20 minutes Genève n°2019-01-25 vendredi
20 minutes Genève n°2019-01-25 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-01-25 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : collé pour 5 minutes sur une place gratuite.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Suisse, L’objet Swissmint émet depuis jeudi trois nouvelles pièces commémoratives. L’une d’elles (ci-dessous) met à l’honneur le Cirque Knie à l’occasion de son centenaire. Ce sera d’ailleurs la toute première monnaie frappée en couleur dans l’histoire de l’institution fédérale. o z o 1:11Lefr5,1- tÀ41 Ils aiment la viande, mais sont contre les abattoirs CONSO Une étude le révèle  : près de 95% des Suisses aiment la viande, mais 17% veulent fermer les lieux où l’on tue les animaux. Moins de sport au programme POLICE L’Académie de Savatan (VD), qui forme les futurs policiers vaudois, valaisans et genevois, modifie son programme d’enseignement. Les aspirants auront moins de sport et d’exercices d’endurance. L’accent sera mis sur les matières judiciaires et des modules de mises en situation pratiques. Ces changements seront introduits dès cet automne. De plus, la durée des études passera d’un à deux ans. Après une année à l’école, les aspirants passeront l’essentiel de la seconde au sein des corps de police. Des réfugiés « temporaires » BERNE La Suisse devrait finalement recourir au statut de « personnes à protéger » pour accueillir temporairement des étrangers déplacés par la guerre. Une commission du Conseil des Etats a mis jeudi en consultation un projet allant dans ce sens. Il s’agit en fait de mettre en œuvre un statut spécial, le livret S, qui prévoit une procédure allégée par rapport à l’examen du statut de réfugié. Il existe déjà, mais il n’a encore jamais été utilisé, la Suisse ayant toujours pu faire face à ces réfugiés par les procédures ordinaires. Les Suisses sont résolument des carnivores  : ils mangent en moyenne 50kg de viande par année. Ce régime a un prix  : 60 millions d’animaux abattus tous les ans pour qu’on retrouve d’appétissants morceaux dans nos rayons. Une étude représentative réalisée par l’institut GFS auprès d’un millier de personnes révèle un malaise certain  : 17% d’entre elles souhaitent voir fermer tous les abattoirs. Un vœu partagé par une large proportion de femmes (21%), de 18-39 ans (24%) et de Romands (35%). Ce taux paraît élevé. Car selon une étude de la Confédération, seuls 5% des Suisses ont banni la viande de leur assiette. Penser au sort des animaux ne ferait-il de la peine aux consommateurs que jusqu’au moment où ils font leurs courses ou s’asseyent au restaurant ? Johanna Gollnhofer, de l’Uni de Saint-Gall, explique cette contradiction. Les différents scandales liés à l’élevage ont sensibilisé les gens. Toutefois, au lieu de changer leur mode de consommation, ils préfèrent demander la fermeture des abattoirs. « Ils ne se sentent pas responsables. Ils estiment que c’est au monde politique et aux producteurs d’agir », résume la chercheuse. Tobias Sennhauser, président de Tier im Fokus, association qui se préoccupe du bien-être des animaux et qui a commandé l’enquête, s’est dit étonné du nombre élevé de personnes souhaitant fermer les abattoirs. –ROL/OFU La mise à mort industrielle sème le malaise, surtout chez les jeunes. Les réactions sur notre app « On peut aimer la viande et vouloir un meilleur traitement des animaux dans les abattoirs » @kikoo « On arrive à ce genre de contradiction car la grande majorité des gens habitent en ville, et beaucoup n’ont plus la moindre idée de ce qu’est réellement la nature » @Clem « Cela fait 15 ans que je n’achète plus de viande, mais j’en mange toujours... et de la viande de qualité » @Fais comme l’oiseau « Qui veut du changement ? Tout le monde. Qui veut changer ? Personne (Tout le monde veut que les autres changent, tant que ça ne les change pas eux-mêmes) » @Daniel D. suisse.20min.ch Le mouvement aide les gens à s’endormir plus rapidement et à dormir plus profondément. –ISTOCK Bienfaits du bercement SANTÉ Des chercheurs des unis de Genève et Lausanne ont démontré dans une étude les bienfaits du bercement tant sur le sommeil que sur la mémoire. Dix-huit jeunes adultes en bonne santé ont ainsi passé deux nuits au Centre de médecine du sommeil des HUG à –ISTOCK Genève, l’une sur un lit en mouvement et l’autre sur le même lit, mais en position stationnaire. « Nous avons observé que nos participants, même s’ils dormaient bien dans les deux cas, s’endormaient plus rapidement lorsqu’ils étaient bercés. De plus, ils présentaient des périodes de sommeil profond plus longues et moins de microéveils », indique la spécialiste Laurence Bayer. Des tests de mémoire ont montré que celle-ci était meilleure après une nuit en mouvement qu’après une nuit immobile. –ATS 20O RMIBM secondes Baignade mortelle BÂLE Emoi jeudi matin à la piscine couverte Rialto. Des nageurs ont découvert le corps inanimé d’une femme dans le bassin. Malgré leurs efforts, les sauveteurs n’ont pas pu réanimer cette nageuse âgée de 63 ans, qui est décédée sur place. Le Ministère public a exclu l’intervention d’un tiers. Maison mise à sac SCHWYTZ La police cantonale a été avertie qu’un cambriolage avait été perpétré dans une villa de Wollerau. Un inconnu était entré par la fenêtre, il avait fouillé les lieux et défoncé un coffre-fort. Les résidents de la maison étant en vacances, le montant exact des biens volés reste approximatif. Il devrait cependant dépasser les 100000 francs.
VENDREDI 25 JANVIER 2019/20MINUTES.CH Des soupçons de tentative de meurtre dans un EMS LAUFON QBL (BL), Deux soignantes auraient voulu tuer une résidente à qui elles volaient de l’argent. C’est la consternation à l’EMS Rosengarten de Laufon. Des infirmières sont accusées d’avoir abusé de la confiance d’une vieille dame, a rapporté jeudi « Blick ». La pensionnaire avait donné à l’une des suspectes une procuration sur son compte bancaire. Elle y aurait puisé 20000 francs. Or la retraitée a découvert le détournement et a porté plainte. Pour faire taire la résidente, l’infirmière et une collègue auraient projeté d’empoisonner l’aînée avec des graines de ricin, avance le quotidien alémanique, qui cite une source anonyme. Cette substance, une PUB C’est dans cet établissement que les faits se sont produits. –DR fois broyée, même ingurgitée en petite quantité, peut entraîner la mort dans d’atroces souffrances. Samedi 26 janvier Migros vous offre Société coopérative Migros Genève 30. par tranche de Fr. 150.– d’achat. Offre valable dans vos supermarchés Migros de Genève, Nyon, Gland et VOI de Genève. Prolongation le dimanche 27 janvier à Migros Gare Cornavin et Migros Aéroport. Recevez Fr. 30.– en carte cadeau sur présentation du ticket de caisse du magasin et du jour, par tranche de Fr. 150.– d’achat. Les tickets de caisse sont cumulables dans tous les magasins participant à cette opération sur la même journée et la même unité. Offre limitée à 6 cartes cadeaux par ticket de caisse. Voir conditions en magasin. Le président du Parquet de Bâle-Campagne, Michael Lutz, s’est contenté de confirmer l’ouverture d’une enquête pénale, sans en dire plus. « Nous avons licencié les deux infirmières et nous avons également ouvert une enquête interne pour déterminer comment une relation aussi étroite entre les soignants et les résidents a pu se nouer », explique Michael Rosenberg, directeur du home. Il ne veut pas dire si les personnes incriminées sont en détention. Il indique qu’à l’avenir, ses employés devront fournir un extrait de casier judiciaire, ainsi que des références lors du processus d’engagement. Selon Curaviva, l’organisation faîtière des foyers et institutions suisses, une charte de prévention a été élaborée en 2010. Elle était également appliquée par la maison de retraite Rosengarten, où les faits se sont produits. –MIS/JBM Suisse 7 WEF  : slogans anticapitalistes Une centaine de membres des Jeunesses socialistes se sont réunis jeudi après-midi dans la station grisonne de Davos pour protester contre le Forum économique mondial (WEF). Sur les pancartes et banderoles que les militants brandissaient, on pouvait lire « Le WEF pue » (photo), entre autres slogans, essentiellement anticapitalistes. UM M I G ROF I comme Meilleur. PARTENAIRE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :