20 Minutes France n°3693 5 jan 2022
20 Minutes France n°3693 5 jan 2022
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3693 de 5 jan 2022

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : des maux d'absence à anticiper chez les enseignants au second trimestre à cause du variant Omicran.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 MERCREDI 5 JANVIER 2022 Au sein des Républicains, on assure être proeuropéens. Ce qui n’empêche pas de flirter avec le souverainisme À Rachel Garrat-Valcarcel quatre mois de la présidentielle, l’année politique a commencé sur les chapeaux de roues. Dès le réveillon, même, quand Valérie Pécresse a tweeté son indignation de voir le drapeau européen remplacer l’étendard tricolore sous l’Arc de triomphe, à Paris, pour marquer le début de la présidence française de l’Union européenne. La candidate LR à la plus haute fonction de l’État a demandé « solennellement à Emmanuel Macron de rétablir notre drapeau tricolore à côté de celui de l’Europe ». Et de nombreux responsables politiques, à gauche et à l’extrême droite, de lui emboîter le pas. Le grand parti de la droite française et sa candidate à l’Élysée sont-ils en train de virer eurosceptiques ? Pas si vite, dit-on à LR. « On est proeuropéens », clame la députée européenne et porteparole de Valérie Pécresse, Agnès Evren. L’élue en veut pour preuve la récente tribune publiée dans Le Monde dans laquelle la candidate défend « le besoin d’une Europe puissante, ACTUALITÉ Une campagne avec un LR d’euroscepticisme ? 192 483 Soit le nombre de faux pass sanitaires que les forces de l’ordre ont mis au jour au 30 décembre, selon un bilan communiqué mardi par Gérald Darmanin. Le ministre de l’Intérieur a ajouté que 435 enquêtes avaient été ouvertes par la justice. Valérie Pécresse, candidate LR à l’Élysée, et Éric Ciotti, le 30 décembre à La Baule.L. Venance/AFP réconciliée avec la souveraineté, la défense des emplois, de notre agriculture, de notre culture et de nos valeurs. Oui, l’Europe est perfectible mais plus que jamais nécessaire. » Ligne de fracture Une frange souverainiste existe pourtant à LR. Au sein de la très europhile UDI, qui a choisi de soutenir dès le premier tour Valérie Pécresse, on ne l’oublie pas  : « Je n’ai pas de doutes sur l’engagement européen de la candidate, assure le président du parti de centre droit, Jean-Christophe Lagarde. Mais d’autres responsables LR ne comprennent toujours pas que la France seule n’aura jamais la puissance pour résister à la Chine ou aux États-Unis. C’est pourquoi nous n’aurions pas soutenu Éric Ciotti s’il avait été désigné. » Or ce dernier a réuni 40% des militants et militantes LR lors du second tour du congrès d’investiture. « La question européenne a longtemps été une ligne de fracture à droite, souligne Emmanuelle Un bébé parmi les premiers migrants à traverser la Manche Dans les bras d’un homme descendant d’un bateau de sauvetage, un bébé en grenouillère rose. C’est l’une des premières images de migrants arrivés au Royaume- Uni en 2022, après une année qui a vu tripler ces dangereuses traversées de la Manche. L’homme et l’enfant, dont l’image a été capturée mardi par un photographe de l’AFP à Douvres (sud-est de l’Angleterre), ont été pris en charge par les services d’immigration. Photo  : B. Stansall/AFP Enquête pour tentative d’assassinats terroristes après l’explosion sur le Dakar Le parquet national antiterroriste a annoncé avoir ouvert, mardi, une enquête préliminaire pour tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste, après l’explosion qui a touché le véhicule occupé par un équipage de cinq Français, sur le Dakar en Arabie saoudite. La détonation, survenue le 30 décembre à Jeddah (centre-ouest du pays), a blessé grièvement le conducteur de la voiture, Philippe Boutron, 61 ans. Les autorités saoudiennes ont écarté samedi la piste d’un acte criminel. De son côté, le ministère français des Affaires étrangères a appelé ses ressortissants à la « vigilance maximale », rappelant que « la menace terroriste [persistait] en Arabie saoudite ». 2" Une vieille tradition Au sein du RPR de Jacques Chirac, une frange souverainiste a longtemps été représentée par Philippe Séguin et Charles Pasqua, ce dernier quittant le parti en vue des élections européennes de 1999. Même l’europhile UDF de Valéry Giscard d’Estaing a connu des troubles  : Philippe de Villiers, qui fait scission en 1994 et est aujourd’hui proche d’Éric Zemmour, est issu du parti de centre-droit. Reungoat, maîtresse de conférences en science politique à l’université de Montpellier. Dans les années 1990 et 2000, cela a même donné lieu à des scissions [lire l’encadré]. » Pour la chercheuse, également autrice d’Enquête sur les opposants à l’Europe (éd. Le Bord de l’eau), « cet héritage est toujours présent aujourd’hui à droite », même si, depuis vingt ans, il s’est fait plus discret  : « À partir de la création de l’UMP, en 2002, les courants souverainistes deviennent très minoritaires et le parti devient plus clairement proeuropéen. Mais il faut ménager les différents électorats et s’adapter aux discours des adversaires, ce qui fait prendre des positions symboliques. » Comme – au hasard – une question de drapeau sur un monument célèbre. L’inflation en France maintient son rythme en décembre, à 2,8% sur un an L’indice des prix à la consommation a augmenté de 2,8% sur un an au mois de décembre, soit le même taux qu’en novembre, a rapporté mardi l’Insee dans une première estimation provisoire. Alors que les tarifs de l’énergie ont ralenti, les prix de l’alimentation ont progressé de 1,4% en décembre, et les produits frais de 3,3%, tandis que ceux des produits manufacturés ont augmenté de 1,2%. L’inflation se fera aussi sentir dans les tarifs bancaires cette année, avertit l’association Consommation logement cadre de vie. CLCV encourage les consommateurs à comparer les offres et faire jouer la concurrence. Le bouclier thermique du télescope « James- Webb » déployé avec succès dans l’espace Le télescope spatial James-Webb a franchi mardi une étape majeure pour la réussite de sa mission avec le déploiement de son bouclier thermique. Ce pare-soleil est composé de cinq couches, chacune de la taille d’un terrain de tennis, destinées à protéger les instruments scientifiques. L’observatoire a décollé il y a un peu plus d’une semaine de Guyane française et se trouve à plus de 900 000 km de la Terre. Photo  : AFP/Nasa TV
Les lignes d’opérateurs de covoiturage du quotidien se multiplient avec le soutien financier, de plus en plus fréquent, des collectivités Fabrice Pouliquen D’abord, se rendre à l’arrêt de covoiturage le plus proche et signaler sa présence sur une application mobile. La demande s’affiche alors sur les panneaux lumineux disposés en amont de l’arrêt et sur les smartphones des conducteurs connectés à l’application. Le premier intéressé s’arrête, prend en charge le passager et le dépose à l’arrêt souhaité. Si le covoiturage est présenté comme l’auto-stop d’autrefois, les lignes que met en place Ecov, dans une vingtaine de territoires en France, se veulent aussi pratiques que le bus. + DE 20 MINUTES PLANÈTE MERCREDI 5 JANVIER 2022 7 La Loi d’orientation des mobilités, promulguée fin 2019, « permet aux collectivités de financer en partie des dispositifs de covoiturage », assure Thomas Matagne, président de l’opérateur Ecov. B. Horvat/AFP Transports Le covoiturage sur la bonne voie ? Sur la ligne Lane, que la start-up a ouverte entre Bourgoin-Jallieu (Isère) et Lyon (Rhône) (lire page suivante), « le nombre de conducteurs inscrits est tel que le temps d’attente moyen du covoituré s’établit autour de quatre minutes et demie », indiquait fin novembre Thomas Matagne, président d’Ecov. Voilà des années que la nécessité de faire décoller cette solution de mobilité est évoquée. Les avantages sont multiples. Tant pour les usagers (gain de pouvoir d’achat) que pour la collectivité (décongestion des routes, diminution de la pollution, baisse des émissions de CO 2). Mais contrairement à la version longue distance, portée par la success story Blablacar, le covoiturage du quotidien patine toujours (lire l’encadré). Il représentait un peu moins de 250 000 trajets réalisés en novembre (le meilleur mois de 2021), selon le Registre de preuve de covoiturage, plateforme gouvernementale qui collecte les données de 20 opérateurs de covoiturage courte distance – 10 autres s’y ajouteront prochainement. Soit une goutte d’eau comparée aux 181 millions déplacements quotidiens réalisés en France en 2019, selon la dernière enquête nationale sur la mobilité des Français. La voiture est utilisée dans 70% des déplacements domicile-travail. « Surtout, le taux de remplissage moyen de ces « Il faut parvenir à inverser cette tendance à « l’autosolisme ». » Aurélien Bigo, chercheur véhicules baisse ces dernières décennies, pointe Aurélien Bigo, chercheur sur les questions de transition énergétique des transports, Il n’est plus que de 1,3, et même 1,1 sur le domicile-travail. C’est cette tendance à « l’autosolisme » qu’il faut parvenir à inverser. » Or le covoiturage devient la principale façon de combattre cette tendance. « Il est de plus en plus intégré dans la boîte à outils des autorités organisatrices des transports », reprend Claude Faucher, délégué général de l’Union des transports publics et ferroviaires. Thomas Matagne y voit l’un des apports majeurs de la Loi d’orientation des mobilités, promulguée fin 2019. « Elle permet aux collectivités de financer en partie des dispositifs de covoiturage », explique-t-il. Résultat  : le modèle économique du covoiturage du quotidien change. Le coût du service n’est plus tant supporté par ceux qui l’utilisent, mais par les collectivités et entreprises. Une certitude  : les lignes de covoiturage se multiplient à mesure que se créent de nouveaux opérateurs et que des collectivités et entreprises passent des appels d’offres. Joachim Renaudin, directeur des études de l’opérateur de covoiturage Karos, y voit l’alignement des deux premières planètes nécessaire au décollage du covoiturage en France. Mais, tout comme Thomas Matagne, il en espère une troisième, tout aussi indispensable  : la création d’un vrai « système covoiturage », « de la même façon qu’on l’a fait pour le vélo, en multipliant notamment les pistes cyclables ». Les chiffres du ministère Le ministère de la Transition écologique évoque tout de même 900 000 personnes covoiturant chaque jour pour aller travailler. « Mais ce chiffre englobe le covoiturage informel, c’est-à-dire avec son conjoint, les enfants qu’on dépose en chemin à l’école, relativise Joachim Renaudin. Certes, ça compte, mais ce covoiturage informel repose sur du déclaratif et est plus difficile à mesurer. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :