20 Minutes France n°3664 4 oct 2021
20 Minutes France n°3664 4 oct 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3664 de 4 oct 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : Bernard Tapie est décédé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 LUNDI 4 OCTOBRE 2021 « Dark stores » Picnic veut faire la nique à la grande distribution " en -1 AVEC C Dark quoi ? Les « dark stores » possèdent de petits entrepôts agencés comme des supermarchés, mais sans clients, dans les centresvilles. Des magasiniers préparent les commandes passées en ligne que des « runneurs » livrent à vélo, rapidement, dans un périmètre assez restreint. Les lecteurs de « 20 Minutes » qui se sont échappés en vacances dès juillet accusent déjà un gros coup de mou N minutes Anissa Boumediene e rien faire. Se dorer la pilule. N’avoir pour seule décision à prendre que la durée de sa sieste + DE 20 MINUTES CONSO Picnic Le leadeur néerlandais vient d’arriver sur le marché très concurrentiel de la livraison de courses à domicile À Lille, Mickaël Libert Par la force des choses, l’épidémie de Covid-19 a largement favorisé le développement du shopping en ligne et de la livraison à domicile. Le secteur de l’alimentation n’y a pas échappé  : les « dark stores » (lire l’encadré) ont proliféré un peu partout en France. Et, après Gorillas, Cajoo, Dija ou encore Frichti, il faut désormais compter sur Picnic, « leadeur néerlandais des supermarchés online ». Grégoire Borgoltz, responsable du développement du groupe en France, prévient tout de suite  : « Ce ne sont pas les « dark stores » nos concurrents. Notre ambition, c’est de remplacer les supermarchés. » Des paniers pour une semaine Quand les « dark stores » assurent plutôt un dépannage, Picnic vise « des paniers pour une semaine pour une famille ». Et la logistique n’est pas la même, d’où l’impressionnante levée de fonds de 600 millions d’euros, notamment auprès du Bill & Melinda Gates Foundation Trust. Les entrepôts de Picnic sont beaucoup plus grands que ceux des « dark stores », et donc VOTRE VIE VOTRE AVIS Santé Premiers partis cet été, premiers cramés un mois après la rentrée et le parfum de sa glace. Ah, que c’était bien les vacances, cet été ! Tellement bien que les plus pressés se sont évadés dès le mois de juin. Mais, un mois après la rentrée, et alors que le ciel est gris et que les températures dégringolent, les premiers partis ont aujourd’hui l’impression de subir les premiers un automne à rallonge, comme en témoignent certains de nos lecteurs. Si l’été commence officiellement en juin, Sarah, elle, s’est envolée vers La Réunion dès le mois de mai, « lorsque le préfet de l’île a autorisé les déplacements au motif impérieux de la garde des petits-enfants ». Cinq mois plus tard, et « après un été très maussade, aujourd’hui, les vacances me semblent très loin, et ma famille me manque, confie la jeune grand-mère, qui travaille encore. Je ne suis pas motivée pour aller au boulot, j’ai du mal à me lever le matin et je n’ai pas d’énergie. Ce qui me fait tenir, c’est de savoir que je retournerai quinze jours à La Réunion l’année prochaine pour Noël. » Sophie, elle, est partie en vacances le 21 juin, car elle et son mari devaient reprendre le travail le 10 juillet. « L’année prochaine, j’espère que je pourrai partir en juillet. Sinon c’est trop long, aussi bien pour nous que pour nos deux filles », admet-elle. Dans l’idéal, elle se verrait bien « partir au soleil à la Toussaint, mais cela dépendra des finances, de la météo et surtout de la situation sanitaire. En attendant, je me suis mise au yoga et au Pilates pour me relaxer. » Vitamines, yoga, projets Sandrine pense aussi à sa prochaine escapade  : « Nous sommes partis trois semaines début juillet. Nous apprécions cette période, car les jours sont plus longs et il y a un peu moins de monde. Mais c’est vrai que, fin septembre déjà, ça pique un peu. Alors je fais une cure de magnésium pour retrouver un peu d’énergie, et j’ai aussi prévu un weekend prochainement. » Nadia, professeure de français au collège, est partie à peu près aux mêmes dates avec mari et enfants. « Je n’aime pas partir tard et revenir juste au dernier moment, j’ai besoin de reprendre mes marques implantés en dehors des villes. « Cela nous permet d’avoir des rayons d’action plus grands, de l’ordre de 10 km pour le hub d’Anzin [Nord] », explique Grégoire Borgoltz. Les livraisons sont assurées en voiturettes électriques, et non pas à vélo, et sont organisées en tournées. « C’est grâce à ce système que l’on peut proposer la gratuité de la livraison », poursuit-il. L’entreprise néerlandaise promet aussi « les prix les plus bas ». Le modèle économique est donc conçu pour rationaliser au mieux la chaîne logistique et minimiser les coûts en misant notamment sur la technologie. L’investissement dans des centres de préparation des commandes automatisés est lourd, mais il permet de travailler « avec peu de staff ». Selon le chargé de développement, « avec le recul, aux Pays-Bas et en Allemagne, on peut constater que le modèle est rentable au bout de deux ans dans une ville ». En à peine six ans d’existence, Picnic va d’ailleurs passer pour la première fois, en 2021, le milliard d’euros de chiffre d’affaires. Le choix d’entrer sur le marché français par Valenciennes (Hauts-de-France) n’est pas anodin, les cibles prioritaires de Picnic étant les familles installées dans les villes de taille moyenne. « Le modèle est exploitable sur des agglomérations comme Paris, et ce sera fait », augure Grégoire Borgoltz. Avant, Picnic va se faire les dents à partir d’octobre sur une autre métropole  : Lille. et de préparer la rentrée scolaire de mes filles. Mais, un mois après, entre les évaluations du premier trimestre, le masque à porter toute la journée et le retour à 100% en présentiel, les élèves sont sous pression et déjà épuisés, c’est dur de repartir sur un rythme normal. Pour nous, cela implique davantage de suivi, parce que l’année dernière a laissé des traces  : décrochage scolaire, baisse du niveau général, voire phobie scolaire. Alors aujourd’hui, les élèves attendent avec impatience les vacances de la Toussaint. » M. Lee/Rex Featur/REX/Sipa
Krys agit pour la santé visuelle des enfants Pas de récré pour la myopie de vos enfants ! D’après l’étude menée par le CHU de Poitiers en collaboration avec KRYS GROUP, c’est entre 7 et 12 ans que la myopie progresse de façon plus importante *. Krys vous aide à reconnaitre les premiers signes de la myopie et vous fait découvrir les solutions pour freiner son évolution. Demandez conseil à votre opticien Krys. Retrouvez tous nos conseils sur www.krys.com En savoir plus * Tricard D, Marillet S, Ingrand P, et al. « Progression of myopia in children and teenagers  : a nationwide longitudinal study » British Journal of Ophthalmology Published Online First  : 12 March 2021. doi  : 10.1136/bjophthalmol-2020-318256. Modèles portés  : ALT20107 212 (garçon)/ALT20103 322 (fille). Les lunettes correctrices sont des dispositifs médicaux qui constituent des produits de santé règlementés portant à ce titre le marquage CE. Consultez un professionnel de santé spécialisé. Crédit photo  : Louise Carrasco. 01/09/2021. KGS RCS Versailles 421 390 188.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :