20 Minutes France n°3611ES 2 mar 2021
20 Minutes France n°3611ES 2 mar 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3611ES de 2 mar 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 9

  • Taille du fichier PDF : 1,3 Mo

  • Dans ce numéro : Nicolas Sarkozy a été condamné.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ACTUALITÉ Travail La ministre Elisabeth Borne réunit les partenaires sociaux ce mardi L’ultime réunion des partenaires sociaux avant la mise en place de la réforme. Ce mardi, Elisabeth Borne doit présenter le plan de réforme de l’assurance-chômage. La ministre du Travail se dit déterminée à « aller au bout », mais les syndicats ont exprimé leur défiance sur une réforme qui « est un nonsens », selon Eric Courpotin, de la CFTC. V A quoi va servir la réunion de ce mardi ? Pour le gouvernement, ce rendez-vous en visioconférence avec syndicats et patronat va permettre à Elisabeth Borne de présenter ses arbitrages. Le décret d’application des futures règles du chômage doit être parachevé dans les semaines qui viennent pour une entrée en vigueur en juillet ou en août, et non le 1er avril. V Que veut faire le gouvernement avec cette réforme ? Décidée en juillet 2019 par le gouvernement Philippe, après l’échec d’une négociation sociale très encadrée par l’exécutif, la réforme visait alors à réaliser de 1 à 1,3 milliard d’euros d’économies par an. Du fait de la crise liée au Covid-19, le gouvernement a reporté à plusieurs reprises son application. Elisabeth Borne a ouvert une concertation fin 2020, en se disant prête à discuter des « paramètres » de la réforme, mais sans en abandonner l’esprit. V Qu’est-ce qui va changer ? Les malus pour les entreprises qui multiplient les contrats courts vont être mis en place, mais ils seront effectifs après un an. Autre mesure  : la réforme du calcul du salaire journalier de référence, qui devrait concerner 850 000 demandeurs d’emploi, selon l’Unedic. Le montant de leur allocation baissera en moyenne de 22%. Par ailleurs, deux mesures vont être conditionnées à la reprise du marché du travail, selon Le JDD. Il faudra notamment avoir travaillé six mois au cours des deux dernières années pour toucher des allocations, contre quatre mois précédemment. Prévisions ultra détaillées TV-WEEI-APPLIS V Qu’est-ce qui bloque ? Pour Yves Veyrier (FO), « le mot d’ordre, c’est « On veut repartir d’une feuille blanche » ». Mais il craint que le gouvernement ne souhaite pas « perdre la face ». Le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, « veut dire qu’il a fait quelque chose, mais il voit bien que la période ne s’y prête pas ». De son côté, Eric Courpotin craint que cette réforme pèse trop lourd sur les plus précaires  : « C’est ceux qui ont le plus de mal à trouver du travail que l’on va pénaliser. Pour certains, c’est difficile d’aligner six mois » pour accéder aux allocations. Lucie Bras 2 Mardi 2 mars 2021 L’assurance-chômage prend réforme E. Piermont/AFP La ministre du Travail se dit déterminée à « aller au bout », alors que les syndicats ont exprimé leur désaccord. Un peu de printemps pour mardi Le beau temps domine sur les trois quarts du pays, où soleil et douceur sont au rendez-vous. Près de l’Atlantique, le ciel reste voilé, et il est même très nuageux sur la Bretagne. Consensus bonus-malus La seule disposition qui trouve grâce aux yeux des syndicats est le système de bonus-malus sur les contrats courts, « nécessaire pour décourager les employeurs abusant des contrats précaires ». Cela dit, pour Eric Courpotin, « le bonus-malus arrivera au mieux en 2023. C’est ce qui nous fait dire que le poids de cette réforme ne pèse que sur les demandeurs d’emploi, sans aucune autre contrepartie des employeurs. » La météo en France « Le phénomène de bandes rivales mêle de multiples problématiques » Violences En moins d’une semaine, deux collégiens ont été tués au cours de rixes dans l’Essonne. Pour tenter d’appréhender le phénomène des bandes rivales, les ministres de l’Intérieur, de la Justice et de l’Education se sont réunis lundi avec les préfets des départements franciliens. La sociologue Véronique Le Goaziou, chercheuse au CNRS, désespère de voir ces concertations aboutir sur des actes concrets. Qu’espérez-vous de cette réunion ? On parle aujourd’hui de ce phénomène à la faveur des événements de la semaine dernière, mais il n’y a rien de nouveau. Le problème, c’est que, à chaque fois, sur le terrain, c’est l’option policière et judiciaire qui prévaut. Or le phénomène de bandes rivales est un problème de fond qui mêle de multiples problématiques. Quel rôle l’Education nationale a-t-elle à jouer ? Un rôle fondamental. L’école est l’un des principaux lieux de vie de la jeunesse, et les enseignants sont souvent de bons observateurs de celle-ci. Il faut donc parvenir à garder le plus longtemps possible les enfants et les adolescents dans le giron de l’école. Faut-il revenir à la police de proximité ? L’expérience mérite d’être retentée, mais il faut des fonctionnaires qui connaissent les spécificités du quartier. Le phénomène de bandes nécessite d’être appréhendé sur un temps long. Propos recueillis par Caroline Politi
ACTUALITÉ Prison ferme pour Sarkozy Affaire des écoutes L’ex-chef de l’Etat a été condamné à trois ans de détention, dont deux assortis du sursis Un sourire un peu triste et de grandes enjambées. Nicolas Sarkozy a quitté sans un mot la 32 e chambre du tribunal judiciaire de Paris, lundi. Il aura fallu attendre deux heures après l’énoncé du jugement pour apprendre que l’ex-chef de l’Etat allait faire appel de la lourde peine que la justice lui a infligée. Après ce jugement « totalement infondé et injustifié », Nicolas Sarkozy est « calme mais déterminé à poursuivre la démonstration de son innocence », a ainsi indiqué Jacqueline Laffont, son avocate. Le tribunal a en effet considéré que l’ancien président s’était rendu coupable de corruption par un particulier sur un magistrat et de trafic d’influence dans le cadre de l’affaire dite « des écoutes de Paul Bismuth ». Bracelet électronique Nicolas Sarkozy a donc été condamné à la peine de trois ans de prison dont deux avec sursis. Dans un silence assourdissant, Christine Mée, la présidente de la 32 e chambre, a indiqué que la partie ferme de cette peine pouvait être aménagée sous le régime de la détention à domicile, sous bracelet électronique. Le tribunal a par ailleurs rappelé que l’exchef de l’Etat présente des garanties de représentation, vu son statut. Lors de l’instruction, puis lors de l’audience, Nicolas Sarkozy avait rappelé qu’il n’était pas « au-dessus des lois », en sa qualité d’ex-président, mais « pas en dessous non plus ». Il avait raison. Pourquoi les peines prononcées sont-elles si sévères ? La sévérité du jugement est à lire à l’aune du statut des trois prévenus. Gilbert Azibert était un haut magistrat reconnu. Thierry Herzog était un avocat réputé. Quant à Nicolas Sarkozy, plus besoin de le présenter. Le jugement du tribunal fustige leur comportement, qui a instillé dans l’opinion publique l’idée que les procédures peuvent faire l’objet « d’arrangements occultes destinés à satisfaire des intérêts privés ». Le tribunal explique que « ce dévoiement a porté lourdement atteinte à l’état de droit » Un nuage de sable du Sahara a touché l’Europe, en février. A.-C. Poujoulat/AFPL. Gillieron/AP/Sipa Nicolas Sarkozy, ici au tribunal de Paris lundi, va faire appel de la décision. Mais c’était oublier un peu vite le principe du droit français, qui consiste à individualiser les peines en fonction des situations personnelles de chacun. C’est pour cette raison que Gilbert Azibert, l’un des plus hauts magistrats de France à l’époque où il exerçait, a écopé, lui aussi, d’une peine de trois ans de prison ferme dont deux avec sursis. Tout comme Thierry Herzog, l’avocat historique de Nicolas Sarkozy. Au surplus, celui-ci a été condamné à une peine d’interdiction d’exercer la profession d’avocat de cinq ans. En toute logique, ce ne devrait donc pas être lui qui défendra Nicolas Sarkozy lors du procès de l’affaire dite « Bygmalion ». Celui-ci doit débuter dans un peu plus de deux semaines. Difficile de croire que la décision rendue lundi ne sera pas alors dans toutes les têtes. Vincent Vantighem Des nuages radioactifs (inoffensifs) Nucléaire Le 13 février 1960, la France procédait à son premier essai nucléaire, dans le Sahara en Algérie. Soixante et un ans plus tard, le 24 février, l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest a publié des mesures de radioactivité dans les nuages de sable venus du Sahara. Au mois de février, la France et une partie de l’Europe ont connu deux de ces épisodes météorologiques. Résultat  : environ 80 000 Bq de césium 137 au kilomètre carré. Un marqueur des essais nucléaires humains, qui se déplacent à la faveur d’épisodes météorologiques, comme ici le vent. « Il faut distinguer les situations de contamination de l’air qui nécessitent des mesures sanitaires, comme la catastrophe de Tchernobyl en 1986, et cette présence d’éléments radioactifs artificiels, qui ne nécessitent pas de précaution particulière », rassure Bruno Chareyron, directeur de la Criirad, un laboratoire de recherche indépendant sur la radioactivité. « Dans votre corps, du fait de la radioactivité naturelle du potassium, vous pouvez mesurer 6 000 Bq, explique Geneviève Baumont, experte retraitée de l’Institut de recherche pour la sûreté nucléaire. La zone mesurée par l’association mesure 1 km sur 1 km, c’est une concentration extrêmement faible. » Lucie Bras 3 Mardi 2 mars 2021 Grands débuts pour Ngozi Okonjo Iweala OMC « On a beaucoup de travail. Je me sens prête. » Ngozi Okonjo Iweala est arrivée lundi au siège de l’Organisation mondiale du commerce, à Genève (Suisse), au premier jour d’un mandat historique à la tête d’une institution confrontée à d’énormes défis en pleine crise économique et sanitaire mondiale. La première femme et première Africaine à diriger l’institution a placé la journée sous le signe de l’écoute. « Il y a une réunion du conseil général, et j’espère être en mesure d’écouter et de voir ce que les délégations ont à dire, ce que les ambassadeurs ont à dire sur les principaux sujets et d’échanger [avec eux] », a-t-elle déclaré, précisant qu’elle rencontrera aussi les directeurs généraux adjoints, qui ont piloté l’institution pendant les six mois de vacance de pouvoir et une partie de ses équipes. Deux fois ministre des Finances et cheffe de la diplomatie du Nigeria durant deux mois, la D re Ngozi, 66 ans, remplace le Brésilien Roberto Azevedo, qui a quitté ses fonctions en août un an avant la fin de son mandat.nnru secondes L’épargne des Français ne sera pas taxée, assure Bruno Le Maire. Pour inciter les Français à consommer et contribuer ainsi à la relance de l’économie française, l’épargne des ménages ne sera pas taxée, a assuré lundi le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, lors d’un point presse. Trump flirte avec l’idée de se représenter en 2024. Lors de sa première allocution depuis son départ de la Maison- Blanche le 20 janvier, Donald Trump a affirmé dimanche que la survie des Etats-Unis dépendait des conservateurs. Il a laissé entendre, sans l’affirmer clairement, qu’il pourrait se représenter à l’élection présidentielle de 2024. LE CHIFFRE 63 802 Soit le nombre de détenus dans les prisons françaises au 1er février. La hausse a été de 1 129 personnes entre janvier et février. Ministère de la Justice

1 2-3 4-5 6-7 8-9 9


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :