20 Minutes France n°3677 18 nov 2021
20 Minutes France n°3677 18 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3677 de 18 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : le pronom non genré fait son entrée dans le dictionnaire Le Robert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
4 JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 « J’assume une volonté de rupture » Le candidat insoumis à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, présente son programme ce jeudi. Il répond en exclusivité aux questions de « 20 Minutes » Propos recueillis par Rachel Garrat-Valcarcel et Thibaut Le Gal J ean-Luc Mélenchon accélère sa campagne. Le candidat LFI à la présidentielle présente ce jeudi son programme. Une version mise à jour de L’Avenir en commun, déjà défendu en 2017. Le député insoumis a répondu à nos questions sur ce qu’il confie être sa dernière campagne présidentielle. Que retenez-vous du quinquennat d’Emmanuel Macron ? Il a été le président des riches et du saccage social. Avec lui, les inégalités se sont aggravées. Des poches de pauvreté absolue se sont créées  : 8 millions de bénéficiaires de l’aide alimentaire, 12 millions de personnes contraintes de baisser le chauffage parce que ça coûte trop cher. Emmanuel Macron a instauré une société d’un type nouveau  : ça va très bien pour certains, très mal pour d’autres et, au milieu, c’est « sauve qui peut ». Vous proposez de réunir une Assemblée constituante pour en finir avec la V e République. Pourquoi ? Dans le régime actuel, on applique toujours les textes de l’Union européenne, et une seule personne à l’Élysée décide de tout. Ce déni de démocratie explique l’indifférence mâtinée de colère à l’égard de la politique de toute une partie de la population reléguée Le Paxlovid fait l’objet d’une demande d’autorisation urgente aux États-Unis. Pfizer/AFP e Manon Aublanc ACTUALITÉ « Nous donnerons à tous les étudiants détachés du foyer de leurs parents une allocation d’autonomie de 1000  € . » socialement. Nous avons besoin d’une refondation du peuple français. Le défi posé est le suivant  : garantir la stabilité des institutions et l’intervention populaire dans la politique, avec le référendum d’initiative citoyenne ou le référendum révocatoire. La Constituante est le cœur de notre révolution citoyenne. Comment tenir votre calendrier de sortie du nucléaire avant 2050, alors que certaines techniques ne sont pas encore au point ? Le réseau nucléaire lui-même a été développé en très peu de temps. On peut développer les énergies renouvelables alternatives. On parle souvent de l’éolien, mais il y a aussi du solaire, du luminescent, du thermique, des hydroliennes. Et puis il y a les ressources, pour l’instant encore mal maîtrisées, mais qu’un effort technologique permettrait de traiter  : l’énergie des mers et des océans. Par ailleurs, nous défendons la sobriété énergétique et la règle verte. Nous mettrons, par exemple, fin aux passoires thermiques, soit des millions de logements. Ces mesures s’insèrent dans un grand schéma de planification écologique. Votre projet évoque la « création d’un état d’urgence sociale ». Que proposez-vous ? Le blocage des prix sur l’énergie et l’alimentation. Nous défendons aussi une hausse du smic, le report de la date de remboursement des prêts garantis par l’État ou l’embauche de 300 000 emplois jeunes. Il faudra aussi plafonner Une pilule Pfizer contre le Covid-19 Pourra-t-on bientôt prendre un médicament chez soi en cas de test positif au Covid-19 ? C’est le pari du géant pharmaceutique Pfizer, qui a déposé, mardi, une demande d’autorisation en urgence aux États-Unis pour le Paxlovid. Ce traitement antiviral oral est destiné à prévenir les formes graves du Covid-19, et donc diminuer les hospitalisations et les décès. Ce comprimé pourrait être « prescrit au premier signe d’infection ou à la première prise de conscience d’une exposition », précise le laboratoire américain. Selon les résultats de l’essai les frais bancaires, à 200  € maximum, sur un an, pour tous les comptes. Que proposez-vous pour lutter contre la précarité des jeunes ? Les images d’étudiants dans des files d’attente pour aller à la soupe populaire vont rester dans la mémoire collective, comme celles de la crise de 1929. Nous donnerons donc à tous les étudiants détachés du foyer de leurs parents une allocation d’autonomie de 1000  € . Cette aide sera étendue à tous les élèves de l’enseignement professionnel, de la seconde à la terminale et au BTS. Comment mettre en place votre programme, alors que certains clinique, commencé fin septembre, la pilule de Pfizer est efficace à 89% pour prévenir le risque d’hospitalisation ou de décès. L’américain Merck a également développé un traitement contre le Covid-19  : le molnupiravir. Selon un essai clinique, ce traitement diminue par deux le risque d’hospitalisation s’il est administré aux patients dans les jours qui suivent un test positif. Le médicament a été autorisé, début novembre, au Royaume-Uni. À VOIR AUSSI En quoi consiste le Paxlovid ? 2" u Jean-Luc Mélenchon nous a reçus dans son bureau à l’Assemblée, à Paris, mardi. O. Juszczak/20 Minutes points vont à l’encontre des traités européens ? Nous ferons un « opt-out » [dérogation] sur les points stratégiques incompatibles avec notre programme. Je préfère le dire, je ne suis pas « frexiter ». Mais je ne vais pas pour autant avaler tout le catéchisme eurobéat. Notre programme sera appliqué de la première à la dernière page. J’assume une volonté de rupture avec le système néolibéral. Je ne le cache pas, c’est inscrit dans notre programme. Les tours de vis sur nos services publics ne sont plus tenables. Quand on arrive à l’os, il casse. L’hôpital est en train de casser, l’école également. L’ancien prêtre Bernard Preynat arrêté dans la Loire. Condamné en 2020 à cinq ans de prison ferme pour des agressions sexuelles sur mineurs commises entre 1971 et 1991 dans le diocèse de Lyon (Rhône), l’ex-prêtre Bernard Preynat a été arrêté mercredi dans la Loire, a-t-on appris de source policière. L’homme, âgé de 76 ans, avait jusque-là évité l’incarcération pour des raisons de santé. Il devait être présenté à un juge et incarcéré dans la foulée, a précisé cette source, confirmant une information de M6.
Un an après la disparition de son partenaire et ami Vince Reffet, Fred Fugen raconte sa reconstruction par le sport À Lyon, Jérémy Laugier Depuis son accident, je dois réapprendre à vivre. » Le wingsuiteur Fred Fugen, 42 ans, affronte le décès de son complice pendant vingt ans, Vince Reffet. Il y a un an, l’athlète de 36 ans a effectué une chute mortelle lors d’un entraînement en Jetman (une aile motorisée, avec quatre miniréacteurs), à Dubaï. Dix jours plus tard, Fred Fugen, son acolyte chez les Soul Flyers – un spectaculaire duo des airs haut-savoyard –, avait tenu à sauter en Basejump depuis une falaise, au-dessus du lac d’Annecy, avec des proches de Vince Reffet. « Le jour suivant, on organisait une cé- rémonie pour disperser les cendres de Vince à La Clusaz, le spot où on s’entraînait souvent », se rappelle Fred Fugen. Ce dernier a dû, par la suite, faire face à un dilemme  : devait-il mettre fin aux Soul Flyers ou vite se replonger dans de nouveaux projets ? Dès le mois de décembre 2020, Fred Fugen opte pour la deuxième option, en se rendant au Liban pour le repérage d’un vol en wingsuit (avec une combinaison ailée) programmé depuis des mois avec son ami disparu. « C’était chaud de se remettre dedans, mais ce voyage m’a changé les idées », confesse-t-il. « Je le trouve hyper courageux, reconnaît Dino Raffault, producteur et réalisateur de nombreux projets des Soul Flyers. Pour lui, il n’y avait pas d’autre issue que de repartir à fond et de faire vivre la mémoire de Vince. » L’agenda 2021 de Fred Fugen s’est ainsi rapidement rempli, dès janvier avec un vol sur la face de Bellevarde (Savoie), préparé, là aussi, quelques mois plus tôt avec Vince Reffet. « Je me suis mis en tête d’aller au bout des nombreux + DE 20 MINUTES HORS TERRAINS JEUDI 18 NOVEMBRE 2021 5 Wingsuit Des ailes redéployées de l’enfer « C’était chaud de se remettre dedans, mais ça m’a changé les idées. » Fred Fugen projets qu’on avait imaginés ensemble, confie Fred Fugen. Les réaliser, c’est une manière pour moi d’être encore avec lui. Ce qui est nouveau, c’est de réfléchir seul à tout ça. » En avril, il s’est rendu dans la vallée sainte de Qadisha, au Liban, pour survoler une forêt de cèdres classée au patrimoine mondial de l’Unesco, comme il avait, là encore, prévu de le faire avec Vince Reffet. « Il n’y avait encore jamais eu de vol en wingsuit au Liban », indique le Haut-Savoyard, entouré pour l’occasion de Vincent Cotte et d’Aurélien Chattard, deux athlètes qui l’accompagnaient déjà régulièrement avant ce tragique 17 novembre 2020. Puis, Fred Fugen partage un vol en Égypte avec son père, âgé de 80 ans. « Je ne m’étais pas imaginé que je serais capable de faire autant de choses sans lui, précise-t-il. Mais dès que j’ai une baisse de régime, je pense à Vince, à toute son énergie et à son envie, et ça me booste pour continuer tout ça. Je le sens avec moi pour me pousser. Aujourd’hui, je continue donc à voler pour lui, mais pour moi aussi, car c’est toute ma vie. » Pour la petite histoire, ses parents, tous les deux passionnés de chute libre de longue date, s’étaient même rencontrés dans un centre de parachutisme. Un héritage familial, donc. Autre exploit, l’aventurier de 42 ans a traversé en wingsuit – et à 250 km/h –, à seulement 15 m du sol, le cœur de la station d’Avoriaz (Haute-Savoie), « un projet complètement taré », et a volé en Égypte, pour un autre projet en wingsuit inédit et « inoubliable » au milieu des pyramides, avec Vincent Cotte et l’Américain Mike Swanson. Autant de plans aux allures d’échappatoire, comme il le reconnaît  : « Malgré le départ de Vince, je prends énormément de plaisir à faire ces vols avec des potes. C’est absolument génial de pouvoir voler en wingsuit dans les montagnes. Notre sport amène des sensations de liberté inégalables. Quand je suis en plein vol à 200 km/h de moyenne, je ne pense à rien d’autre qu’à vivre l’instant présent, donc c’est aussi une manière de me vider la tête. » Le tout sans jamais songer au pire ? « On faisait déjà extrêmement attention, Vince et moi, assure Fred Fugen. J’essaie de faire encore plus attention mais c’est dur. Nous sommes dans des sports engagés, dans lesquels il y a un risque, et on l’accepte. » Surnommé « l’Homme volant », Vince Reffet avait « poussé très loin » la pratique de Jetman, en devenant le premier athlète au monde à décoller du sol pour s’envoler à 1 800 m d’altitude, et ce en atteignant la vitesse de 400 km/h. Pour Fred Fugen, l’une des épreuves les plus rudes de l’année a donc été de refaire une quinzaine de vols en Jetman, en août, en Espagne. « Ce jour-là, j’ai eu une vraie appréhension, reconnaît-il. Mais c’était important pour moi comme pour les gars de l’équipe de passer cette étape. » « Soulagé » d’avoir validé ce moment dans sa « reconstruction » personnelle, il envisage de lancer un film sur « l’ensemble de [leur] carrière ». Avec six titres de champions du monde de freefly dans les années 2000 ou exploits des Soul Flyers comme A Door in the sky, lorsqu’ils se sont élancés d’une falaise en wingsuit en 2017 pour se glisser à l’intérieur d’un avion en plein vol, dans « une scène digne de «James Bond» », dixit Dino Raffault, il y aura de la matière. « Peutêtre qu’un jour j’arrêterai tout ça, lance Fred Fugen. Mais il y a désormais une motivation supplémentaire  : j’ai aussi envie de voler pour rendre hommage à Vince, et lui faire honneur. » Parole de Soul Flyer. Vince Reffet (à g.) et Fred Fugen partagent un vol en wingsuit à Dubaï, en 2017. M. Haim/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :