20 Minutes France n°3676 17 nov 2021
20 Minutes France n°3676 17 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3676 de 17 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : interview d'Olivier Véran, au sujet de la 5e vague de Covid-19 qui frappe la France actuellement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 Des effets durables et dévastateurs La Commission indépendante sur l’inceste dévoile ce mercredi un bilan chiffré des séquelles à long terme chez les victimes M Hélène Sergentieux comprendre pour mieux soigner. Ce mercredi, la Commission indépendante sur l’inceste (Ciivise) dévoile les premières conclusions de l’appel à témoignages lancé le 21 septembre. En deux mois, 3 800 personnes ont répondu au questionnaire en ligne mis à disposition des victimes de violences sexuelles dans l’enfance. Une source d’information précieuse qui permet de mesurer l’ampleur des traumatismes subis et les conséquences qu’ont eues ces viols ou agressions sexuelles tout au long de leur vie. Les chiffres recueillis par la Ciivise et consultés par 20 Minutes témoignent du chaos provoqué par ces violences lorsqu’elles sont commises sur des mineurs. Ainsi, une victime sur trois Une offre de soins « éparpillée » En 2017, Emmanuel Macron avait annoncé la création de dix unités spécialisées dans la prise en charge globale du psycho t raumatisme. Une initiative saluée par Louis Jehel, mais insuffisante aux yeux d’Isabelle Aubry  : « L’offre de soins reste trop éparpillée et pas suffisamment identifiée. Vous le constatez quand vous écoutez les victimes d’inceste. Elles restent trop nombreuses à dire «J’ai eu de la chance parce que je suis tombée sur les bonnes personnes». Ça ne devrait pas être une question de chance. » Paul Mayaux dans les locaux de « 20 Minutes », à Levallois-Perret. O. Juszczak/20 Minutes Propos recueillis par Delphine Bancaud ACTUALITÉ rapporte avoir déjà fait une tentative de suicide au cours de sa vie. Une majorité d’entre elles – neuf sur dix – déclarent que ces violences ont eu un impact négatif sur leur confiance en elles et sur leur santé psychologique. D’après les questionnaires recueillis, une victime sur trois indique n’avoir aucune vie sexuelle et une femme sur trois souffre de problèmes gynécologiques. Pour expliquer ces chiffres, il faut se plonger dans le fonctionnement des psychotraumatismes propres à l’inceste. Si la plupart des victimes (90%) révèlent ce qu’elles ont vécu, beaucoup le font plusieurs années après les faits. « J’ai mis trente-cinq ans à associer mes symptômes à ce que j’ai vécu. » Isabelle Aubry, fondatrice de l’association Face à l’inceste Selon la Ciivise, sept victimes sur dix qui ont parlé de ces violences l’ont fait plus de dix ans après. Or « plus le temps passe entre l’agression et la révélation, plus les symptômes physiques ou psychiques associés à ce traumatisme vont s’aggraver », explique la docteure en psychologie clinique Karen Sadlier. À cela s’ajoute un manque d’informations à destination des enfants qui ont subi des viols ou des agressions sexuelles. « J’ai mis trentecinq ans à associer mes symptômes à ce que j’ai vécu », témoigne Isabelle Aubry. Violée par son père quand elle était enfant, la fondatrice de l’association Face à l’inceste pointe un « fléau de santé publique ». Ces nouvelles données doivent permettre d’affiner la prise en charge des victimes d’inceste, espère Louis Jehel, président de l’Institut de victimologie À l’occasion de la Journée internationale de l’étudiant, ce mercredi, Paul Mayaux, le président de la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), analyse les mesures concernant la vie étudiante qu’a prises le gouvernement durant ce quinquennat. La réforme des bourses, promise maintes fois, aura-t-elle lieu avant la fin du quinquennat ? À cinq mois de l’élection présidentielle, c’est peu probable. Sans doute NON -8 ÇAitvailv94e Lors d‘un rassemblement contre les violences sexuelles en 2020 à Ajaccio. P.Pochard-Casabianca/AFP de Paris  : « Le chiffre concernant la prévalence des tentatives de suicide chez ces patients doit nous permettre d’améliorer le repérage des victimes. Lorsqu’une personne arrive aux urgences pour ce motif, on devrait systématiquement l’interroger sur l’existence de violences sexuelles antérieures. Ce sont des questions délicates, mais il faut encourager les professionnels de santé à le faire. » L’amélioration du repérage doit s’accompagner d’un travail sur un parcours de soins plus adapté, alerte Isabelle Aubry  : « Quand j’ai monté l’association, il y a près de vingt ans, je me suis « L’abandon de la réforme des bourses est un regret » parce que le gouvernement a priorisé le revenu d’engagement, qui s’adresse à des jeunes jugés plus en difficulté que les étudiants. Cet abandon de la réforme des bourses est un regret. Les étudiants ne comprennent pas cette décision. La Fage préconise la mise en place d’une allocation de rentrée étudiante d’un montant de 275  € . Pourquoi le gouvernement ne vous a-t-il pas suivi sur ce point ? Sans doute parce qu’il a mis en place d’autres aides, comme l’aide de solidarité de 150  € versée aux étudiants boursiers lors de la crise sanitaire ou l’indemnité inflation, qui sera versée de décembre à février aux étudiants rendue au Canada. Là-bas, il existe des centres de prise en charge spécialisés. Ils sont tellement connus et identifiés qu’ils sont fléchés dans la rue. » Au sein de son institut, le professeur Louis Jehel a développé une « approche transversale »  : « L’inceste provoque des problèmes psychologiques mais aussi physiques, parfois sociaux ou juridiques. On essaie de proposer un accompagnement coordonné, mais on rencontre des difficultés de financement », regrette-t-il. À l’heure actuelle, plus de 400 personnes sont en attente d’une prise en charge au Centre du psychotrauma de Paris. boursiers, aux apprentis et aux étudiants qui sont fiscalement autonomes. Mais pour nous, cela n’aurait pas dû se substituer à une allocation de rentrée. Selon notre dernier indicateur, la rentrée étudiante coûterait 2 392  € , un montant en augmentation. Le ministère de l’Enseignement rétorque que, à la rentrée, il a gelé les frais d’inscription et les loyers des logements du Crous, et a augmenté de 1% les bourses… Il faut aller plus loin. Car si les bourses ont augmenté de 1% cette année, l’inflation, elle, a progressé de 1,9% sur cette période. Les mesures tampons ne doivent pas remplacer les aides structurelles. vf
Il y a mieux que faire surveiller votre maison par la voisine Maison Protéciée Alarme et Télésurveillance pendant 12 mois, puis 24,99 € /mois pour un appartement. Engagement 12 mois. Matériel inclus, sans frais d'installationto Centre de télésurveillance 24/24 orange'Application mobile pour piloter à distance votre alarme Offre soumise à conditions réservée aux abonnés particuliers Orange/Sosh (mobile ou Internet) pour les logements en France métropolitaine d'une surface jusqu'à 300 m2 et dont la valeur des biens mobiliers ne dépasse pas 100000 € . Frais de résiliation de 50 € . Conditions sur telesurveillance.orange.fr *Tarif pour une maison  : 29,99E/mois pendant 12 mois puis 34,99E/mois. Promotion valable pour toute 1'souscription (même titulaire, même adresse) du 07/10/2021 au 05/01/2022. (1) Le technicien détermine l'emplacement des détecteurs suite au diagnostic personnalisé, afin de sécuriser les axes stratégiques et les zones de valeur. Matériel inclus hors options complémentaires payantes. (2) Téléchargement et service gratuits hors coût de connexion variable selon l'offre détenue. En cas de résiliation avant la fin de la période initiale d'engagement, les mensualités d'abonnement restantes excluant les remises éventuelles sont dues, sauf en cas de résiliation pour motif légitime. Maison Protégée est une offre de télésurveillance proposée par Orange Télésurveillance (SASU au capital de 33610000E - Siège social  : 1 avenue du Président Nelson Mandela 94110 Arcueil - RCS Créteil 824 353 973), titulaire de l'autorisation d'exercer AUT-094-2117-05-16-20180654177 délivrée par le CNAPS. L'autorisation d'exercice ne confère aucune prérogative de puissance publique à l'entreprise ou aux personnes qui en bénéficient.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :