20 Minutes France n°3611 1er mar 2021
20 Minutes France n°3611 1er mar 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3611 de 1er mar 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : un combat au féminin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
A. Carrion/Pixabay (illustration) S. Pieto ACTUALITÉ re P-71 liewee Dans Le bonheur est dans le village, Nicolas Hazard s’intéresse à des personnes proposant des solutions à la campagne. « Le monde de demain s’invente à la campagne » Economie L’entrepreneur Nicolas Hazard met en lumière les territoires ruraux dans un ouvrage Il y a Tulipe, dans les Hautes-Pyrénées. Ou Jean-François, dans le Pas-de- Calais. Au total, ils sont une trentaine, comme le nombre de solutions mises en avant par Nicolas Hazard (photo) dans Le bonheur est dans le village (éd. Flammarion), paru en février. Santé, agriculture, mobilité, démocratie… Selon le fondateur du groupe Inco, qui prône une économie solidaire et sociale, le monde de demain ne sera pas forcément citadin. Dans votre ouvrage, vous mettez en lumière « 30 histoires de femmes et d’hommes » qui agissent, à leur niveau, dans les territoires de France. Pourquoi cette démarche ? J’ai fait un tour de France à l’été 2020. L’idée était de se dire  : « Pendant le confinement, de nombreuses personnes sont parties des grandes métropoles, de Paris, notamment. Pourquoi tout le monde avait-il envie de partir à la campagne ? » Je me suis rendu compte que le monde de demain est déjà en train de s’y inventer. Vous dites que quitter la ville permet de « reprendre le temps de vivre ». Est-ce compatible avec la crise actuelle, où les entreprises sont tentées de demander davantage à leurs employés pour relever la tête ? Ça, c’est le modèle d’hier et d’aujourd’hui. Le principe de l’économie, de la mondialisation, c’est la concurrence, la course à la productivité. Mais nous ne sommes pas obligés d’être dans ce schéma productiviste. On peut créer de la richesse, des emplois en relocalisant, en travaillant sur les circuits courts, en retrouvant de la souveraineté sur certains secteurs, tels que l’alimentation. « Je crois aux initiatives locales, qui vont créer des changements profonds. » Le développement du télétravail est l’un des faits marquants de la pandémie. Est-ce une bonne nouvelle pour le monde rural ? Tout à fait. Pour les travailleurs, mais aussi et surtout pour les chefs d’entreprise. J’en suis un, et j’étais sceptique. Mais le télétravail génère une productivité supplémentaire, car on ne subit pas les temps de transport. Le modèle est validé, même s’il faut un peu de présentiel, car le contact humain reste fondamental. Et tous les secteurs d’activité ne peuvent pas se faire en télétravail. La crise va-t-elle engendrer un exode de la ville vers la campagne ? Il y a encore des stéréotypes sur la vie à la campagne. Et les possibilités économiques, qu’on le veuille ou non, sont encore dans les métropoles. Je ne dis pas que cet exode est un fait statistique, mais une envie profonde. Il faut le faciliter, investir dans les zones rurales avec la 4G et la 5G, la santé, les mobilités, les commerces de proximité. Les conditions ne sont pas encore réunies, mais je pense que 3 ou 4 millions de personnes pourraient franchir le pas si on les aide. Au fil des pages, une notion revient fréquemment  : la décentralisation… Je ne crois plus aux politiques nationales, qui repensent le territoire d’en haut. Je crois, au contraire, aux initiatives locales, qui vont créer des changements profonds de la société. Les autorités locales et les maires sont la clé, car on voit comment des élus peuvent, à partir de peu, redynamiser leurs territoires. Il y a des recettes pour le faire. Quels conseils donneriez-vous à un ménage citadin souhaitant s’installer en milieu rural ? La vie à la campagne, ce n’est pas tout rose. Il faut construire son projet de vie, voir les opportunités économiques. Qu’a-t-on envie de faire ? Comment ? Ce n’est pas un projet de rêveur. Puis il faut le faire à fond, avec passion. Ça prend du temps, comme partout. Mais ça paie. Propos recueillis par Jean Bouclier M. Metzel/Tass/Sipa 10 Lundi 1er mars 2021 Emotion après la violente agression d’un journaliste Reims « Une lâche agression. » L’attaque, samedi après-midi à Reims (Marne), d’un photo journaliste du quotidien régional L’Union a soulevé dimanche l’indignation de la classe politique, jusqu’au chef de l’Etat. Le pronostic vital de la victime, Christian Lantenois, 65 ans, « est toujours engagé », a indiqué le procureur de Reims, Matthieu Bourrette, à la mi-journée, sans plus de détails sur l’enquête, ouverte pour tentative de meurtre. Le journaliste s’était rendu dans le quartier Croix-Rouge pour accompagner une consœur, alertée d’une possible rixe, selon la rédaction en chef du journal. « L’Elysée a appelé la rédaction de L’Union (…) pour exprimer son émotion et sa sympathie, et son souhait de voir les auteurs de l’agression interpellés au plus vite », a indiqué la présidence. « Si Christian Lantenois a été visé en tant que journaliste, ce qui s’est passé est une atteinte extrême à la liberté de la presse », a alerté le secrétaire général de Reporters sans frontières, Christophe Deloire.nnu secondes La Russie lance un satellite de surveillance de l’Arctique. Une fusée Soyouz a décollé dimanche du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, avec à son bord le premier satellite russe de surveillance du climat de l’Arctique, a annoncé l’agence spatiale Roscosmos. Navalny transféré dans une colonie pénitentiaire pour purger sa peine. Le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, est arrivé à Pokrov, à 200 km à l’est de Moscou, pour être transféré dans une colonie pénitentiaire (photo). Il doit y purger une peine de deux ans et demi de prison. Son sort était inconnu depuis son départ jeudi du centre de détention moscovite, où il était incarcéré depuis son arrestation. Héritage du goulag, les colonies pénitentiaires russes ont très mauvaise réputation.
En voiture Huguette, Martine et évidemment S mone. I Dites à vos grands-parents qu’Uber leur offre le trajet vers les centres de vaccination. Voir conditions →t.uber.com/vaccin2021 Uber Uber France SAS - 5 rue Charlot, 75003 PARIS - RCS PARIS 539 454 942



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :