20 Minutes France n°3635 11 jun 2021
20 Minutes France n°3635 11 jun 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3635 de 11 jun 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : c'est l'Euro mission !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 VENDREDI 11 JUIN 2021 Musique « Je suis beaucoup dans la contradiction » Après le succès de « Sainte Victoire », Clara Luciani sort son deuxième album, « Cœur », ce vendredi Propos recueillis par Fabien Randanne Il y a des évidences qui sautent aux oreilles. Cœur, le nouvel album de Clara Luciani, disponible ce vendredi, en fait partie. Une écoute suffit à lui promettre une belle destinée  : il restera comme l’un des meilleurs disques de l’année. Dans « Cœur », vous évoquez une rupture, l’admiration unilatérale, le couple où l’on peut laisser des plumes… Vous êtes une romantique contrariée ? [Elle rit] Contrariée tout court. Comme beaucoup d’êtres humains – je me demande même si ce n’est pas le propre de l’homme – je suis beaucoup dans la contradiction. Cela s’entend dans ma + DE 20 MINUTES CULTURE musique. Ce sont des chansons à la fois très solaires et très sombres, nostalgiques. Elles sont plus profondes que ce que leur légèreté apparente laisse imaginer. Moi-même, je peux être extrêmement joyeuse et puis, tout à coup, me retrouver dans une énorme crise de doute et dans une période assez triste. « Cœur » est la première chanson de l’album qui porte son nom. Vous y parlez de violence conjugale. Il était important pour vous d’ouvrir le disque en passant ce message ? Je crois que cette chanson devait apparaître en premier parce que le reste de l’album est assez autocentré, autobiographique dans les paroles. J’avais envie de commencer par ce titre Photo  : A. Moitié Soirées De boums entre proches aux festivals faits maison Pas très optimistes, certains pensent trouver des plans B pour faire la fête. Pixabay « 20 Minutes » a demandé à ses lecteurs où ils comptaient aller danser cet été Juliette Soudarin Q VOTRE VIE VOTRE AVISui dit été, dit soirées et festivals. Où et comment allez-vous danser cet été ? Nos lecteurs ont répondu à cette question et ne sont, visiblement, pas très optimistes. « Devant le manque de perspectives de qui est, pour moi, le plus important dans son message. Je voulais poser les bases dès le départ en disant  : on va danser, on va faire la fête, mais avant ça, même si on s’accorde sur le fait qu’il y a eu beaucoup d’évolutions et une libération de la parole des femmes entre La Grenade et maintenant, il y a déjà 50 femmes mortes sous les coups de leur conjoint depuis le début de l’année en France. « J’sais pas plaire », sur ce nouvel album, semble faire écho à « Drôle d’époque », sur le précédent. Ce sont deux chansons en forme faire un festival cet été en France, nous allons partir à l’étranger », explique Gabriel. Pourtant, depuis fin mai, certains festivals ont maintenu leur édition. La Villette Sonique à Paris ouvrait le bal du 29 au 30 mai. Certes, le public était assis dans des transats, mais, le 30 juin, les mesures sanitaires vont s’assouplir. On pourra se tenir debout, avec une jauge de 4 m², lors des festivals en plein air. Le festival Dream Nation, les 17 et 18 septembre au Parc des Expositions à Paris, espère « qu’il y aura eu des concerts tests en espace confiné et que les spectateurs pourront 20 venir un peu moins muselés, masqués », explique AVEC Charlotte Lafon, attachée de presse. minutes VOUS Les festivals tentent de garder la tête hors de l’eau, mais d’autres professions sombrent. Ricky se livre  : « Je suis DJ en boîte de nuit et j’étais en contrat CDD renouvelable chaque week-end. Depuis le mois de mars 2020, je passe de 800 € à 0 € par mois. Ce n’est plus un témoignage que je fais, mais un appel de détresse, car la situation devient de plus en plus dure et je n’ai aucun centime d’aide. » Concernant les discothèques, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé recevoir les professionnels du secteur le 21 juin. Les boîtes de nuit souhaitent 2r1 d’autoportrait dans lesquelles vous ne vous ménagez pas. Le succès, le regard médiatique et du public majoritairement positif à votre égard ont-ils changé quelque chose pour vous ? Ça a aidé, mais il y a des choses qui me suivront toute ma vie. Quand on est une enfant moquée, c’est très dur d’oublier. J’ai l’impression d’être toujours suivie par cette ombre. Dans le miroir, c’est la petite fille blessée que je vois le plus, même si je sais qu’il y a des choses qui ont changé. C’est vrai que ces chansons ont des similarités. Dans leur production également. Quand je dis quelque chose de très intime et sensible, j’ai besoin de le faire en guitare-voix, parce que c’est pour moi une sorte de confidence, ce n’est pas quelque chose que je peux scander comme un message politique à l’image de La Grenade ou Cœur. Je susurre à demi-mot car c’est quelque chose dont je ne suis pas fière, qui me tourmente. Votre succès n’a pas été une forme de revanche ? Si, quand même, quelque part. J’ai la chance de faire un deuxième album, de répondre à des interviews, les gens s’intéressent au disque… Mais je crois que ça ne guérira jamais certaines blessures du passé. Je me suis construite autour de ça aussi. Si un jour je me sentais parfaitement guérie, peut-être que le besoin d’écrire des chansons disparaîtrait. une réouverture pour le 30 juin et, pour prouver leur bonne foi, les deux principaux syndicats du secteur ont annoncé leur accord pour que le pass sanitaire ou un test soit exigé à l’entrée. Des fêtes illégales De son côté, Benoît avoue  : « Je n’aime pas trop les festivals et encore moins les discothèques. Donc je chercherai à aller dans des fêtes avec des bons sound systems, même si elles sont illégales… » Le collectif de free party de Lucas* a ainsi continué à organiser illégalement pendant les périodes de confinement et de couvre-feu des soirées en comité réduit, demandant moins de matériel sonore. Après des boums entre proches, Léa*, musicienne, a fini par organiser son propre festival avec ses copains dans un grand jardin durant l’été 2020. Six groupes invités, scène, buvette, restauration  : tout y était. Cent personnes étaient attendues chaque soir sur deux jours. « On avait peur qu’il y ait trop de monde, on ne connaissait pas la capacité d’accueil du lieu », raconte-t-elle. Et cette année, rebelote. Ce festival fait maison s’agrandit et s’allonge. Ce n’est plus un, mais deux week-ends d’été qui sont prévus pour accueillir neuf groupes et 300 personnes par soir. * Les prénoms ont été changés.
F1:113R1QUÉ EN FRqNCE -N. 313rca.4. PSSST, VENEZ GOÛTER PLISSI NOTRE VERSION AMANDES MYRTILLES, a..,9-sre-4 ! UNE BARRE ULTRA GOURMANDE ET ÉQUILIBRÉE Vous PENSIEZ QUE C'ÉTAIT IMPOSSIBLE ? NUTRI-SCORE DISPONIBLE RU RAYON DIÉTÉTIQUE DE VOTRE SUPERMFIRCHÉ RETROUVEZ-LE RUSSI SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE 0 GERLINEFIR'PAR RIMURT Â LA tiVENNE DES l'AMIES DU 1111IRCHÉ POUR VOTRE SANTÉ, MANGEZ AU MOINS CINQ FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR. WWW.MANGERBOUGER.FR Armneour  : Nulririen or 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :