20 minutes Genève n°2019-04-17 mercredi
20 minutes Genève n°2019-04-17 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-04-17 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,1 Mo

  • Dans ce numéro : il tue pour un natel sans aucun remords.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Cinéma, ON N’A PAS VU... « La malédiction de la dame blanche » Par ce film d’épouvante, Michael Chaves nous emmène dans un Los Angeles des années 1970, où la Llorona hante les nuits avec ses pleurs glaçants. Dans ce monde effrayant, seul un prêtre désabusé semble capable de la combattre... « Monsieur Link » Créature surprenante, intelligente et attachante, Monsieur Link est l’unique représentant de son espèce. Se sentant seul, il approche un explorateur avec l’espoir de retrouver ses parents éloignés. Un film d’animation signé Chris Butler. « Paris est une fête » Ce doc prend la forme d’un poème en 18 chapitres. Sylvain George décrit la Ville Lumière d’aujourd’hui, traversée par les attentats, l’état d’urgence, le silence, la joie. Le phénomène « After »  : du SMS au grand écran ROMANCE La saga à succès d’Anna Todd donne lieu à un premier film dans la lignée de « 50 Nuances de Grey », tout aussi gentillet. Pas d’histoire de coups de fouet et de sadomasochisme dans « After ». Mais les ressemblances avec « 50 nuances de Grey » sont bien là. D’ailleurs, l’auteure des romans a confié que la trilogie d’E.L. James avait été source d’inspiration. Tessa (Josephine Langford) découvre la passion avec Hardin (Hero Fiennes-Tiffin, méd.). –DR Guillaume (Théodore Pellerin) et Charlotte (Noée Abita). –DR Vidéo  : l’interview de Noée Abita est à voir sur notre app. En 2013, Anna Todd écrit une fanfiction sentimentale sur son smartphone sous forme de SMS littéraires et la publie sur le site Wattpad. Son personnage de voyou tatoué vient du chanteur Harry Styles tandis que la jeune fille à la vie bien rangée, c’est elle-même. Le texte est téléchargé plus d’un milliard de fois et donne lieu à cinq tomes imprimés. Au cinéma, Tessa est incarnée par Josephine Langford. Le film commence lorsque la gentille fille sage, studieuse et vierge bien sûr entre à l’université. Sa coloc déjantée l’embarque à une fête où ça picole en jouant à « Action ou vérité ». Tessa refuse de séduire Hardin (Hero Fiennes-Tiffin), beau gosse provocateur. Mais leur rencontre n’est que le début d’une histoire d’amour passionnelle, qui va faire découvrir à Tessa des émotions jamais ressenties. « After », c’est la romance type pour ados. Du premier baiser dans un lac enchanteur à la dispute sous la pluie, tous les clichés banals y sont. C’est fleur bleue et franchement très gentillet  : la scène de sexe est balayée en moins d’une minute et Hardin, décrit dans le résumé comme « grossier et cruel », se révèle être un garçon super, à peine plus tourmenté que vous et moi. –MARINE GUILLAIN cinema.20min.ch C’est le temps des premières amours DRAME Dans un pensionnat pour garçons au Canada, l’arrogant Guillaume (Théodore Pellerin) fait le pitre pour faire rire ses camarades. Mais ses pensées et son cœur sont ailleurs... Dans un labo photo, Maxime propose à sa copine Charlotte (Noée Abita) d’avoir une relation libre. La suite ? Philippe Lesage capture des tranches de vie, filme et sublime ces amours adolescentes. Si Abdellatif Kechiche « After - Chapitre 1 » De Jenny Gage.Avec Josephine Langford, Hero Fiennes-Tiffin. HHIII (« La vie d’Adèle ») est un pro pour montrer la vie telle qu’elle est, sachez que le cinéaste québécois n’a rien à lui envier. Son regard empli de sincérité rend « Genèse » fascinant de bout en bout. L’image travaillée, le montage brusque et la bande-son ensorcellent tous les sens. À découvrir au cinéma Bellevaux (Lausanne). –MAG « Genèse » De Philippe Lesage.Avec Noée Abita, Théodore Pellerin. HHHHH... et encore Romance de gangsters DRAME En compétition à Cannes l’an passé, « Les éternels » plonge dans une Chine contemporaine tourmentée. Lors de l’attaque d’une bande rivale, Qiao tire des coups de feu pour sauver son petit ami Bin et se retrouve en prison pour 5 ans. Jia Zhangke signe une fresque forte, mi-romance mi-polar. La mise en scène fait mouche et l’actrice principale, Zhao Tao (photo), est tout simplement sublime. « Les éternels » De Jia Zhangke.Avec Zhao Tao, Liao Fan. HHHII Tuer pour remercier COMÉDIE Quand le professeur Enzo Stefanelli sauve la vie d’un jeune homme, ce dernier lui propose de tuer l’ennemi de son choix pour le remercier. Mais Enzo n’a pas d’ennemis... Enfin, c’est ce qu’il croit. Car le tueur de profession lui fait voir ses proches sous un nouvel œil. Entre humour satirique et thriller, le film de l’Italo-Suisse Denis Rabaglia (tourné dans les Pouilles et à Gstaad) fustige la laideur humaine. Original, avec des hauts et des bas. « Un ennemi qui te veut du bien » De Denis Rabaglia. HHIII
MERCREDI 17 AVRIL 2019/20MINUTES.CH Les Wayuu vivent en plein désert, au nord-est de la Colombie. –DR Et ainsi sont nés les cartels DRAME Après un saut aux festivals de Cannes et de Locarno, « Les oiseaux de passage » débarque sur nos écrans. Ce western noir se déroule dans les années 1970, en Colombie  : pour une histoire de dot, un jeune Indien wayuu se lance dans le trafic de drogue. Devenu florissant, ce commerce va conduire deux familles à se livrer une guerre de clans d’une violence inouïe. Une expérience choc et sanglante, sur fond d’histoire et de politique. « Les oiseaux de passage » De Ciro Guerra et Cristina Gallego. HHHHI Cinéma 23 Quand les bobos luttent pour une école égalitaire COMÉDIE « La lutte des classes » aborde de façon brillante et avec humour la question de l’éducation et de la mixité sociale. Paul (Édouard Baer), un musicien punk aux convictions anarchistes, est en couple avec Sofia (Leïla Bekhti), une brillante avocate. Lorsqu’ils quittent les beaux quartiers pour aller vivre en banlieue, ils placent leurs deux enfants à l’école publique. Mais à la suite d’un accident, plusieurs parents inscrivent leurs rejetons dans un collège privé, sous prétexte d’une meilleure éducation. Pour Paul et Sofia, c’est une décision inadmissible, loin des valeurs égalitaires qu’ils prônent. Le scénario de « La lutte des classes » est né d’une situation que le réalisateur Michel Leclerc et sa femme scénariste, Baya Kasmi, ont vécue. Ces bobos parisiens se sont retrouvés pris entre leurs idéaux et la Alice (Veerle Baetens) se méfie de Céline (Anne Coesens). –DR Paul (Édouard Baer) et Sofia (Leïla Bekhti) sont désemparés face aux difficultés de leurs fils en classe. –DR réalité du terrain. Pour en parler, ils ont donc choisi la carte de la dérision. Et tout y passe, sans tabous  : religion, éducation, racisme. « Aujourd’hui, blanc, ce n’est plus une couleur de peau, c’est une classe sociale », affirme Paul avec fatalisme. Lorsqu’il devient la minorité parmi des parents Perfection mise à mal THRILLER Alice et Céline, deux femmes dans la quarantaine, habitent dans une maison jumelée. En plus d’être voisines, ces « Desperate Housewives » parfaites de façade sont meilleures amies. Elles ont toutes deux un mari et un fils du même âge, ce qui consolide leur complicité. Jusqu’au jour où un tragique accident bouleverse leurs vies... L’amitié s’effrite, les convictions deviennent soupçons. Alice est-elle paranoïaque en pensant que Céline a de mauvaises intentions ? Le Belge Olivier Masset-Depasse signe avec « Duelles » un thriller psychologique secouant, aux éléments fort bien amenés. L’atmosphère sophistiquée des années 1960 fait le jeu du réalisateur, qui plonge les spectateurs dans un véritable jeu de piste, suffocant et horrifiant. –MAG « Duelles » D‘Olivier Masset-Depasse.Avec Veerle Baetens, Anne Coesens. HHHII d’origine étrangère, l’angoisse change alors de camp. Souvent, on ne sait plus s’il faut rire ou pleurer de la situation. Si certaines scènes ont le gag facile, d’autres sont bien plus cinglantes et transforment le ton léger en satire. Pas toujours subtil mais plein d’énergie, « La lutte des classes » s’amuse des contradictions de la gauche et se moque du politiquement correct. Il interroge aussi les limites du vivre ensemble, le tout avec un ton enjoué et incisif. –STEVEN WAGNER « La lutte des classes » De Michel Leclerc.Avec Leïla Bekhti, Édouard Baer, Ramzy Bedia. HHHHI Son truc, c’est séduire les vieilles Gigolo de profession, Alex (Kad Merad, à dr.) est pris au dépourvu lorsqu’il est mis à la porte par celle qui l’entretenait depuis 25 ans. Il ne pense alors plus qu’à retrouver une femme riche, tout en aidant son neveu à charmer une fille de son école. Quel ennui ! Il n’y a pas grand-chose à garder dans « Just a Gigolo », comédie navrante dans laquelle la seule réflexion que provoquent Kad Merad et sa coupe de cheveux atroce, c’est qu’il y a des baffes qui se perdent. « Just a Gigolo » D’Olivier Baroux.Avec Kad Merad. H COTATION HHHHH Chef-d’œuvre HHHHI Excellent HHHII Bon HHIII Passable H Mauvais I Détestable Pas vu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :