20 minutes Genève n°2019-01-16 mercredi
20 minutes Genève n°2019-01-16 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-01-16 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : il recommence l'armée 40 ans après.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Cinéma. et encore 0— Ge, G1110079 Festival sur internet ONLINE Dès vendredi, près de 30 courts et longs métrages français seront disponibles sur le site myfrenchfilmfestival.com. Famille (« Gaspard va au mariage ») , absurdité (« Au Poste ! ») ou femmes résistantes (« Gueule d’ange ») figurent parmi les thèmes, et le public peut voter. MyFrenchFilmFestival Du 18 janvier au 18 février 2019. Projections auf deutsch LAUSANNE Filmfest vise à faire découvrir aux Romands la culture germanophone à travers le 7e art. Les films suisses « Vakuum » et « Blue My Mind » ainsi que les allemands « L’Etat contre Fritz Bauer » et « Aus dem Nichts » sont projetés cette semaine dans ce but. Journées du cinéma germanophone Ce soir et demain à la cinémathèque. Six soirées spéciales GENÈVE Le cinéma CDD a donné carte blanche au journaliste Norbert Creutz pour qu’il choisisse et présente six films (un par mois) n’ayant selon lui pas eu le succès escompté. Ça commence vendredi avec « La femme du Vème » (2011), fiction du génial Polonais Pawel Pawlikowski (« Cold War », « Ida »). Ciné-Club CDD Vendredi 18 janvier 2019 à 20h. COMgEME COMÉDIE Sous des dehors de vaudeville intellectuel, le réalisateur français présente une autopsie lucide de notre époque. cinema.20min.ch Olivier Assayas tire un trait d’union entre l’art et la vie Selena (Juliette Binoche) est mariée à Alain (Guillaume Canet). –DR Un éditeur (Guillaume Canet) marié à une actrice (Juliette Binoche) prétexte la révolution du numérique pour refuser de publier le nouveau roman à clef de son ami (Vincent Macaigne), lequel vit avec une attachée de comm mais couche avec l’actrice... « Doubles vies », c’est une banale histoire de petites infidélités entre personnages qui dissertent beaucoup en passant d’un zinc à une table de restau, d’une salle de réunion à un sofa de salon, de la cuisine à la terrasse... Oh, ce n’est pas ennuyeux pour deux sous, Olivier Assayas sachant filmer les duos, trios, quatuors... et diriger ses interprètes. Surtout, il leur fait partager, dans des dis- Leurs fêtes de fin d’année se font sous haute tension La veille de Noël, Ben (Lucas Hedges, qui joue sous la direction de son père, Peter) réapparaît sans crier gare dans sa famille. Sa mère (Julia Roberts) va tout tenter pour l’empêcher de retomber dans la drogue. « Ben Is Back » est-il davantage le combat d’une mère que celui d’un toxico pour ne pas rechuter ? Qu’importe. D’emblée, la sauce ne prend pas. « Ben Is Back » De Peter Hedges.Avec Julia Roberts, Lucas Hedges. HHIII Black Movie, une ode à la diversité « El viaje de Keta » (à g.), « Entre dos aguas » (en haut à dr.) et « The Tower » seront projetés à Genève. –DR GENÈVE Programme bien fourni pour le 20e anniversaire du Festival Black Movie. Nombre de films abordent les questions de genre et la jeunesse LGBT. Parmi eux, le Roumain « Several Conversations about a Very Tall Girl ». Moderne et profondément intime, il raconte une relation naissante entre deux jeunes filles. De l’autre côté du globe, en Argentine, un ado a toutes les peines du monde à vivre son homosexualité et son goût pour les vêtements féminins (« Marilyn », drame tiré de faits réels). Pour les plus jeunes, il y a la section Petit Black Movie. « The Tower », récit d’une jeune Palestinienne réfugiée dans un camp libanais, sera projeté sous forme de ciné-concert avec quatre musiciens. –MAG Du 18 au 27 janvier 2019., blackmovie.ch cussions souvent inabouties comme dans la vraie vie, des considérations sur l’édition numérique, la dictature des algorithmes, la frontière entre fiction et réalité, vie publique et vie privée. Ou encore sur la définition du politicien modèle (« hétéro, monogame, qui mange du poulet en famille le dimanche » !) ou la gratuité (on accepte de débourser pour un ordi, un abonnement internet, mais on rechigne à payer pour de la musique, des films, des infos). Agglutinées sur deux heures, ces banalités donnent le vertige. Et constituent un tableau nettement moins rassurant que celui de la circulation des sentiments entre couples modernes en chair et en os. –CATHERINE MAGNIN « Doubles vies » D’Olivier Assayas.Avec Guillaume Canet, Juliette Binoche,Vincent Macaigne. HHHHI "f7 Nanook part tous les jours chasser avec son husky. –DR Une civilisation sur le déclin DRAME Un vieux couple vit isolé de tout, à l’extrême nord de la Sibérie. Ses enfants ont quitté la yourte familiale. Nanook et Sedna occupent leurs journées à chasser, à pêcher, tanner les peaux ou lutter contre les tempêtes de neige. Sobre et profond, lancé par une intro géniale au son de la guimbarde, « Aga » captive d’emblée avec ses plans exceptionnels que seule la lumière du Grand- Nord rend possible. « Aga » De Milko Lazarov.Avec Mikhail Aprosimov, Feodosia Ivanova. HHHII
MERCREDIC 16 JANVIER 2019/20MINUTES.CH Paysans détruits L’industriel règne et le métier d’agriculteur est souspayé. En pointant les déboires des petits paysans d’Inde, de Suisse ou d’ailleurs, le bien-titré « Les dépossédés » touche un sujet sensible et très actuel. Dommage que le traitement que Mathieu Roy en fait soit aussi décousu et déséquilibré. « Les dépossédés » De Mathieu Roy. HHIII IN iNTERVHEW NTERVIEW James McAvoy est de retour d dans « Glass », suite de « Split ». Il se confie sur son rôle spécial, aux 23 personnalités. L’acteur britannique de 39 ans 1 livre de nouveau une presta- époustouflante dans tion le dernier M. Night Shyamalan, sous les traits de Kevin. – A devoir jongler entre toutes ces personnalités, vous est-il arrivé de vous emmêler les pinceaux ? – J’ai fait quelque chose que je n’avais plus fait depuis mes années d»étudiant en art dramatique  : j’ai répété devant le mi- pour être le plus roir, précis possible. Le seul moment nébu- s’est produit du- leux rant une scène dans ma cellule où je devais jouer plusieurs personnalités à la fois. – Parmi toutes les personnalités que vous incarnez, en avez- une préférée ? vous – Patricia dans « Split » et Hedwig dans « Glass ». J’ai essayé de donner l’impression que Patricia fantasmait constamment sur le sexe et j’ai vraiment pris mon pied avec ça dans « Split ». Moins Que de beautés nées de la naïveté ! BIOPIC Le moins que l’on puisse dire de Joseph Ferdinand Cheval (Jacques Gamblin), facteur qui vécut dans la Drôme au XIXe siècle, c’est qu’il n’était pas loquace. Mais à l’écoute de la nature, ça oui ! Droit comme un « i », il n’en fut pas moins aimé par la femme de sa vie (Laetitia Casta). Et de leur fille, pour qui il passa 33 ans à construire un palais, chefd’œuvre d’architecture naïve. Pour raconter l’incroyable histoire de ce personnage qui suscitait moqueries autant que tendresse, Nils Tavernier a opté pour la même retenue que lui. Le point de vue a ses limites, mais va droit au cœur. –CMA « L’incroyable histoire du facteur Cheval » De Nils Tavernier.Avec Jacques Gamblin, Laetitia Casta. HHHII Cinéma 21 « Jouer la Bête, c’est à la fois bizarre et épuisant » L’Ecossais joue également dans la saga « X-Men ». –AFP Réunion entre trois gars hors du commun Deux ans après « Split » et 18 ans après « Incassable », les fans de M. Night Shyamalan attendaient « Glass » au tournant. Eh bien le voici ! Cette suite fait se retrouver dans un asile Elijah, l’homme aux os de verre (SamuelL.Jackson, à g.), David et ses capacités extraordinaires (Bruce Willis, à dr.) et Kevin, qui s’est forgé 23 personnalités dans « Glass ». Là je me suis beaucoup plus éclaté avec Hedwig, l’enfant, qui est vraiment mis en avant. – Et jouer la Bête, c’est comment ? – Foutrement bizarre. Il est tout le temps en état d’hyperventilation et du coup, épuisant à jouer. Il n’est pas stupide mais c’est un personnage très limité. On peut vite avoir l’impression de mal jouer dans un rôle pareil. Donc, tout en me comportant de manière extrême et bizarre, j’ai essayé de ne pas oublier que la Bête représente une caractéristique centrale de Kevin. – Comment vous êtes-vous préparé physiquement ? (James McAvoy, au centre).Verdict ? La sauce prend (McAvoy est de nouveau génial), allègrement saupoudrée de rebondissements, sans pour autant révéler de saveur exceptionnelle. –MAG « Glass » De M. Night Shyamalan.Avec James McAvoy, Bruce Willis, SamuelL.Jackson. HHHII – Je me suis entraîné avec un coach suédois, Magnus Lygdback, qui a notamment entraîné Alexander Skarsgard pour « Tarzan ». – Qu’est-ce qui vous a marqué dans cette saga ? – M. Night Shyamalan a une façon particulière de travailler. Quand on n’est pas d’accord avec lui, il vaut mieux se plier à ses idées. Il sait toujours ce qu’il veut. – D’après lui, il n’y aura pas de suite à cette trilogie. Qu’est-ce que ça vous fait ? – C’est bien. Toutes les bonnes histoires doivent avoir une fin. –MIGUEL CID, LONDRES Le facteur Cheval (Jacques Gamblin) et son Palais idéal. –DR COTATION HHHHH Chef-d’œuvre HHHHI Excellent HHHII Bon HHIII Passable H Mauvais I Détestable Pas vu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :