20 Minutes France n°3612 8 mar 2021
20 Minutes France n°3612 8 mar 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3612 de 8 mar 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : journée internationale des femmes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ACTUALITÉ Les inégalités traversent mal la crise Droits des femmes Plusieurs études se sont penchées sur l’impact que la crise sanitaire a eu sur le quotidien des ménages Un an après la sidération du premier confinement, la menace d’un enfermement sans école plane toujours. A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes ce lundi, 20 Minutes s’est interrogé sur l’impact que la crise du Covid-19 a pu avoir sur la répartition des tâches ménagères et sur les autres charges entre hommes et femmes, au sein du foyer. « Pendant le premier confinement, les femmes ont contribué davantage que les hommes. » Anne Solar, chercheuse à l’Ined Plusieurs études se sont penchées sur une éventuelle redistribution des rôles au sein des couples hétérosexuels durant le premier confinement. Et elles vont dans le même sens  : cette période où le temps dévolu au ménage, aux course et aux devoirs a explosé n’a pas permis de rééquilibrage. « Les femmes ont contribué davantage que les hommes, tranche Anne Solar, chercheuse à l’Institut national d’études démographiques (Ined) et coautrice d’un rapport de l’Insee sur le sujet. Plus de la moitié des femmes ont consacré deux Dimanche, à Paris, lors d’un rassemblement féministe. Grinvalds/Getty Images (illustration) T. Samson/AFP heures par jour aux tâches domestiques, contre 28% des hommes. » « Il y a quelques années, on aurait trouvé 0% de pères, nuance Christine Castelain- Meunier, sociologue au CNRS et autrice de L’Instinct paternel [éd. Larousse]. Il ne faut pas oublier d’où l’on vient. » Rien n’a donc réellement changé ? « Au début du confinement, on a pu entendre des messages optimistes, rappelle la chercheuse de l’Ined. C’est quand même une période où les pères se sont investis  : 30% d’entre eux ont passé plus de six heures par jour avec leurs enfants, c’est du jamais-vu. » A en croire Christine Castelain-Meunier, cette période a rimé pour certains avec une modification des comportements. « Du fait de leur présence, les hommes se sont rendu compte de l’ensemble des choses à faire. C’est vrai qu’ils en font moins que les femmes, ils prennent moins d’initiatives, ils font des choses plus gratifiantes. Mais beaucoup ont davantage participé. » Alors, comment expliquer cette dichotomie entre des témoignages de pères investis et les statistiques nationales qui évoluent peu ? « Avec des études statistiques, on va peu dans la nuance et on ne détecte pas les changements, avance la sociologue. C’est important de casser l’image d’un père qui ne fait rien, les jeunes générations sont très attachées à l’égalité au sein du couple. » Oihana Gabriel 6 Lundi 8 mars 2021 Plus de la moitié des femmes ont consacré deux heures par jour aux tâches ménagères, contre 28% des hommes. Une journée sous le signe de la lutte Au travail comme à la maison, ce lundi 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, sera marqué par la grève et des rassemblements. Des syndicats et des associations féministes appellent à manifester dans plusieurs villes de France. Un rassemblement « festif et féministe » a également eu lieu dimanche, à Paris. Le cortège parisien, parti en face de l’hôpital Cochin (14 e), qui demandait notamment « des moyens pour les soignantes », a rendu hommage aux caissières, aux « intermittentes et précaires » et à toutes les « premières de corvée ». « C’est grâce à une bande de femmes que la société a pu continuer à tourner », rappelle Sophie Binet, de la CGT, pour laquelle ce 8-Mars est un appel lancé au gouvernement pour « revaloriser les salaires, rouvrir des lits dans les hôpitaux et construire une société égalitaire ». Puisqu’il ne s’agit pas seulement d’une manifestation, mais aussi d’une grève, le travail sera central dans les revendications cette année. « On a beaucoup avancé sur la libre disposition du corps, mais sur le combat capital-travail, on a du mal à avancer », constate Suzy Rojtman, du Collectif national des droits des femmes. Pour protester, les organisatrices rappellent que la grève n’est pas seulement une grève du travail salarié, mais qu’elle peut passer par une grève des études et du travail domestique. « Nous préparons la grève féministe, que ce soit au boulot ou dans le privé », résume Anne, du collectif On arrête toutes. Aude Lorriaux Pomme écrit à une petite fille née ce lundi Exclusif « Tu es née fille. Je dois te dire que les filles de ce monde n’ont pas toujours les mêmes droits que les hommes. Oui, même en 2021. » C’est avec ces mots, entre autres, que l’artiste Pomme s’adresse à l’une des 1000 petites filles qui naîtront ce lundi, dans le cadre de la campagne #1000possibles, organisée par le ministère de l’Egalité à l’occasion de la Journée des droits des femmes. Une lettre dont 20 Minutes dévoile quelques extraits. « Sois fière de ce que tu es » « Tu vas rencontrer des situations dans lesquelles tu seras rabaissée, traitée différemment parce que tu es une fille, les gens porteront une attention particulière à ton apparence, ça s’appelle le sexisme. Ça s’appelle aussi la misogynie. Tu devras développer une force et un courage inouïs pour affronter ces situations, mais tu verras, ce courage sera ton pouvoir magique tout au long de ta vie (…) Tu vas tomber amoureuse. Ou peut-être pas (…) Il n’y a pas de règles. La seule règle que tu dois toujours suivre en amour, comme dans la vie, c’est celle de te respecter toi. Ça veut dire que tu ne laisseras personne te dire, faire des choses qui ne te font pas du bien, qui te blessent, le corps ou le cœur (…) Sois fière de ce que tu es, parce que, en étant, tu changes le monde. J’ai hâte de te rencontrer. Pomme. » A.L.
r RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité Le bon choix, c'est de faire les protéger Je m'isole immédiatement, au moindre doute, dès les premiers symptômes de la maladie, pour protéger les autres. Je m'isole pendant 10 jours si je suis testé positif ou pendant 7 jours si je suis une personne contact. l'Assurance Maladie Agir ensemble, protéger chacun tester COVI D-19 Dalerter protéger tester Je me fais tester immédiatement, au moindre doute, dès les premiers symptômes de la maladie ou si je suis identifié comme une personne contact. alerter. Santé3* publique France Je préviens mes contacts pour qu'ils s'isolent dès que possible et communique la liste de tous mes contacts récents à mon médecin traitant et à l'Assurance Maladie si j'ai un test positif. J'alerte aussi les personnes que j'ai croisées grâce à l'application #TousAntiCovid. Ainsi, je participe à freiner la propagation du virus. Ensemble, continuons l'effort. Pour plus d'informations  : www.gouvernement.fr/info-coronavirus



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :