus et ce qui pouvait être fait pour l’éviter. Le gouvernement a jugé qu’il n’était pas opportun d’agir maintenant. Des mesures sont déjà prévues dans le plan Textiles durables, qui réunit Confédération et acteurs de la branche, justifie l’Exécutif. De plus, le Parlement s’est prononcé en 2015 pour des propositions libres plutôt que pour des règles contraignantes sur l’économie verte. Pour Adèle Thorens, cette réponse passe à côté du sujet  : « La destruction de produits neufs dont le seul défaut est d’être rendus obsolètes par la mode est choquante. C’est un H&M dit multiplier les efforts pour revendre les fins de stock et faire un suivi avec ses partenaires qui réaffectent ou recyclent les invendus. L’entreprise reste floue quant à la quantité de produits détruits  : « Un minimum », dit-elle.Zara ajoute que Les vêtements en fin de série sont en priorité revendus, sinon transformés, et autrement incinérés. exemple d’obsolescence programmée et de gaspillage de ressources. » La France, elle, planche sur une loi visant à interdire ce procédé cette année, après plusieurs scandales. Estimant que l’incinération des invendus n’est que la Entreprises conscientes du problème la production à la demande et le déplacement de stocks permet de réduire les déchets, sans préciser ce qu’il advient de ceux-ci. Ses invendus atterrissent surtout auprès d’associations caritatives ou dans des boutiques de seconde main. pointe de l’iceberg, la Vaudoise réclame que l’industrie de la mode réalise sa transition écologique. « Des alternatives existent qui mériteraient d’être généralisées, soulignet-elle. Il faut désormais privilégier les vêtements faits de façon durable, de bonne qualité, voués à un long usage, puis éliminés de manière écologique. » L’élue écologiste passera donc par le Parlement via une intervention plus musclée, en intégrant d’autres secteurs aussi touchés par la destructions d’invendus. –PAULINE RUMPF Jusqu’au 10.6.2019 15% * sur les meubles de jardin et les parasols * Valable du 18.4 au 10.6.2019. Non cumulable avec d’autres réductions, non valable pour la marque Gloster ni sur les services, les bons d’achat cadeau et les commandes déjà passées. Avec la myPfister Card, vous profitez de 2% de bonus supplémentaire. Le feu comme dernier recours Sondées, des entreprises de valorisation de textiles concèdent qu’une partie des marchandises restantes et des déchets de production est brûlée.Texaid explique que la seconde main est la priorité, avant de passer à la transformation en chiffons et matériaux d’isolation. En dernier recours, c’est la « valorisation thermique », donc le feu. À noter que les marques imposent souvent des restrictions sur la zone de revente des vêtements. –TAGES-ANZEIGER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :