20 Minutes France n°3685 3 déc 2021
20 Minutes France n°3685 3 déc 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3685 de 3 déc 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : les Républicains, à droite, toute.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
8 VENDREDI 3 DÉCEMBRE 2021 20 MINUTES AVEC Le contexte  : En 1993, Jane Campion est la première femme à recevoir une Palme d’or à Cannes pour La Leçon de piano. Son dernier film, The Power of the Dog, est disponible depuis mercredi sur Netflix. La réalisatrice néo-zélandaise de 67 ans était sans doute la personnalité du cinéma la mieux placée pour revenir sur l’évolution de la place des femmes dans ce milieu. Légende de la photo. Crédit photo Propos recueillis par Caroline Vié Le mois dernier, elle recevait un prix Lumière à Lyon et, en septembre, le Lion d’argent de la mise en scène à la Mostra de Venise pour The Power of the Dog, son nouveau film disponible depuis mercredi sur Netflix. Jane Campion y oppose un cow-boy, incarné par Benedict Cumberbatch, à sa nouvelle belle-sœur, jouée par Kirsten Dunst. La réalisatrice néo-zélandaise de 67 ans revient sur le rayonnement international des réalisatrices, notamment françaises, et sur l’évolution de la place des femmes au cinéma depuis #MeToo. Est-ce par provocation que vous avez placé des personnages masculins au centre de The Power of the Dog ? J’estime qu’il n’y a aucune raison pour que les réalisatrices s’interdisent de raconter des histoires d’hommes, surtout quand elles ont aussi une influence sur les femmes. Le regard sur la masculinité et l’oppression qu’elle peut faire subir, tant sur les hommes que sur les femmes, m’a donné envie de me plonger dans ce récit de Thomas Savage. Ce qui arrive à ces gens du Montana dans les années 1920 m’a brisé le cœur, et cela n’a rien à voir avec leur genre, ni avec celui du film. Je suis toujours un peu agacée de voir certains réduire le film à un simple western… Pleine de projets, la réalisatrice se dit vigilante sur l’évolution des droits des femmes. R. Latour/AFI/Shutterstock/Sipa Jane Campion réalisatrice « Les réalisatrices ne doivent pas s’interdire de raconter des histoires d’hommes » Vous refusez d’enfermer votre film dans une case ? Exactement ! Sincèrement, c’est bien un truc de mec de vouloir tout étiqueter ! The Power of the Dog se déroule dans l’Ouest américain, c’est vrai. Mais le récit déconstruit le mythe du western, avec ses gars machos et indestructibles. Je trouve dommage qu’il faille rassurer le public en collant des labels sur les œuvres. C’est comme quand, autrefois, on parlait de « films de femmes ». Les réalisatrices ont longtemps été perçues comme des féministes aux dessous-de-bras velus. Il faut balayer ces idées idiotes. Ces idées n’ont-elles pas été balayées par le mouvement #MeToo ? ru Si, et j’en suis ravie. Il y a dix ans, je n’aurais pas pu produire un film comme The Power of the Dog. En sachant qu’il serait réalisé par une femme, les financiers auraient décliné. Là, si j’ai eu du mal à trouver du financement, c’est parce que le film « Si j’ai eu du mal à trouver du financement, c’est parce que le film coûtait cher, pas parce que je suis une femme. » coûtait cher, pas parce que je suis une femme. C’est un progrès énorme. Mais, il n’y a pas que cela. Je crois que la complexité qu’elles apportent souvent à leurs récits a aussi son importance. Le public a envie d’histoires moins unidimensionnelles, de points de vue différents. En avez-vous bavé, personnellement ? Vous n’avez pas idée ! J’ai longtemps eu du mal à m’imposer parce que les hommes en place me considéraient comme une casse-pieds. Quand je suis sortie de mon école de cinéma, un de mes profs avait déconseillé à la télévision de retenir ma candidature pour réaliser la série Dancing Daze, au profit de garçons parmi ses élèves. Il a fallu que la productrice Jan Chapman, qui a ensuite produit mes films La Leçon de piano, Holy Smoke et Bright Star, passe outre pour m’imposer. Comment avez-vous résisté pendant toutes ces années ? Je ne suis pas du genre à me laisser abattre, c’est ce qui m’a sauvée. Mais j’ai pensé à mes romancières préférées, comme Emily Brontë, qui a eu sans doute bien plus de mal que moi à imposer sa vision à son époque. Et j’ai toujours refusé les compromis, car je savais que, si je cédais, tout serait fini pour moi. Vous ne me verrez pas réaliser des films de superhéros, même si on m’offrait une fortune ! J’ai retrouvé la même détermination chez Julia Ducournau. C’est elle qui m’a remis le prix Lumière à Lyon. Vous avez aimé son film Titane ? Quel choc ! Julia Ducournau y va à fond, sans s’excuser. Elle assume ce qu’elle montre et ce qu’elle dit. C’est merveilleux de voir qu’un film aussi original peut être autant apprécié. La Palme d’or de Titane est méritée, et je souhaite au film de pouvoir aussi trouver sa place aux Oscars, bien que je me doute que ce sera difficile avec un univers aussi radical. Mais j’adore l’idée que des femmes puissent réaliser des films organiques, puissants, de grands films, tout simplement. C’est ce qui compte finalement au cinéma  : la qualité des films. Comment envisagez-vous l’avenir ? Je reste très vigilante sur les droits des femmes. Je me sens toujours bourrée d’énergie. J’envisage même de tourner un nouveau film et d’enseigner le cinéma.
La bonne affaire de décembre. EN ATTENDANT NOËL, j VOUS SEREZ TOUJOURS M LA PLUS BELLE l'ORAGE lAlearliapipmarhustmea 11110. I) r... AVEC LE COMPTE DU 1 ER AU 14 DÉCEMBRE * -30%** SUR UNE SÉLECTION DE COFFRETS CADEAUX ET CALENDRIERS DE L’AVENT BEAUTÉ*** M ON °PRIX * Les 5 et 12 décembre, uniquement pour les magasins ouverts le dimanche. ** Remise immédiate en caisse sur présentation de la carte M’. Offre non cumulable avec toute autre offre ou promotion en cours. Voir conditions du compte M’en magasin ou sur MONOPRIX.fr. *** Hors rayon parapharmacie. Monoprix - SAS au capital de 79 248 128  € - 14-16, rue Marc Bloch - 92110 Clichy - 552 018 020 R.C.S. Nanterre – Pré-presse  : elPev



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :