20 Minutes France n°3627ES 18 mai 2021
20 Minutes France n°3627ES 18 mai 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3627ES de 18 mai 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 13

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : comme un os avant la noce.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ACTUALITÉ - 14 15.16'iTg= 15 16 16 15 15 Xi dee ir 17e là'1i 19 17 28 15 22 e le Previsiwis ultra détaillées TV-WEB-APPLISrneteo FV 2 Mardi 18 mai 2021 Sanofi pourrait soigner l’image du pays Economie Prévu pour fin 2021, le vaccin estampillé « made in France » arrivera à temps pour les premiers rappels Parti avec du retard et freiné pendant sa course, Sanofi semble finalement revenir dans la grande compétition mondiale des vaccins contre le Covid-19. Le laboratoire français a annoncé lundi que les essais cliniques de phase 2 sur son principal candidat-vaccin avaient donné des résultats positifs. Le groupe pharmaceutique prévoit sa commercialisation (si tout se passe bien) pour la fin de l’année. Trop tard par rapport à Pfizer ou AstraZeneca, déjà sur le marché depuis plusieurs mois ? « Non, répond Marie-Aline Bloch, chercheuse et professeure à l’Ecole des hautes études en santé publique. Sanofi a perdu une bataille, mais pas la guerre. Son vaccin pourra très bien être utilisé pour faire les rappels de vaccin ARN des premières personnes vaccinées en début d’année. » Un impact sur l’emploi Les besoins pourraient à nouveau être énormes, et un petit nouveau sur le marché ne sera pas de trop, selon l’experte, au vu des capacités de production parfois saturées des autres firmes pharmaceutiques. Au niveau des stocks, justement, bien que Sanofi soit une La météo en France Sipa Images/Sipa multinationale et que son vaccin soit destiné au monde entier, il y a peu de chances pour que l’Hexagone se retrouve sur le banc de touche (lire l’encadré). De quoi lui faire pardonner son petit retard aux yeux des Français, le placer comme favori à l’international et avoir un impact fort pour le pays. Un impact économique, d’abord, puisque « c’est en Europe que l’on produit le plus de vaccins et que Sanofi possède des sites en France », suggère Carine Milcent, économiste spécialiste des systèmes de santé et chercheuse au CNRS. Mais, pour la SANjOi J Avec ce vaccin, la France montre une capacité de performance sur le plan sanitaire. Un temps compliqué pour garder un beau brushing Les averses prendront un caractère orageux au nord de la Loire. Dans les régions méditerranéennes, le soleil s’imposera, avec toujours un vent violent de la Provence à la Corse. Les températures, elles, sont toujours fraîches. vice-présidente du conseil scientifique de l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation, au-delà de l’emploi lié à la firme elle-même, c’est surtout « l’image de marque » de la France qui pourrait être redorée. « On aura à la fois la firme Sanofi, qui apparaît comme innovante et dynamique, mais aussi la France, qui montre une capacité de performance sur le plan sanitaire. Avec le vieillissement des populations, cela va devenir un élément excessivement important dans les années à venir. » Marie de Fournas Les Républicains sont-ils en train « d’imploser » ? Politique Les tractations pour les régionales ont pris fin lundi midi, avec la clôture du dépôt des listes, mais le feuilleton autour des Républicains ne semble pas près de s’achever. L’alliance entre le président LR de la région Provence- Alpes-Côte-d’Azur, Renaud Muselier, et la majorité présidentielle, finalement à moitié avortée, continue de créer des remous à droite. « Ce que montrent ces régionales, c’est que ce parti est en train d’imploser », a tranché le député Modem Jean-Louis Bourlanges, dimanche, sur France Info. Bousculés par la main tendue par LREM et les ex-LR en campagne aujourd’hui au RN, les Républicains peinent à tenir une ligne claire, à un mois du premier tour, Plusieurs atouts « A la différence de Pfizer, Moderna ou AstraZeneca, Sanofi a de grandes capacités de production et de commercialisation, rapporte Marie-Aline Bloch. Il y a donc de grandes chances pour qu’il soit moins cher que les autres. » Ajoutez à cela une conservation plus classique que les autres, qui permettra une « distribution et des campagnes de vaccination plus faciles ». prévu le 20 juin. A la veille d’un comité stratégique décisif, ce mardi matin, Eric Ciotti en a remis une couche dans Le Figaro, sur l’alliance LR-LREM en Paca. « Malgré ses engagements, Renaud Muselier a bien conclu un accord en bonne et due forme avec le pouvoir macronien. De fait, il a pris en otage sa famille politique », a taclé le député des Alpes-Maritimes. La confusion ne règne pas qu’en Paca. Un peu plus haut, dans le Grand- Est, Nadine Morano a confirmé ce lundi sur CNews qu’elle ne voterait pas pour Jean Rottner, pourtant tête de liste de son parti. A moins d’un an de la présidentielle, ces confusions pourraient mettre en péril le mouvement. Thibaut Le Gal
ACTUALITÉ « On a opté pour l’EVG local » Loisirs La pandémie a bouleversé les plans d’enterrements de vie de célibataires Ça y est ! Après plus d’un an de coronavirus et des milliers d’unions reportées, la saison des mariages va reprendre. Mercredi marquera le début du déconfinement, avec un allègement progressif des restrictions, qui conduira les amoureux à se dire « oui ». Et qui dit mariage dit… enterrement de vie de jeune fille (EVJF) ou de garçon (EVG). Malgré le retour de quelques libertés programmé, certains ont déjà franchi le pas de la fête, en tentant de limiter les risques de contamination. Annecy plutôt que Lisbonne « On avait fixé la date assez tôt, mais entre les confinements et les restrictions, ça été compliqué, confie Etienne, qui organisait l’EVG de son cousin, le 8 mai. Finalement, on a opté pour l’EVG local, chez le papa du marié, en respectant le couvre-feu et avec moins de dix personnes. Ça a été très light, mais on espère se lâcher au mariage cet été. » Et pour les EVG et EVJF version 2021, « les clients sont les premiers à jouer la sécurité en misant sur la France, observe Aurélien Boudier, fondateur de Crazy EVG et Crazy EVJF, qui propose des enterrements de vie de célibataire clés en main. Montpellier, Deauville et Annecy sont plébiscitées. Ces villes sont adaptées à la fête en groupe et il est possible d’y faire des activités de plein air très sympas. Car, pour le moment, spa et paintball, c’est fermé. » Pour certains, l’appel de l’étranger était trop fort. Kevin s’est ainsi rendu Les professionnels du secteur optimistes Du côté des professionnels, on table sur une reprise chargée. « D’habitude, les EVG, ce n’est pas trop l’été, note Aurélien Boudier, fondateur de Crazy EVG et Crazy EVJF. Si septembre et octobre sont des mois plutôt calmes, je crois que, cette année, ça va être un carton avec une vague d’enterrements de vie de célibataire postmariage. » Parmi les nouvelles hypes, Dubaï, idéale, selon l’entrepreneur, pour « faire la fête au soleil en toute saison ». Au gymnase Sam-Joubij, à l’Ariane. P.Chernaev/Getty images E. Martin/ANP/20 Minutes Entre les envies et la raison, pas toujours simple d’enterrer sa vie de garçon. au Portugal le week-end dernier, pour l’EVG de son beau-frère. « On est partis à huit à Lisbonne, témoigne-t-il. On a hésité. Mais quand la limite des 10 km a été levée, on s’est dit « banco ». On a tout organisé  : tests PCR, formulaires pour entrer sur le territoire portugais... On avait vraiment besoin de s’évader, alors on a inventé un motif impérieux. » « Lisbonne est une destination très demandée, abonde Aurélien Boudier. Depuis l’annonce du déconfinement, les gens se projettent. Mais, au moins jusqu’à cet été, partir à l’étranger sera compliqué. Je pense que pour Budapest, où l’on envoie plus de 7 000 personnes par an, il va falloir attendre. » Anissa Boumediene L’« engouement » pour l’injection du vaccin anti-Covid sans rendez-vous Nice « C’est bon, la première étape est faite », lance Hanan, 41 ans, qui vient de recevoir sa première dose. Toute la journée, le gymnase Sam-Joubij, à l’Ariane, dans l’est de Nice, était transformé en centre pour accueillir les personnes de 18 ans et plus pour se faire vacciner contre le Covid-19, sans rendez-vous. Lundi, en milieu de journée, près de 300 personnes s’étaient déplacées pour recevoir une dose. Comme Mustapha, 58 ans, qui était réticent et voulait « voir comment ça se passait avant. Ma femme a 52 ans et m’a dit que c’était le moment. Et puis, si le pass sanitaire devient obligatoire pour voyager, je suis tranquille ! » Cinq tentes de vaccination, des associations pour accompagner les personnes et les aider à remplir les fiches... « Tout le personnel mobilisé n’arrête pas depuis 8 h 30, assure Fatima Khaldi- Bououghroum, adjointe de territoire et conseillère départementale. L’Ariane est comme un village. Les gens n’en sortent pas car ils y trouvent tout ce dont ils ont besoin. On leur a donné cette opportunité pour se protéger contre le Covid-19. » A Nice, Elise Martin 3 Mardi 18 mai 2021 Paris, future « zone de liberté LGBTQI+ » ? Egalité C’est une déclaration qui peut sembler symbolique, mais qui intervient dans un contexte européen tendu sur le sujet. La Ville de Paris envisage de se déclarer « zone de liberté LGBTQI+ ». Concrètement, Jean-Luc Romero-Michel, adjoint en charge des droits humains, de l’intégration et de la lutte contre les discriminations, portera un vœu en ce sens lors du prochain Conseil de Paris. Des « mesures concrètes de protection et d’accompagnement des publics LGBTQI+ » seront alors annoncées, tandis que la Ville affirme renforcer ses programmes de formation aux LGBTQI-phobies des agents et agentes de la Ville de Paris. Dans le même temps, lundi, SOS Homophobie a indiqué avoir enregistré une hausse des signalements des actes anti-LGBT, avec « une réorientation des violences vers les espaces privés ». Les signalements dans le contexte du voisinage et de la famille ont augmenté. Ils représentent 13% des cas pour l’un et l’autre en 2020, contre 8% pour le voisinage et 10% pour la famille en 2019.nnru secondes De nouveaux cas de thromboses. Lundi, les autorités sanitaires ont signalé quatre nouveaux cas de thromboses, associés au vaccin AstraZeneca, dont deux décès, entre le 23 avril et le 6 mai. Depuis le début de la vaccination avec ce vaccin, ce sont « 34 cas, dont 11 décès au total » de thromboses rares qui sont survenus en France, sur plus de 4 millions d’injections, réalisées au 6 mai. Le vaccin Pfizer se conserve mieux. Lundi, le régulateur européen des médicaments a approuvé le stockage du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 au réfrigérateur pendant une période pouvant aller jusqu’à un mois (contre cinq jours actuellement). Une décision qui pourrait accélérer son déploiement dans l’UE. Un nouvel horizon pour Disney. Disneyland Paris rouvrira le 17 juin après sept mois de fermeture à cause du Covid-19, a annoncé la direction du parc, lundi. A noter, parmi les mesures qui seront mises en place, que le port du masque sera obligatoire, dès l’âge de 6 ans.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :