20 Minutes France n°3625ES 11 mai 2021
20 Minutes France n°3625ES 11 mai 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3625ES de 11 mai 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 13

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : un dispositif fait sortir les rappeuses de leur bulle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ACTUALITÉ Automobile Une étude montre que l’électrique pourrait devenir plus abordable d’ici à quelques années Le prix des voitures électriques neuves ne devrait plus être un frein à l’achat d’ici à quelques années. Selon une étude de BloombergNEF, parue lundi et réalisée pour l’ONG Transport et Environnement, elles vont devenir progressivement moins chères que les voitures « thermiques » (à moteur essence ou diesel) entre 2025 et 2027, selon les modèles. Selon Bloomberg, le gain principal viendra des batteries, dont le coût est en baisse constante depuis 2010. En 2024, grâce aux évolutions technologiques, une batterie pourrait ainsi coûter 30% moins cher qu’aujourd’hui. Baisser le coût de production Concrètement, pour une Renault Zoé (une des voitures électriques les plus vendues), cela représenterait une économie d’environ 2 300 € par voiture produite. « C’est un scénario plutôt optimiste, puisqu’il prévoit une baisse continue du prix des batteries, nuance Joseph Beretta, expert dans le domaine de la mobilité électrique. Or des pénuries temporaires de certains composants ne sont pas à exclure dans les prochaines années, ce qui freinerait cette baisse des coûts. » Des voitures électriques « bon marché », cela passe aussi par du PL...` -mv M. Bureau/AFP (illustration) changement dans les usines automobiles. Actuellement, les « électriques » sont souvent assemblées à partir d’une base pensée pour les véhicules thermiques, qui n’est donc pas optimale. D’après Bloomberg, les constructeurs, poussés par le développement des normes antipollution et les prix des batteries en baisse, vont privilégier des plateformes pensées spécialement pour l’électrique, ce qui fera diminuer leur coût de production. Ces différents gains économiques, accompagnés de choix politiques, devraient permettre aux voitures SIldef-93M-Al fflilleppsein suoppid électriques d’être moins chères et plus attractives que leurs homologues essence ou diesel, en ôtant de l’équation les incitations mises en place par l’Etat. Ce mouvement aura un effet sur les consommateurs. L’étude prévoit ainsi une croissance rapide des achats de voitures 100% électriques  : en Europe de l’Ouest (France, Allemagne, Royaume- Uni), leur part de marché devrait tripler d’ici à 2025, passant de 5 à 15% du total des voitures neuves vendues. En 2030, Bloomberg estime que, sur dix véhicules neufs achetés, sept seront des modèles électriques. Nicolas Raffin 2 Mardi 11 mai 2021 A l’achat, elles n’accusent plus le coût Aujourd’hui, les véhicules électriques sont souvent assemblés à partir d’une base pensée pour les véhicules thermiques. La fin des « thermiques » ? Plusieurs pays ont prévu d’interdire la vente de voitures neuves équipées de moteurs thermiques  : 2025 pour la Norvège ou 2040 pour la France. Des normes environnementales encore plus contraignantes et des dispositifs fiscaux pénalisants pour les voitures très polluantes pourraient aussi apparaître. Ce qui inciterait les constructeurs à se tourner plus vers l’électrique. La météo en France L’abandon du référendum sur le climat pourrait coûter cher à Macron La partie averses gagne du terrain Politique La promesse du chef de l’Etat ne sera peut-être jamais honorée. Selon le JDD, Emmanuel Macron Le temps est toujours agité du Sud-Est à l’Alsace avec des serait sur le point d’enterrer le référendum sur le climat, pourtant promis en pluies orageuses. Des pluies décembre. Les Français devaient décider de l’inscription de cette phrase dans se produisent près des Pyrénées. Ailleurs, le temps est variable la Constitution  : « La République garantit la préservation de la biodiversité, avec de fréquentes averses. Les températures repassent de l’environnement et la lutte contre le sous les moyennes de saison. changement climatique. » « On a l’impression qu’Emmanuel Macron se sert de l’environnement, mais ne le sert pas, souligne Juliette Grange, philosophe spécialisée en écologie politique. Ça aura forcément un effet électoral. » Le référendum reste un scrutin dangereux. « On dit souvent que le peuple ne répond pas à la question, mais répond à celui qui la pose, et peut donc toujours se retourner contre lui », explique Daniel Boy, directeur de recherche émérite au Centre de recherches politiques de Sciences po, pour qui Emmanuel Macron n’a donc pas intérêt à ce que ce scrutin se tienne. Mais alors, pourquoi le proposer ? « Parce que la probabilité pour que cela arrive est faible », poursuit le politologue. Pour que le référendum puisse être proposé aux Français, il faut que le Sénat et l’Assemblée votent la proposition dans les mêmes termes. Or les sénateurs ont rejeté le verbe « garantit » dans la phrase à ajouter dans la Constitution. Pour Juliette Grange, « il était assez clair que cela arriverait, vu que le Sénat a une majorité de droite qui ne veut pas de ce référendum ». Marie de Fournas
ACTUALITÉ Une nouvelle tribune de militaires publiée dans « Valeurs actuelles » Contestation Moins de trois semaines après un premier texte controversé, Valeurs actuelles a publié dimanche soir une nouvelle tribune de militaires. A la différence du précédent texte, il est lancé par des militaires en activité et ouvert aux signatures. « Il s’agit de la survie de notre pays, de votre pays », écrivent les auteurs dans ce texte adressé à Emmanuel Macron, aux ministres, aux parlementaires et aux officiers généraux. « Un rappel ferme sera fait par le commandement sur le respect du devoir de réserve », car « la cohésion est ce qui fait notre force », a déclaré lundi un haut gradé de l’état-major. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a dénoncé sur RMC-BFMTV une grossière manœuvre à l’approche des régionales.nnCu secondes 3 Mardi 11 mai 2021 Fourniret emporte avec lui ses secrets Enquête Mis en examen pour la disparition d’Estelle Mouzin, le tueur en série est mort lundi Michel Fourniret est mort à l’âge de 79 ans, lundi, à l’hôpital de la Pitié- Salpêtrière, à Paris (13 e), où il avait été admis le 28 avril en raison de problèmes cardiaques, respiratoires et neurologiques. Avec le statut de mis en examen pour la mort d’Estelle Mouzin, mais sans avoir livré ses secrets. Au premier rang desquels celui de l’endroit où le tueur en série a enseveli le corps de la fillette de 9 ans, en janvier 2003. Méthodique, la juge Sabine Khéris a révolutionné le dossier ces deux dernières années, ce qui devrait permettre d’aboutir à la tenue d’un procès d’assises. « Monique Olivier [l’ex-femme de Michel Fourniret] sera jugée seule, lâche Corinne Herrmann, l’une des avocates d’Eric Mouzin, le père d’Estelle. Et on lira les déclarations de Michel Fourniret. Mais il échappera à une condamnation. A son sujet, l’action publique va s’éteindre. C’est terrible. » « Pourquoi les comparaisons ADN n’ont-elles pas été faites plus tôt ? » Corinne Herrmann, avocate du père d’Estelle Mouzin Terrible, mais attendu. L’avocate tout comme son client ont assisté à la dégradation de l’état de santé de l’« Ogre des Ardennes » au fur et à mesure de ses auditions devant la juge. Ils ont donc assigné l’Etat en responsabilité civile pour le dysfonctionnement de la justice devant le tribunal judiciaire de Paris. Une autre procédure est en cours devant la Cour européenne des droits de l’homme. A. Julien/AFP Michel Fourniret, ici en 2008 lors de son arrivée à la cour d’assises des Ardennes, est décédé à l’âge de 79 ans. Et Corinne Herrmannde lister  : « Pourquoi la justice a-t-elle mis plus de trois ans à répondre à certaines de nos requêtes ? Pourquoi les comparaisons ADN n’ont-elles pas été faites plus tôt ? Pourquoi des témoins n’ontils pas été entendus ? » Autant d’éléments qui, selon elle, auraient pu permettre la tenue d’un procès plus tôt. Car le nom de Michel Fourniret n’est pas apparu du jour au lendemain dans le dossier. C’est l’un des premiers suspects à avoir été interrogés par les enquêteurs après la disparition de la fillette. Mais il avait été finalement mis hors de cause pendant une quinzaine d’années où il aurait pu être jugé en possession de ses moyens. Il faudra donc désormais se contenter d’un procès sans lui. Pour approcher la vérité sans véritablement l’obtenir. Pour que d’autres parents ne connaissent pas le même sort, Eric Mouzin plaide désormais pour la création d’un pôle d’instruction spécialisé dans la gestion des tueurs en série. Vincent Vantighem Condamné deux fois à perpétuité Son nom charrie des décennies de drames. Condamné une première fois à une peine de sursis en 1967, à l’âge de 25 ans, pour l’agression d’une fillette dans les Ardennes, Michel Fourniret est incarcéré dix-sept ans plus tard pour des agressions sexuelles sur une douzaine de jeunes femmes. Père de famille discret, il est condamné le 26 juin 1987 à cinq ans de prison ferme par la cour d’assises de l’Essonne. Pendant cette première détention, il noue une correspondance avec Monique Olivier, sa future épouse, avec qui il s’installera dès sa libération, en octobre 1987. Il reconnaît huit meurtres Seize ans plus tard, en juin 2003, Michel Fourniret est de nouveau arrêté, après la tentative d’enlèvement d’une collégienne en Belgique. Un an plus tard, Monique Olivier accuse son mari des meurtres de neuf jeunes femmes ou adolescentes. Le tueur L’homme soupçonné d’avoir tué le policier à Avignon conteste les faits. Interpellés dimanche soir à un péage, les deux principaux suspects du meurtre du policier tué à Avignon, mercredi, voulaient fuir vers l’Espagne, selon les enquêteurs. Une version contestée lundi par le jeune homme soupçonné d’avoir tiré sur Eric Masson. Il se dit « totalement étranger à ces faits ». en série reconnaît huit homicides. Le 28 mai 2008, Michel Fourniret, alors âgé de 66 ans, est condamné par la cour d’assises des Ardennes à la perpétuité incompressible pour les meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001, précédés de viol ou tentative de viol. Le 16 novembre 2018, Michel Fourniret est à nouveau condamné à la perpétuité, par la cour d’assises des Yvelines, pour l’assassinat de Farida Hammiche. Le 27 novembre 2019, le tueur en série est mis en examen dans l’enquête sur la disparition d’Estelle Mouzin. En mars 2020, le parquet de Paris annonce qu’il « a reconnu sa participation aux faits ». Des fouilles n’avaient toujours pas permis, en mai, de retrouver le corps de la fillette. Au moment de son décès, l’« Ogre des Ardennes » devait être jugé pour les disparitions de Joanna Parrish, de Marie-Angèle Domèce, de Lydie Logé et d’Estelle Mouzin. Hélène Sergent Vingt ans après la loi Taubira, les victimes de l’esclavage célébrées. Entouré par son prédécesseur, François Hollande, et par les plus hauts responsables politiques, Emmanuel Macron a célébré lundi à Paris le 20 e anniversaire de la loi Taubira, qui a reconnu l’esclavage comme crime contre l’humanité. La France était ainsi devenue le premier pays à le faire.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :