20 Minutes France n°3631 31 mai 2021
20 Minutes France n°3631 31 mai 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3631 de 31 mai 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : le tabagisme ne s'écrase pas.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
GRAND PARIS La délinquance s’est enrhumée avec la pandémie Sécurité Les chiffres révèlent une forte baisse dans la capitale depuis un an et demi C’est l’un des effets secondaires inattendus de l’épidémie de Covid-19  : après des années de hausse continue, la délinquance a fortement reculé à Paris. Entre 2019 et 2020, les cambriolages de résidence principale ont baissé de 23%, les homicides de 36%, les vols à main armée de 40%. En un an et demi, la pandémie est parvenue à faire ce que les autorités n’auraient pu espérer, en un si court laps de temps, des politiques publiques. Effet trompe-l’œil « Je ne pense pas qu’on puisse parler de baisse de la délinquance, puisqu’on sait que ces chiffres sont imputables à ce contexte », nuance YoannMaras, secrétaire régional du syndicat de policiers Alliance. Il voit dans ces chiffres un effet trompe-l’œil. Paris vidé de ses touristes, LITERIE LIT-COFFRE LIT-TIROIR DES CONDITIONS EXCEPTIONNELLES SUR LES PLUS GRANDES MARQUES OFFRES COCOON * A. Antoniol/Sipa On dénombrait, en 2020, 51 vols simples pour 1000 habitants à Paris. les vols à la tire dégringolent de près de 25% entre 2019 et 2020. « Comme il y a moins de gens dehors et moins longtemps, le nombre de faits recensés baisse dans l’absolu, insiste le syndicaliste. Mais je ne suis pas sûr que si André Renault, Bultex, Dunlopillo, Duvivier, Emma, Epéda, Mérinos, Simmons, Tempur, Treca... 56-60 cours de Vincennes Paris 12 e 01 43 41 80 93 - 7j/7 - M° Pte de Vincennes ou Nation 66 rue de la Convention Paris 15 e 01 40 59 02 10 - 7j/7 - M° Boucicaut, parking gratuit Canapés, literie, mobilier sur 3 000 m²  : toutes nos adresses sur www.topper.fr *Cocon Vols avec violences Peu touristiques, les 14 e et 17 e arrondissements sont les deux seuls quartiers dans lesquels les vols avec violence ont légèrement augmenté entre 2019 et 2020. on pouvait comparer ces chiffres avec la population présente sur la voie publique, cela serait aussi flagrant. » Surtout, malgré les baisses constatées, Paris reste la ville qui concentre les plus forts taux de délinquance en France. Ainsi, même s’ils ont diminué de 22% en un an, les vols avec violence (sans arme) sont commis, pour un tiers d’entre eux, dans la capitale. Même constat pour les vols simples  : en 2020, on en dénombrait 51 pour 1000 habitants, contre 8,4 pour 1000 au niveau national. Un constat qui avait poussé la Mairie de Paris a faire volte-face sur la mise en place d’une police municipale  : celle-ci, forte de 5 000 agents, sera déployée à partir de septembre. Caroline Politi Modèle ci-contre présenté en tissu Miami (100% polyester) 3 modèles au choix. Nouveau Matelas Dunlopillo 15 cm, haute résilience 35kg/m 3. Couchage 140 (existe en 160). Système d’ouverture rapide. L 177 ou 195 x P 100 x H 89. Nombreux coloris. Prix livré-installé, coussins déco en option. 63 rue de la Convention Paris 15 e 7j/7 01 45 77 80 40 M° Boucicaut 2 Lundi 31 mai 2021 n n ru secondes La Samaritaine va rouvrir le 19 juin. Au terme d’un chantier de 750 millions d’euros, la Samaritaine doit rouvrir ses portes à Paris (1 er) le 19 juin, a-t-on appris auprès de son propriétaire, LVMH. L’enseigne, qui s’est enrichie d’un hôtel de luxe, était fermée depuis 2005. Le projet englobe 15 000 m² de bureaux, une crèche de quartier de 80 lits et 97 logements sociaux gérés par France Habitat. Un millier de manifestants pour le droit au logement à Paris. Dimanche, environ un millier de militants, personnes mal logées et exilés sans abri ont manifesté à Paris pour le droit au logement. Selon Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association DAL, « 30 000 locataires sont menacés d’expulsion » à partir de mardi, avec la fin de la trêve hivernale. Canapé-lit 1590 € COLLECTION EXTRA MŒLLEUSE Assis ou couché, le confort est entier ! 54 cours de Vincennes Paris 12 e 7j/7 01 40 21 87 53 M° Nation Canapés, literie, mobilier sur 3000 m²  : toutes nos adresses sur www.topper.fr R. Meigneux/Sipa
GRAND PARIS Covid-19 Trois jeunes soignants de Créteil racontent la façon dont ils ont vécu la pandémie « Je comprends les soignants qui sont partis après la première vague de Covid-19, assure Julien Stoltz, infirmier de 32 ans en réanimation au centre hospitalier intercommunal de Créteil [Val-de-Marne]. Je ne me vois pas travailler ailleurs qu’à l’hôpital public, mais j’ai été choqué de voir certains traiter de lâches ces infirmières qui démissionnaient. » Comme Julien Stoltz, Marie Lecronier, réanimatrice de 35 ans, et Niodinne Silva, aide-soignante de 27 ans au service de médecine interne, ont rejoint cet hôpital de Créteil à l’été ou à l’automne 2020, avant deux autres vagues. La décentralisation de la capitale au menu du prochain Conseil de Paris Politique Pour Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo (PS), c’est un « tournant historique »  : la Ville de Paris s’apprête, lors du prochain Conseil de Paris (de mercredi à vendredi), à transférer plus de pouvoir aux maires d’arrondissement dans le cadre de la « ville du quart d’heure », a-t-il expliqué en conférence de presse. Cela passe par la création dans chaque arrondissement d’un poste de directeur général adjoint chargé de coordonner les services qui gèrent l’espace public. Sur plusieurs sujets, comme la propreté et la sécurité, la Ville entend donc procéder au niveau hyperlocal. Elle assure ainsi que le pilotage de la police 3n minutes avec vous www2Ominutes.fr/paris www.facebook.com/20MinutesParis twitter.com/20minutesparis vingt.minutes sur Snapchat « Il y a une super bonne équipe, le service me plaît, même si le quotidien est dur », assure Niodinne Silva. Ce qui lui pèse, c’est l’agressivité de certains patients et les horaires  : « Le Covid-19 ne m’a pas dégoûtée de mon métier, mais le rythme est dur à tenir. On est nombreux à avoir eu le Covid, il fallait se remplacer entre nous. Et, avec les visites interdites aux familles, certaines ne comprennent pas, viennent en douce. J’ai même découvert une famille cachée derrière une porte ! » municipale se fera au niveau de l’arrondissement. La Mairie promet aussi un « nouveau socle de services en hyperproximité », selon Emmanuel Grégoire, où l’école sert de référentiel  : 75 cours d’école et de crèche seront ouvertes, en particulier le samedi, « d’ici à septembre », pour devenir des lieux de convivialité, de rencontres entre les habitants et les associations. De leur côté, Républicains, centristes et indépendants estiment que ces annonces sont « creuses »  : elles risquent notamment de créer des communautés en forme de ghettos dorés, « où la rue serait privatisée et accaparée par une minorité » de Parisiens et Parisiennes. Aude Lorriaux Tous les jours, suivez l’actualité de votre région et participez ! paris@20minutes.fr www.instagram.com/20minutesparis friinkedin.com/company/20-minutes www.pinterestfr/20minutes De son métier de médecin en réanimation, Marie Lecronier aime « la polyvalence, l’autonomie des soignants, la rapidité des examens, les thérapeutiques variées et le gros travail d’équipe avec les médecins et les paramédicaux ». Mais son service a dû se réorganiser maintes fois, tester de nouveaux médicaments et protocoles. « On est passés d’une pratique très variée à toujours la même pathologie », souffle la trentenaire. « Le Covid, ça devient moins stimulant intellectuellement, I›iedwine 1 Météo InmedérammIpmelép Prévisions ultra détaillées "r 1V-WEEI-APPL1S LS.CHAINEMEFEO.CON 3 Lundi 31 mai 2021 « Sans nous, il y aurait eu plus de morts » « On reste motivés. On n’a fait que travailler dans une incertitude lourde. » Marie Lecronier, réanimatriceL. Barioulet/CHI Créteil Julien Stoltz, infirmier en réanimation au centre hospitalier de Créteil. La météo à Paris AUJOURD’HUI ET EN FRANCE reconnaît Julien Stoltz. On met le patient en « décubitus ventral » [une position pour mieux respirer] et on attend. » Si cette monotonie peut faire fuir certains internes, la réanimation de cet hôpital n’a pas eu de mal à recruter. « On reste très motivés, assure Marie Lecronier. On n’a fait que travailler dans une incertitude lourde. » Une incertitude qui commence, peu à peu, à disparaître avec l’amélioration des indicateurs épidémiques. Ces soignants espèrent toutefois que les politiques et l’opinion publique n’oublieront pas les leçons à tirer. « La crise a malheureusement montré que les paramédicaux en réanimation sont indispensables, reprend Julien Stoltz. Sans nous, il y aurait eu encore plus de morts. » L’amertume s’entend aussi sur le revirement de l’opinion publique à leur égard. En un an, ils ont l’impression d’être passés de héros de la nation à rabat-joie trop prudents. « On est les premiers à vouloir sortir, voyager, mais on voit la réalité du Covid-19, s’agace Julien Stoltz. Pendant la troisième vague, je n’ai vu que des patients de moins de 65 ans. Aujourd’hui, perdre un patient m’enlève un morceau de cœur, mais rien ne le reconstruit. » Oihana Gabriel DEMAIN matin après-midi matin après-midi 13 °C 24 °C 13 °C 27 °C Une journée à rester dans son hamac Nous assistons à un superbe début de semaine, avec du soleil pour quasiment tout le monde. Une tendance orageuse est néanmoins attendue au cours de l'après-midi dans les Alpes, dans les Pyrénées et sur le Massif central.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :