20 Minutes France n°3614ES3 18 mar 2021
20 Minutes France n°3614ES3 18 mar 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3614ES3 de 18 mar 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Macron face à la vague.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
CULTURE Pour que le sommeil ait rendez-vous avec la lune High-tech Voici cinq objets connectés, entre 49 € et 499 € , pour éviter les médocs Stress, anxiété… Selon une enquête de l’université d’Ottawa, au Canada, l’épidémie de coronavirus affecterait 50% des 5 525 personnes interrogées qui, pour beaucoup, auraient plus de mal à s’endormir, seraient victimes d’insomnies ou de réveils plus matinaux que d’habitude. Les nouvelles technologies tentent d’apporter leur contribution à un meilleur sommeil. V Dreamer  : pour rêver en lumière. Lancé par Terraillon et développé avec le Centre européen du sommeil, Dreamer prend la forme d’un galet lumineux de 10x10x3,5 cm qui se recharge en USB. Sa vocation  : nous aider à nous endormir plus rapidement en simulant le coucher du soleil durant vingt minutes, mais aussi en nous permettant de réaliser des exercices de cohérence cardiaque. Durant quinze minutes, ceux-ci invitent le futur rêveur à calquer le rythme de sa respiration sur celui de la lumière rouge, qui s’allume et s’éteint progressivement. Rouge ? Oui, car, contrairement à la lumière bleue, elle ne bloque pas la sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil. Prix  : 49,99 € V Dreem 2  : des bruits roses contre les nuits blanches. Ce bandeau est à porter durant la nuit. N’utilisant aucune onde durant le sommeil, Dreem 2 (développé par la start-up française Rythm) analyse les cycles du sommeil de son utilisateur avant, le matin venu, de les transférer à une application qui les analyse et prodigue ses conseils. Surtout, le bandeau émet ce que l’on appelle des « bruits roses », autant de stimulations qui vont permettre d’accroître les amplitudes et Urgotech Terraillon UrgoNight propose des exercices pour réduire ses réveils nocturnes. la densité des phases de sommeil profond, celles où l’on se repose. Les programmes d’endormissement proposés (méditation, sophrologie, sons relaxants) se montrent très efficaces. Prix  : 399 € V Morphée  : une invitation à la méditation. Tape-à-l’œil avec son aspect néovintage, Morphée est une petite boîte de 9 cm de diamètre sertie dans une élégante coque en hêtre. A bord, quelque 210 séances associant méditation et sophrologie, que l’on sélectionne en tournant l’une des clés sur l’appareil selon des thèmes (musique, nature, sieste, voyage…) et le temps que l’on souhaite y consacrer (huit ou vingt minutes). Développée à Aix-en- Provence, Morphée fonctionne sur batterie (autonomie jusqu’à dix jours) et peut être utilisée avec ou sans casque audio. Prix  : 79,95 € V Sleep Analyzer  : étudiez à quel point elle est plus belle, la nuit. Développé par la firme française Withings et des médecins de l’hôpital Béclère à Clamart (92), Sleep Analyzer est un coussin de 60 cm de Rythm Withings,.1,b1.1.1.11..11:== yrreLirneu long et 19 cm de large qui se place entre le sommier et le matelas (jusqu’à 40 cm d’épaisseur). But  : analyser votre sommeil et vous aider à agir sur les différents facteurs qui pourraient en perturber la qualité. L’ensemble de ces données est compilé dans l’application Health Mate de Withings. Prix  : 129,95 € Morphée V UrgoNight  : un entraînement plus que cérébral. En associant mesure EEG et application mobile, UrgoNight est un drôle de casque connecté. Développé par les Français d’Urgo- Tech, il mesure à l’aide de ses quatre électrodes l’activité de notre cerveau. A porter vingt minutes, au rythme de trois fois par semaine, UrgoNight propose des exercices de concentration en interaction avec son application. Ludique, il initie son utilisateur au développement de stratégies qui lui permettront, peu à peu, de reprendre le contrôle de son activité cérébrale pour accroître celle des ondes cérébrales impliquées dans le sommeil. Prix  : 499 € Christophe Séfrin 8 Jeudi 18 mars 2021 La « royal family » nous fascine Histoire Le 7 mars, Harry et Meghan ont donné une interview choc à la télévision américaine, et tout le monde en a ensuite beaucoup parlé. Cet énième épisode de la fascination toute particulière pour la famille royale d’Angleterre – que ce soit devant la série Netflix The Crown ou dans les pages people des magazines - interroge. L’historien Philippe Chassaigne évoque un « cérémonial dont on dit qu’il date de plusieurs siècles – ce qui n’est pas forcément exact – mais qui nous paraît à la fois fascinant, un peu étrange, et en même temps qu’on retrouve avec les mises en scène républicaines ou les réceptions à l’Elysée ». Pour Philippe Chassaigne, il ne s’agit pas d’une nostalgie des Français pour une famille royale mais plutôt d’une curiosité pour cette mise en scène du pouvoir  : « Les Français aiment les ors de la république mais les ors de la monarchie brillent encore plus. » Une fascination qui durera longtemps ? Rendez-vous au prochain épisode du feuilleton familial, ou à la saison 5 de The Crown, pour le mesurer. Pauline Butelnnu secondes Alain Françon blessé dans une agression. Mercredi, le metteur en scène Alain Françon a été blessé à l’arme blanche, à Montpellier. Grièvement touchée au cou, la victime de 76 ans avait été évacuée vers un hôpital par les pompiers. Ses jours n’étaient plus en danger en fin de journée, et aucune interpellation n’avait eu lieu. Déambulation festive des intermittents. Au son des trompettes et des djembés, des intermittents du spectacle ont déambulé mercredi dans les rues de Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour « exiger la réouverture de tous les lieux de culture ». Plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées pour marquer un « triste anniversaire », un an après le début du premier confinement. La Fiesta des Suds menacée. Pour son 30 e anniversaire, le festival marseillais de musique La Fiesta des Suds est menacé de disparition, après la réduction de la subvention du département des Bouchesdu-Rhône, a alerté Latinissimo, l’association organisatrice.
CULTURE Briserons-nous le « Black Mirror » ? Science-fiction Deux chercheurs décryptent, dans un livre, la série de Netflix « qui esquisse la société du futur » à partir de notre présent Tous ceux qui ont vu Black Mirror se sont posé la question  : et si cela devenait réalité ? Dans Black Mirror et l’aurore numérique*, Vincenzo Susca, maître de conférences en sociologie à l’université Paul-Valéry, à Montpellier (Hérault), et Claudia Attimonelli, socio-sémiologue à l’université Aldo- Moro à Bari (Italie), décortiquent cette série « qui esquisse la société du futur ». « Black Mirror raconte ce que nous sommes en train de vivre, voire ce que nous allons vivre, confie Vincenzo Susca. L’intelligence de Charlie Brooker [le producteur] a été d’élaborer chaque épisode à partir de quelque chose qui s’est déjà passé. La série ne fait que radicaliser des expériences que nous vivons déjà. » Ce n’est ni « Star Wars », ni « Matrix »  : elle ne fait jamais intervenir de « technologies inimaginables, bizarres ou SEM ONrrAssAumr 4.1 compliquées », poursuit le chercheur, mais des « choses que nous connaissons déjà, en les poussant un tout petit peu ». Ce jeune homme qui accepte, pour de l’argent, qu’on lui greffe dans le cerveau un jeu vidéo d’horreur ou ces gens qui pédalent toute la journée pour participer à un télécrochet ne seraient rien d’autre que le prolongement de ce que l’on connaît. Parmi les thèmes abordés, la politique. Dans le premier épisode, « L’Hymne national », sorti en 2011, le Premier ministre anglais se voit contraint, par le ravisseur de la princesse, d’avoir des rapports sexuels avec un porc, en direct à la télévision, pour qu’elle s’en sorte. Sous la pression, il finit par céder. De la science-fiction ? « Le politique est sous le contrôle, voire la menace, des médias, et notamment des médias qui viennent du bas, les tocketrnamur- Zeppotron/Channel 4 réseaux sociaux, décrit Vincenzo Susca. Ils deviennent un pouvoir plus important que le pouvoir lui-même. » Trump est bien réel Dans « Le Show de Waldo », sorti en 2013, un ours en images de synthèse acquiert une soudaine popularité, tandis qu’il s’écharpe, devant un public hilare, avec un membre du Parti conservateur. Il finit… par s’investir en politique. « Ce sont Silvio Berlusconi en Italie ou Donald Trump aux Etats- Unis, note le chercheur. Des politiques qui ne visent plus à faire réfléchir, mais à séduire. » Au lendemain de l’accession de l’homme d’affaires à LA TOURNÉE ÉVÉNEMENT 26 SEPTEMBRE 2021 À 18H SEXIONDASSAUTLATOURNEE.COM PARISLADEFENSE-ARENA.COM - COULUER.COM COULLIER.COM - TICKETMASTER.FR IUOIRFEREN CE DATE SUPPLÉMENTAIRE Dri TOEr31 L Lg.ne 9 Jeudi 18 mars 2021 Comme un miroir (« mirror », en anglais), la série décrit la société actuelle. la Maison-Blanche, le compte Black Mirror avait tweeté  : « Ce n’est pas un épisode […], c’est la réalité », relèvent les auteurs.Mais tout n’est pas perdu. Ainsi, l’héroïne de « Black Museum » finit par avoir sa revanche sur le conservateur qui expose une projection holographique de son père, condamné, à tort, à la chaise électrique. « Nous pouvons encore intervenir dans l’histoire, écrivent les auteurs. Nous avons la faculté, telle l’héroïne de l’épisode, de saboter les dispositifs qui gouvernent nos existences. » A Montpellier, Nicolas Bonzom *Black Mirror et l’aurore numérique, disponible le 23 mars aux éditions Liber.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :