20 Minutes France n°3627ES3 20 mai 2021
20 Minutes France n°3627ES3 20 mai 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3627ES3 de 20 mai 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 14

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : une dose de likes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ACTUALITÉ Le jour où la vie a repris son coût Réouvertures La deuxième étape du déconfinement, engagée mercredi, bénéficie-t-elle surtout aux classes aisées ? C’était noté sur de nombreux agendas. Mercredi a commencé la seconde étape du déconfinement. Une étape unanimement attendue pour enfin retrouver les terrasses, les cinémas, les musées et autres joyaux de la vie sociale. Unanimement, vraiment ? Ces petits plaisirs restent un coût économique que certains Français ne peuvent pas se permettre. En 2019, avant le coronavirus, une étude de Statita montrait, par exemple, que 20% des Français allaient une fois par an ou moins au restaurant et 29% moins de deux fois par an au cinéma. Alors, ce déconfinement est-il uniquement celui des classes aisées ? « Le déconfinement ne fait que révéler les inégalités sociales. » Emmanuelle Lallement, anthropologue de la ville « Le déconfinement, comme le confinement, ne font que révéler les inégalités sociales », ne s’étonne pas Emmanuelle Lallement, anthropologue de la ville et des espaces publics. Pour les personnes qui ne pouvaient pas télétravailler, et qui La météo en France tr I. fi ZZ EZ SI DI IZ ZZ DI 6L Ame 9 96 IZ DL SL °Me OZ Syspeo/Sipa n’ont pas l’habitude de manger ou boire dehors, les restrictions liées au coronavirus n’ont pas été vécues de la même façon que pour les autres. Et, maintenant que le pays se déconfine, tout le monde n’a pas les moyens d’en « profiter » pleinement. Avec la pandémie, « un tiers des Français ont vu leur revenu ou leur activité diminuer et envisagent des mois de restrictions en termes de dépenses, tandis que d’autres ont massivement épargné », rappelle Vincent Chabault, sociologue de la consommation. Il confirme qu’il existe en France une vision très métropolitaine et centrée sur les classes supérieures du déconfinement. Au tour du soleil de se déconfiner enfin Le soleil finit par s’imposer, malgré un risque d’averses près des frontières du Nord-Est. Le ciel s’ennuage sur le Nord- Ouest, avec l’arrivée de quelques pluies sur la Bretagne et le renforcement du vent. Les températures sont en hausse. SIldef-93M-Al samlleppenvi suomA9lid Néanmoins, si tous les Français n’ont pas de quoi consommer dehors tous les jours, les classes populaires peuvent aussi profiter de ce 19 mai. Premièrement, ce sont aussi leurs métiers qui se déconfinent. Vincent Chabault développe  : « Les serveurs, les gardiens de musée, les vendeurs au cinéma… sont autant de professions des classes précaires victimes de ces confinements. » De quoi regagner un salaire, mais également retrouver une vie sociale  : « Que ce soit les collègues de travail ou les clients, c’est l’occasion de revoir du monde et de sortir de chez soi », avance le sociologue. Deuxièmement, « tout le monde 2 Jeudi 20 mai 2021 Les petits plaisirs, comme le resto, restent un coût économique que certains Français ne peuvent pas se permettre. bénéficie d’une ville plus animée. Cela donne plus de gens dehors – donc plus de clients pour l’ensemble des professions, plus d’interactions et de vie, qu’on consomme ou non », poursuit Vincent Chabault. Enfin, dernier point pour lui, toutes les activités possibles de ce déconfinement ne sont pas payantes. A commencer par le couvre-feu, prolongé à 21h, mais également certains musées, les bibliothèques, médiathèques, etc. « Le plus important, surtout pour les personnes précaires, c’est la reprise économique », pointe Vincent Chabault. Pas certain donc qu’elles boudent ce retour premier à la consommation. Jean-Loup Delmas Comment profiter de son verre en terrasse en toute sécurité ? Restos Depuis mercredi, les terrasses ont donc rouvert et il est à nouveau possible de prendre un verre ou un repas dans votre café, restaurant ou bar préféré. Alors, comment combiner le plaisir d’un verre dehors et le moindre risque de contamination et de rebond épidémique ? 20 Minutes vous donne trois conseils pratiques. V Choisir une terrasse aérée au maximum. L’aération reste le facteur principal lorsqu’on ne porte pas de masque. Il faut éviter les terrasses chauffées avec un toit et des clôtures, ou les terrasses qui ont eu la fausse bonne idée d’installer des cloisons entre chaque table, ce qui finalement les aère mal. V Ne pas parler trop fort. Parler fort – ou pire, chanter – augmente la quantité de particules émises, ainsi que le nombre de gouttelettes projetées, et de facto le risque de transmission de Covid-19. Il faut donc éviter les terrasses trop bruyantes, qui mettent de la musique trop forte. V Eviter au maximum les terrasses bondées. Pour les deux raisons évoquées plus haut, et parce que le risque zéro de transmission en extérieur n’existe pas, il vaut mieux éviter les terrasses trop bondées. D’autant que, plus il y a de monde autour, plus la probabilité qu’il y ait des personnes positives au coronavirus augmente. J.L.D. Vidéo La première phase du retour à une vie normale.
ACTUALITÉ Vaccinés, ça selfie ! Réseaux sociaux Nombre d’internautes s’affichent avec une seringue dans le bras Il a posté sur Facebook un selfie, seringue au bras, avec la mention « Done » [« C’est fait », en anglais]. Une démarche que Wajdi, quadragénaire vivant à Pont-Audemer (Eure), explique aisément à 20 Minutes  : « Je suis rarement actif sur Facebook, mais j’ai voulu partager ce moment avec tout le monde. Car, la vaccination, ça nous concerne tous. Une photo, c’est toujours plus parlant qu’un texte. Ça attire le regard instantanément. » Wajdi n’est pas le seul à prévenir sa communauté. Avec l’accélération de la campagne de vaccination (31,5% des Français avaient reçu une première injection mardi soir), les « vaxxies » (contraction anglaise de « vaccine » et « selfie ») se sont multipliés sur les réseaux sociaux ces dernières semaines. Les internautes postent aussi leur certificat de vaccination (même si c’est dangereux) ou actualisent leur statut pour signaler la nouvelle. « Ceux qui ont réussi à avoir un rendezvous ont l’impression de faire partie des pionniers. » Vanessa Lalo, psychologue Une tendance inspirée par la vague de « vaxxies » observée aux Etats-Unis, il y a quelques mois. En France, cette mise en scène de la première injection a démarré avec les photos d’Olivier Véran, chemise ouverte, qui ont Elles sont prévues pour le 23 juin.C. Quicler/AFP Syspeo/Sipa Une tendance inspirée par la vague de « vaxxies », observée aux Etats-Unis. été très commentées  : « Jean Castex l’a fait aussi, ainsi que Michel Cymès et d’autres personnalités, ce qui explique l’effet mimétique de ce type de communications », observe la sémiologue Pauline Escande-Gauquié, maitre de conférences à l’université Paris-Sorbonne Celsa. Le besoin de partager cette information personnelle est aussi dû au contexte sanitaire exceptionnel dans lequel nous vivons depuis un an  : « Après toutes les restrictions que nous avons subies, ce vaccin tant attendu, c’est le Graal, analyse Vanessa Lalo, psychologue spécialisée dans les pratiques numériques. Et ce qui est rare est précieux. Comme les doses arrivent progressivement, les Français sont entrés dans la quête de leur dose. Ceux qui sont parvenus à avoir un rendez-vous ont l’impression de faire partie des pionniers et veulent le souligner publiquement. » Les soldes d’été repoussés ? Consommation Officiellement, le démarrage des soldes d’été est prévu le 23 juin, dans cinq semaines. Beaucoup trop tôt aux yeux de nombreux commerçants indépendants, qui réclament un report comme à l’été 2020. « Ils souhaitent un démarrage le plus tard possible, confirme à 20 Minutes Denis Favier, vice-président des Commerçants et artisans des métropoles de France. Ils n’ont pas pu travailler depuis début avril, donc ils ont besoin de réaliser des ventes avec une marge normale. Ils ne veulent pas se retrouver avec une marge sacrifiée au bout d’un mois, à cause des réductions. » Une demande soutenue par la Si se faire vacciner est en premier lieu une démarche personnelle, les internautes qui communiquent sur le sujet le font aussi pour se rattacher au collectif, selon Pauline Escande-Gauquié  : « Ils se mettent toujours en scène lors d’événements marquants de la vie sociale, explique la sémiologue. On se rappelle les selfies dans les urnes qui ont inondé les réseaux sociaux lors du second tour de la présidentielle, lorsqu’Emmanuel Macron affrontait Marine Le Pen. Là, il s’agit de montrer qu’ils s’inscrivent dans une démarche citoyenne de vaccination. Une des fonctions premières du selfie étant d’apporter la preuve par l’image. » « Ils veulent adresser un message de santé publique au reste de la population, conclut Vanessa Lalo. Ces posts, ce sont des pieds de nez aux antivax, un acte de responsabilité sociale pour appeler indirectement les autres à se faire vacciner. » Delphine Bancaud Confédération des commerçants de France. Selon elle, commencer les soldes trop tôt fragiliserait les boutiques, alors que, dans le même temps, l’Etat va peu à peu fermer le robinet des aides. Mais l’exécutif ne semble pas vraiment pressé de leur apporter une réponse sur les stocks. Interrogé par 20 Minutes, le cabinet d’Alain Griset, ministre chargé des PME, indiquait mercredi que « des consultations ont été menées mardi avec les représentants des fédérations de commerce et des associations de consommateurs. Au regard de la reprise d’activité, une décision sur la situation des soldes sera prise avant la fin du mois ». N.R. 3 Jeudi 20 mai 2021 De plus en plus d’arnaques au sans-contact Escroquerie Le paiement sans-contact a été beaucoup utilisé ces derniers temps, notamment en raison de la pandémie de Covid-19. S’il présente de nombreux avantages, des arnaques existent bel et bien. Une escroquerie très simple a été mise en place  : lire les cartes bancaires à l’aide d’un terminal de paiement électronique (TPE), sans que le propriétaire ne s’en rende compte. Ces arnaques ont majoritairement lieu dans des endroits où la foule est présente, et notamment les transports en commun. Les malfrats peuvent ainsi soutirer jusqu’à 50 € , la somme maximale qu’il est possible de payer en sans-contact. Pour ce faire, ils approchent la victime et son sac avec un TPE. Les malfrats agissent souvent à plusieurs, l’un commettant le méfait pendant que des complices s’occupent de détourner l’attention de la cible. En plus d’appeler à la vigilance et de garder ses distances, les gendarmes conseillent d’acquérir un étui protecteur d’ondes labellisé « anti-RFDI ». Cet accessoir permet de bloquer à 99,99% le passage des ondes.nnru secondes Feu vert de l’Assemblée nationale à des procès filmés. Malgré les craintes d’une moindre « sérénité » des débats, l’Assemblée nationale a voté, mercredi, en faveur de l’enregistrement et de la diffusion des procès. C’est l’une des mesures phares du projet de « confiance » dans la justice. Le seul suspect de l’attentat de la rue Copernic renvoyé aux assises. La justice française a définitivement validé, mercredi, le renvoi devant une cour d’assises du Libano-Canadien Hassan Diab, unique suspect retrouvé par la justice pour l’attentat de la rue Copernic, le 3 octobre 1980. Il y avait eu 4 morts et 46 blessés près d’une synagogue à Paris. Renforcement du dispositif de la cantine à 1 € . Le gouvernement va augmenter sa subvention aux petites communes qui pratiquent la tarification sociale de la cantine, afin d’encourager le dispositif des repas à 1 € pour les enfants de familles précaires. Une mesure existant depuis 2019, mais à laquelle seules 241 communes ont adhéré.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :