20 Minutes France n°3672ES3 5 nov 2021
20 Minutes France n°3672ES3 5 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3672ES3 de 5 nov 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : le masque fait son retour à l'école.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
8 VENDREDI 5 NOVEMBRE 2021 20 MINUTES AVEC Le contexte  : Parrain de l’association L’Enfant bleu, MohamedBouhafsi, battu par son père jusqu’à l’âge de 8 ans, livre son témoignage dans Rêver sous les coups (éd. Larousse). Le livre, coécrit avec Géraldine Maillet, a paru mercredi. Le chroniqueur souhaite que son récit soit « utile ». MohamedBouhafsi exhorte l’État à investir dans la lutte contre les violences faites aux enfants.. J. Saget/AFP MohamedBouhafsi journaliste « La personne qui doit souffrir à vie, ce n’est pas la victime, c’est l’agresseur » Propos recueillis par Fabien Randanne été un enfant battu. Interposez-vous, n’ayez pas peur d’agir », exhortait Mohamed « J’ai Bouhafsi en avril 2020 dans une tribune publiée par Le JDD. Sa prise de parole a eu un large écho. Aujourd’hui, le journaliste, qui a rejoint la bande de « C à vous » sur France 5 et « 20 h 22 », l’émission politique de France 2, publie Rêver sous les coups (lire « Le contexte »). Qu’est-ce qui vous a motivé à raconter les maltraitances que vous avez subies enfant ? Après avoir signé ma tribune dans Le JDD, j’ai reçu quelques propositions, mais je ne voulais pas écrire de livre. Je me disais que les gens allaient s’apitoyer. Cinq mois plus tard, la directrice éditoriale de Larousse m’a appelé. Elle m’a expliqué que, en tant que maman, elle a été touchée par mon histoire et qu’elle voulait continuer sur ce sujet à travers un manuscrit. J’en ai parlé à mes proches. Ma bellesœur m’a dit que cela pourrait être un « cadeau » avec un objectif de reconstruction ou de « motivation » pour les mères isolées, les familles monoparentales, les enfants qui se sont reconstruits après la violence… Cette phrase a résonné avec ce que j’avais vécu quelques semaines plus tôt en visitant un centre éducatif fermé à Combes-la-Ville [Seine-et-Marne]. Un gamin est venu me dire  : « Je n’aurais jamais pensé que le mec qui a interviewé Mbappé et Messi a vécu la même chose que moi. Franchement, ça me donne trop de force. » Je me suis alors dit qu’il était peut-être utile de faire ce livre. Je veux qu’il puisse être lu par tous. Il ne faut pas que les victimes restent à vie des victimes. Vous écrivez que vous ne vous considérez pas comme une victime… Les gens sont choqués quand je leur dis que je ne me considère plus comme une victime, car je suis apaisé. La personne qui doit souffrir à vie, ce n’est pas la victime, c’est l’agresseur. En ru parler, se libérer, ça permet de passer à autre chose. Le sujet des violences faites aux enfants est régulièrement évoqué dans les médias. Malgré tout, on a l’impression que rien ne change. C’est ce dont vous parlez quand vous écrivez  : « Le chantier est immense. La détresse gigantesque » ? Les choses ont évolué sur les féminicides, mais un féminicide, c’est déjà un féminicide de trop. Tous les deux jours et demi, des femmes meurent sous les coups. Des enfants meurent. L’autre jour, je parlais avec un médecin spécialiste des violences faites aux enfants qui m’expliquait que, parfois, des autopsies ne sont pas pratiquées sur des bébés, des gamins, et qu’on ne sait pas de quoi ils meurent. C’est un enjeu national, transpartisan. Ce que je dis, et c’est très simple, c’est qu’il faut mettre de l’argent là-dedans. Si l’on investit aujourd’hui, on va y gagner dans vingt ans. Je refuse le concept de déterminisme de la violence, sinon j’aurais été violent moimême. Mais quand on est victime enfant, on a plus tendance à être violent plus tard. Si, aujourd’hui, on ne fait rien, dans vingt ans, on va récupérer des violeurs, des assassins, des personnes en dépression ou qui se suicideront. Vous insistez sur le fait que vous êtes « apaisé ». Comment êtesvous parvenu à cet apaisement ? Ce qui m’a permis de m’apaiser, c’est la culture, l’instruction, l’école. C’est ma mère, qui a été héroïque. Ce livre est « Ce livre est une ode à l’amour pour ma mère, qui a été une femme exceptionnelle. » une ode à l’amour pour elle, qui a été une femme exceptionnelle. Ma compagne m’a beaucoup aidé, l’amour de mes proches aussi. La naissance du fils de mes voisins, puis celle de mon neveu, m’ont apaisé. Je n’ai pas de colère envers mon père. J’ai encore des questions, de la mélancolie parfois… mais je n’ai pas d’aigreur, parce qu’on ne peut pas se construire sur la haine. Je me reconstruis sur cet engagement pour les enfants, et le combat qu’on peut mener pour eux. D’où votre vocation de journaliste vous est-elle venue ? Quand j’étais petit, je regardais discrètement la télé et ça rendait fou mon père, qui déchirait mes livres ou les jetait. Ma vocation est née en regardant le journal télévisé de 20h, en écoutant la radio… Les médias m’ont sauvé. J’avais envie de transmettre des informations et des émotions – ce que je pense faire aujourd’hui. Je voulais être un transmetteur entre l’actualité et les gens qui ne peuvent pas vivre l’actualité.
Canapé-lit Topper Easy 2190  € Profondeur réduite (88 cm), système d’ouverture rapide, déhoussable et facile à déplacer (kit roulettes), couchage 140, matelas 17 cm HR 35 kg/m 3, revêtement tissu, nombreux coloris. L186 x H90 x P88. Présenté en tissu Tignanello col. 19, fabriqué à la main en Italie. Canapé-lit Topper Sofa Bed Système Rapido , déhoussable, couchage 140 à lattes de bois, 1390  € Maison familiale depuis 1926 CANAPÉS, LITERIE, MOBILIER  : 3000 M 2 D’ENVIES ! www.topper.fr Le plus grand espace canapés-lits à Paris Tous nos canapés-lits sont avant tout des lits canapés. Matelas de 13 à 17 cm, sommiers métalliques ou lattes de bois. Distributeur officiel Diva, Duvivier, Milano Bedding... matelas 17 cm HR 30 kg/m 3, range-oreillers, 2 coussins déco assortis, nombreux coloris. L173 x P91 x H90, pieds alu ou bois, présenté en tissu Morgane (54% PL 46% PP), fabriqué à la main en Italie. Convertible extra mœlleux, ouverture rapide, couchage 140, matelas Dunlopillo 15 cm HR 35 kg/m 3, nombreux coloris. L177 x P100 x H89, présenté en tissu Miami (100% polyester). Coussins déco en option. Canapé-lit Topper Family 1390  € Système d’ouverture rapide, couchage 140, matelas 15 cm, nombreux coloris. L170 x P97. Existe en couchage160 (L190). Présenté en tissu Stella (100% polyester). Fabriqué à la main en Italie. Canapé-lit Topper Collection 1590  € *Offre valable uniquement sur les modèles présentés. Pour chaque modèle  : écopart. incluse 27 € . Photos non contractuelles. PARIS 12 e 7J/7 54 cours de Vincennes, 01 40 21 87 53, M° Nation PARIS 15 e 7J/7 63 rue de la Convention, 01 45 77 80 40, M° Javel ou Boucicaut Canapés fixes, literie, armoires lits, dressings, gain de place, mobilier contemporain  : toutes nos adresses sur www.topper.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :