20 Minutes France n°3676 17 nov 2021
20 Minutes France n°3676 17 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3676 de 17 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : interview d'Olivier Véran, au sujet de la 5e vague de Covid-19 qui frappe la France actuellement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 Ça va faire du fruit ! C’est à un jeu de massacre réjouissant et politiquement incorrect que se livre Jean-Christophe Meurisse avec « Oranges sanguines » Q Caroline Vié uel drôle de film culotté, qui mêle des personnages aussi divers qu’un politicien, un couple de danseurs de rock et une jeune fille innocente. À la fois comédie potache et sociale, film d’horreur, tragédie romantique et thriller politique, Oranges sanguines malmène joyeusement le public. « C’est un état des lieux de la France actuelle, explique à 20 Minutes son réalisateur, Jean-Christophe Meurisse. D’où le titre, lisse comme un fruit bien mûr, mais saignant à l’intérieur. » « La première image à laquelle j’ai pensé était une paire de couilles passée au micro-ondes, s’amuse le réalisateur. Cela m’a été inspiré par un fait divers où une femme a fait manger ses testicules à l’homme qui l’avait violée. » Cette idée gastronomique n’est pas la seule à avoir germé dans le cerveau de cet homme de théâtre, fondateur de la troupe Les Chiens de Navarre et réalisateur d’Apnée (2016). La gymnaste Nastya Budiashkina est la révélation du film d’Elie Grappe. Point Prod/Cinema Defacto Une ola pour « Olga » Elle a tout d’une grande. Nastya Budiashkina est la révélation d’Olga, d’Elie Grappe. Ce beau film évoque les épreuves d’une gymnaste ukrainienne de 15 ans réfugiée en Suisse pendant les manifestations violentes de l’Euromaïdan en 2013. Il n’est pas facile pour l’adolescente de rester concentrée sur les compétitions quand elle sait que sa mère, journaliste restée au pays, se trouve au centre des affrontements. « Ce qui m’a intéressé chez ces jeunes sportives, c’est l’écart entre leur idéal de perfection et ce qu’elles sont en dehors de leur pratique  : « Comme spectateur, j’aime les changements de ton, précise le cinéaste. Je pense que, plus que le contenu du « Le fait que le spectateur ne sache jamais sur quel pied danser peut le dérouter. » Jean-Christophe Meurisse, réalisateur CINÉMA film, c’est cela qui peut déranger dans Oranges sanguines. Le fait que le spectateur ne sache jamais sur quel pied danser peut le dérouter. » Hors celles de Blanche Gardin et de Denis Podalydès, on croise peu de têtes connues dans ce jeu de massacre. « J’essaie de trouver de l’humour dans les choses les plus graves, ce qui ne veut pas dire que je ne les prends pas au sérieux », déclare le cinéaste. Suicide, viol, corruption et justice sommaire font partie des thèmes qu’il aborde frontalement. Avec une férocité qui fait osciller entre rire gêné et écœurement. « J’estime que la réalité est moins sombre que notre fiction  : on est tous des oranges sanguines », insiste celui qui dit « ne pas chercher à choquer, mais à provoquer ». Sa vision acide choquera quand même, mais elle réjouira aussi un public friand de films atypiques, pour peu qu’il n’ait pas froid aux yeux. Le long-métrage aborde frontalement, mais avec acidité, des thèmes comme le suicide. The Jokers des adolescentes pétries d’émotions », déclare le cinéaste. Nastya Budiashkina, actrice non professionnelle mais véritable gymnaste, se montre naturellement douée, tant pour des scènes de sport à couper le souffle que pour les séquences de dialogues dans lesquelles Elie Grappe lui a permis de trouver ses propres mots pour communiquer le malaise ressenti par son personnage. Entre documentaire et fiction, le film fait découvrir la vie quotidienne d’une jeune fille pas tout à fait comme les autres. « Nastya est la clé de l’émotion du film », précise le cinéaste, qui l’a choisie au sein de la réserve de l’équipe nationale ukrainienne. Olga est un beau portrait féminin, soulignant la fragilité, le courage et la résilience de son héroïne.C.V. Le rap et la liberté d’expression raisonnent « Haut et fort » S on film a fait rapper Cannes puis Angoulême. Avec Haut et fort, Nabil Ayouch signe une chronique marocaine pleine d’espoir, qui donne envie de chanter avec les jeunes d’un centre culturel de Casablanca. Le réalisateur du controversé Much Loved donne la parole à des adolescentes et des adolescents coachés par un ancien rappeur. « Haut et fort est un hommage à la culture et à tout ce qu’elle peut apporter, qu’on la crée ou qu’on la reçoive », explique Nabil Ayouch à 20 Minutes. Valeurs universelles Une énergie permanente se dégage de cette œuvre qui souligne la force de la jeunesse et les menaces que subit sa liberté d’expression. « On s’est entourés de filles et de garçons dynamiques qui avaient beaucoup de choses à dire sur leur vie et leur pays », insiste le cinéaste. Ces non-professionnels emportent le morceau, les morceaux même, tant ils ne se laissent pas intimider au moment de rapper leur révolte. Haut et fort se déroule au Maroc, mais les valeurs que le film défend sont universelles. « Il est indispensable de 2" Nabil Ayouch met en scène de jeunes Marocaines et Marocains coachés par un rappeur. Ad Vitam donner de l’argent aux lieux de culture qui permettent d’apprendre à penser », estime le réalisateur. Ce film social dresse un tableau d’une ville et de ses habitants engagés pour trouver leur place dans la société. « Je crois que tout le monde a déjà vécu cela, insiste Nabil Ayouch. Cela a été mon cas. » Son film touche ce moment plein de promesses et d’angoisses, celui où tout est encore possible.C.V.
2^ u Malentendant mais si bien vu Dans « On est fait pour s’entendre », l'acteur Pascal Elbé incarne avec justesse un enseignant atteint de problèmes d'audition 4 « J e U Caroline Vié’ai découvert que j’avais des problèmes d’audition pendant un tournage », confie Pascal Elbé à 20 Minutes. C’est ce qui lui a donné l’idée d’écrire et réaliser On est fait pour s’entendre, film présenté au festival d’Angoulême et dans lequel il incarne un enseignant qui doit accepter d’avoir perdu une partie de son audition. Son histoire d’amour avec une voisine irascible incarnée par une Sandrine Kiberlain volcanique se teinte de tendresse quand « Memoria » incite Tilda Swinton à rêver plus bruyamment Stéphane Leblanc n thriller métaphysique aux frontières du rêve et de l’éveil. C’est ce que propose Apichatpong Weerasethakul dans son dernier film primé à Cannes, Memoria. Un film sur la mémoire, comme son titre l’indique, plein de trous (de mémoire) et de bruits inédits, comme ce grand « bang » que le personnage incarné par l’actrice britannique Tilda « Comme si on faisait claquer un élastique dans mon crâne. » Apichatpong Weerasethakul, réalisateur Vidéo Ce film est le coup de cœur de notre journaliste Swinton est la seule à entendre. Un son qui la réveille en pleine nuit et l’empêche de se rendormir. Le réalisateur s’est inspiré d’un mal étrange dont il a été lui-même frappé, le syndrome de « la tête qui explose ». « J’ai été surpris par le bruit d’une explosion qui ne venait pas d’ailleurs mais de l’intérieur de ma tête, comme si quelqu’un faisait claquer un élastique à l’intérieur de mon crâne », raconte-t-il. Parmi les subtilités de ce film, le personnage de Tilda Swinton, il sympathise avec la fillette de cette dernière, mutique depuis le décès de son père. Cette comédie lève le voile sur un sujet méconnu. « Les problèmes d’ouïe qui frappent mon personnage sont souvent tabous, insiste Pascal Elbé. Le film a pour objectif de faire mieux comprendre ce phénomène. » Un temps pour accepter Le héros s’éloigne de son entourage, qui estime qu’il ne lui prête pas assez attention, et met un bon moment à accepter son problème d’audition. « Il est dans le déni, car il est difficile d’admettre qu’on doit se faire appareiller quand on est encore jeune, avoue Pascal Elbé. Les prothèses auditives sont pourtant la meilleure façon de retrouver une vie normale, en contact avec le monde. » Les débuts sont pourtant difficiles, car les sons amplifiés épuisent l’homme même quand il entend une collègue manger des Jessica Holland est privée de sommeil du fait d'étranges bruits. Photo  : Kick the Machine Films curieusement appelé Jessica Holland dans le film. Curieusement, car c’est aussi le nom de l’héroïne de Vaudou de Jacques Tourneur, qui se réveille toutes les nuits au son d’un tambour et qui marche comme un zombie. « C’est un de mes films préférés, et j’ai pensé à ce personnage pour mon film », reconnaît Apichatpong Weerasethakul. CINÉMA MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 13 chips, ce qui lui fait l’effet d’un tsunami dans les oreilles. « On a beaucoup travaillé la bande-son avec l’ingénieur du son Sam Cohen, insiste Pascal Elbé. Il fallait que les spectateurs comprennent ce que ressent une personne malentendante. » L’effet est détonant et le rire trouve souvent sa place dans cette histoire bien menée qui mérite qu’on lui prête l’œil et l’oreille. ATTENTION  : COMÉDIE MÉCHANTE ! ALEXANDRE STEIGER CHRISTOPHE LILITH PAOU GRASMUG OLIVIER Le réalisateur Pascal Elbé a lui-même des problèmes d'audition. SALADIN LORELLA CRAVOTTA FRED BLIN DENIS PODALYDÈS SOCIÉTAIRE DE LA COMÉDIE FRANÇAISE AVEC LA PARTICIPATION DE BLANCHE ORANGES SANGUINES UN FILM DE JEAN-CHRISTOPHE MEURISSE ACTUELLEMENT AU CINÉMA Photo  : S. Branchu/Diaphana Distribution AVEC LA PARTICIPATION DE PATRICE AVEC LA PARTICIPATION DE VINCENT GARDIN LAFFONT DEDIENNE AMPHORE D'OR FESTIVAL DU FILM GROLANDAIS 2021



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :