20 Minutes France n°3610ES7 17 fév 2021
20 Minutes France n°3610ES7 17 fév 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3610ES7 de 17 fév 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 9

  • Taille du fichier PDF : 1,4 Mo

  • Dans ce numéro : covid long, contaminés et minés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ACTUALITÉ Education Le Comité éthique et scientifique a rendu public son rapport annuel mardi Après trois ans d’existence, Parcoursup a encore des progrès à faire, comme le souligne le rapport annuel du Comité éthique et scientifique Parcoursup (CESP), une instance indépendante, publié mardi. Voilà les défis que la plateforme, dont la procédure 2021 a commencé le 20 janvier, va devoir relever dans les prochaines années. V Une procédure trop longue. La formulation des vœux par les candidats commence mi-janvier, et la phase d’affectation intervient de mi-mai à mi-septembre. Soit huit mois, en tout. « Nous pensons que la procédure est trop longue », estime la présidente du CESP, Isabelle Falque-Pierrotin. « Les néobacheliers attendent parfois plus de deux mois avant de recevoir une première proposition, souligne Catherine Moisan, membre du CESP. Cela provoque des abandons par lassitude. » Pour changer la donne, le CESP propose de rendre obligatoire, une semaine environ après les résultats du baccalauréat (mi-juillet), le classement des vœux en attente par les candidats. V L’offre ne correspond pas assez à la demande. « Le nombre de candidats n’ayant reçu que des réponses négatives est passé de 12 000 en 2019 à 17 600 en 2020, signale Isabelle Falque-Pierrotin. Par 3'12 15 1312 M. Allili/Sipa ailleurs, 41 000 néobacheliers n’ont reçu aucune proposition à l’issue de la procédure. » Les bacheliers pros et technos sont particulièrement mal servis, car ils subissent la concurrence des bacheliers généraux lorsqu’ils demandent une formation en BTS ou DUT. Ce qui incite le CESP à demander au ministère de l’Enseignement supérieur de mieux réguler l’offre et la demande, « notamment en créant des places dans les formations professionnalisantes ». V Des inégalités territoriales persistantes. Alors que l’Ile-de-France regorge de formations, les néo bacheliers y sont mal servis. « En 2019, 11% des Prévisions ultra détaillées TV-WEEI-APPLIS I ri midéree'mie LACHAINEMETE0.0011 néobacheliers franciliens n’ont reçu aucune proposition, contre 7% des néobacheliers du reste de la France », souligne Catherine Moisan. Et ce, pour une raison simple  : les formations « d’élite » sont surreprésentées en Ile-de-France, et l’offre pour les bacheliers technologiques et professionnels est sousreprésentée. Le CESP recommande une révision complète de l’offre de formations sur ce territoire, mais aussi que les dossiers des candidats franciliens postulant à des formations professionnalisantes en dehors de leur département fassent l’objet d’une plus grande attention. Delphine Bancaud 2 Mercredi 17 février 2021 De nouveaux incidents de Parcoursup Les lycéens de terminale et les étudiants en réorientation peuvent formuler des vœux d’orientation depuis le 20 janvier. La perturbation stagne entre la pointe bretonne et le Cotentin. Elle apporte toujours du vent fort et un peu de pluie. Ailleurs, le temps reste sec et plutôt ensoleillé, du sud-ouest au nordest. Les températures sont bien au-dessus des normales. Manque de transparence Beaucoup d’étudiants se plaignent de ne pas comprendre sur quels critères les dossiers sont triés. « Un certain nombre de formations [sélectives ou sous tension] opèrent un pré-tri de leurs candidats en fonction de critères qui ne sont pas connus », confirme Isabelle Falque-Pierrotin. Pour le CESP, la solution est toute trouvée  : les formations doivent publier un barème de préclassement des vœux. La météo en France « Des vacances à la carte » en Gironde Couvre-feu Ça y est, les vacanciers sont là. « Depuis la fin de se- C’est déjà le printemps dee maine dernière, on a du monde, explique Lucie Lhermite, responsable 11 dans le Sud g - 13 de l’office du tourisme d’Arcachon 12 13 [Gironde]. On voit pas mal de réservations de dernière minute. » « On est 14 11 partis un peu à l’arrache, reconnaît Gaëtan, qui surveille de loin sa fille 13 Joséphine sur la plage. On avait vraiment besoin d’un grand bol d’air. 16 17 » « Il faut s’adapter » Sur la côte girondine, les vacanciers viennent donc malgré le couvre-feu et les fermetures. « On avait prévu le coup, on a pris des jeux de société pour les enfants, on peut aussi les occuper avec les écrans, même si on fait attention, raconte Aurélie. Pour eux, ça ne change pas grand-chose. C’est plus pour nous  : on ne peut pas s’offrir un bon resto ou sortir boire un petit verre le soir. » La responsable de l’office de tourisme rappelle que des hôtels « ont mis en place des systèmes de « rooming ». C’est-àdire que, même si leur restaurant est fermé, ils servent en chambre, c’est un petit plus. » « C’est comme ça depuis un an, si on veut faire quelque chose, il faut s’adapter, reconnaît Nicolas, arrivé d’Agen. On est sur des vacances à la carte, sur mesure. » Pour ce premier jour sur la côte, il a prévu une balade à vélo avec sa compagne. « C’est le gros avantage du coin, il y a plein d’activités de plein air possibles, donc les gens viennent, peu importe s’il y a un couvre-feu », s’amuse Béatrice dans sa boutique alors qu’elle se dit « heureuse » de voir un peu plus de monde  : « De toute manière, ils ne vont pas aller sur la dune du Pilat à 22h. » A Bordeaux, Clément Carpentier
Alès Agglomération ACTUALITÉ L’agglomération d’Alès veut inciter les porteurs de projets et les habitants franciliens à « quitter Paris ». Alès fait campagne dans les couloirs du métro parisien Economie La capitale des Cévennes encourage des Franciliens à s’installer dans le Gard Alès s’affiche en grand dans le métro parisien. La capitale des Cévennes « sourit aux audacieux », lit-on sur les nombreuses affiches qui ont fleuri dans les couloirs, depuis quelques jours. L’objectif est d’inciter les porteurs de projets franciliens à « quitter Paris » pour rejoindre la sous-préfecture du Gard. Les entrepreneurs séduits par ce déménagement dans le Sud-Est peuvent participer à un concours*, avec, à la clé, un an de loyer offert, un accompagnement par une pépinière et une dotation financière. « Nous avons souhaité, dans ce nouveau mandat, après avoir réhabilité, rénové, développé ce territoire », d’essayer d’attirer à nous des néo-Alésiens, explique Christophe Rivenq (LR), président de l’agglomération d’Alès. Pour l’élu, dans l’ancienne cité minière, « la qualité de vie est clairement meilleure que dans les grandes métropoles. A mon sens, si on ne rééquilibre pas rapidement notre pays, on va dans le mur. » « Forcément, ces villes attirent » De nombreuses enquêtes montrent que « les personnes aspirent à plus de nature, un meilleur cadre de vie, explique Lise Bourdeau-Lepage, docteure en économie à l’université Jean- Moulin, à Lyon [Rhône]. Avec la crise, les Parisiens n’ont plus les bénéfices d’être à Paris  : sortir, aller au restaurant, au cinéma, au théâtre, dans les musées, estime la chercheuse. En plus, ils sont confinés ou semi-confinés dans des appartements étriqués. Ils se disent qu’ils peuvent aller ailleurs, dans des villes où ils pourront être en télétravail, et monter de temps en temps à la capitale. » Dans ce contexte, les villes moyennes, comme Alès, ont intérêt à montre leurs atouts  : un compromis entre la campagne et la grande ville. « Les personnes se disent qu’elles auront un appartement plus grand, un accès à la nature plus proche, reprend Lise Bourdeau- Lepage. Forcément, ces villes attirent. A condition qu’elles aient, notamment, un bon accès au réseau Internet et des liaisons ferroviaires. » Mais, note la professeure, cet exode ne peut concerner qu’une « frange » aisée de la population parisienne, qui n’est pas « coincée par le logement et le travail ». A Montpellier, Nicolas Bonzom * Ales-audace.fr Dans l’espace, Pesquet vous entendra (peut-être) crier Sciences « Il vous faudra être propose actuellement l’ESA est de rejoindre son équipe d’astronautes ac- flexible, rappelle Zineb Elormi, responsable des ressources humaines tifs. En clair  : d’être le futur collègue à l’Agence spatiale européenne [ESA]. du Français Thomas Pesquet. Les horaires de travail sont irréguliers, il faudra prévoir de nombreux de rêve à la clé pour celles et ceux qui Un chemin de croix, mais avec un job déplacements, de longues absences parviennent à aller au bout. avec un du domicile. » Il vous faudra aussi très bon salaire. Zineb Elormi donne avoir le cœur bien accroché et cette une fourchette  : « Entre 5 000 € et capacité primordiale à rester calme 10 000 € par mois en fonction du niveau d’expérience. » Et puis, « on sous la pression. Car ce que vous ne recrute pas des astronautes potiches, glisse le D r Guillaume Weerts, chef des équipes médicales à l’ESA. Manière de dire que ces quatre ou six astronautes recrutés auront la possibilité de voyager dans l’espace. A vos CV donc, car l’occasion ne se représentera pas de sitôt Les candidatures seront à déposer à partir du 31 mars et jusqu’au 28 mai sur un site Internet créé par l’ESA. Fabrice Pouliquen D. Anastasi/AP/Sipa 3 Mercredi 17 février 2021 L’Assemblée nationale adopte le projet de loi « Séparatisme » Un épilogue de deux semaines de débats durant lesquels les oppositions ont critiqué un texte jugé trop faible ou hors sujet. Le projet de loi contre le « séparatisme » islamiste a été adopté par l’Assemblée nationale en première lecture, mardi, par un vote solennel. Voulu par Emmanuel Macron, le projet de loi « confortant le respect des principes de la République » a été adopté par 347 voix pour, 151 voix contre et 65 abstentions. Il sera examiné par le Sénat à partir du 30 mars. Malgré les promesses initiales de divisions, la majorité s’est massivement rangée derrière ce texte. Il n’y a pas eu « de désordre », s’est félicité le chef de file des députés LREM, Christophe Castaner. Cependant, dix « marcheurs » se sont abstenus et un a voté contre, Mustapha Laabid. PS et communistes ont choisi de bouder ce projet de loi en s’abstenant, tout comme le RN ; LFI et LR ont voté contre. Riche de quelque 70 articles, le projet a donné lieu à 80 heures de débats en séance et l’adoption de 144 amendements. n c u secondes Les effectifs de l’opération Barkhane maintenus au Sahel. Emmanuel Macron a annoncé mardi que la France ne comptait pas réduire, « dans l’immédiat », les effectifs de Barkhane, son opération antidjihadiste au Sahel. « Un retrait français serait une erreur », a-t-il déclaré, en marge du sommet du G5 Sahel à N’Djamena, au Tchad. Une éruption de l’Etna provoque une pluie de pierres. Le volcan sicilien Etna, tout près de Catane, a connu mardi une éruption spectaculaire mais sans danger. Celle-ci a entraîné une pluie de petites pierres volcaniques et de cendres sur la ville portuaire, dont l’aéroport a été fermé. Les sapeurs-pompiers ont toutefois signalé, en début de soirée, qu’ils surveillaient l’évolution de la situation dans trois communes au pied du volcan.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 9


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :