20 Minutes France n°3628 21 mai 2021
20 Minutes France n°3628 21 mai 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3628 de 21 mai 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : la France figure parmi les pays favoris du concours de l'Eurovision.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
J. Saget/AFP 20 MINUTES AVEC 44 Bertrand Piccard, pilote suisse et président de la fondation Solar Impulse Le médecin et explorateur suisse est le premier à avoir bouclé un tour du monde en ballon sans escale et un autre à bord d’un avion solaire. Un premier en ballon sans escale en 1999 avec le Britannique Brian Jones, un autre à bord de l’avion solaire Solar Impulse de mars 2015 à juillet 2016. Le médecin et explorateur suisse Bertrand Piccard nous a habitués aux exploits lors de ses tours du monde. Le troisième, qui commencera dans les semaines à venir, aura pour enjeu le guide de solutions que sa fondation, Solar Impulse, prépare depuis quatre ans. A l’intérieur ? Mille propositions – technologies, produits, services… – qui bénéficient à la fois à l’environnement et à l’économie. Quel regard portez-vous sur le projet de loi Climat et résilience, dernière grande loi environnementale du quinquennat d’Emmanuel Macron, en cours d’examen en France ? Encore aujourd’hui, beaucoup de gouvernements annoncent des objectifs de réduction de gaz à effet de serre sans trop avoir en tête les solutions concrètes à mettre en œuvre pour les atteindre, ni la façon de créer les conditions pour qu’on utilise à grande échelle ces solutions. Il faut notamment des réglementations très ambitieuses pour faire éclore ces solutions. C’est ce qu’essaie de faire ce projet de loi « Climat et résilience », mais c’est juste un début, et on voit que c’est déjà compliqué. Votre travail à la fondation Solar Impulse se rapproche-t-il, au final, de celui de la Convention citoyenne pour le climat, à qui on a demandé d’identifier des solutions pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et dont devait s’inspirer ce projet de loi « Climat et résilience » ? La Convention citoyenne a surtout identifié 150 sujets clés sur lesquels agir. Notre démarche, à la fondation Solar Impulse, est différente. Avec un groupe de 350 à 420 experts, qui ont travaillé bénévolement avec nous, nous nous sommes lancés dans l’identification, l’analyse et la labellisation de solutions qui répondent aux défis environnementaux. Ce sont des technologies, des produits, des procédés ou des services portés par des start-up comme de grandes entreprises et qui couvrent les secteurs de l’eau, de l’énergie, de la construction, de la mobilité, de l’industrie et de l’agriculture. Nous avions trois principaux critères de sélection. La solution « Je suis fasciné par la créativité dont font preuve les entreprises pour nous emmener vers un monde décarboné. » doit exister, c’est-à-dire ne pas être une vague idée pour le futur, mais être déjà commercialisée ou en voie de l’être. Elle doit aussi apporter un vrai plus dans la protection de l’environnement. Enfin, elle doit être rentable pour l’entreprise qui la vend et une opportunité économique pour celui qui l’achète, en lui permettant, par exemple, des économies. C’est toute la particularité de notre travail  : nous sommes le seul label au monde qui certifie la rentabilité financière de solutions qui protègent l’environnement. On montre ainsi que l’écologie peut être rentable. Avez-vous fait de belles découvertes en recensant ces 1000 solutions ? Je suis fasciné par la créativité dont font preuve les entreprises pour nous emmener vers un monde décarboné. Depuis deux cents ans, par exemple, nous laissons la chaleur des usines s’en aller par nos cheminées sans parvenir à la 10 Vendredi 21 mai 2021 « Avec ces 1000 solutions, on montre que l’écologie peut être rentable » Transition énergétique Chaque vendredi, un témoin commente un phénomène de société valoriser. Eco-Tech Ceram, une entreprise française, a mis au point une solution qui permet de récupérer cette chaleur, la stocker et la réinjecter dans le circuit de l’usine. Autre belle découverte  : Carbiolice, française elle aussi. Elle a mis au point une enzyme capable de rendre certains plastiques 100% compostables, si bien que, demain les pots de yaourt pourraient être à jeter dans les composteurs et non plus à la poubelle. C’est aussi Waga Energy, française, là encore, qui a mis au point un système qui capte le méthane, puissant gaz à effet de serre, que relâchent les décharges publiques – via la fermentation des détritus – pour le réinjecter dans le réseau de gaz. On pourrait continuer la liste… Ces 1000 solutions vous permettent-elles d’être optimiste sur la capacité à limiter sous les 2 °C le réchauffement climatique d’ici à 2100 ? Tout dépendra de la vitesse à laquelle elles seront implémentées. En tout cas, les idées foisonnent. Autant pour démultiplier la production d’énergies renouvelables, en utilisant le soleil, le vent, les déchets, les vagues, les marées…, que pour nous rendre plus efficients, c’est-àdire plus économes en ressources. On peut très bien imaginer pouvoir atteindre la neutralité carbone en remplaçant 50% des énergies fossiles que nous utilisons aujourd’hui par du renouvelable et en comblant les 50% restants en réduisant nos gaspillages d’énergie. Le contexte Bertrand Piccard veut se lancer dans un tour du monde des palais présidences pour présenter un guide de mille solutions qu’il a identifiées pour réussir la transition énergétique. Elles bénéficient à la fois à l’environnement et à l’économie. 99 Propos recueillis par Fabrice Pouliquen
Notaires de France Cu minutes PRODUCTION pour le> Notaires dr tren. Résoudre des conflits avec la médiation Droit Pour être acteur de la résolution du conflit et trouver un accord gagnantgagnant, rapide et économique, la médiation est une piste à explorer Partage de succession difficile ? Conflit entre copropriétaires ? Problème avec un associé ? Vous pouvez faire appel à un notaire médiateur pour vous aider. Spécialement formé à la médiation, celui-ci est habilité à régler les différends familiaux et patrimoniaux, immobiliers mais aussi professionnels, commerciaux ou d’entreprise. Son rôle  : aider chacun à trouver un accord à l’amiable pour mettre un terme au litige et éviter de recourir au tribunal. Même si une procédure est déjà engagée, il est toujours possible de faire appel à la médiation. Les magistrats peuvent d’ailleurs vous orienter vers cette solution si vous n’y avez pas encore songé. Particulier, entreprise, association ou magistrat, tous peuvent demander à l’un des dixhuit centres de médiation du notariat présents en France d’intervenir. Une exception toutefois, le notaire médiateur ne peut gérer un litige entre un professionnel et un particulier. Une approche humaine Une fois le centre de médiation saisi, celui-ci désigne un notaire médiateur qui propose à l'autre partie d'entrer « Il est préférable d’agir tôt pour éviter une procédure » M e Pierre Jean Meyssan, notaire à Bordeaux, 2 ème vice-président du Conseil Supérieur du Notariat. A quel moment recourir à la médiation ? Le meilleur moment, c’est quand un litige commence à poindre, qu’il y a une difficulté dans l’exécution d’un contrat, un dossier familial compliqué... Plus tôt on fait appel à la médiation, plus on a de chance d’éviter une procédure et d’améliorer la situation. Comment se déroule le processus de médiation ? Tout dépend du dossier. Il peut n’y GettyImages La médiation, une solution plus rapide et économique. en médiation. Chacun doit se montrer volontaire pour lancer cette procédure synonyme de dialogue et non pas d’affrontement. Les échanges restent confidentiels et ne pourront pas être utilisés comme preuve devant le tribunal si la médiation échoue. Le notaire est un tiers impartial puisqu’il ne doit avoir aucun lien professionnel ou personnel avec les parties. Il aide chacun à s’exprimer en toute confiance, à expliquer son point de vue, à partager son ressenti, afin que l’autre l’entende. Ces échanges permettent de comprendre l’historique de la situation, de faire le point, d’apaiser les tensions, de trouver une avoir qu’un seul rendez-vous si un échec survient ou qu’au contraire les deux parties veulent conclure rapidement leur différend. Mais c’est rare. En général, il faut trois ou quatre rendez-vous afin de prendre contact, d’informer chaque partie sur le processus, d’avancer et trouver une solution. Le médiateur est là pour écouter et favoriser le dialogue. Chacun entend ce que ce différend a pu être pour l’autre et un travail de mise en commun commence. Les parties ont souvent la solution en elles. On aide simplement à la faire naître. Quelle est la plus-value d’un notairemédiateur dans le règlement d’un conflit ? L’une des principales qualités du notaire, c’est l’écoute. Sa mission de conseil est également très importante. Chaque notaire souhaitant être médiateur suit une formation continue de huit jours pour acquérir le socle de base puis six jours complémentaires d'approfondissement. D’autres formations s’ajoutent ensuite pour monter en compétences au titre de la formation continue et de l'analyse de pratique. La pratique est très importante, c’est pourquoi nous favorisons la comédiation par deux notaires, l’un expérimenté, l’autre moins. Cela permet de transmettre un savoir, de s'enrichir de la pratique de l'autre et va dans l'intérêt de la médiation et des parties. Cela permet également une grande qualité d'écoute au service des parties. C’est une activité qui requiert une grande sensibilité. Les notaires médiateurs Vendredi 21 mai 2021 solution et d’améliorer les futures relations. L’accord trouvé ici n’est pas dicté par un jugement tiers. Il convient forcément aux parties tout en respectant leurs droits et obligations respectifs. A l’issue de la médiation si un accord est trouvé, il est mis par écrit. Si un procès est en cours, le magistrat homologue l’accord et l’instance prend fin. Une médiation comprend en moyenne environ 3 rendez-vous étalés sur 3 à 6 mois. Une solution plus rapide qu’un procès puisqu’il faut compter en moyenne 6,2 mois au tribunal d’instance et 14,5 mois devant le Conseil des prud’hommes *. La médiation est également moins onéreuse. Les honoraires sont, en effet, fixés par chaque centre de médiation (devis à partir du montant du litige ou tarif horaire) et partagés entre les deux parties. Dans tous les cas, le coût reste modéré et plus intéressant que celui d’un procès. Autant d’avantages qui méritent réflexion avant d’entamer une procédure devant un tribunal. Info pratique  : Pour trouver le centre de médiation des notaires le plus proche de chez vous  : mediation.notaires.fr Dorothée Blancheton 20 Minutes Production * Chiffres du Ministère de la justice 2020 portant sur l’année 2019 sont souvent des passionnés qui ne comptent pas leurs heures. Quel conseil donneriez-vous aux personnes songeant à recourir à la médiation ? C’est important d’arriver avec un esprit ouvert, d’accepter de s’interroger sur son propre comportement, sur les choses qui n’ont pas fonctionné correctement de son côté aussi car ça arrive à tout le monde. Propos recueillis par Dorothée Blancheton Ce contenu a été réalisé avec le Conseil supérieur du notariat, par 20 Minutes Production, l’agence contenu de 20 Minutes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :