20 Minutes France n°3619ES3 8 avr 2021
20 Minutes France n°3619ES3 8 avr 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3619ES3 de 8 avr 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : football, Mbappé et le PSG sortent le grand jeu à Munich en ligue des champions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ACTUALITÉ Le vaccin Moderna fait pschitt Coronavirus Malgré son efficacité et l’absence d’effets secondaires notables, il semble être délaissé Après AstraZeneca, le vaccin Moderna est-il, lui aussi, boudé par les Français ? Alors que le vaccinodrome du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint- Denis) a ouvert ses portes mardi, les créneaux avec du Pfizer/BioNTech ont été pris d’assaut depuis plusieurs jours déjà. En revanche, pour Moderna, plusieurs centaines de rendez-vous restaient disponibles sur Doctolib.fr, ont rapporté nos confrères du Parisien, lundi. « Sans qu’on ne puisse l’expliquer, Moderna a clairement un déficit de popularité », a confié à nos confrères Katy Bontinck, première adjointe au maire de Saint-Denis chargée de la Santé. Plusieurs raisons semblent expliquer l’impopularité du vaccin de la firme américaine. « Plus que de la méfiance, c’est plutôt de l’ignorance. » Michaël Rochoy, chercheur en épidémiologie D’abord, il est moins connu. Approuvé seulement trois semaines après celui de Pfizer/BioNTech, il n’a pas bénéficié de la même campagne de médiatisation  : La météo en France. 11 12 14 21 10 1Z'13 13 17 13 16 1313 bL, K. Betancur/AFP et.'mwe gay. meteo.- Des gelées en matinée, du soleil en journée Le soleil s’impose dans une ambiance qui se radoucit l’aprèsmidi dans le Sud-Ouest. La fraîcheur résiste toujours dans l’Est et au Nord. Les gelées matinales sont généralisées, jusqu’au Sud-Est. Prévisions ultra détaillées ser TV-WER-APPLIS 1 n mtiférarr aire('LACHAINEMETEO.COM 2 Jeudi 8 avril 2021 Approuvé mi-janvier par l’Union européenne, le vaccin américain est impopulaire en France, contrairement au Pfizer. « Celui de Pfizer a été le premier à être approuvé, le premier à être livré, il a été très médiatisé, les gens ont eu énormément d’informations dessus, explique Michaël Rochoy, médecin généraliste et chercheur en épidémiologie. Moderna, lui, est un peu passé à travers les mailles du filet. » Si la médiatisation a été moins importante, c’est également le cas du bouche-à-oreille. Avec près de 880 000 doses injectées au 5 avril, selon le site Covidtracker, Moderna est bien loin des chiffres de Pfizer (plus de 9 millions). « La majorité des patients qui se sont fait vacciner ont reçu du Pfizer donc, mécaniquement, il y a plus de gens qui le recommandent », reconnaît Michaël Rochoy. Pour certains spécialistes, le vaccin Moderna pourrait aussi être une victime collatérale des inquiétudes qui entourent l’AstraZeneca, suspendu dans plusieurs pays européens mi-mars. En France, depuis le début de la vaccination, mi-janvier, « douze cas, dont quatre décès au total » de ces thromboses rares sont survenus avec l’AstraZeneca, a indiqué l’Agence du médicament (ANSM) la semaine dernière. Le grand public ferait-il l’amalgame entre Dans les églises, les masques ne sont pas en odeur de sainteté Pâques « Si tu écoutes attentivement la voix de l’Eternel, ton Dieu […], je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens car je suis l’Eternel, qui te guérit… » Le diocèse de Paris aurait-il pris l’Ancien Testament (Exode 15,26) un peu trop au pied de la lettre, au risque de bafouer les consignes sanitaires liées à la pandémie de coronavirus ? Visée depuis mardi par une enquête du parquet de Paris pour « mise en danger de la vie d’autrui », la paroisse Saint-Eugène Sainte-Cécile, située dans le 9 e arrondissement, n’est pas la seule à ne pas avoir respecté les règles sanitaires lors des cérémonies pascales du week-end dernier. Prêtres non masqués, églises bien remplies et baptêmes sans précaution Moderna et AstraZeneca ? Pourtant, le vaccin Moderna n’a fait face à aucun trouble concernant de possibles effets secondaires graves. Pour Michaël Rochoy, « plus que de la méfiance, c’est plutôt de l’ignorance » qui expliquerait l’impopularité du Moderna. Mais la situation pourrait rapidement évoluer. A partir de mi-avril, le vaccin Moderna sera produit à Monts, en Indreet-Loire, par l’entreprise Recipharm, permettant d’augmenter le nombre de doses. Quant à sa distribution, elle pourrait elle aussi s’élargir. Manon Aublanc d’hygiène particulière  : les images des nombreuses messes, mises en ligne par la chaîne spécialisée KTO sur YouTube depuis ce week-end, ne souffrent aucune contestation. Pourtant, dans l’Eglise comme ailleurs, les règles sont claires. « Elles font l’objet d’un décret datant de décembre et qui a été communiqué à toutes les paroisses, indique Karine Dalle, la directrice de la communication du diocèse. Et elles figurent évidemment sur notre site Internet… » Interrogée sur les éventuelles mesures qui pourraient être mises en place après l’ouverture de l’enquête sur Saint-Eugène Sainte-Cécile, Karine Dalle se borne à indiquer que « des discussions sont en cours en interne ». Amen. Vincent Vantighem
ACTUALITÉ Bientôt le bout du tunnel ? Euthanasie Ce jeudi, une proposition de loi autorisant une aide active à mourir doit être débattue à l’Assemblée « Ce serait une avancée considérable », assure Arnaud Canivez qui, en septembre 2019, a dû accompagner son père en Suisse, afin qu’il puisse bénéficier d’un suicide assisté. Ce jeudi, l’Assemblée nationale va discuter d’une proposition de loi qui permettrait une aide active à mourir. Mais le texte n’est pas assuré de passer. C’est le député Olivier Falorni (groupe Libertés et Territoires) qui porte la proposition de loi instituant un droit à « une fin de vie libre et choisie ». Elle est défendue par des députés insoumis, communistes, socialistes, LREM, et même une députée LR. « Pour la première fois, on voit se dégager une majorité transpartisane, c’est assez rare », salue Arnaud Canivez. Un seul patient décisionnaire Depuis 2016, la loi Claeys-Leonetti autorise la sédation profonde et continue, qui peut aller jusqu’à la mort, mais sans euthanasie active. La proposition d’Olivier Falorni prévoit que « toute personne capable majeure, en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause, provoquant une souffrance physique ou psychique qui ne peut être apaisée ou qu’elle juge insupportable », peut demander une « assistance médicalisée » pour mourir « par une aide active ». Un terme qui englobe deux situations  : soit le patient est capable d’ouvrir la perfusion qui l’aide à mourir, soit c’est le médecin qui le fait. Le Covid-19 a mis en lumière le « mal mourir » français En 2019, un sondage Ifop dévoilait que 96% des Français jugeaient que la législation française devrait autoriser les médecins à mettre fin, sans souffrance, à la vie des personnes qui en font la demande. « Cette conviction a été renforcée quand ils ont eu des proches qui ont connu des fins de vie misérables à l’occasion du Covid-19 », explique Jean-Louis Touraine, député LREM, défenseur de cette loi. « Les soignants intubent des patients sans savoir s’ils le souhaitent, renchérit Philippe Louhéac. Ces conditions particulières montrent l’inefficacité de la loi à remplir son rôle. » Le ministre de la Santé, Olivier Veran, devrait prendre la parole ce jeudi. Pixabay B. Guay/AFP Cette loi viendrait compléter celle de 2016, qui autorise la sédation continue. Alors qu’aujourd’hui, un proche ou un médecin peuvent s’opposer aux directives anticipées, le texte d’Olivier Falorni prévoit, au contraire, que la décision soit prise par le patient. S’il est inconscient, on se réfère à ses directives anticipées. Et s’il n’y en a pas, sa personne de confiance déciderait. « La demande du malade [d’une aide active à mourir] doit être validée par un collège de trois médecins, qui s’assure que la personne est en fin de vie et consciente de son choix », développe Philippe Louhéac, de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (Admd). Enfin, le patient peut revenir sur sa décision. « La parole des patients serait entendue et respectée, résume le directeur général de l’Admd. Aujourd’hui, 2 000 à 4 000 Français font l’objet d’un raccourcissement de leur vie à leur insu. A l’opposé, des malades qui veulent être dispensés d’agonie peuvent être endormis, mais dépérissent pendant des jours. » Oihana Gabriel Le gouvernement souhaite s’éviter un débat sur la fin de vie L’Assemblée nationale examine ce jeudi le texte permettant l’euthanasie pour les personnes souffrant d’une pathologie incurable, mais, du côté du gouvernement, on se montre peu enclin à légiférer. « Nous avons conscience de la maturité du sujet dans l’opinion et au Parlement, mais aussi des questions vertigineuses qu’il pose », souligne l’entourage du ministre de la Santé, Olivier Véran, qui devrait prendre la parole ce jeudi dans l’hémicycle. « Ces questions aussi cruciales, qui touchent à l’intime, ne peuvent être évoquées par-dessus la jambe. Elles méritent un débat plus large, qui doit également impliquer la société, avec avis de la Commission consultative nationale d’éthique, et un temps consacré, dont nous ne disposons pas forcément », ajoute-t-on. Mais, en cas d’impossibilité de vote, le gouvernement mettra-t-il le sujet à l’agenda des prochains mois, comme le demandent ses partisans ? Matignon répond qu’il ne s’agit pas d’une promesse d’Emmanuel Macron  : « Il n’y a plus de place dans l’agenda parlementaire. Il est normal de prioriser les engagements du programme présidentiel, comme l’ouverture à la PMA pour toutes. » T.L.G. 3 Jeudi 8 avril 2021 Le vaccin Pfizer/BioNTech produit en France Santé « Ça a démarré ce matin », a déclaré mercredi le groupe Delpharm, dont le site se trouve à Saint-Rémysur-Avre (Eure-et-loir). Les premiers vaccins Pfizer/BioNTech ont en effet été produits sur le sol français. Une annonce saluée par Emmanuel Macron sur Twitter  : « 250 millions de doses de vaccins Covid-19 produites en France en 2021, voilà notre objectif. » Les vaccins en question ont été livrés, mardi, en vrac, à Delpharm, depuis l’usine de BioNTech à Marbourg en Allemagne, où ils sont fabriqués. Le sous-traitant est chargé de les mettre dans les flacons qui seront distribués aux vaccinateurs. Même s’ils sortent aujourd’hui de l’usine du français, ils ne seront pas immédiatement injectés, car il faudra près d’un mois pour les homologuer. Par la suite, ils ne seront pas spécifiquement dédiés aux Français. Delpharma précisé que la proportion devrait correspondre au contingent de vaccins anti-Covid prévus par l’Union européenne pour la France sur l’ensemble de ses commandes, soit environ 15%.nnCu secondes Une demande d’ajout aux effets secondaires du vaccin AstraZeneca. L’Agence européenne du médicament a jugé, mercredi, que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme un effet secondaire « très rare » du vaccin contre le Covid-19 AstraZeneca. L’OMS, elle, a tenu à préciser qu’un lien entre ce vaccin et l’apparition de caillots sanguins était « plausible mais non confirmée ». Enquête ouverte après les attaques informatiques contre le Cned. La section cybercriminalité du parquet de Paris a ouvert une enquête, mardi, après une série d’attaques informatiques contre la plateforme du Cned au premier jour du retour de l’enseignement scolaire à distance, a-t-on appris mercredi. Perquisition chez le cuisinier Christophe Leroy. Une perquisition a été menée, mercredi, au domicile parisien du cuisinier Christophe Leroy, soupçonné d’avoir organisé de luxueux repas clandestins, notamment au Palais Vivienne de Pierre-Jean Chalençon, lui-même au cœur d’une polémique.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :