20 Minutes France n°3672ES2 29 oct 2021
20 Minutes France n°3672ES2 29 oct 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3672ES2 de 29 oct 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : bad COP pour les pays du Sud.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 VENDREDI 29 OCTOBRE 2021 2› SPORT Les réticents au vaccin vont être piqués au vif Novak Djokovic n’est pas partisan de la vaccination. Au tennis, moins de 75% de joueurs et joueuses sont vaccinées. Un problème alors que certains États prennent des mesures préventives P D. Shopland/BPI/Shutter/Sipa William Pereira résents à Paris pour le Masters 1000 de Bercy qui ouvre ses portes samedi, mais pas en Australie, début 2022 ? Ubuesque au premier abord, le scénario gagne en réalisme à mesure que les décisions administratives tombent. La dernière mise au clair, en milieu de semaine, du Premier ministre de l’État de Victoria, dont la capitale est Melbourne, a sonné le glas des non-vaccinés. « Nous excluons les personnes non vaccinées des pubs, des cafés, des restaurants et de toutes sortes d’autres événements. » Un peu long alors qu’un simple « Novak Djokovic, t’es gentil, mais si tu veux soulever un 21 e Grand Chelem en Australie, il faudra tendre l’épaule. » Le n°1 mondial n’est pas le plus fervent défenseur de la vaccination contre le Covid-19. L’année dernière, il s’était déclaré contre et, cette année, il refuse de partager son statut vaccinal  : « C’est une affaire privée. Ça me paraît incroyable que la société te juge en fonction d’un vaccin. » Le Serbe n’est pas seul à maugréer. Selon les derniers chiffres Les instances mettent en place un régime favorable aux joueurs vaccinés, qui se voient exemptés d’un certain nombre d’écouvillons dans le nez. officiels, le taux de vaccination des joueurs et joueuses du circuit se situe entre 65 et 70%. « Ce n’est pas assez, déplore auprès de 20 Minutes Bernard Montalvan, directeur adjoint en charge du médical à la FFT. Et encore, on était à 45% il y a deux mois, donc ça booste bien parce que l’Australie l’impose à raison. » La WTA et l’ATP n’imposent rien. Elles font des recommandations, comme le démontre une lettre envoyée aux joueurs citée par L’Équipe. « Bien que nous respections le fait que chaque joueur a un choix individuel à faire, nous pensons également que chaque joueur a un rôle à jouer pour aider le groupe au sens large à atteindre un niveau d’immunité sûr. » Les instances se contentent ainsi de suivre les règles fixées par les États, mais mettent en place un régime favorable aux joueurs vaccinés, qui se voient exemptés d’un certain nombre d’écouvillons dans Lu le nez et sont protégés du statut de cas contact. Vacciné, Gilles Simon aurait par exemple pu participer à l’US Open, malgré le test positif de son entraîneur. Notons par ailleurs que l’ATP ne prend plus en charge les frais d’isolement pour les cas positifs ou contact, pour les joueurs non vaccinés. Si les décideurs doivent redoubler d’idées pour rendre le statut de vacciné préférable – au-delà du fait qu’il protège d’un virus assez complexe – c’est que cela ne coule pas de source pour les joueurs les plus méfiants du circuit du circuit. « Les joueurs sont très prudents vis-à-vis de leur santé, comme c’est leur outil de travail, reprend le D r Montalvan. Quand ils sont malades, ils ne peuvent pas jouer ni gagner d’argent. Ils sont très méfiants sur tout ce qui est injections et tout ce qu’on ne connaît pas. » La crainte des effets secondaires liés au vaccin est aussi forte. Ainsi, Jérémy Chardy a dû mettre un terme à sa saison en raison d’une réaction au vaccin Pfizer. « C’est frustrant, surtout qu’il ne me reste pas dix ans à jouer, avouait le Palois. Du coup, je regrette d’avoir fait le vaccin. » Le médecin de la FFT comprend, « sans vouloir les excuser », que joueuses et joueurs ne soient pas tous capables de saisir la dimension collective de la vaccination  : le tennis est un sport individuel et peu contaminant, et ils fonctionnent dans une structure dont ils sont la seule base. « Quelque part, dit Montalvan, il y a une forme d’égoïsme, mais ils ont toujours géré leur carrière de cette manière depuis petits. Il faut aussi comprendre leur mode de vie. » Comprendre l’incompréhension, aussi, et s’y adapter. « Les gens qui sont antivax, il faut les convaincre. On essaie du mieux qu’on peut par l’écoute et le dialogue. Mais ce qui marche, c’est l’Australie, qui impose le vaccin. Je pense que c’est comme ça qu’il faut que ça se fasse. » Un temps réticent mais toujours mystérieux, Sascha Zverev ne voit « aucun problème » dans l’obligation vaccinale prônée par les Australiens. Reste désormais à savoir si Novak Djokovic finira lui aussi par changer d’avis.nnro I SECONDES L’organisateur du vol d’Emiliano Sala reconnu coupable de négligence. L’intermédiaire, David Henderson, 67 ans, a été reconnu coupable jeudi de mise en danger de l’appareil qui transportait l’ancien Nantais en 2019. Il connaîtra sa peine le 12 novembre. La boxeuse française Estelle Mossely a annoncé qu’elle souhaitait participer aux Jeux olympiques de Paris en 2024. Elle tentera d’y gagner une seconde médaille d’or, à 32 ans, après son titre olympique à Rio, en 2016. Franck Azéma nommé entraîneur du RC Toulon. Deux jours après l’annonce du départ de Patrice Collazo, l’ancien manageur de Clermont, Franck Azéma, a été intronisé jeudi aux commandes de Toulon. Il aura pour mission de ramener « rapidement » le club (13 e de Top 14) au premier plan. Disponi à roc CAN
le en VOD cet avec L Xavi, homme providentiel du Barça ? Antoine Huot de Saint Albin Verra-t-on la saison prochaine Barcelone en Ligue des champions ? En crise financière et sportive, le club catalan, neuvième de Liga avec seulement quatre victoires en dix matchs, traverse une période plus que compliquée. Derniers remous en date, la défaite contre le Rayo Vallecano (1-0), 2^ u SPORT VENDREDI 29 OCTOBRE 2021 21 Après les tensions de la saison dernière, la sélectionneuse des Bleues semble avoir fait évoluer sa manière de gérer son groupe C Avec la nouvelle Corinne Diacre, c’est plus clair et mieux ordonné Nicolas Camus’était il y a presque un an. L’équipe de France féminine prenait feu, avec les prises de parole de Sarah Bouhaddi et Amandine Henry, qui critiquaient le management de Corinne Diacre. Les mots notamment de Henry, qui avait décrit sur Canal+ un « chaos total » et « des filles qui pleuraient dans leur chambre » pendant le Mondial, avaient fait exploser le brasier. Après une saison tourmentée, Diacre a fait place nette, cherchant à créer une nouvelle dynamique en vue de l’été 2022. Elle se sait attendue lors de l’Euro, dont le tirage au sort a réservé aux Bleues, jeudi, un groupe plutôt clément, avec l’Italie, la Belgique et l’Islande. Parmi celles qui se sont épanchées, seule Wendie Renard est toujours là. Sonnée par la perte du brassard de capitaine à l’arrivée de Diacre en 2017, elle s’était livrée à une attaque frontale contre la patronne dans son autobiographie parue en décembre 2019. Les deux femmes s’étaient expliquées et, aujourd’hui, la défenseuse est devenue l’emblème de la nouvelle méthode Diacre. Ou du moins, celui d’un climat apaisé en interne. « Corinne s’est remise en question, on sent que les joueuses sont contentes que Wendie récupère le brassard, note l’ex-internationale Laura Georges, qui commente les matchs des Bleues sur W9. Ça a permis d’en libérer certaines. C’est une évolution. » « Il y a des sourires, de la joie » Au-delà de la défenseuse lyonnaise, Diacre a instauré une nouvelle manière de faire au quotidien lors des rassemblements. « J’essaie d’être un petit peu plus proche d’elles sur les temps off, racontait-elle dans L’Équipe. Je me l’interdisais pour les laisser tranquilles. Mais, au fil de certaines discussions, j’ai senti que le recul que je prenais pour leur bien, elles ne le voyaient pas comme ça. » La différence se fait déjà sentir. « Les échos que j’ai sont très positifs », rapporte l’agent de l’une des joueuses. Il ne souhaite pas s’étendre davantage, un peu lassé des débats autour de la sélectionneuse. La personnalité de l’ancienne coach de Clermont a aimanté mercredi, quelques jours après la déroute au Camp Nou face au Real Madrid (0-2), lors du clasico. Cet enchaînement de mauvais résultats a provoqué le licenciement de l’entraîneur néerlandais Ronald Koeman, mercredi soir. Depuis, sur toutes les lèvres des supporteurs catalans, un seul nom revient pour redorer l’image des Blaugrana  : Xavi. « Peu de gens connaissent le club comme lui » L’ancienne gloire du Camp Nou, aujourd’hui sur le banc d’Al Sadd au Qatar, a plusieurs fois affirmé qu’il était prêt à accepter un poste d’entraîneur au Barça, et semble être le candidat favori pour prendre la relève, bien qu’il ait soutenu une autre liste que celle du président Laporta lors des élections pour la présidence du club, en mars. Jeudi, les médias espagnols affirmaient qu’un les discussions toute la saison passée, jusqu’à l’intervention devenue indispensable du président de la FFF. Après un ultime soubresaut en juillet, avec le départ de l’entraîneur adjoint Éric Blahic, les Bleues ont ouvert un nouveau chapitre en septembre. Quatre matchs, quatre victoires, 29 buts marqués. Surtout, les choses se dessinent tranquillement en vue de l’Euro. Une jeune génération, emmenée par les Parisiennes Kadidiatou Diani, Grace Geyoro et Marie-Antoinette Katoto, est en train de prendre de la place. Une seconde vague, représentée par Sandy Baltimore (21 ans) et Melvine Malard, autrice au même âge de ses premiers buts en bleu mardi au Kazakhstan, est même déjà là. « Il y a un bon mélange entre les filles expérimentées et les jeunes pousses, observe Laura Georges. On sent beaucoup plus de sérénité dans l’équipe, l’atmosphère est plus détendue, ça se voit sur les attitudes des joueuses et de la sélectionneuse. Il y a des sourires, de la joie, certaines joueuses témoignent du fait qu’elles prennent du plaisir à voir l’équipe de France vivre de cette manière. C’est important, à huit mois de l’Euro. » Après avoir buté au stade des quarts de finale lors des trois dernières éditions, l’équipe de France compte bien passer un palier l’été prochain. Et Corinne Diacre a une contemptrice à faire mentir. « Gagner un titre avec cette sélectionneuse me paraît impossible, avait lâché Sarah Bouhaddi sur OL TV il y a deux ans. Je peux mettre mes deux mains à couper que l’équipe de France ne gagnera pas l’Euro si Corinne Diacre reste. » Réponse dans quelques mois. Corinne Diacre s’est rapprochée de ses joueuses, notamment hors terrain. J. Spencer/Sipa accord avait même été trouvé entre le Barça et son ex-milieu de terrain. Il ne manquerait donc plus qu’à trouver un arrangement avec le club qatarien, qui demanderait une compensation financière d’environ un million d’euros. Al Sadd souhaiterait aussi que son coach reste sur le banc jusqu’à mercredi, selon le quotidien Sport, pour diriger les deux prochains matchs. « Je le vois totalement prêt pour entraîner le Barça, reconnaît, dans un entretien au quotidien Marca, l’Espagnol Santi Cazorla, qui joue sous les ordres de Xavi au Qatar. C’est son rêve et il l’a dans la tête, peu importe quand ça sera dans le futur. Peu de gens connaissent le club comme lui. » En attendant l’arrivée du messie Xavi, c’est Sergi Barjuan, autre ancien joueur barcelonais, qui assure l’intérim depuis le départ de Koeman.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :