20 Minutes France n°3621ES3 15 avr 2021
20 Minutes France n°3621ES3 15 avr 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3621ES3 de 15 avr 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 14

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : gérants verts.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ACTUALITÉ 11 13 16 14 11 14 16 15 13 14 i Larnenetire mea météo Prévisions ultra dét sur -WEB-APPLIS 1%119 et cHre OP. C-Knpfj F LACHAniEMIETEO.COM -e *.eS501 1.1\2 Jeudi 15 avril 2021 Le Johnson & Johnson mis en pause Covid-19 Le vaccin américain inquiète les Etats-Unis après plusieurs cas graves de caillots sanguins Un mois et demi après avoir été approuvé aux Etats-Unis, les autorités sanitaires américaines ont recommandé, mardi, « une pause » dans l’utilisation du vaccin anti-Covid-19 produit par Johnson & Johnson afin d’enquêter sur « six cas rapportés aux Etats-Unis de personnes ayant développé de graves caillots sanguins après avoir reçu le vaccin », a indiqué l’Agence américaine des médicaments (FDA). « Un cas s’est révélé mortel et un patient se trouve dans un état critique », a précisé un responsable. Au total, plus de 6,8 millions de doses ont été injectées aux Etats-Unis. « Par souci de précaution » Même si rien n’est encore prouvé, il est de plus en plus vraisemblable que ces problèmes sanguins soient liés à la technique sur laquelle est basé ce vaccin. Comme celui d’AstraZeneca, le Johnson & Johnson est un vaccin dit à « vecteur viral »  : on prend comme support un autre virus, qu’on modifie afin qu’il transporte dans l’organisme des informations génétiques permettant de combattre le Covid-19. Ces deux vaccins utilisent comme support un type de virus très courant, appelé adénovirus. AstraZeneca a opté pour un adénovirus de chimpanzé, Johnson & Johnson pour La météo en France F. J. Brown/AFP 7. 4e  : Lierieje'm Il est de plus en plus vraisemblable que ces problèmes sanguins soient liés à la technique sur laquelle est basé ce vaccin. un adénovirus humain. Le fait que des problèmes similaires aient été observés avec ces sérums pourrait laisser penser « que c’est lié au vecteur adénovirus », a déclaré sur Twitter Mathieu Molimard, spécialiste français de pharmacologie. En effet, « ces cas n’existent pas, à ce jour, avec les vaccins ARN », ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna, qui utilisent une autre technique, l’ARN messager. Les six personnes concernées par ces événements thrombo-emboliques graves sont des femmes âgées de 18 à 48 ans, dont les symptômes sont apparus six à treize jours après l’injection. Poursuite d’un temps frais, mais lumineux Bel après-midi sur les trois quarts du pays. Les nuages bourgeonnent au nord-est et peuvent donner une ondée près des frontières belge et allemande. A noter aussi un peu d’instabilité sur le Mercantour avec un risque d’averse. Les centres américains de lutte et de prévention des maladies, agence fédérale de santé publique du pays, devaient se réunir, mercredi, afin d’évaluer ces différents cas. L’agence américaine des médicaments devrait bientôt livrer ses conclusions. « Tant que cette procédure est en cours, nous recommandons une pause », a affirmé la FDA, précisant agir « par souci de précaution ». Le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson a aussi indiqué qu’il avait « pris la décision de retarder le déploiement » de son vaccin en Europe en attendant les conclusions des autorités sanitaires américaines. Manon Aublanc Une troisième dose nécessaire pour les patients immunodéprimés Vaccin Une réponse immunitaire insuffisante après deux doses. Dimanche, la direction générale de la Santé (DGS) a adressé une note urgente à l’attention de tous les professionnels de santé vaccinateurs, pour les informer qu’une troisième dose de vaccin anti-Covid est désormais recommandée pour les patients immunodéprimés. Plusieurs études récemment publiées démontrent en effet que chez ces patients vulnérables, le protocole classique à deux injections ne suffit pas pour développer une immunité suffisamment protectrice face au coronavirus. « Conformément à l’avis du 6 avril 2021 du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale [COSV], l’injection d’une troisième dose de vaccin à ARN messager est nécessaire pour les personnes On pique quand même Comme prévu par l’exécutif, le vaccin américain, dont les 200 000 premières doses ont été livrées en début de semaine, sera bien administré en France aux personnes de plus de 55 ans, a annoncé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, mercredi, malgré le contexte de doute lié à la situation américaine. Sur ce sujet, l’Agence européenne des médicaments prévoit, elle, de s’exprimer la semaine prochaine. sévèrement immunodéprimées », indique la DGS. Une nouvelle accueillie avec soulagement par les associations de patients, mobilisées sur la question depuis plusieurs semaines. En pratique, seront éligibles à cette troisième dose les patients « transplantés d’organes solides, transplantés récents de moelle osseuse, les patients dialysés, ou encore atteints de maladies auto-immunes sous traitement immunosuppresseur fort », précise la DGS. Elle prévoit en outre que « des recommandations seront ultérieurement émises concernant la nécessité d’une troisième dose pour les insuffisants rénaux chroniques non dialysés, les patients atteints de cancers et les patients atteints de maladies auto-immunes sous autres traitements immunosuppresseurs ». Anissa Boumediene
ACTUALITÉ N’oubliez pas le coût vert Empreinte carbone L’application Greenly permet de calculer ses émissions de CO 2 à partir de ses relevés bancaires Pour votre abonnement Netflix, comptez 17 kg équivalent CO 2 (eqCO 2) émis par mois. Pour 90 € de courses en grande surface, il vous en coûtera 60 kg eqCO 2. Et pour une séance chez le coiffeur à 29 €  ? 2,9 kg eqCO 2. C’est du moins à ces estimations qu’arrive Greenly. Après une synchronisation préalable de son compte bancaire, cette application peut calculer en continu l’empreinte carbone de chacune de nos dépenses. L’enjeu est de taille  : l’empreinte carbone moyenne des Français est estimée à 11,2 t eqCO 2 par an, et doit tomber à 2 t d’ici à 2050 si l’on veut limiter le réchauffement climatique à + 2 °C. Pas pour toutes les dépenses « Pour engager cette baisse, encore faut-il avoir une connaissance fine des émissions de gaz à effet de serre générées par nos trains de vie, glisse Fany Fleuriot, ingénieure climat et comptabilité carbone à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Cela demande de dépasser les lieux Les huîtres seraient elles aussi victimes de la microalgue. iStock/Getty Images Plus D. Meyer/AFP (archives) communs, du type « le vélo, c’est mieux que la voiture », pour arriver à des photographies plus précises des impacts carbone de nos dépenses. » C’est l’objectif de l’appli Greenly. « Plus on aura ces informations sous le nez, plus on cherchera à réduire notre empreinte carbone », lance Alexis Normand, son cofondateur et directeur général. Mais avec quelle justesse ? Les bilans d’émissions donnés par Greenly correspondent au ratio des émissions de CO 2 d’un produit ou d’un service rapporté au montant de la dépense. La Sensibiliser davantage les particuliers Le projet de loi « Climat et résilience », en cours d’examen au Parlement, avance sur un volet de la sensibilisation des particuliers. Celui de l’affichage environnemental, ou « score carbone ». Il s’agit d’une une note de A à E affichée sur les produits ou services et calculée sur l’ensemble de leur cycle de vie. Un vaste chantier, à l’étude depuis 2008, et qui balbutie encore. Connaître l’impact carbone de ses dépenses permet de mieux consommer. Pourquoi la microalgue dinophysis n’a pas fini de nuire Environnement Chaque fin de printemps, ou presque, c’est la même chose. Pendant plusieurs jours, la pêche et la consommation de fruits de mer sont interdites sur certaines côtes. La faute, souvent, à dinophysis, cette microalgue toxique pour les consommateurs de coquillages, provoquant notamment des diarrhées. Le programme européen Coclime a permis d’isoler différentes souches de cette algue. Les biologistes se demandaient si le réchauffement climatique pourrait permettre de s’en débarrasser. Et la réponse, fruit d’une étude qui méthode à ses limites. « L’empreinte carbone des produits est difficile à obtenir et/ou peu fiable, rappelle Quentin Guignard, responsable du Pôle méthodologie de l’Association bilan carbone, qui accompagne les entreprises dans leur stratégie bas carbone. Par exemple, les données disponibles sur les cartouches d’encre datent de 2014, et ont une incertitude de 100%. » Fany Fleuriot tique aussi sur le principe de calculer des empreintes carbone à partir des dépenses. « Ça marche assez bien pour nos dépenses d’énergie. Pour d’autres, c’est loin d’être évident. Un panier de courses à 50 € n’aura pas forcément une empreinte carbone supérieure à un autre de 30 € . » Pour autant, conclut Quentin Guignard, les outils comme Greenly ont « le mérite d’apporter la seule estimation possible à ce jour ». Fabrice Pouliquen vient de paraître, est non. Car la petite bête est coriace  : malgré une acidification des océans et un réchauffement des eaux qui pourrait être de +2,5 °C, les tests montrent qu’il faudra composer avec elle. Si les proliférations ne seront pas forcément plus importantes, leurs conséquences seront peut-être encore plus dommageables, en raison de leur caractère imprévisible. L’étude a également démontré que dinophysis n’était pas que toxique pour l’homme. Les huîtres et les poissons en seraient eux aussi victimes. A Nantes, Julie Urbach 3 Jeudi 15 avril 2021 -in Cu secondes Un forfait psy pour les enfants déprimés. Face à une montée de la détresse due à la crise du Covid-19 chez les enfants et les adolescents, Emmanuel Macron a annoncé mercredi la mise en place d’un forfait de prise en charge de dix séances de psychologue prépayées. Le Sénat approuve le maintien en juin des élections. Après les députés, les sénateurs ont à leur tour approuvé massivement le maintien en juin des élections régionales et départementales avec un décalage d’une semaine. Dates des scrutins  : les 20 et 27 juin. Plus de 300 députés contrôlés. L’année dernière, l’ex-déontologue de l’Assemblée a épluché les frais de mandat de 307 députés. Il a relevé « quelques « erreurs » pour des dépenses de vêtements, de bagages ou de « soins », mais ne valant toutefois pas de procédure de sanction disciplinaire. Non-lieu pour le frère du tueur de la gare Saint-Charles. Les juges d’instruction ont abandonné les poursuites contre le frère de l’auteur de l’attentat djihadiste devant la gare de Marseille-Saint- Charles, en 2017, qui avait fait deux morts. Ce dernier ayant été abattu par les forces de l’ordre, la décision des juges sonne la fin de la procédure. Les parties civiles ont annoncé envisager de faire appel. Joe Biden considère l’objectif « rempli » en Afghanistan. Affirmant avoir « rempli l’objectif » en Afghanistan, le président Joe Biden a promis que le départ des troupes américaines, d’ici au 11 septembre, ne serait pas « précipité », et exhorté les talibans à tenir « leur engagement » à ne pas menacer les Etats-Unis. Le journaliste turc Ahmet Altan libéré. Les autorités turques ont remis en liberté Ahmet Altan. Le journaliste a été relâché après que la Cour de cassation a annulé sa condamnation à dix ans et demi de prison en lien avec une tentative de putsch en 2016. Pool/Getty Images/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :