20 Minutes France n°3693 5 jan 2022
20 Minutes France n°3693 5 jan 2022
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3693 de 5 jan 2022

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : des maux d'absence à anticiper chez les enseignants au second trimestre à cause du variant Omicran.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 MERCREDI 5 JANVIER 2022 L’explosion actuelle des contaminations fait redouter de multiples absences d’enseignants au second trimestre ACTUALITÉ En décembre, le conseil scientifique estimait que 30% des enseignants pourraient être absents d’ici à la fin janvier à cause de la pandémie. M. Pattier/Sipa Covid-19 Éducation nationale cherche profs remplaçants « J Delphine Bancaud anvier sera tendu », a reconnu le ministre de l’Éducation, Jean- Michel Blanquer, dans une interview au Parisien publiée lundi en évoquant les prochaines semaines à l’école. En décembre, le conseil scientifique estimait que 30% des enseignants pourraient être absents d’ici à fin janvier, parce qu’ils seraient touchés par le Covid-19 ou parce qu’ils devraient garder leurs enfants à la maison. Selon Pierre Favre, vice-président du Syndicat national des écoles, la situation est déjà tendue dans certains établissements du premier degré dans quelques territoires, « comme le Sud- Est, le Nord, le Grand-Est, même s’il ne s’agit pas encore d’un scénario catastrophe », précise-t-il. Mais c’est surtout dans les établissements du second degré que les absences commencent à se faire ressentir. « Nous avons des remontées provenant des académies de Rennes, de Strasbourg et de Clermont-Ferrand, qui font part de 10% d’enseignants absents », indique Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU. Laurent Zameczkowski, porte-parole de la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public, constate aussi que « les académies de Créteil et de Versailles sont touchées par de nombreuses absences d’enseignants qui ont été aggravées par la crise sanitaire ». Un souci pour l’Éducation nationale, qui a déjà du mal à gérer les absences de profs en période hors Covid-19. Anticipant les désorganisations en raison de la flambée des cas d’Omicron (lire l’encadré), le ministère de l’Éducation a élaboré une stratégie. Le nouveau protocole en place depuis lundi prévoit que les professeurs cas contacts, s’ils sont vaccinés, pourront donner cours après avoir fait un Pour limiter les absences, le ministère a suspendu pour les prochains mois les départs en formation continue. test négatif. Pour limiter les absences, le ministère a aussi suspendu pour les prochains mois les départs en formation continue. Et il souhaite recruter plus massivement des contractuels. « Ce qui permet, dans le premier degré, de passer d’une capacité de remplacement de 9% [sur la totalité des effectifs des professeurs écoles] à 12-15% selon les académies », affirme Jean-Michel Blanquer dans Le Parisien. Des campagnes de recrutements de contractuels sont déjà organisées toute l’année par les académies, « mais elles ne suffisent pas car, dans le second degré, en novembre, des élèves n’avaient pas eu de cours dans certaines disciplines faute d’enseignants », souligne Sophie Vénétitay. Les retraités à la rescousse Pour étoffer son vivier de remplaçants, le ministère mise notamment sur les anciens profs  : « On a des vacataires volontaires qui ont pris leur retraite il y a un, deux ou trois ans, peut-être un peu plus, a indiqué Jean-Michel Blanquer lundi sur LCI. On parle de plusieurs centaines par académie. » Autre moyen pour le ministère de booster le vivier de remplaçants  : faire appel aux étudiants « qui n’ont pas réussi leur concours mais ont des aptitudes à l’enseignement », dixit Jean-Michel Blanquer. Mais y aura-t-il assez de candidats ? Laurent Zameczkowski est pessimiste  : « Les collégiens et les lycéens risquent d’avoir des emplois du temps en gruyère lors du second trimestre. Et plus les enfants accumuleront de retard dans les programmes, plus cela handicapera leur parcours scolaire. » Record de contaminations Dans un contexte toujours marqué par la flambée du variant Omicron, près de 300 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en France au cours des dernières vingt-quatre heures, a annoncé mardi le ministre de la Santé, Oliver Véran. Le dernier record remonte à fin décembre, avec un peu plus de 230 000 nouveaux cas en une journée. * AVEC 200 VOUS minutes 2" u Pour les parents, « le protocole est compliqué » Fiona Bonassin À la veille de la rentrée, dimanche soir, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation, a décidé de modifier le protocole sanitaire des établissements scolaires. Depuis lundi, les élèves de primaire doivent se faire tester trois fois s’ils sont cas contact. Les parents doivent ensuite attester par écrit sur l’honneur que les tests ont bien été réalisés et qu’ils sont négatifs. Maëlle a répondu à notre appel à témoignages  : « [Mardi], un élève a été déclaré positif dans la classe de ma fille en CM1. Tous les parents ont été appelés pour venir chercher leur enfant et l’emmener se faire tester. Problème, le prochain rendez-vous pour un test en pharmacie n’est que jeudi à 15h. » Bienvenue dans le « casse-tête » – le mot revient souvent dans les témoignages – de la rentrée d’hiver. « Mes enfants n’en peuvent plus ! » « Le nouveau protocole est lourd, compliqué pour les parents et les enfants », se désespère Élise. Même son de cloche du côté de Gaëlle  : « Le casse-tête dans l’histoire  : trouver un endroit pour faire tester ma fille. Alors c’est presque 50 km aller-retour pour le test, le tout pendant mon temps de travail. » Deux ans après le début de la pandémie de Covid-19, les enfants et les parents enchaînent les contraintes et les changements de protocoles. « L’école est un lieu où se propage le virus, c’est inévitable », souligne Yasmine, qui imagine les scènes à venir  : « Mes enfants connaissent [les tests], ils ne se laissent plus faire, et surtout pas trois fois en quatre jours. Péniblement je vais réussir à leur chatouiller les narines. Quelle mascarade ! » Christelle, elle, est au bord de la crise de nerfs  : « Ces nouvelles mesures sont de trop. Déjà, les masques toute la journée, mes enfants n’en peuvent plus ! Si un cas positif arrive dans leur classe, je ferai le premier test… Mais ils ne retourneront pas à l’école, je ne veux pas leur imposer les deux autres tests à faire pour retourner dans leur classe. » Les élèves doivent passer trois tests s’ils sont cas contact (ici, jeudi à Lyon).L. Cipriani/AP/Sipa
20 Le masque FFP2 comme garde du corps Des médecins, des politiques et des syndicalistes soutiennent qu’il permettrait de mieux se protéger du variant Omicron Oihana Gabriel D éferlante », « mur », « raz-demarée » … Les images inquiétantes se multiplient pour parler du variant Omicron. Et face à ce virus extrêmement contagieux, certains médecins estiment que les FFP2, ces masques en forme de bec de canard plus filtrants que les chirurgicaux, pourraient être une option pour mieux se protéger. À raison ? Plusieurs de nos voisins européens ont fait le choix, dans les lieux les plus à risque, d’imposer ce masque. Dimanche, Éric Ciotti s’est appuyé sur ces exemples  : « J’appelle à la généralisation du FFP2, a déclaré au Grand jury RTL/LCI/Le Figaro le député des Alpes- Maritimes. On va y venir, j’en prends le pari, parce que ce masque protège plus et que d’autres pays, comme l’Autriche et l’Italie, y sont venus. » Dans la u TRAVAUX LIGNES AUCUN TRAIN AU DÉPART ET À L’ARRIVÉE DES GARES DE PARIS-EST, MAGENTA ET HAUSSMANN SAINT-LAZARE DANS LA MESURE DU POSSIBLE, NOUS VOUS INVITONS À REPORTER VOS DÉPLACEMENTS. ACTUALITÉ MERCREDI 5 JANVIER 2022 5 foulée, Jean-Luc Mélenchon a prévenu, lundi, que des masques FFP2 seraient distribués dans les meetings de LFI. Si pour le moment, des citoyens choisissent de leur plein gré d’investir dans ce type de masque, les recommandations n’ont pas bougé. Pour l’infectiologue Éric Caumes, interrogé par l’AFP, il n’y a « aucune raison » de généraliser le port du masque FFP2, qui doit être réservé aux soignants avant tout », a assuré le médecin, évoquant une « fausse polémique ». « Ce n’est pas la solution miracle » Imposer le masque FFP2 ne semble « pas évident » non plus pour Pierre Parneix, médecin de santé publique au CHU de Bordeaux. Du côté des avantages, « un masque FFP2, ça filtre mieux, c’est sûr » (lire l’encadré). Mais le médecin met en garde  : « Ce n’est pas la solution miracle. S’il y a des fuites, il est inutile. Si vous avez la barbe, si vous le mettez sous la pluie, il perd en efficacité. Et il est plus difficile à supporter longtemps. » Du côté de l’enseignement, l’université Claude-Bernard-Lyon-1 a annoncé WEEK-END TRAVAUX LES 15 ET 16 JANVIER 2022 Sur le RER E  : Le trafic sera interrompu entre HaussmannSaint-Lazare et Chelles - Gournay et entre HaussmannSaint-Lazare et Les Yvris Noisy-le-Grand. Sur la ligne P  : Le trafic sera interrompu entre Paris-Est et Verneuil-l'Étang, entre Paris-Est et Tournan et entre Paris-Est et Vaires - Torcy. Plus protecteur que le chirurgical (à g.), le FFP2 (à dr.) reste contraignant, selon des médecins. Isopix/Sipa qu’il serait mis à disposition de chaque étudiant qui passe un examen en présentiel. La secrétaire générale du Syndicat national des enseignants du second degré, Sophie Vénétitay, a, elle, estimé au micro d’Europe 1, dimanche, que l’Éducation nationale devrait fournir aux enseignants des masques plus protecteurs. « Ce serait imposer aux enseignants une contrainte forte, contredit Pierre Parneix. Faire un cours toute la journée en FFP2, il faut y arriver, surtout avec des enfants… » PRÉPAREZ VOTRE VOYAGE En savoir plus sur les solutions de transport alternatives sur  : Appli Île-de-France Mobilités UNE INTERRUPTION DES CIRCULATIONS LES 15 ET 16 JANVIER 2022 transilien.com Appli SNCF L’interruption des circulations le week-end du 15 et 16 janvier 2022, permettra d’effectuer des travaux de sécurisation sur les voûtes du pont Philippe de Girard situées à l’entrée de la gare de Paris-Est. Dans le même temps, des essais sur le nouveau système d’exploitation et de supervision du RER E seront réalisés pour préparer la mise en service du futur Centre de Commandement Unique SNCF de Pantin (93). Ce dernier permettra d’optimiser la gestion des circulations et de l’information voyageurs sur l’axe transilien Est-Ouest. Efficace, mais coûteux Selon une étude réalisée par l’université américaine de Princeton et publiée le 7 décembre, une personne non infectée qui passerait une heure à parler avec une personne positive au Covid-19 aurait jusqu’à 30% de risque d’être infectée ; mais, lorsque toutes deux portent un masque FFP2 bien ajusté, ce risque chute à 0,4%. Néanmoins, il faut noter qu’une boîte de 20 FFP2 avoisine les 20 € , contre 5 € les 50 masques chirurgicaux. dooMii% OMM ronsIrIeri pcdir îlecieFrant En gare POURQUOI CES TRAVAUX ?



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :