20 Minutes France n°3642 28 jun 2021
20 Minutes France n°3642 28 jun 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3642 de 28 jun 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : Pécresse à l'aise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 LUNDI 28 JUIN 2021 La victoire appartient à ceux qui se couchent tôt Les Bleus, qui affrontent la Suisse en 8 e de l’Euro, ce lundi, doivent faire face à des problèmes de sommeil Q O t P De notre envoyé spécial à Bucarest, Aymeric Le Gall n a vérifié le planning de l’Hilton Athénée Palace, où siègent les Bleus, dans le centre-ville de Bucarest  : contrairement à vendredi, aucune soirée étudiante n’était prévue dimanche, dans le hall de l’hôtel, à la veille du 8 e contre la Suisse (21 h). Si on ajoute ce friday night fever aux conditions parfois précaires que les Bleus ont connues à Budapest, avec des problèmes de clim dans la fournaise hongroise, et une literie pas toujours top niveau, on comprend que la question de la récupération soit devenue centrale. D’autant qu’à en croire Didier Deschamps les joueurs ont du mal à fermer les lumières  : « On sait que c’est une génération qui se couche un peu tard. Or, les heures de sommeil, c’est important pour pouvoir récupérer. » Les Belges ont trouvé la recette De notre envoyé spécial à Séville, William Pereira ris à son propre jeu. Le Portugal est tombé de son trône de champion d’Europe en s’inclinant, à Séville, contre la Belgique (1-0), au terme d’un match que les hommes de Fernando Santos ont pourtant assez largement dominé, preuve que le football sait se montrer taquin. Peu ambitieux, mais bien organisés, les Diables rouges ont su attendre leur heure pour frapper au moment idoine. Tout comme la République tchèque, tombeuse un peu plus tôt dimanche des Pays-Bas à la surprise générale (2-0), les Belges avancent donc en quarts de finale, où ils retrouveront l’Italie. Une « finale », ça se gagne Fernando Santos avait profité de la conférence de presse de veille de match pour sortir le bien connu poncif sur les finales qui ne se jouent pas, mais se gagnent. Mais c’est finalement de Roberto Martinez, le sélectionneur de nos chers voisins, qu’est venue la leçon de résilience et de pragmatisme. Décevants dans le jeu, à l’exception des dix premières minutes de la première période, où ils ont vaguement mis le pied sur le ballon, les Belges ont très « S’il y a une seule chose à garder pour la récupération, c’est le sommeil, confirme le préparateur physique Xavier Frezza, qui collabore avec des footballeurs de haut niveau. Si la base de la pyramide n’est pas solide, tout ce qu’on peut faire derrière, les massages, les étirements, les bains de glace, la cryo, c’est zéro. Si tu n’as pas le sommeil derrière, t’es mort. C’est en dormant la nuit que notre corps sécrète toute une série d’hormones qui vont nous permettre de bien récupérer, de refaire notre stock d’énergie, de régénérer nos cellules du corps et du cerveau. » Des écrans jusqu’au bout de la nuit Qu’ont donc les joueurs de mieux à faire que de dormir ? « Ils jouent en réseau. Il n’y a plus aucun contrôle possible, tu ne peux pas faire toutes les chambres en permanence pour voir si la lumière est allumée, regrette l’ancien chef de presse des Bleus, Philippe Tournon. Ça fait partie des révolutions que l’équipe de France a dû encaisser. Ils ont chacun un ou deux téléphones, la tablette, l’ordi, c’est open bar jour et nuit. » rapidement reculé face à la maîtrise du bloc portugais – ce qu’on avait déjà pu observer contre la France. Les premières et rares occasions ont donc été portugaises  : une frappe croisée immonde de Diogo Jota (7 e) et un coup franc de Cristiano Ronaldo, repoussé par Thibaut Courtois (24 e) , semblaient indiquer que les champions d’Europe étaient sur la bonne voie. Mais, puisque les poncifs sont légion dans le football, un autre s’est vérifié durant cette soirée  : « Dominer n’est pas gagner. » Car, après les phases de possession des Portugais, Thorgan SPORT La nouvelle génération a du mal à trouver le sommeil de bonne heure. F. Fife/AFP Sans aller jusqu’à jouer les matons, l’œil sur le judas et la matraque en main, le nouvel entraîneur du TFC, Philippe Montanier, avait un temps obligé ses joueurs à déposer leur portable dans une boîte avant les entraînements. « À une époque, j’avais appris que mes joueurs veillaient encore à 3h, à regarder des séries ou à jouer à la console, révèle l’ex-coach lensois. Autant, au niveau de la diététique, les joueurs commencent à être extrêmement vigilants. Autant, pour le sommeil, on n’a pas encore trouvé la solution. » Hazard (42 e) , bien plus que le simple frère de, a mis, d’une frappe à l’effet dévastateur, les Belges à l’abri. À l’abri d’une réaction des forces vives lancées par Fernando Santos (Bruno Fernandes, Joao Félix, André Silva) et de la nouvelle désillusion vécue par leur maître à jouer, Kevin De Bruyne, blessé et obligé de quitter ses partenaires prématurément. Acculés dans leur camp, les Belges ont longtemps souffert dans le calme, jusqu’à la tornade des dix dernières minutes  : Dias, d’une tête boxée par Courtois (81 e) , puis Guerreiro, d’une frappe repoussée par le poteau (83 e) , et Silva, bien repris par le portier belge (88 e) , ont été proches d’un retour in extremis. En vain. Thorgan Hazard (à dr.) a inscrit le seul but du huitième de finale, dimanche soir. J. M. Vidal/AP/SipannC u SECONDES 2G1 Le poids des habitudes « C’est impossible de corriger des habitudes de sommeil en quelques jours lors d’un stage ou d’un rassemblement, estime Xavier Frezza. C’est un mécanisme qui prend beaucoup de temps, ça met des mois et des mois pour retrouver un bon rythme de sommeil. C’est pour ça que c’est important de leur inculquer ça dès le plus jeune âge. » Reste alors ce que Philippe Tournon appelle « les piqûres de rappel, que le staff doit faire régulièrement dans une phase finale ». Verstappen distance Hamilton. Vainqueur du Grand Prix de Styrie (Autriche) de F1, le Néerlandais Max Verstappen compte 18 points d’avance au classement général sur l’Anglais Lewis Hamilton. Le Français Fabio Quartararo a remporté en solitaire le Grand Prix des Pays-Bas, 9 e manche de la saison de MotoGP. Sébastien Ogier implacable au Kenya. Le pilote français s’est imposé, dimanche, au rallye du Kenya, de retour au calendrier après dix-neuf ans d’absence. Photo  : K. Senosi/Sipa
20 SPORT LUNDI 28 JUIN 2021 17 Mathieu Van der Poel aux aïeux d’or Le petit-fils de Raymond Poulidor, a remporté la 3 e étape du Tour de France et pris le maillot jaune L E À Mûr-de-Bretagne, Jérôme Gicquel’histoire est magnifique et va encore nourrir la légende du Tour de France. Quarante-cinq ans après la fin de carrière de Raymond Poulidor, décédé en novembre 2019, son petitfils Mathieu Van der Poel lui a rendu « Tu peux imaginer un scénario comme ça. Mais le réaliser, c’est juste incroyable. » Mathieu Van der Poel le plus beau des hommages, dimanche, au sommet de la côte de Mûr-de-Bretagne (Côtes-d’Armor). Pour sa première participation à la Grande Boucle, le prodige néerlandais s’est imposé en patron devant les deux favoris au classement général, Tadej Pogacar et Primoz Roglic, un doigt levé vers le ciel. Il y avait, bien sûr, l’émotion de remporter sa première victoire d’étape sur La malédiction continue pour les Bleues en finale de l’Euro t l’édition 2021 est venue se rajouter à la très longue liste des désillusions de l’équipe de France de basket. Après 2013, 2015, 2017 et 2019, les Bleues ont une nouvelle fois échoué en finale de l’Euro, dimanche à Valence (Espagne), face à la Serbie (54-63). Dominées de bout en bout Au buzzer final, les visages des coéquipières de Sandrine Gruda étaient très logiquement fermés, mains sur les hanches et têtes baissées contrastant avec la joie des Serbes, sacrées pour la deuxième fois de leur histoire championnes d’Europe. Cette finale a été prise par le mauvais bout par des Françaises défaillantes en attaque, à l’image de la capitaine, Endy Miyem, étincelante et en fusion en demies contre la Biélorussie, mais éteinte par la défense étouffante des Serbes. Les Françaises ont laissé beaucoup d’énergie en courant après le score, après avoir encaissé un 13-0 en début de deuxième quart-temps (31-18). Le vent de révolte initié par Valériane Vukosavljevic en fin de deuxième quart-temps et l’écart de cinq points à la pause (31-26) n’étaient qu’un trompe-l’œil, car les Serbes ont dominé tous les secteurs du jeu. la plus grande course au monde. Mais, surtout, la joie de décrocher un maillot jaune qui avait toujours échappé à papy « Poupou », l’éternel second, mais maillot jaune dans le cœur des Français. « Tu peux imaginer un scénario comme ça. Mais le réaliser, c’est Mathieu Van der Poel a dédié sa victoire à son grand-père. S. Mahé/AP/Sipa Les Françaises, à l’image de Sandrine Gruda, ont été dépassées par les Serbes. J. Jordan/AFP juste incroyable, a lâché le leadeur de l’équipe Alpecin-Fenix, en pleurs à l’arrivée. J’imagine comment il aurait été fier. C’est tellement dommage qu’il ne soit pas ici, avec nous. » Pour arracher son succès et déposséder, pour huit secondes, Julian Alaphilippe de sa tunique jaune, Mathieu Van der Poel a livré une masterclass tactique  : il a d’abord placé une petite banderille dans la première des deux montées de la côte de Mûr-de-Bretagne, pour empocher huit secondes de bonification. Repris par le peloton, il a ensuite remis le couvert dans la montée RAPPEL DES GESTES ESSENTIELS N°7 DEMANDER UNE AUTRE CHANSON Applaudissez en criant  : « Une autre ! Une autre ! » Les concerts vous attendent. Vos places sont sur fnacspectacles.com et en magasins. finale, à 600 m de la ligne d’arrivée, écœurant, à la manière d’Alaphilippe la veille, tous ses adversaires. « Je savais que c’était ma dernière chance aujourd’hui [dimanche] de m’emparer du maillot jaune, et qu’il fallait pour cela aller chercher les secondes de bonification », a indiqué celui qui doit aussi disputer les JO cet été, estimant avoir couru « de manière assez opportuniste ». Le Néerlandais de 26 ans avait aussi les cannes, qui lui avaient fait tant défaut la veille dans la montée de la Fosse-aux-Loups (Finistère). « Je n’étais pas à 100% samedi, et il y avait aussi peut-être un peu de stress, a assuré Van der Poel, qui devrait garder son maillot de leadeur jusqu’à mercredi. Mais j’ai tout de suite senti aujourd’hui [dimanche], dès le début de l’étape, que j’étais bien en jambes. » Alaphilippe sans « regrets » Maillot jaune au départ de cette 2 e étape du Tour, Julian Alaphilippe n’a pu faire mieux qu’une 5 e place, dimanche. « Je n’ai pas de regrets, j’ai donné le maximum, a confié le coureur de la Deceuninck- Quick Step. Je ne vais pas me chercher d’excuses, j’ai senti tout de suite que j’avais les jambes lourdes. L’arrivée s’est faite avec les jambes et Mathieu était plus fort, tout simplement. On se tire la bourre, mais on s’apprécie parce qu’on fait du vélo de la même manière. » Applaudissez en criant « Une autre ! Une autre ! » à plusieurs



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :