20 Minutes France n°3611ES4 5 mar 2021
20 Minutes France n°3611ES4 5 mar 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3611ES4 de 5 mar 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : enfoirés de Covid.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ACTUALITÉ Quel plan pour l’épargne Covid ? Economie Le gouvernement étudie des pistes pour inciter les Français à dépenser leurs économies réalisées pendant la crise sanitaire Les Français ayant épargné toute l’année, le gouvernement se trouva fort dépourvu quand le moment de la relance fut venu. Que La Fontaine nous pardonne pour ce pastiche, il décrit une réalité  : selon la Banque de France, « le surplus d’épargne financière des ménages » lié aux confinements et aux différentes contraintes sanitaires « serait compris entre 100 et 120 milliards d’euros » pour l’année 2020. Or ce surplus d’argent représente un magot que le gouvernement aimerait bien voir dépensé, afin de faire revenir la croissance tant attendue. Pour enclencher ce cercle vertueux, l’exécutif refuse, pour l’instant, de recourir à une taxation de l’épargne. Fidèle à sa promesse de ne pas augmenter la fiscalité, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a expliqué lundi qu’il travaillait à des « incitations » afin La mobilisation continue malgré la répression Birmanie La peur était dans tous les esprits. Au lendemain de la répression la plus meurtrière depuis le coup d’Etat du 1er février, les Birmans, notamment à Rangoun, ont de nouveau manifesté jeudi pour réclamer le rétablissement de la démocratie. « Nous sommes unis ! », ont scandé des contestataires derrière des barricades artisanales. « Résister est notre devoir », a souligné Thinzar ShunleiYi, une militante de premier plan, promettant de descendre tous les jours dans les rues. Au moins 38 personnes, d’après l’ONU, ont été tuées lors de rassemblements, mercredi, par les forces de sécurité, qui ont tiré à balles réelles. L’armée doit cesser d’« assassiner et [d’]emprisonner les manifestants », a exhorté Michelle Bachelet, la hautcommissaire de l’ONU aux droits de l’homme. Le rapporteur spécial de l’ONU sur la Birmanie a demandé jeudi au Conseil de sécurité la mise en place d’un « embargo mondial sur les armes » à l’encontre de la Birmanie, ainsi que des sanctions internationales.C. Rex Arbogast/AP/Sipa L’argent accumulé en 2020 « correspond à une incapacité de consommer ». Anne-Laure Delatte, économiste d’encourager les ménages à alléger leurs comptes en banque. Est-ce suffisant ? « Je crois aux incitations, répond Christian de Boissieu, vice-président du Cercle des économistes. Il faut faire en sorte que l’épargne aille vers les entreprises, qui ont des besoins de long terme. Cela suppose d’avoir des produits financiers attractifs. » Le gouvernement a d’ailleurs creusé cette voie en lançant en 2020 le fonds Bpifrance Entreprises 1, qui permet aux particuliers d’investir leur épargne dans des entreprises françaises. Le cannabis à usage médical expérimenté dès la fin du mois Santé Lancement imminent. Approuvée par l’Assemblée nationale en 2019, l’expérimentation en France du cannabis à usage médical commencera le 31 mars. Cette opération, pilotée et contrôlée par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), inclura 3 000 patients et durera vingtquatre mois. Les premières consultations pour inclure des patients dans Les médicaments pourront être fournis sous forme de fleurs séchées. A. Gelebart/20 Minutes/Sipa (illustration) Autre piste suivie par l’exécutif, selon Les Echos  : un possible allégement des conditions pour les parents qui souhaiteraient faire des donations à leurs enfants. Pour Anne-Laure Delatte, économiste et enseignante à Paris-Dauphine, la démarche n’est pas mauvaise. Le souci, selon elle, « c’est que tout le monde ne peut pas faire de donations ». Selon une enquête de 2015 menée par l’Insee, 50% des donations étaient réalisées par les 25% des Français les mieux dotés en patrimoine. « C’est un vrai choix de société, souligne Anne- Laure Delatte. Pour ma part, je préfère que cette épargne soit distribuée aux populations qui n’ont pas accumulé l’expérimentation auront lieu dans les prochains jours. Les patients seront éligibles s’ils souffrent de maladies graves. « Nous avons dégagé cinq indications thérapeutiques  : les douleurs neuropathiques réfractaires aux thérapeutiques accessibles, certaines formes d’épilepsie sévères et pharmacorésistantes, certains symptômes rebelles en oncologie, certaines situations palliatives, et dans la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques », a énuméré Nathalie Richard, directrice du projet à l’ANSM, lors d’un point presse, jeudi. Un rapport attendu « Les traitements seront issus de la variété Cannabis sativa, inscrite à la pharmacopée, et délivrés sous la forme d’huiles, de fleurs séchées à inhaler avec un dispositif de vaporisation et, en dernière intention, des comprimés », a détaillé Françoise Duperray, directrice de la direction des contrôles à l’ANSM. A l’issue de cet essai clinique grandeur nature, un rapport de synthèse sera remis aux parlementaires, en vue d’une possible généralisation française du cannabis à usage médical. Anissa Boumediene 4 Vendredi 5 mars 2021 Le surplus d’épargne lié à la crise du Covid-19 dépasse 100 milliards d’euros. d’argent en 2020. » Une redistribution qui passerait donc par une intervention de l’Etat. D’après l’enseignante, une taxation se justifierait d’autant plus que le surplus d’épargne accumulé en 2020 « ne correspond pas à une épargne de précaution, mais plutôt à une incapacité de consommer ». Pour Mathieu Plane, économiste à l’OFCE, « si on veut que l’épargne se déverse, il faut surtout que la situation sanitaire s’améliore et qu’un certain nombre de secteurs rouvrent. Sans cela, les incitations n’auront que peu d’effet. » L’épargne semble donc condamnée, pour quelques mois au moins, à rester au chaud. Nicolas Raffin Ci) CI) -CD = 0 C_) Q) Cr) C3 ru Le compagnon d’Elisa Pilarski mis en examen pour homicide. Christophe Ellul a été mis en examen jeudi pour homicide involontaire, a annoncé dans un communiqué le procureur de la République de Soissons. Après la mort de sa compagne, Elisa Pilarski, des suites de morsures canines dans l’Aisne fin 2019, il avait clamé l’« innocence » de son chien. Alger salue la reconnaissance de l’assassinat d’Ali Boumendjel. Jeudi, l’Algérie a salué avec « satisfaction » la reconnaissance par Emmanuel Macron de l’assassinat par l’armée française du dirigeant nationaliste algérien Ali Boumendjel en 1957, a indiqué la télévision publique à l’ouverture de son journal de la mi-journée. LE CHIFFRE 1 milliard de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année dans le monde. Soit près de 20% des aliments disponibles. Organisation des Nations unies
O. Juszczak/20 Minutes 20 MINUTES AVEC 44 Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités En France, les écarts se creusent. Les classes aisées voient leurs revenus progresser, quand ceux des autres catégories stagnent. Dans Encore plus ! Enquête sur ces privilégiés qui n’en ont jamais assez (éd. Plon), Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, analyse avec précision ce phénomène. Pour 20 Minutes, il évoque ces inégalités et propose des solutions pour lutter contre. Votre livre est né d’une indignation contre les inégalités. Est-ce parce qu’elles se sont creusées ces dernières années ? C’est une indignation engendrée par le constat répété des inégalités perpétuées depuis des années dans notre pays. Depuis vingt ans, le niveau de vie des catégories populaires et des classes moyennes a stagné, alors que celui des privilégiés n’a cessé de progresser. Dans les années 1960, 1970 et 1980, les classes populaires et moyennes ont connu une forme de progression sociale. Puis il y a eu une coupure nette. D’où l’apparition de tensions sociales fortes en France. Vous expliquez que le débat public est polarisé sur les 1% d’ultrariches en France, mais que l’on oublie les classes favorisées. A qui profite cette simplification du discours ? Quand on désigne une petite frange de la société comme « responsable » des inégalités, on invisibilise de fait les 19% de la catégorie aisée. Cette démagogie a un but  : ne pas reconnaître les avantages des classes aisées permet de les dédouaner de l’effort de solidarité envers les plus pauvres. A partir de quel niveau de revenus peut-on se considérer comme privilégié ? A partir de 2 600 € net après impôts et prestations sociales pour une personne seule. Ce qui représente 19% de la population française. A partir de 3 500 € net, on entre dans la catégorie des riches. Même si ces facteurs sont à nuancer en fonction de l’âge et du lieu de résidence de la personne. Pourquoi les personnes aisées ontelles tant de mal à se reconnaître comme telles en France ? Les Français ont un rapport complexe à l’argent et ne disent pas combien ils gagnent quand ils sont aisés, alors que, aux Etats-Unis, se dire riche est valorisé socialement. En quoi la politique fiscale des dernières années a-t-elle renforcé les inégalités ? La quasi-suppression de l’impôt sur la fortune, le prélèvement forfaitaire unique, qui a permis de réduire les impôts sur les revenus financiers, la suppression de la taxe d’habitation, la défiscalisation des dons entre grands-parents, parents et enfants… Toutes ces mesures ont profité aux classes les plus aisées. Cela représente des montants colossaux qui auraient pu permettre de répondre à des besoins sociaux. Vous soulignez que la crise sanitaire a encore enrichi les plus aisés, pourquoi ? Les cadres et les fonctionnaires ont gardé leur 5 Vendredi 5 mars 2021 Le directeur de l’Observatoire des inégalités, Louis Maurin, qui vient de publier Encore plus !, dresse un tableau de la réalité des inégalités dans la société française. « Dès 3 500 € net, on entre dans la catégorie des riches. » « Les Français ne disent pas combien ils gagnent quand ils sont aisés » « Un revenu unique pourrait éradiquer la pauvreté. » Inégalités Chaque vendredi, un témoin commente un phénomène de société boulot et ont pu épargner. Selon les derniers chiffres de la Banque de France, les trois premiers trimestres de l’année 2020, 110 milliards d’euros supplémentaires ont ainsi pu être épargnés. En revanche, certains précaires n’ont pas pu épargner un seul euro et ont basculé dans la pauvreté, comme les intérimaires, les chômeurs, les personnes en CDD… Vous soulignez quand même quelques progrès de notre modèle social ces dernières années… Oui, il y a eu la création de la CMU [couverture maladie universelle] en 2000, certains minima sociaux destinés aux personnes handicapées ou âgées ont été relevés, la Haute Autorité de lutte contre les discriminations a vu le jour en 2004… Le contexte Dans son livre, Louis Maurin analyse les inégalités, encore accentuées depuis la crise sanitaire. Une situation de moins en moins supportable pour une majorité de Français, qui réclament davantage de justice sociale. Quelles autres mesures faudrait-il prendre pour améliorer la situation ? Instaurer un revenu unique de 900 € mensuels pour une personne seule sans revenus permettrait d’éradiquer la grande pauvreté et coûterait 7 milliards par an. C’est environ 150 € de plus que le RSA et les APL, et les jeunes de moins de 25 ans y auraient accès. Il faudrait aussi renchérir le coût de la flexibilité du travail, et réformer la fiscalité et le système éducatif. 99 Propos recueillis par Delphine Bancaud

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :