20 minutes Genève n°2015-11-25 mercredi
20 minutes Genève n°2015-11-25 mercredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-11-25 de mercredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : la Turquie abat un bombardier russe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, actu.20min.ch 20 secondes Hommes malvenus Vaud. Pas facile de devenir esthéticienne, particulièrement pour les mâles. Une école refuse ainsi leur candidature, sous prétexte que la mixité pourrait être gênante dans les cours pratiques, relate ainsi le quotidien « 24 heures ». Emprunt épineux La chaux-de-fonds (NE). Les 20 millions d’euros empruntés par la Ville en 2007 se révèlent piégeux. Le contrat stipule que le taux d’intérêt est d’autant plus important que l’euro est faible. Celui-ci se monte désormais à près de 20%, ont révélé hier « L’Express » et « L’Impartial ». Flammes à l’hôtel Genève. Une chambre du quatrième étage d’un établissement du quartier des Pâquis a été détruite par le feu, hier soir. Les 25 personnes ont quitté les lieux par elles-même. Seul l’occupant de la chambre a été hospitalisé pour un contrôle. Ecole de cirque à peine ouverte et déjà menacée arnex-sur-Orbe (vd). La commune exige la fermeture de l’entité, située dans la zone artisanale. Une pétition fustige la rigidité des autorités. C’est un numéro qui ne fait pas du tout rire l’Ecole de cirque du Talent et sa soixantaine d’élèves. Une épée de Damoclès brandie par le syndic menace l’avenir de cette entité, qui a vu le jour cet été. Pour les autorités communales, « une école de cirque n’a pas sa place dans une zone artisanale et la présence d’enfants dans ce lieu où passent des tracteurs pose un problème de sécurité ». Contacté, le syndic a décidé de garder le silence. Leticia et Steven Carroli, les deux profs de l’école, ont saisi un avocat. « Mes clients sont aussi des artisans  : ils créent des décors, des costumes, des balles de jonglage », assure Me Guy Longchamp. L’affaire, comme l’a révélé « La Région », est entre les mains de la justice. « En mai, un mois avant le début des cours, notre école s’est annoncée à la commune. Le syndic est venu ici. Pourquoi attendre la fin des travaux et le début des cours pour nous faire fermer ? » s’insurge Leticia. Avant de poursuivre  : « Mon mari est assistant régisseur au Une pétition pour le maintien de l’Ecole du Talent a déjà recueilli quelque 250 signatures. –dr Festival international du cirque à Monte-Carlo, notre matériel est homologué et nous avons toutes les assurances nécessaires. » Le Talent a le soutien de ses voisins. « On ne se plaint pas. Ce sont les bagnoles des parents d’autres communes qui viennent amener leurs gamins à l’école de cirque qui dérangent le syndic », balance un riverain. –abdoulaye pendandiaye Thermomètre en perte de vitesse météo. La Suisse s’est réveillée congelée hier matin. Le mercure a, pour la première fois de la saison, largement plongé sous le zéro jusqu’en plaine. Il a fait -6 à Fribourg et à Delémont, -5 à Payerne (VD) et à Sion, -4 à Genève. Le thermomètre a même affiché -23,4 degrés à La Brévine (NE), qui a enregistré sa température la plus basse de 2015, selon MeteoNews. Les experts prévoient que le pays devrait se réveiller ce matin sous un manteau blanc dans toutes les régions jusqu’en plaine. La neige vue ce week-end devrait faire son retour ce matin. –key « C’est dommage d’embêter des gens qui ne dérangent pas et mènent une activité saine pour les jeunes du village et de la région » Vincent Monnier, président de la Société de jeunesse. Un avocat dans de très sales draps genève. Le promoteur qui a admis le recel de diamants issus du braquage sur le tarmac de Bruxelles, en 2013, entraînera-t-il son avocat et ami dans sa chute ? C’est l’enjeu du procès débuté lundi. Hier, le procureur a requis 3 ans et demi ferme contre le receleur et 2 ans avec sursis contre son conseil, prévenu de tentative d’entrave à l’action pénale. L’homme de loi avait récupéré les clés du coffre cachant les pierres alors que la police était sur le point d’arrêter son ami. Ce dernier, dans ses premières déclarations au poste, a affirmé l’avoir informé du contenu de la chambre forte et de l’origine des diamants. Depuis, il s’est rétracté, et les défenseurs de l’avocat n’ont de cesse de tenter de disqualifier ce procès-verbal initial si gênant. –jef
Mercredi 25 novembre 2015/20minutes.ch Le chauffeur, qui souffre de coupures, a été hospitalisé. –google Sa pause excède un passager Hüntwangen (ZH). Un homme visiblement pressé a frappé un conducteur de bus postal, dimanche soir. Le chauffeur était en pause à la gare. Son agresseur lui aurait demandé de démarrer, affirmant qu’il était l’heure, selon l’horaire affiché sur son natel. Le conducteur aurait expliqué qu’il avait encore droit à quelques minutes avant de repartir. Ce qui n’a pas plu à son interlocuteur. Actu 3 Les enquêteurs ont fini par trouver les serial tagueurs Vevey (vd). Deux hommes étaient jugés lundi pour avoir peinturluré à tout-va entre 2005 et 2009. Les CFF ont subi d’importants dégâts. « Cherche-nous enc... »  : c’est sous cette signature, réduite à l’acronyme CNE, qu’une bande de cinq tagueurs de la Riviera a sévi dans toute la Suisse, entre 2004 et 2009. Malgré la loi du silence qui règne dans le milieu, la police a fouiné afin de savoir qui se cachait derrière ces initiales. En collectant des photos et des paraphes dans tout le pays, elle a finalement pu identifier le groupe. Ponts, façades, WC  : la bande a testé ses sprays un peu partout. Avec une préférence pour les trains, « un bon Le groupe aurait sévi à plus de 160 reprises. –afp support », selon l’un d’entre eux. Les CFF ont chiffré leurs dommages à 245 000 francs. Lundi à Vevey, seul un tagueur sur les cinq comparaissait devant la justice. Trois de Un faux flingue sème l’émoi Genève. Petit moment de frayeur, lundi, dans le hall d’entrée de l’Office genevois pour l’orientation, la formation professionnelle et continue. Un utilisateur d’une borne internet a aperçu la crosse d’une arme de poing qui dépassait de la poche de son voisin. Prévenue, la police s’est rendue sur place et a pu déterminer que l’objet était factice. « L’intervention s’est déroulée dans le calme », précise le porte-parole des forces de l’ordre, Silvain Guillaume- Gentil. L’individu, qui ne présentait aucun risque, « a pu fournir des explications claires et satisfaisantes », assure l’officier. Le jeune homme a été laissé libre, mais n’en a pas fini avec cette histoire. Son pistolet pouvant se confondre avec une arme réelle, il sera dénoncé pour infraction à la loi sur les armes. –Tpi Ça ne tourne plus très rond Un conducteur et son passager ont connu une belle frayeur, lundi près d’Epagny (FR). Une roue d’une remorque qui arrivait en sens inverse s’est soudainement détachée. Celle-ci s’est encastrée dans le pare-brise, blessant légèrement le passager, un homme de 23 ans. Il a subi de légères coupures causées par les éclats de verre. La remorque était tractée par la camionnette d’un sexagénaire, a indiqué la police cantonale. Caméras utiles Les CFF refusent de communiquer le coût annuel du nettoyage des graffitis et des tags pour ne pas créer « d’actes d’émulation ». Leur porte-parole, Donatella Del Vecchio, précise que « les cas de vandalisme à l’intérieur des rames sont en baisse. Les installations vidéo y contribuent de manière significative. » Mais elle ajoute que la tendance est à la hausse, depuis 2011, pour les graffitis à l’extérieur des véhicules. ses comparses sont jugés séparément. Quant au cinquième, qui a fui aux USA, il était jugé par contumace. Il risque 2 ans de prison ferme pour dommages à la propriété qualifiés, en raison d’une précédente condamnation pour des faits similaires. Face à la Cour, le seul accusé présent, un Vaudois de 28 ans, a commencé très jeune à jouer de la bonbonne. Entre 2005 et 2009, il était déjà en train de rembourser 20 000 fr. à des plaignants pour des tags réalisés alors qu’il était encore mineur. La procureure a requis 12 mois de prison avec sursis à son encontre. La défense, quant à elle, a soutenu qu’il s’agissait de dommages simples et que de nombreux cas étaient prescrits. « S’ils étaient grecs ou romains, leurs tags seraient au Musée du Louvre », a soutenu l’une des avocates, pour défendre la démarche artistique des prévenus. –christian humbert/fnt Géantes terrassées à l’explosif Thurgovie. Deux cheminées d’usine de 40 m de haut ont été dynamitées hier à Horn. Un incendie avait détruit cet ancien site industriel le 3 août dernier. Au total, 5,5 kg d’explosifs ont été utilisés, a indiqué Marco Zimmermann, responsable de la démolition. –Photo Key



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :