20 minutes Genève n°2015-01-12 mardi
20 minutes Genève n°2015-01-12 mardi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-01-12 de mardi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : Messi laisse la concurrence sur place...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actu, actu.20min.ch Quand Bowie vivait peinard en Suisse, loin du showbiz VAUD. Décédé dimanche, le chanteur a vécu plusieurs années dans le canton. Il s’était notamment marié à Lausanne. L’officier d’état civil raconte. A la recherche de calme et de discrétion, David Bowie s’était établi en Suisse romande en 1976, échappant du même coup aux griffes du fisc anglais. En réalité, l’artiste passera les trois années suivantes essentiellement à Berlin. Il a tout d’abord vécu avec sa première épouse, Angie, dans un chalet de Blonay (VD). En 1982, il avait acheté le château du Signal de Sauvabelin, une vaste demeure sur les hauts de Lausanne. Loin des frasques du showbiz, l’homme était très discret. Son mariage avec le mannequin somalien Iman MohamedAbdulmajid, en 1992 dans la capitale vaudoise, s’était ainsi déroulé dans le plus grand secret. L’officier d’état civil de l’époque se souvient de la cérémonie  : « J’avais deux inquiétudes  : quelle serait la tenue de M. Bowie et, s’il venait vêtu comme je l’avais vu en photos, oserais-je lui dire que je ne pouvais pas le marier ainsi ? » L’Anglais a vécu dans ce manoir lausannois. En 1992, un photographe avait immortalisé son mariage. –KEY/ARC Montreux, des studios au Festival de jazz Le chanteur anglais n’a pas fait que se prélasser sur les bords du Léman. L’artiste a notamment collaboré à de nombreuses reprises avec les Mountain Studios de Montreux. En 1979, il y produira notamment « Lodger », son « Le chanteur avait une exigence  : il ne voulait pas de paparazzis, poursuit Michel Perret, aujourd’hui retraité. 13e album. En 2002, c’est sur scène qu’il laissera un souvenir inoubliable lors de son unique concert au Festival de jazz. David Bowie s’était fendu d’un bis d’une heure. Il avait aussi dessiné l’affiche de l’édition 1995. Un café commandé par natel BERNE. Les CFF ont annoncé l’abandon progressif des minibars d’ici à la fin 2017. Selon la « SonntagsZeitung », l’ex-régie fédérale planche sur une alternative. Les CFF testent une application pour smartphone permettant au voyageur de commander un café directement depuis sa place. L’avantage  : une fois la commande envoyée, la machine à café ou le micro-ondes s’enclencheraient automatiquement. Le désavantage  : pour que l’appfonctionne, il faut pouvoir identifier chaque place assise avec précision. Un point qui risque de déranger plus d’un passager pour des questions de protection des données. Reste à savoir si quelqu’un viendra apporter la commande ou si l’usager devra le faire luimême en se rendant à la voiture-restaurant. –LNR/OFU Déguster un moka à sa place en train devrait rester possible. –KEY J’ai donc bloqué une heure afin que la star et sa promise ne croisent pas d’autres couples en entrant ou en sortant de la salle. Les fiancés sont arrivés et sont repartis séparément, accompagnés de leurs seuls témoins. David Bowie portait un costume classique. J’étais rassuré », se souvient l’ancien pétabosson. L’Anglais a quitté la Suisse tout aussi discrètement, au milieu des années 1990. Durant cette période, son fils Duncan, né en 1971, a été scolarisé dans une école privée de la Riviera vaudoise. –CHRISTIAN HUMBERT/ATS Lire également en pages 10 et 21 Un incendie s’est déclaré dans un garage souterrain d’Embrach (ZH), hier vers 3 h du matin. Un locataire a remarqué un important dégagement de fumée provenant du parking. Il a alors appelé le concierge. Les deux hommes ont ensuite prévenu les services de secours et la cinquantaine d’autres locataires. Les pompiers ont pénétré dans le sous-sol avec des appareils respiratoires. Ils ont pu rapidement venir à bout du sinistre, qui avait éclaté dans une voiture. Une trentaine 20 secondes Conducteur pressé BÂLE-CAMPAGNE. Un automobiliste âgé de 30 ans a été flashé samedi soir alors qu’il roulait à 117 km/h dans une rue de Frenkendorf où la vitesse est limitée à 50 km/h. En version british BERNE. « Dialäkt Äpp », l’application qui permet de déterminer l’origine d’un utilisateur en fonction de son dialecte, s’exporte. Une version adaptée aux parlers d’Angleterre sera lancée. Pactole très suspect TESSIN. Un administrateur de fiduciaire est dans le collimateur de la justice suisse italienne. Il est accusé de s’être approprié illégalement 2 millions de francs entre 2006 et 2012. Castagne géante entre deux clans PAYERNE (VD). Une violente rixe dans un pub opposant une vingtaine d’Albanais et de Kosovars a nécessité l’intervention de sept patrouilles de police dimanche soir, selon 24heures.ch. Quatre individus blessés ont fini à l’hôpital et trois autres personnes impliquées dans la baston ont été interpellées. Il s’agirait d’un différend familial entre deux clans. Coup de chaud dans le parking d’autos et des motos ont été endommagées. Un problème technique semble à l’origine de l’incendie.
MARDI 12 JANVIER 2016/20MINUTES.CH Votes truqués  : affaire classée La justice soleuroise a clos l’enquête sur les votes manipulés lors des élections fédérales. Le coupable n’a pas pu être identifié. Quelque 24 bulletins avec la même écriture, déposés dans trois bureaux de vote, ainsi que 14 autres bulletins douteux cumulant une même candidate avaient été repérés. Tous étaient en faveur des Jeunes PDC. La triche n’a pas influencé les résultats. Elle fait fuir un pervers USTER (ZH). Une joggeuse a été agressée sexuellement dans une forêt, dimanche vers midi. Une femme a fait fuir l’agresseur, qui a été arrêté peu après. Cette promeneuse a entendu des cris. Avec son chien, elle a alors couru dans les bois et a vu un homme tenter avec violence de faire tomber une femme au sol, a indiqué hier la police. Lorsqu’il a aperçu la promeneuse, La petite mousse doit s’agrandir JURA. Après vingt ans d’activité, la Brasserie des Franches- Montagnes (BFM) va prendre de l’ampleur. Son patron envisage d’investir 7 millions de francs pour une nouvelle ligne de production. Celle-ci prendra place dans de nouveaux locaux, a indiqué hier la RTS. Pionnière dans la bière artisanale en Suisse, la BFM a produit 450 000 litres l’an dernier. La modernisation prévue devrait permettre de multiplier ce chiffre par 4 ou 5 ; 80% de ses mousses sont vendues sur sol suisse. Les locaux de Saignelégier ne suffisent plus. –FRANZISCA FRUTIGER l’agresseur a pris la fuite avec un vélo. Il a été arrêté un peu plus loin par la police. Il s’agit d’un requérant marocain de 28 ans dont la demande d’asile a été refusée. Dans la journée de dimanche, une autre femme s’est présentée à la police pour porter plainte après avoir été agressée sexuellement. L’agression a aussi eu lieu pendant une promenade près d’Uster. –ATS Actu 3 « Est-ce que cette classe pourrait être épargnée ? » CHARDONNE (VD). Fait rare, une prof a été relevée de ses fonctions, jeudi. Elle aurait eu une attitude inadéquate avec ses élèves, déjà traumatisés par le décès d’une camarade. L’institutrice contestée avait rejoint le collège en septembre. PUB –MARTIN/24H Disparition tragique En juin dernier, cette même classe avait été endeuillée par le décès d’une fillette âgée de 7 ans. Cette écolière participait à des joutes sportives avec ses camarades lorsqu’elle a été victime d’une crise d’asthme aiguë. Malgré l’intervention rapide des secours, elle est décédée à l’hôpital. A l’époque, le département avait mis en place des mesures de soutien pour les élèves qui en avaient exprimé le besoin. Aujourd’hui encore, certains écoliers ont de la peine à oublier cette disparition tragique. Des écoliers de 8 ans et leurs parents ont été mis devant le fait accompli, jeudi dernier. Sans préavis, ils ont appris qu’ils ne reverraient plus l’une des deux enseignantes de cette classe de primaire. Sous contrat à durée déterminée jusqu’à la fin de ce mois, « elle a été libérée de ses obligations de travailler dès le 7 janvier », indique Michael Fiaux, porte- parole du Département de la formation. Selon Gregory Durand, président de la Société pédagogique vaudoise, il s’agit d’une mesure « très rare ». Si le département se refuse à commenter cette mise à pied, il semblerait que l’institutrice ait eu une attitude inadéquate. Sortie de sa retraite en septembre dernier pour assurer un remplacement dans cette classe, elle aurait eu des comportements visant à humilier les enfants ou à leur mettre la pression. Outrés, plusieurs parents se sont fendus d’une lettre de réclamation avant Noël. « J’ai ce que je voulais dans le sens où cette dame n’est plus là, souligne l’une des mères protestataires. Les choses sont allées vite. » Pour les écoliers, la situation était d’autant plus pesante qu’ils sont encore marqués par un événement tragique survenu l’été dernier. « Cette classe a beaucoup souffert et souffre encore  : l’an dernier, une petite fille est décédée (lire encadré). Les enfants ne se sont pas encore relevés de ce drame qu’il y a un nouveau problème. Est-ce qu’on pourrait enfin les épargner ? » s’interroge un autre parent d’élève. –CAROLINE GEBHARD



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :