20 minutes Genève n°2013-09-27 vendredi
20 minutes Genève n°2013-09-27 vendredi
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2013-09-27 de vendredi

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 minutes SA

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : militant suisse emprisonné en Russie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Genève, geneve.20min.ch 20 secondes Locaux investis Montbrillant. L’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) s’est installé jeudi officiellement dans la Maison de la paix. Le nouveau bâtiment, d’un coût de 183 millions de francs, permet à l’IHEID de regrouper ses activités sur un seul site. Initiative sur rue vernier. Plus de 3100 signatures ont été déposées jeudi au Service des votations pour la réouverture d’une route menant au village de la commune. Le MCG, à l’origine de l’initiative, estime que la vie des habitants s’est détériorée depuis la fermeture de la rue en 2010. La population aura le dernier mot. Projet clé freiné thônex. Les élus municipaux s’inquiètent de l’avancement des aménagements routiers prévus pour le futur quartier des Communaux d’Ambilly. Selon la « Tribune », ils ont bloqué un crédit d’étude de 60 000 fr. tant que ces aménagements ne sont pas sur les rails. Le Canton se montre rassurant. Pub Passer à l’orange de nuit : premier feu vert des élus Mobilité. Le projet de loi pour fluidifier le trafic routier nocturne a reçu l’aval de la Commission des transports. Poireauter de longues minutes au feu rouge, en pleine nuit, alors qu’il n’y a pas un chat à l’horizon : tout automobiliste Indispensable à ce projet, la reprogrammation des séquences de signalisation ne devrait rien coûter. –tpi Drones davantage contrôlés à Genève mont-blanc. Un drone équipé d’une caméra a survolé le pont des Bergues mercredi en fin d’après-midi. La manœuvre a été effectuée dans la plus parfaite illégalité. « Aucune demande de survol n’a été faite ce jour », indique Eric Grandjean, porte-parole de la police genevoise, qui précise que les forces de l’ordre n’en possèdent actuellement pas. Si, au niveau fédéral, aucune autorisation n’est demandée pour les engins volants sans pilote de moins de 30 kilos, il en va tout autrement dans la Cité de Calvin, plus restrictive en la matière. « Si l’appareil a un a déjà vécu ce genre de situation particulièrement désespérante. Mais elle pourrait bientôt appartenir au passé. La Commission des transports du Grand Conseil a accepté en mai un projet de loi MCG demandant la mise en place d’un régime de feux clignotants à l’orange, sur les poids de plus de 3 kilos, il faut que son utilisateur nous informe quelques jours avant pour des questions de sécurité, explique le porte-parole. Il s’agit aussi de pouvoir renseigner les éventuels citoyens intrigués par un tel survol. » –jcu Le propriétaire de l’engin reste inconnu. –mms carrefours qui s’y prêtent et aux heures adéquates, soit principalement la nuit et le week-end (« 20 minutes » du 15 novembre 2012). Selon nos sources, le texte n’a essuyé aucun refus, seuls quatre députés s’étant abstenus, ouvrant la voie à une adoption du texte en séance plénière. Label antichômage décerné A Genève, 65 entreprises ont reçu le label « 1 pour tous » pour avoir engagé, à compétences égales, des chômeurs de longue durée. Cette initiative lancée par le Pub Cette solution doit permettre de fluidifier le trafic et de réduire la pollution des véhicules arrêtés aux feux, selon l’auteur du projet, SandroPistis. « Ça permet également de limiter les nuisances sonores », ajoute le PLR Daniel Zaugg, vice-président de la commission. D’abord réticent, ce dernier s’est laissé convaincre par le caractère non contraignant du texte. « La Direction générale de la mobilité (DGM) garde la main sur le choix des carrefours, mais ce vote montre notre volonté. » La DGM, qui n’était pas joignable jeudi, ne serait pas favorable au système, notamment pour des raisons de sécurité. Le Bureau de prévention des accidents note d’ailleurs qu’une généralisation des feux clignotants n’est pas souhaitable. Il estime que le dispositif peut être appliqué uniquement aux routes à une seule voie, dont les passages piétons sont bien éclairés et où la visibilité est suffisante. –tpi Département de la solidarité et de l’emploi (DSE), voilà un an, a permis la réintégration de 105 d’entre eux sur le marché du travail. Le DSE veut poursuivre ses efforts. Plus de places d’apprentissage Ça nous regarde tous ! Votez le 6 octobre ! Liste nº4
Vendredi 27 septembre 2013/20minutes.ch « Cette situation est fausse », reconnaît la Fondation des parkings. –dr Stationnement assez déroutant Charmilles. « Les places blanches payantes transformées en zones bleues, mais toujours payantes. Sympa non ? » Un automobiliste s’est retrouvé face à un casse-tête, mercredi, au chemin François-Furet. Doit-il mettre une pièce dans Baston de fans sur l’autoroute Estavayer-le-lac (FR). Un supporter du club de hockey de Berne a reçu un coup de couteau dans le restoroute Rose de la Broye, samedi dernier. Une violente altercation s’est produite quand un groupe de fans du Servette FC a croisé le chemin d’ultras bernois, a expliqué jeudi la radio One FM. « Ils se sont invectivés, et la situation a dégénéré », a confirmé la police cantonale fribourgeoise. Celle-ci précise n’avoir procédé à au cune interpellation. L’infraction 120 km/h Trois hommes âgés de 18 à 22 ans ont tenté d’échapper à un contrôle de police en roulant à tombeau ouvert dans les rues d’Annemasse (F), tôt jeudi matin. Ils ont fait des pointes à 120 km/h à la place des 50 réglementaires. Ils ont pu être interceptés sur un parking. le parcmètre, ou le disque bleu suffit-il à éviter la bûche ? Consciente du problème, la Fondation des parkings plaide le « vice de procédure » à la suite d’un récent chantier. Les contraventions émises à cet endroit n’ont aucune valeur. Pub Responsable : C. Amaudruz Genève 5 Une histoire de drogue au centre du différend ? LES pâquis. L’omerta règne après le coup de feu de la rue de Berne mercredi. La victime serait un jeune Albanais. Le service de sécurité d’un commerce de la rue de la Servette a eu fort à faire, mercredi. Les agents ont sollicité la police pour un premier vol commis en milieu d’après-midi. Les gendarmes ont cueilli un suspect dans un parc voisin. Pendant l’interpellation, les forces de l’ordre ont été rappelées par la même enseigne, toujours L’homme blessé par balle mercredi matin dans un appartement du No 23 de la rue de Berne serait un Albanais d’une vingtaine d’années. Selon une source policière, quatre personnes, originaires du même pays, ont été interpellées dans le logement des Pâquis. « Je sais qu’elles ont été entendues par le Ministère public, mais cela va être difficile de savoir quelque chose, estime cette source. Dans cette communauté, on appelle cette omerta la loi du Kanun. » D’après un commerçant souhaitant garder l’anonymat par crainte de représailles, la victime est connue pour avoir une arme et travaille dans un bar de la rue Sismondi. Sur place, employés et direction se refusent à tout commentaire. Une affaire de stupéfiants pourrait être à l’origine du différend, qui a commencé sur la voie publique peu après 6 h du matin. « Je ne veux pas faire de généralisation, mais nous savons que les Albanais contrôlent l’héroïne dans le quartier. Il se dit d’ailleurs qu’il s’agit d’une histoire de drogue », indique l’élu pâquisard du MCG Pascal Spühler, actif dans le monde de la nuit. Au lendemain des coups de feu, le Ministère public n’a pas souhaité donner davantage d’informations sur le déroulement des faits. –jcu Ils pillent le rayon parfums d’un grand magasin HALTE AUX BOUCHONS, TRAVERSONS LA RADE ! Eric Leyvraz | Céline Amaudruz | Yves Nidegger au Conseil d’Etat liste 9 pour un larcin. Cette fois, le chapardeur a été attrapé dans un rayon. Les deux indélicats ont avoué leur forfait. Ils avaient dérobé pour plus de 800 fr. de parfums. L’œuvre réunit deux toiles de 6 mètres en un seul cylindre. –rle Une peinture pour le dialogue roSEraie. Des bonshommes de peinture, des couleurs, des mots aussi, comme « amour ». Mais surtout des échanges entre deux mondes cloisonnés que sont ceux des handicapés et des migrants. L’initiative est signée Clair Bois et le Centre de la Roseraie. Les deux entités ont souhaité réaliser un projet commun. Le résultat est une peinture originale à voir jusqu’au 4 octobre à la rue de la Maladière. L’œuvre sera ensuite présentée lors de divers événements.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :