20 Minutes France n°3672ES2 29 oct 2021
20 Minutes France n°3672ES2 29 oct 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3672ES2 de 29 oct 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : bad COP pour les pays du Sud.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 VENDREDI 29 OCTOBRE 2021 20 MINUTES AVEC Le contexte  : Dans Public imaginaire (éd. Actes sud), monologue sur la vie durant le confinement lié à la pandémie de Covid-19 paru il y a quelques jours, on retrouve la prose hilarante de Nora Hamzawi. En une soixantaine de pages, la comédienne multiplie les anecdotes, parle de ses angoisses et décrit les situations absurdes, mettant ainsi des mots sur ce que beaucoup d’entre nous ont ressenti. Propos recueillis par Fabien Randanne Le 30 octobre 2020, la France entrait dans son deuxième confinement. Nora Hamzawi, elle, n’allait pas tarder à livrer un spectacle peu banal, pensé pour une seule représentation… en solo sur France Inter. Ce texte sur la vie durant le confinement, intitulé Public imaginaire, vient de paraître (lire « le contexte »). L’occasion de regarder dans le rétro avec la comédienne. Dans Public imaginaire, vous parlez du rapport au temps qui a été bousculé. Le deuxième confinement commençait il y a un an. Cela vous paraît-il loin ? C’est très bizarre. J’ai l’impression qu’on a été marqués par ça, que ce n’est pas un truc qui est derrière nous, ne serait-ce que parce que le coronavirus circule encore. On est en plein dedans avec cette troisième dose de vaccin qui arrive… Pour moi, c’est hier dans une sorte de bulle surréaliste, de parenthèse détachée du reste des souvenirs et dans un autre rapport au temps. Écrire Public imaginaire était-il un moyen de tenir le coup ? Au moment où je l’ai écrit, je n’étais pas sur scène, les théâtres étaient fermés, on était tous confinés… En ce qui me concerne, j’étais davantage dans un truc de communion que centrée sur mes propres angoisses, parce que ce qu’il se passait était tellement inquiétant et nouveau. Je n’ai pas eu le désir immédiat d’écrire. Petit à petit, j’ai eu une prise de conscience sur la La comédienne Nora Hamzawi vient de publier le texte sur la vie en temps de pandémie qu’elle a joué l’année dernière sur France Inter. A. Isard Nora Hamzawi humoriste « Le confinement nous a profondément abîmés » solitude, le rapport au public, le fait d’être sur scène, que je n’avais jamais théorisée jusque-là. Je me suis demandé ce que ce besoin de faire rire, de dédramatiser, signifiait. Je me suis rendu compte à quel point le besoin de rire était important et à quel point j’en étais assez incapable à ce moment-là. Finalement, vous avez écrit… J’ai essayé. C’était un exercice assez nouveau, parce que je dis souvent que j’écris sur ce dont j’ai guéri. Je ne fais jamais vraiment de sketch sur l’actualité, parce que l’immédiateté m’angoisse, je n’ai pas le recul nécessaire pour avoir de l’autodérision ou faire de l’humour. Là, j’ai eu envie de tenter l’exercice parce qu’on était tous dm dans une sorte de bulle. L’urgence d’essayer d’en faire un truc créatif, d’en rire, c’était pour tenter de ne pas trop subir la situation et de -... « « 1111111111 2" u se dire qu’on pouvait en sortir quelque chose de positif. Avez-vous eu beaucoup de retours du public après ce spectacle radiophonique ? C’était assez dingue. Je ne savais pas ce que ça allait donner de jouer un spectacle seule, en studio, en direct, sans public. En même temps, c’était tellement en adéquation avec ce qu’on vivait. J’ai eu des réactions qui m’ont touchée. Les gens me disaient que rire leur faisait du bien. C’était effectivement hyper important pour notre santé mentale à tous. Public imaginaire est très drôle. Entre les lignes, il en dit beaucoup des souffrances psychologiques dont la population française a fait l’expérience pendant le confinement… C’était un moment très bizarre avec une incapacité totale de projection. Or, pour moi, la possibilité d’avoir une bonne santé mentale est liée à la capacité de rêver, de s’imaginer dans un monde social. Nos rêves étaient devenus minuscules, on espérait juste un retour à la normale. Il y a des moments où on a été ravis de pouvoir se déplacer à plus de tant de kilomètres… Quelque chose nous a profondément abîmés dans notre façon de vivre. Dans votre texte, vous dites avoir « peur de remonter sur scène ». Vous avez fini par reprendre les représentations de Nouveau Spectacle. Comment cela s’est-il passé ? Avec beaucoup de culpabilité. Je n’ai attendu que ça et, une fois que c’était possible, j’ai eu peur. J’y suis allée en « Je suis remontée sur scène en ayant le trac de ne plus aimer ça. » ayant le trac de ne plus aimer ça, parce qu’on s’habitue vite à faire sans ce qu’on n’a plus. Un peu comme quand on a très envie d’aller à une soirée et que, au bout du compte, on se dit  : « Non, je suis aussi bien chez moi. » Un truc entre la déprime et la flemme. Heureusement, dès les premières fois sur scène, ça a été merveilleux, parce qu’il y a eu une communion. On est tous ensemble et, tout à coup, un truc se passe parce qu’on a tous vécu, à des échelles différentes, ce moment de solitude, d’irrationalité, où on perdait pied. J’ai eu le sentiment que les rires étaient plus chargés de quelque chose, qu’il y avait une relation encore plus forte au public. C’était assez beau. Vous tournez actuellement sous la direction d’Olivier Assayas. Que pouvez-vous révéler à ce sujet ? Je ne peux pas dire grand-chose. C’est une série pour HBO, adaptée du film Irma Vep. Alicia Vikander joue le personnage principal. On est en tournage jusqu’à fin novembre.
Microsoft Surface — Râ vv indows11 Accessoires vendusséparément. *Voir conditions sur boulanger.com Boulanger RCS Lille B347 384 570 Boulanger SA au capital de 40 611 564 € , siège social Avenue de la Motte, 59810 Lesquin HIcrmiet >5 Personnel 9,11:1ng+1-1.— ▪ Ilim-maymena ▪,smu. Du 28 octobreau31octobre2021 Microsoft 365Personnel 15 mois offert pour tout achat d’une Surface Pro8ou d’une Surface Go3 Surface Go 3 Surface Pro8 À découvrir chez boulanger



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :