20 Minutes France n°3640 23 jun 2021
20 Minutes France n°3640 23 jun 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3640 de 23 jun 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : horizon reconversion.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ru CINÉMA MERCREDI 23 JUIN 2021 16 Mais pourquoi Cruella est-elle aussi méchante ? L’héroïne de Disney n’a pas toujours été machiavélique. Sa mutation d’enfer fait l’objet d’un film à ne pas rater, en salles ce mercredi C Caroline Vié omment la dame de pique des 101 Dalmatiens, celle qui rêve d’un manteau en peau de toutous, est passée d’une adorable jeune fille à une figure emblématique des sorcières de chez Disney ? C’est ce qu’explique Cruella, le film de Craig Gillepsie. Le réalisateur de Moi, Tonya suit cette délicieuse débutante, alors qu’elle tente de s’imposer dans le milieu de la mode. Mais celle qui deviendra Cruella tombe sous la coupe d’une autre super « vilaine pas gentille », qui commence par la martyriser, mais qu’elle ne tarde pas à dépasser dans la méchanceté. Si Cruella est une réussite, c’est en grande partie dû au duo Emma Stone- Emma Thompson. Les deux comédiennes prennent un plaisir évident à rivaliser de vilenie. « Faire un film Disney sur deux méchantes était une gageure, avoue Craig Gillepsie. Mais j’ai eu carte blanche. La seule chose que je n’avais pas le droit de faire était de tuer des chiens ! » Emma Thompson impressionne dans la peau de la Baronne, patronne de choc qui malmène son entourage. Emma Stone séduit, elle, en arriviste qui se prépare à dépasser son modèle avec l’aide de ses deux sbires joués par Paul Walter Hauser et Joel Fry. Ajoutez une touche d’histoire familiale, des décors et des costumes dignes du Londres des années 1970 et Samir Guesmi tout en pudeur et en tendresse dans « Ibrahim » C.V. S amir Guesmi n’est pas seulement un grand comédien vu notamment chez Solveig Anspach, Nicole Garcia ou encore Hafzia Herzi. Il révèle de belles qualités de cinéaste avec Ibrahim, son premier long-métrage présenté sous le label Cannes 2020, en salles à partir de ce mercredi. Samir Guesmi se dirige lui-même dans le rôletitre, celui d’un homme discret et digne, écailler dans un quartier parisien chic. Son fils adolescent, incarné par Abdel Bendaher, qui fait d’impressionnants débuts à l’écran, est sur le point de sombrer dans la délinquance. C’est un drame pour ce monsieur qui ne veut pas d’histoires, mais qui va devoir gérer la situation. « Tous mes personnages sont confrontés crûment à la dureté de la vie », précise Samir Guesmi. Pour autant, ce beau film n’a rien de misérabiliste pour décrire la vie de « petites gens » avec une pudeur remarquable. Comme une caresse Rien ne va plus entre un homme mûr qui tente d’inculquer de bonnes valeurs à son rejeton et ce dernier, prêt à déraper en suivant un camarade. Samir Guesmi décrit cela sans insister, en laissant ses personnages occuper doucement l’écran dans un Paris merveilleusement mis en lumière par la cheffe-opératrice Cécile Bozon. « Ce qui manque à mes personnages, ce ne sont pas des discours, mais une caresse sur le visage », insiste Samir Guesmi. La scène finale, bouleversante à plus d’un titre, remédie à ce déficit de tendresse. Elle est emblématique de l’humanité qui nimbe cette œuvre révélant de belles qualités de mise en scène. Photo  : Anne-Françoise Brillot/Le Pacte À VOIR AUSSI Le choix de Caro Le coup de cœur de notre journaliste s’est porté sur « Ibrahim ». Suspense au DanemarkC.V. vous obtenez une comédie vacharde réjouissante. Le Cruella de Craig Gillepsie rappellera aux cinéphiles Eve (1950), de JosephL. Mankiewicz, ou encore Le diable Attention, film sous haute tension. Présenté au festival du cinéma policier Reims Polar, en section « Sang Neuf », le film danois Shorta (qui veut dire « police », en arabe) plonge dans les méandres d’un drame haletant  : un jeune homme meurt en garde à vue et des émeutes éclatent dans la banlieue de Copenhague. « Les jeunes sont en colère et se sentent diabolisés et incompris, et il en va de même pour les policiers agressés et s’habille en Prada (2006), de David Frankel. La cruauté de l’héroïne de Disney évoque, sous bien des aspects, celle de Meryl Streep, inoubliable dans le rôle d’une directrice de mode, tyrannique à l’égard de son assistante (Anne Hathaway). Un charme « vénéneux » « Les deux Emma ont été tout de suite complices pour créer ce duo de personnages hauts en couleur, se souvient Craig Gillepsie. La réussite dépendait largement de leur alchimie. » Si les deux actrices se partagent le haut de l’affiche de ce long-métrage, la plus jeune efface doucement l’aînée au fur et à mesure du récit, pour devenir celle qui sera incarnée plus tard par GlennClose dans l’adaptation en prises de vues réelles des 101 Dalmatiens. « Cruella est un film résolument axé sur des personnages de femmes fortes au charme vénéneux, déclare le réalisateur. J’espère que le public s’amusera à les détester. » Ce Cruella donne envie de retrouver très vite dans les salles cette icône de la méchanceté. Photo  : Disney Entreprises sous-payés », expliquent les réalisateurs, Anders Olholm et Frederik Louis Hviid, dans le dossier de presse. La force de ce premier film est de démontrer que la violence est universelle. Il est impossible de ne pas penser à La Haine, de Mathieu Kassovitz, ou aux Misérables, de Ladj Ly, devant ce suspense brillamment mis en scène. Les rapports entre les policiers et le gamin qu’ils ont menotté pour avoir lancé un milk-shake sur leur voiture sont aussi crédibles que la fuite en avant de ces hommes traqués. Entre polar et film de guerre, Shorta trouve une dynamique qui met les nerfs à rude épreuve. « Notre but est de faire vibrer et de divertir, mais aussi de susciter des conversations sur un sujet difficile sans solutions claires », précisent les cinéastes. Photo  : Alba Films
20 Les Bleus mettent le pied à l’étrier Clément Lenglet et Antoine Griezmannpossèdent des écuries de chevaux A De notre envoyé spécial à Budapest, William Pereirantoine Griezmannn’a pas passé le plus beau week-end sportif de sa vie. En plus du match nul décevant en Hongrie (1-1), l’attaquant des Bleus, qui affronte le Portugal ce mercredi (21 h), a vu sa pouliche Natsukashi terminer dernière du prestigieux prix de Diane. À croire que les encouragements qu’il avait réclamés auprès des journalistes présents à sa conférence de presse n’ont pas suffi. « Il en parle comme si c’était ses bébés, avoue Mickaël Cormy, entraîneur des trotteurs du Blaugrana. L’un des yearlings qu’il avait achetés n’était pas apte à la course et, pour « Les chevaux ont un rythme de vie qui ressemble à celui des sportifs de haut niveau. » Ghislain Bozo lui, la première chose qui le préoccupait, c’était qu’on lui trouve une maison d’accueil. » L’amour du cheval. C’est souvent par là que ça commence. S’ils ne sont que deux dans le vestiaire des Bleus à posséder leur écurie – avec Clément Lenglet –, c’est qu’il faut avoir baigné enfant dans l’ivresse de la course pour y trouver un intérêt une fois adulte. « Environ 70% des personnes viennent dans cet univers par la transmission », reconnaît Arnaud de Courcelles, directeur du pôle média d’Équidia. « Quand Antoine était jeune, on allait aux courses à Cluny [Saône-et- Loire] et je lui ai transmis ma passion », se souvient le papa, Alain. Pour Clément Lenglet, l’histoire est similaire. Le défenseur a grandi en regardant les courses à la télé et en allant sur les hippodromes pendant les vacances. Il a eu l’envie de devenir propriétaire de galopeurs après avoir assisté, dans les coulisses, à un prix du Jockey-Club. « Il était important de bien expliquer les tenants et les aboutissants d’une écurie, raconte son conseiller, Ghislain Bozo. Il m’a accompagné à l’entraînement, on a vu ensemble quand acheter un cheval, L’équipe de France est qualifiée pour les huitièmes de finale de l’Euro, et alors ? Ne comptez pas sur Didier Deschamps pour affronter le Portugal en claquettes. Un gros match en perspective et une première place de groupe en ligne de mire. « On a une assurance qui nous donne une tranquillité, mais, par expérience, je ne rentre pas dans le calcul, a assuré le sélectionneur. Plus on emmagasine de la confiance et des SPORT MERCREDI 23 JUIN 2021 17 Griezmannpossède une pouliche qui a participé au prix de Diane, dimanche. Photomontage  : 20 Minutes. Photos  : F. Mori et R. Yaghobzadeh/AP/Sipa.combien ça coûte, combien de temps on attend avant de faire commencer un cheval, de quels vétérinaires s’entourer... Les chevaux sont des athlètes, ils ont un rythme de vie qui ressemble à celui des sportifs de haut niveau. » La comparaison n’est pas anodine, puisqu’elle est pour beaucoup dans les bons rapports entre footballeurs et entraîneurs, ce qui n’est, par exemple, pas le cas de certains propriétaires provenant du monde de la télé. « C’était un cauchemar, avoue Cormy. Ce sont des enfants gâtés, ils veulent des résultats immédiats. Les sportifs sont, eux, une clientèle habituée aux bons et mauvais moments. » Les courses hippiques sont aussi une forme d’échappatoire pour les deux internationaux. Et, même s’ils n’ont pas toujours le temps d’aller rendre visite à leurs bêtes, à cause d’un agenda professionnel chargé, ils sollicitent les entraîneurs pour avoir des nouvelles régulièrement. Dans les deux cas, les pères jouent les intermédiaires, sont présents aux courses pendant que leurs gamins parlent cheval dans le vestiaire du Barça. « Pas de calculs » pour la France repères, mieux c’est. Ce dernier match doit nous servir à ça. » Les Bleus pourront se souvenir de leur victoire à Lisbonne dans la « prestigieuse » Ligue des nations, à l’automne 2020. « Beaucoup de joueurs [qui ont joué en novembre] seront présents des deux côtés, mais ça sera une autre histoire. Les forces du Portugal sont les mêmes et ils nous connaissent aussi. Ça sera de toute façon un match de haut niveau. » W. P.Au Portugal, une génération désenchantée ? W.P. Le Portugal n’est plus la machine pragmatique qui avait remporté l’Euro 2016. « Elle est vue comme une équipe défensive, mais c’est une équipe qui ne défend pas bien », confirme Luis Cristovão, commentateur à Eleven Sports. La probable titularisation de Renato Sanches au milieu face à la France ne devrait pas changer grand-chose. Car le Lillois devrait remplacer Bernardo Silva (en photo), garant, lui, d’une certaine créativité offensive. Des problèmes aussi avec CR7 À l’image du Mancunien, c’est toute une génération, la plus talentueuse depuis les Figo-Rui Costa, qui semble gâchée. « Je ne dirais pas « gâchée », tempère Cristovão. En termes de concepts de jeu, la vision de Fernando Santos [le sélectionneur] paraît un peu éloignée des standards tactiques actuels. C’est le principal signe d’inquiétude. » Reste aussi le problème de la relation ambiguë entre Cristiano Ronaldo et ses successeurs. Sa mauvaise influence sur les Bernardo, Bruno et Jota, si bons en Premier League, mais bridés en sélection, apparaît comme insoluble. « Parfois, les résultats n’arrivent que des années après l’apogée supposé d’une génération », conclut Cristovão. Photo  : C. Stache/Sipa -in C U SECONDES Opération pour Ousmane Dembélé Forfait pour le reste de l’Euro, l’ailier français va se faire opérer du genou et sera absent quatre mois. Plus de 60 000 spectateurs seront autorisés au stade de Wembley (Londres) pour les demies et la finale de l’Euro. Les Ougandais en quarantaine à Tokyo Après un cas positif au Covid-19, la délégation ougandaise, arrivée pour les JO, a été placée en quarantaine.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :