20 Minutes France n°3617 26 mar 2021
20 Minutes France n°3617 26 mar 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3617 de 26 mar 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : interview d'Eddy de Pretto.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ACTUALITÉ Covid-19 Faut-il s’inquiéter des recombinants, formes hybrides du virus, qui ont été repérés ? Plus d’un an après le début de l’épidémie de Covid-19, on n’en a pas fini de découvrir la science complexe des virus. Après les inquiétudes autour des mutations, ce sont vers les recombinants que les regards se tournent. Des virus hybrides, issus de variants différents, qui ont été repérés en février aux Etats-Unis et en mars au Royaume-Uni. Sont-ils à craindre ? 4 Vendredi 26 mars 2021 La dernière combine du coronavirus V C’est quoi, un recombinant ? Par nature, tout ce qui est vivant varie. Les virus faisant partie du vivant, eux aussi varient quand ils se reproduisent dans nos cellules. Là, deux choses peuvent se passer  : la mutation, comme cela s’est produit avec les variants anglais ou brésilien. « C’est une erreur lors de la photocopie, c’est la première cause de variabilité », explique François Renaud, directeur de recherche au CNRS. Et, plus rarement, une recombinaison. « Si deux virus avec deux séquences différentes entrent dans la cellule, au moment de la recopie, je peux avoir des morceaux de l’un qui intègrent la séquence de l’autre et vice versa », poursuit le chercheur. Un recombinant, c’est un hybride créé à partir de deux virus. V Quelle place occupent-ils dans l’épidémie ? Pour qu’il y ait apparition d’un recombinant, il faut, en premier lieu, une très forte circulation de Le vaccin AstraZeneca accuse un déficit de confiance. Isopix/Sipa (illustration)L. Venance/AFP Un recombinant est une forme de variant créée à partir de deux virus, lors de leur reproduction dans nos cellules. plusieurs variants du virus, qui permette à deux pathogènes différents de contaminer un même hôte au même moment. « C’est absolument anecdotique, estime Didier Guillemot, épidémiologiste à l’Institut Pasteur. Ce n’est pas le mécanisme majeur de l’évolution du virus. » Et là encore, rien n’est acquis. « En cas de recombinaison, le plus probable, c’est qu’elle soit délétère pour le virus », poursuit le chercheur. En d’autres termes, ces conditions sont trop rares pour que l’épidémie prenne un tournant plus dangereux. V La recombinaison présente-telle un risque plus élevé ? Mutation ou recombinaison, finalement, le mécanisme importe peu, expliquent les chercheurs. C’est la variabilité du virus qui représente un danger dans cette épidémie. « Le problème du variant, c’est sa performance  : quelles vont être sa contagiosité, sa virulence et sa résistance aux moyens médicamenteux pour lutter contre lui ?, explique François Renaud. La grande crainte avec le coronavirus, c’est l’apparition d’un variant résistant au seul moyen que l’on a contre lui  : les vaccins. » Et cela peut aller très vite. En France, le variant anglais, jugé plus contagieux et plus virulent, a rapidement remplacé la souche d’origine du virus. Il représente désormais 76,9% des contaminations dans le pays. Lucie Bras Six Français sur dix prêts à se faire vacciner, mais pas avec AstraZeneca Exclusif Alors que le Covid-19 poursuit sa flambée en raison de la diffusion du variant anglais, 57% des Français affirment que les mesures de restriction ont un impact négatif sur leur moral, soit 6 points de plus qu’en février, selon notre baromètre de la santé YouGov* pour 20 Minutes et Doctissimo. Ces nouvelles modalités sont comprises par deux tiers des Français, mais ne sont pas jugées proportionnées à la situation. Si 21% des personnes interrogées estiment que c’est le meilleur compromis, 36% déclarent que ce « confinement » n’est pas assez restrictif, quand 30% le jugent inutile. Un contexte qui, dans le même temps, convainc de plus en plus de Français de sauter le pas de la vaccination. Désormais, près de six personnes sur dix (58%) disent être favorables à se faire vacciner, soit 4 points de plus en un mois, toujours selon notre baromètre YouGov. En revanche, le vaccin AstraZeneca, suspecté d’être lié à des cas de thrombose, accuse un gros déficit de confiance. Seuls quatre Français sur dix sont prêts à recevoir ce sérum. Concernant l’éventualité d’un pass sanitaire et d’un passeport vaccinal dans un futur proche, plus d’un Français sur deux se dit prêt à s’y soumettre. Anissa Boumediene * Réalisé en ligne sur 1000 personnes âgées de 18 ans et plus, du 19 au 21 mars. Restrictions sur mesure dans 19 départements « Après concertation » avec les élus et les préfets, « il est apparu indispensable d’amplifier les mesures de protection ». Les nouvelles restrictions sanitaires, dont la fermeture de commerces et l’interdiction de se déplacer au-delà de 10 km sans dérogation, ont été étendues à trois départements supplémentaires  : le Rhône, l’Aube et la Nièvre, pour quatre semaines, a annoncé jeudi soir le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d’une conférence de presse. Ce qui porte à 19 le nombre de départements concernés par ces « mesures de freinage » de l‘épidémie. Tout en affirmant que la tendance n’était « pas bonne », le ministre de la Santé a de nouveau défendu le choix de ne pas imposer un confinement strict, mettant en avant « l’acceptabilité » pour les Français, « épuisés de lutter sans relâche depuis un an ». « Eviter » de fermer les écoles Justifiant de laisser les écoles ouvertes, Olivier Véran a rappelé que la fermeture des établissements scolaires était une « décision de dernier recours que nous voulons à tout prix éviter » et qui aurait « des conséquences très lourdes sur le développement des enfants et le quotidien des parents ». « Avec le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, nous travaillons à des protocoles renforcés », a-t-il précisé. Le nombre de malades en réanimation a dépassé jeudi les 4 700 personnes en France.
A Paris, toutes les 5G ne se valent pas. La 5G offre des performances différentes selon la bande de fréquences utilisée, seule la 5G/3,5GHz permet des débits plus rapides que la 4G. 5G Orange, le plus grand réseau jusqu'à 3 fois plus rapide que la 4G*. orangé'5G  : accessible en France métropolitaine avec offre et équipement compatibles, uniquement dans les zones couvertes. Dans cette ville couverte en 3,5 GHz, débit maximum théorique de connexion en réception jusqu'à 2,1 Gbits/s et jusqu'à 615 Mbits/s pour les zones couvertes en 2,1 GHz utilisée pour la 4G. Couverture détaillée et différenciée selon les fréquences utilisées sur reseaux.orange.fr *En nombre de sites 3,5GHz, 711 sites ouverts commercialement au 22/02/2021 et selon le débit maximum théorique en réception en 3,5GHz avec agrégation des bandes de fréquences 4G. Couverture 5G détaillée sur reseaux.orange.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :