20 Minutes France n°3697 14 jan 2022
20 Minutes France n°3697 14 jan 2022
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3697 de 14 jan 2022

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : le variant omicron perturbe la préparation des JO d'hiver de Pékin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 VENDREDI 14 JANVIER 2022 Il était une fois un Lion dans le Nord Révélation, solitude, gâchis... Retour sur le passage d’Aboubakar à Valenciennes entre 2010 et 2013 À Lille, François Launay C’est l’un des plus beaux gâchis de l’histoire du club. » Dix ans après, Francis Decourrière l’a encore en travers de la gorge. Président de Valenciennes de 2004 à 2011, il est le premier qui a fait venir Vincent Aboubakar en Europe. Acheté 250 000 € en 2010, le capitaine du Cameroun, qui a inscrit un doublé face à l’Éthiopie (4-1) jeudi en Coupe d’Afrique des Nations, est pourtant reparti libre du Hainaut trois ans plus tard. Un vrai manque à gagner pour le club, qui se mord encore les doigts de ne pas avoir assez cru en lui. Car, après avoir quitté VA, Aboubakar a explosé à Lorient (16 buts) avant de partir en 2014 pour 13 millions d’euros à Porto. Pourtant, à l‘époque, Valenciennes n’ignorait pas le potentiel du gamin chipé à 18 ans au nez et à la barbe de Monaco et Anderlecht. « Pour le Neymar ménagé par le Brésil Convalescent après son entorse à la cheville, Neymar n’a pas été appelé jeudi pour les matchs de sa sélection, comptant pour les qualifications au Mondial 2022, contre l’Équateur, le 27 janvier, et le Paraguay, le 1er février. Autre joueur du PSG, Marquinhos a, de son côté, été appelé. Il manquera le match face à Nice en Coupe de France. convaincre de venir, Henri Zambelli, alors responsable du recrutement, a rencontré le président du club, la famille, le maire du village, raconte Decourrière. C’était un vrai cérémonial. » Dans la foulée de son transfert, Aboubakar est sélectionné pour le Mondial 2010 avec les Lions indomptables. Sur le papier, tout semble réuni pour que sa carrière décolle. Mais la découverte de SPORT Quentin Fillon Maillet prend de l’avance l’Europe est un vrai choc culturel. « Il est arrivé sur la pointe des pieds, raconte Madjid Belhouari, salarié du VAFC. Il était introverti et s’est un peu retrouvé livré à lui-même. Il s’emmerdait. Pour tuer le temps, il aimait dessiner et faisait des portraits de joueurs. » « Vincent voulait être meilleur qu’Eto’o » Heureusement, sur le terrain, les choses se passent mieux, surtout lors de sa première année. Sentant le potentiel du garçon, Maxime Parent, attaché de presse de l’époque, et Madjid Belhouari lui consacrent une websérie sur le site du club. Encore visible aujourd’hui, les sept épisodes de Quand l’agneau veut devenir un Lion racontent les premiers Vincent Aboubakar a inscrit un doublé avec le Cameroun contre l’Éthiopie, jeudi. K. Tribouillard/AFP Un sans-faute au tir, une bonne glisse et un quatrième succès cette saison. À Ruhpolding (Allemagne), mercredi, Quentin Fillon Maillet s’est imposé sans grosse difficulté lors du sprint. Un résultat facilité par l’absence des meilleurs Norvégiens, qui ont décidé de faire l’impasse sur cette étape dans l’optique des JO. Grâce à cette victoire, le Français a effectué une excellente opération dans la lutte pour le gros globe de cristal car ses deux principaux rivaux, son compatriote Emilien Jacquelin et le Suédois Sebastian Samuelsson, ont subi de grosses défaillances. Au classement général, Fillon Maillet possède 72 points d’avance sur Jacquelin. Photo  : M. Schrader/Sipa « Petits soucis » pour Dupont Sa dernière apparition remonte au 11 décembre. Antoine Dupont est blessé et ne sera pas sur pied pour affronter les Wasps en Champions Cup, samedi. « Il a des petits soucis qui ne sont pas forcément très graves », a indiqué, jeudi, son entraîneur au Stade Toulousain, Ugo Mola. Les champions d’Europe et de France en titre sont, par ailleurs, touchés par le Covid-19. Deux joueurs, dont l’identité n’a pas été révélée, ont été testés positifs lundi. Photo  : B. Evans/Sipa pas du joueur en L1. « Vincent était très timide, sauf quand on lui parlait foot, souligne Belhouari. Il nous répétait qu’il voulait être meilleur qu’Eto’o. Dix ans plus tard, la CAN se joue au Cameroun avec Vincent capitaine et Eto’o président de la fédération. » Mais avant de devenir une idole au pays avec, en point d’orgue, le but de la victoire en finale de la CAN 2017, Vincent Aboubakar a aussi dû avaler des couleuvres. Lors de sa deuxième année dans le Nord, l’entraîneur Daniel Sanchez ne croit pas au potentiel du garçon, jugé trop maladroit. « Il a perdu la confiance du staff et il en a souffert, assure un salarié du club. Le club n’a pas été patient avec lui. » Et le Camerounais a fini par partir à Lorient après trois ans à Valenciennes. Neuf ans après, Aboubakar n’a jamais eu à le regretter. VA beaucoup plus. Avec son père de substitution Totalement déraciné à son arrivée, Vincent Aboubakar a la douleur de perdre son père lors de ses premiers mois au VAFC. Responsable de la sécurité des joueurs, Aziz Errami est alors chargé par le club de l’accompagner en dehors du foot. Pendant trois ans, il jouera le rôle de père de substitution  : « Il venait manger à la maison tous les soirs. Personne ne le calculait à l’époque. Il débarquait vraiment. Il ne connaissait rien à la vie et s’étonnait de tout. » Quarantaine rayonnante espérée par CR7 Le quintuple Ballon d’or, Cristiano Ronaldo, a confié qu’il se voyait encore jouer au plus haut niveau au-delà des 40 ans dans un entretien à la chaîne ESPN Brésil. « Je suis heureux, je veux continuer et voir ce que ça va donner, a indiqué l’attaquant de Manchester united. Si j’arrive encore à jouer à 40 ans, je peux jouer à 41, 42 ans... Mais le plus important, c’est de profiter du moment présent. Je m’occupe bien de mon corps et de mon esprit. Il y a une chose que j’ai apprise ces dernières années  : après 33 ans, le corps va continuer à tenir (...) si on s’en occupe bien. Mais la bataille la plus difficile est au niveau mental. » Photo  : S. Brooke/Shutter/Sipa Djokovic « fait passer la majorité des joueurs pour des idiots », estime Tsitsipas Engagé dans un bras de fer avec les autorités australiennes, Novak Djokovic est toujours sous la menace d’une expulsion. « Il a joué selon ses propres règles, a critiqué Stefanos Tsitsipas. Ça demande beaucoup de culot de le faire et ça met tout le tournoi en danger. » le Grec a indiqué que presque tous les joueurs présents à Melbourne étaient vaccinés. Les autres « ont choisi de suivre leur propre voie, ce qui fait passer la majorité pour des idiots », a rajouté le n°4 mondial.
Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont décidé de faire l’impasse sur les championnats d’Europe pour des raisons sanitaires. O. Besnard/Sipa C’est nuageux avant les Jeux Entre bulles sanitaires poreuses et variant Omicron, la préparation des JO tourne au casse-tête G Aymeric Le Gall rande stressée de la vie, de son propre aveu, la skieuse freestyle française Tess Ledeux a vu son tensiomètre monter un peu plus ces derniers temps. En cause, l’explosion du variant Omicron en Europe, conjuguée à une échéance olympique qui approche. « Cette crainte est omniprésente dans la tête de chaque athlète, de chaque membre du staff, prévient la championne du monde de Big Air 2019. On a la peur du test, on se dit que si on l’attrape dans les quinze jours avant « Limite, on ne peut même pas parler de bulle sanitaire  : les hôtels dans lesquels on loge sont ouverts au public. » Clément Noël, skieur le départ, on est foutu, parce que les règles sont hyper strictes en Chine. » Si cela devait lui arriver, elle avoue qu’elle ne s’en « remettrait pas ». À moins de trois semaines du coup d’envoi des JO, alors que les épreuves de coupe du monde s’enchaînent, l’intégralité du circuit olympique prie pour passer à travers les postillons. « Leur plus grosse crainte, c’est le Covid-19, ils se protègent tous comme des fous pour ne pas l’attraper », a ainsi rappelé la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu. Mais ce n’est pas toujours possible, comme le souligne le slalomeur Clément Noël, qui dénonce le « manque de cohérence » de la bulle sanitaire mise en place sur le circuit de ski alpin  : « Limite, on ne peut même pas parler de bulle sanitaire  : les hôtels dans lesquels on loge sont ouverts au public. En plus, les touristes n’ont pas forcément été testés, car ils sont vaccinés. » S’il a décidé de ne pas faire l’impasse sur les épreuves de coupe du monde, tous n’ont pas fait ce choix. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont ainsi annulé leur présence aux championnats d’Europe de patinage artistique. « Trop risqué, selon leur coach, Romain Haguenauer. On n’allait pas mettre en péril l’objectif suprême, l’or olympique, la seule médaille qui leur manque. » D’autant que les conditions proposées en Estonie laissaient à SPORT VENDREDI 14 JANVIER 2022 21 désirer  : « Aucune bulle sanitaire, pas de test PCR à l’arrivée, à l’hôtel, c’est open bar, les athlètes peuventlsortir en ville, les bus sont communs, idem pour les vestiaires. C’est tout l’inverse de ce que j’ai mis en place autour de mes athlètes à Montréal. » Il faut dire aussi qu’il y entraîne 11 couples de patineurs engagés pour les JO. Depuis décembre, il a mis en place une bulle stricte où les athlètes ne se croisent pas, les vestiaires sont fermés et le masque est obligatoire partout. Il a aussi invité ses poulains à s’isoler. « Comme Gabriella vit en coloc, je lui ai demandé de se louer son propre appart, raconte-t-il. On les fait vivre quasiment en lockdown [confinement], c’est maison-patinoire et patinoire-maison. » Une vie d’ermite, voilà à quoi ressemble le quotidien de plus en plus d’athlètes. « C’est vrai que j’ai fait plus attention que les autres années, admet Tess Ledeux. J’ai quand même fêté Noël en famille, mais on n’était que cinq. Depuis quelques jours, je ne sors plus, je ne vais plus au resto et je limite au maximum mes contacts. » Même prudence du côté de Clément Noël, qui n’approche plus personne sans la présentation d’un test négatif  : « Les rares fois où je rentre chez moi entre les épreuves, je ne vois que ma compagne et elle se fait tester avant que j’arrive. On n’a pas d’autres choix. » Une galère organisationnelle pour les staffs Au doigt mouillé, Alex Vanhoutte, l’entraîneur de l’équipe de France de bobsleigh, estime que sa charge de travail a doublé par rapport au monde d’avant  : « Toutes nos décisions sont prises par rapport au Covid-19, sur des choix de déplacements, sur les plannings, sur tout. On doit faire gaffe, car si on se loupe, ça peut avoir des impacts importants. » Pourtant, malgré ce contexte pesant, l’ancien bobeur a décidé de jouer les paratonnerres à bad news pour ses athlètes  : « Il y a des choses que je ne vais pas leur dire pour ne pas rajouter plus de stress. On doit jongler entre les deux  : ne pas être trop pessimiste au risque de leur faire peur, et en même temps leur dire de faire gaffe. » Et pour ce qui est du sport et du plaisir, on attendra le début des Jeux à Pékin. Leo Messi « presque rétabli » La superstar argentine du PSG Leo Messi a publié, jeudi sur son compte Instagram, une photo accompagnée d’une légende dans laquelle il remercie ses fans pour leur soutien. Il reconnaît avoir eu besoin de « plus de temps que prévu pour aller bien » après avoir contracté le Covid-19 pendant les fêtes de fin d’année dans son pays. Absent encore contre Brest ? « Je suis presque rétabli et je suis très impatient de retourner sur le terrain, a indiqué l’ancien joueur du FC Barcelone. Je m’entraîne ces jours-ci pour me remettre à 100%, de très beaux défis arrivent cette année et j’espère que très bientôt nous pourrons nous revoir. » Depuis son retour à Paris, après avoir été testé négatif, Leo Messi s’est entraîné à part, sans intégrer l’entraînement collectif au Camp des loges, le centre d’entraînement du PSG. Son état de forme avait incité le staff parisien à le préserver lors du match à Lyon (1-1). Selon ESPN Argentina, le leadeur du championnat de France devra également se passer de sa superstar lors de la réception de Brest, samedi. Ligue 1 – 21 e journée Vendredi  : Nice-Nantes Samedi  : Saint-Étienne-Lens, Paris-Brest Dimanche  : Rennes-Bordeaux, Strasbourg-Montpellier, Monaco-Clermont, Lorient-Angers, Reims-Metz, Troyes-Lyon, Marseille-Lille Classement Pts Diff. 1 PARIS 47 +22 2 NICE 36 +15 3 MARSEILLE 36 +12 4 RENNES 31 +15 5 MONTPELLIER 31 +9 6 LENS 30 +6 7 MONACO 30 +6 8 STRASBOURG 29 +12 9 NANTES 29 +2 10 LILLE 28 0 11 LYON 25 0 12 ANGERS 25 -1 13 BREST 25 -5 14 REIMS 24 0 15 CLERMONT 18 -12 16 TROYES 17 -10 17 BORDEAUX 17 -14 18 LORIENT 16 -16 19 METZ 16 -18 20 SAINT-ÉTIENNE 12 -23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :