20 Minutes France n°3656 15 sep 2021
20 Minutes France n°3656 15 sep 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3656 de 15 sep 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : épopée et poésie du film Dune.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 MERCREDI 15 SEPTEMBRE 2021 Environnement « Il faut réussir à faire émerger un idéal propre » Mindahi Bastida, membre des Otomis, un peuple autochtone du Mexique, espère une prise de conscience climatiquet Propos recueillis par Alexandre Vella Lors de la COP21 de Paris, en 2015, des leadeurs de peuples indigènes et des militants se sont unis à l’appel de Raoni pour former une « alliance des gardiens de la nature ». Mindahi Bastida, membre des Otomis, un peuple autochtone du Mexique, y était. 20 Minutes l’a rencontré au Congrès mondial de la nature à Marseille, qui s’est tenu du 3 au 11 septembre. Quel est votre sentiment sur ce congrès et, plus largement, celui des peuples indigènes ? D’abord, nous devons comprendre + DE 20 MINUTES PLANÈTE que ces congrès sont hautement nécessaires pour protéger la vie et la diversité culturelle, car nous ne pouvons pas séparer diversité biologique et diversité culturelle. Notre rôle est d’amener notre conscience et la sagesse de nos ancêtres à réussir à vivre en paix et en intégrité. Vous estimez-vous davantage écouté et pris au sérieux ces dernières années ? C’est un processus de croissance, qui n’est pas simple, comme n’importe quelle lutte sociale. Nous sommes persévérants et voyons une très lente progression de la considération qu’on nous donne. Dans le système des Nations unies ou dans d’autres organisations intergouvernementales, ils nous demandent d’être présents, mais nous restons en dehors des processus de décision car nous ne sommes pas une « nation », comme ils disent. Il faut continuer à s’allier avec des associations, des parlementaires, des politiques ou même le secteur privé, qu’ils comprennent la crise qui nous tue. Il faut réussir à faire émerger un idéal propre. L N’êtes-vous pas agacés d’être cantonnés dans les institutions à un rôle représentatif ? C’est vrai, nous ne sommes pas pris en compte dans les processus de décision. Et pourtant nous le mériterions, car ce que le monde appelle « conservation » est en réalité notre territoire. Nous ne prenons pas juste soin de la biodiversité dans nos territoires, mais Planète Amazone VOTRE VIE VOTRE AVIS Santé « Je porterai ma blouse blanche pour la dernière fois » Un centre de vaccination éphémère dans le 13 e arrondissement de Paris, en juillet. I. Harsin/Sipa Des soignants ont répondu à l’appel à témoignages de « 20 Minutes » sur l’obligation vaccinale. Plusieurs se disent prêts à perdre leur emploi À Sélène Agapé partir de ce mercredi, les soignants et soignantes devront faire preuve d’exemplarité  : avoir reçu au moins une dose d’un vaccin anti- Covid-19. Pour certains personnels des hôpitaux, cliniques et Ehpad, c’est la goutte de trop. Ils ont décidé de raccrocher ou de subir (voire de contourner) les sanctions prévues – à savoir une suspension, sans rémunération. Un scénario auquel Laurence, soignante depuis trente ans, s’est préparée  : « Ce 15 septembre, je porterai ma blouse blanche pour la dernière fois. » Élisabeth, infirmière depuis vingt-deux ans, ne minutes compte pas non plus se faire vacciner. Mais « pour l’instant, ma clinique, qui est en grand manque de personnel, nous a garanti qu’aucune mesure ne serait prise contre le personnel non vacciné, témoigne-t-elle. En revanche, si de celle du monde. De plus, l’économie de marché cause beaucoup de dégâts. Aujourd’hui, on nous vend le système « Redd », qu’on a appelé ensuite « Redd + » ; un système de compensations d’émissions carbone, qui est un gros problème. À nos yeux, ce genre de stratégies n’est qu’une autre manière d’exploiter la nature. Nous sommes vraiment inquiets, car si leurs intentions paraissent bonnes, elles altèrent tout de même la nature et sont une nouvelle justification pour continuer à polluer l’atmosphère. Avez-vous toujours de l’espoir ? Nous avons besoin de travailler avec les gouvernements et les entreprises. Mais combien de sommets ont-ils eu lieu dans le passé ? Allons-nous mieux ? Les politiques continuent, les industries polluantes ne sont pas fermées et des pays, comme l’Inde ou la Chine, justifient leurs actes en disant que d’autres l’ont fait par le passé et qu’ils ont aussi le droit, désormais, à leur croissance. Ce paradigme ne nous donnera pas le bienêtre dont nous avons besoin. Alors, nous devons entrer dans un processus d’unification du monde pour agir. Nous sommes dans un temps critique. Comment renverser cette domination des humains sur d’autres espèces et d’autres humains et changer non seulement le récit, mais aussi les actions ? l’ARS s’en mêle, met la pression à ma direction et que je suis suspendue, je chercherai un autre travail et je contacterai un avocat pour défendre mes droits. » Quitter la France Laëtitia, elle, est secrétaire médicale. Avec son conjoint – lui vacciné –, ils sont éligibles aux inséminations artificielles. La perspective de se faire vacciner angoisse la quadragénaire  : « J’ai refusé, de peur de perdre la chance qui nous est donnée d’essayer d’avoir un enfant. » Elle n’est pas fermée à l’idée de se faire vacciner au deuxième trimestre, si elle a la chance d’être enceinte. « Que vais-je faire après ? », s’interroge de son côté Jade, chirurgienne-dentiste, avec un agenda complet jusqu’en janvier  : « Soigner est pour moi une passion. S’il faut changer de pays, je changerai. » Caroline, secrétaire comptable et facturière dans deux cliniques privées depuis onze ans, est tombée de haut en apprenant qu’elle était considérée comme personnel soumis à l’obligation vaccinale. Elle a fini par démissionner, après le refus de sa hiérarchie de lui accorder un congé sans solde. « J’étais pourtant indispensable lors des confinements précédents », indique-t-elle, dégoûtée.
Otugli RUSE ; e, ATI Mur. 1.14 sa I.> Sil i VIN tRa Pli JIM'or mi Mit,.slium.e.bduaàpeeremotleun.à...t.orlat> itaite 1,4 loreret. j-41*. Masan » rIvo tellt1e5111 LIQ U 1 DE Faire la vaisselle avec des parfums inspirés du jardin, vous en rêviez ? On l’a fait. VAI SSE LLE l'ÉZiFbusare I iDli1J14 lintÉlat& JUSQU’AU 19 SEPTEMBRE * -30%** S UR L’ENSEMBLE DE LA MARQUE MRS MEYER’S MRS MEYER’S CLEAN DAY - LIQUIDE VAISSELLE. DÉCOUVREZ LE POUVOIR DES FLEURS AVEC MRS MEYER’S. A BASE D’HUILES ESSENTIELLES ET D’AUTRES INGRÉDIENTS SOIGNEUSEMENT SÉLECTIONNÉS, ET FABRIQUÉS EN FRANCE, NOS PRODUITS D’ENTRETIENS SONT DURS AVEC LA SALETÉ, TOUT EN LAISSANT DERRIÈRE EUX LES MERVEILLEUSES SENTEURS DU JARDIN. F AIRE LE MÉNAGE N’A JAMAIS ÉTÉ AUSSI AGRÉABLE ! ALORS, INSPIRÉ ? * Le 19 septembre, uniquement pour les magasins ouverts le dimanche. ** Remise immédiate en caisse sur le prix affiché. Offre non cumulable avec toute autre offre ou promotion en cours. Dangereux. Respecter les précautions d’emploi. Parfum partiellement de synthèse. Monoprix - SAS au capital de 78 365 040  € - 14-16, rue Marc Bloch - 92110 Clichy - 552 018 020 R.C.S. Nanterre – Pré-presse  :



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :