20 Minutes France n°3605 25 jan 2021
20 Minutes France n°3605 25 jan 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3605 de 25 jan 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : un débat de l'Intérieur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
CULTURE Des synthés à nouveau branchés BO La musique de la série « Ovni(s) » mêle habilement les pépites des pionniers de l’electro aux compositions originales de Thylacine Un voyage dans le temps ! Ovni(s) (Canal+) suit, à la fin des années 1970, les balbutiements du Gepan, un groupe d’études sur les extraterrestres. Dans cette reconstitution caricaturale de la France giscardienne, la musique originale de l’Angevin Thylacine s’entrelace divinement bien avec les airs signés par les pionniers de l’electro, comme Jean-Michel Jarre et Tangerine Dream, ou les mélopées disco de Cerrone ou Bernard Estardy. Comment Thylacine s’est-il approprié les codes de la synthpop des années 1970 pour signer une bande originale de notre temps ? « Ovni(s) est une série qui traite des racines d’un monde. Les années 1970 sont à l’origine de la French touch, avec Jean-Michel Jarre en particulier, le compositeur le plus populaire à cette époque-là, », explique le réalisateur de la série, Antony Cordier. La bande Le dessinateur Plantu range ses crayons Médias Un dessinateur, puis l’autre… Après la polémique autour de Xavier Gorce et la diffusion de son dessin sur l’inceste, aboutissant à son départ du journal Le Monde, son collègue Plantu, autre pilier historique du journal, a informé vendredi l’AFP de son départ du quotidien, le 31 mars. Il a ainsi confirmé une annonce qu’il avait faite la veille au soir lors de l’émission « Arrêt sur images ». Il met fin à une collaboration de près de cinquante ans avec le journal, soulignant que son départ « était prévu depuis longtemps ». « Le 31 mars, je serai remplacé par des dessins de Cartooning for Peace, l’association que j’ai créée avec Kofi Annan il y a quinze ans », a-t-il déclaré. « On a 52 nations représentées dans Cartooning for Peace », ce qui permettra d’avoir chaque jour un dessinateur d’un pays différent, avec son approche propre, a expliqué Plantu. « Ça fait dix ans que je demandais au directeur du Monde qu’un petit jeune me remplace », a précisé le dessinateur, soulignant au passage son plein soutien à son collègue Xavier Gorce.X. Thesnon-Hily originale d’Ovni(s) est placée sous les figures tutélaires du père de la musique électronique française et du groupe allemand Tangerine Dream, précurseur de l’electro expérimentale, avec le morceau Zero Gravity en guise de générique. « Antony Cordier a connu cette période et est allé chercher des génériques télé », salue Thylacine, déjà à l’œuvre sur son dernier long-métrage, Gaspard va au mariage (2018). « Les conditions de l’époque » Afin de se plonger dans l’ambiance sonore des années 1970, le musicien s’est rendu à deux reprises au SMEM (Swiss Museum & Center for Electronic Music), à Fribourg, qui dispose d’« une énorme collection de synthés de l’époque ». « J’avais envie de travailler dans les mêmes conditions qu’à l’époque, de faire ma musique à E. Sadaka/Sipa Le compositeur et DJ Thylacine, ici en concert à l’Olympia, en 2017. moi avec les machines et les synthés de l’époque », poursuit Thylacine. Il n’a cependant pas réécouté les tubes electro et disco des années 1970  : « Je ne voulais pas faire des copies. » Pourtant, le vibrant et tubesque 1978 (lire l’encadré), le planant Discovery, l’entêtant Gepan ou le « joyeusement naïf » Véra ont, avec leurs relents disco et leurs mélopées synthpop, la substance rafraîchissante des seventies. Résultat ? Cette BO, disponible sur les plateformes de streaming, allie parfaitement la musique d’aujourd’hui aux pépites d’hier, et donne furieusement envie de dance floors transpirants. Anne Demoulin « Notre objectif était de créer un univers entre le drame et la comédie » « Skam France » Depuis le lancement, il y a une semaine, de la saison 7 de Skam France, les fans de l’une des plus puissantes séries tricolores découvrent la patte de Shirley Monsarrat, la nouvelle réalisatrice de la fiction de France TV Slash. Shirley Monsarrat est la nouvelle réalisatrice de la série. Comment s’est passée votre première journée de tournage ? C’était stressant parce que passer après David [Hourrègue], c’est quelque chose. Skam, ce sont des journées super denses. En plus, on a démarré ce premier jour assez intensément, puisqu’on tournait le teaser de la saison 8. Le thème de cette saison ne sera pas que le déni de grossesse… Ce que l’on peut dire, c’est qu’il y a toujours une raison derrière un déni de grossesse, donc en découlent potentiellement d’autres problématiques. Il y a évidemment des enjeux familiaux. La saison 6 était très sombre. D’après les premiers extraits, on s’en éloigne cette année… Oui, c’était une volonté de départ. Avec Deborah Hassoun [la directrice de collection], notre objectif était de créer un univers qui se situe entre le drame et la comédie. Ça n’empêche qu’il existera des scènes plus intenses émotionnellement, qui se rapprochent plus de la saison 6, mais on avait aussi envie d’amener de la légèreté. Surtout dans cette période assez sombre que l’on traverse. Propos recueillis par Clément Rodriguez P.Schlein/AP/Sipa 16 Lundi 25 janvier 2021 « Des thèmes très naïfs » « C’est la première fois où je me suis permis de faire des thèmes très naïfs, comme pour 1978, explique Thylacine. Des petites mélodies de notes au synthé, que je ne me serais jamais autorisées en temps normal, parce que je n’ose pas faire quelque chose que je trouve un peu kitsch. » Tout son talent réside dans le fait de ne pas surjouer le côté vintage grâce à des boucles légères, claires et contemporaines. « J’ai composé de manière très simple, avec très peu de couches », confie-t-il.nnCu secondes Une série sur la gestion du coronavirus par Boris Johnson. Le tournage d’une série télévisée ayant pour intrigue la gestion de la pandémie par Boris Johnson va démarrer, a annoncé la chaîne Sky. L’acteur Kenneth Branagh jouera le rôle du Premier ministre britannique. Michael Winterbottom (In this World, Jude) réalisera cette série baptisée This Sceptred Isle. Larry King, figure de la télévision américaine, est décédé. Il était l’une des figures les plus marquantes de l’histoire de la télévision américaine, connu pour ses manches de chemise retroussées, ses cravates multicolores, ses bretelles et ses grandes lunettes. Le célèbre journaliste Larry King, qui a présenté pendant vingt-cinq ans l’émission « Larry King Live », sur CNN, est décédé samedi à l’âge de 87 ans.
O. Juszczak/20 Minutes CULTURE ##JEV#90-69-https://tinyurl.com/y2v9e6mg##JEV# Daria Marx, militante féministe et antigrossophobie, dans le studio de « 20 Minutes », le 13 janvier. « En France, on est toujours sur un modèle rétrograde » Grossophobie La militante Daria Marx revient sur l’émission « Opération renaissance » et aborde la place des personnes grosses à la télé Elle est militante féministe, serial killeuse sur les réseaux sociaux, et, surtout, combat la grossophobie avec le collectif Gras politique, qu’elle a lancé en 2016. 20 Minutes a interviewé Daria Marx (un surnom), l’une des figures de la lutte pour les personnes grosses. Dernier fait d’armes  : le dézingage de l’émission « Opération renaissance ». Vous avez cocréé le collectif Gras politique  : quels sont ses objectifs ? Nous sommes un collectif féministe queer. Ce qui ne veut pas dire qu’on n’inclut pas les hommes, mais l’obésité et la grossophobie impactent d’abord les femmes. Et on est queer, car, au sein du collectif, on a une diversité d’orientation sexuelle et de genre. On est des gros déviants (rires) ! Beaucoup de gens pensent encore qu’il suffit de « vouloir » maigrir pour y parvenir… La question de la volonté est centrale dans la grossophobie. S’il n’y avait pas ce mythe de « quand on veut, on peut », la grossophobie s’effondrerait. Cela voudrait dire qu’on choisit d’être gros, d’être discriminé, de subir des violences… C’est faux. L’obésité est une maladie complexe à soigner et à prendre en charge. Est-ce qu’on voit plus de personnes grosses, selon vous, dans les séries, les films et les œuvres culturelles ? Je n’ai pas l’impression… J’ai appris que This is Us, la série américaine, allait être reprise en France. Aux Etats-Unis, Kate est jouée par Chrissy Metz, qui est une personne grosse. En France, par Marilou Berry… Est-ce qu’ils vont lui faire prendre du poids ? En France, on est toujours sur un modèle rétrograde. « C’est terrible de ne jamais voir dans les médias quelqu’un qui vous ressemble. » Quelle est la responsabilité des médias dans la fabrication de la grossophobie ? Les médias ont une responsabilité, car ils font la promotion du corps parfait, normé. Il y a des critères de la femme consommable ou pas, et, dès qu’on sort de ces critères, on est à jeter. Qu’on soit grosse, vieille, en situation de handicap, non blanche… Le manque de diversité, le fait qu’on ne parle des gros que lorsqu’il est question de les faire maigrir, crée un vide dans lequel on ne peut se projeter. Le seul gros médiatique qu’on a, c’est Pierre Ménès. Ou à l’époque Laurence Boccolini. Alors qu’il y a des gros qui ont du talent  : c’est notamment pour ça qu’on avait fait le « Gros Festival ». C’est terrible de ne jamais voir dans les médias quelqu’un qui vous ressemble. Dernièrement, vous avez dénoncé l’émission de Karine Le Marchand « Opération renaissance », sur M6… C’est une émission, encore une fois, où on ne donne la parole aux gros que s’ils acceptent de maigrir. Et puis, il y a des raccourcis sur la vie des gros, un côté psy de comptoir. Je ne sais pas de quel délire messianique Karine Le Marchand s’est piquée. Il y a une différence entre ce qui est montré dans « Opération renaissance » et la réalité des grosses personnes opérées. Vous avez coécrit un livre intitulé Gros n’est pas un gros mot… On a souffert des périphrases autour de la grosseur, et qui renvoient à une espèce de féminité inatteignable  : pleine de courbes, voluptueuse… Moi, je ne me suis jamais sentie « voluptueuse », je ne suis pas un yaourt. Quand les gens dans la rue me disent « la grosse », je leur réponds  : « Oui, c’est moi, y a un souci ? » On a à cœur d’enlever le stigmate autour de cet adjectif. Propos recueillis par Aude Lorriaux Vidéo « Opération renaissance » provoque le malaise Capital Pictures/Starfacenn17 Lundi 25 janvier 2021 Sundance entre dans la danse (virtuelle) Cinéma En temps normal, lorsque le Festival du film de Sundance commence, fin janvier, la saison des prix cinématographiques bat son plein à Hollywood. Cette année, le festival, l’un des plus importants pour le cinéma indépendant aux Etats-Unis et connu pour être une piste de lancement pour les Oscars, se déroulera essentiellement via Internet à partir de jeudi. Plusieurs films de l’édition 2021 ne sont pas encore sortis, voire n’ont, pour certains, même pas encore été dévoilés à la critique. Les studios Warner Bros ont décidé de montrer à Sundance, en avant-première mondiale, le très attendu Judas and the Black Messiah, où Daniel Kaluuya incarne le jeune leadeur des Black Panthers, Fred Hampton. Parmi les autres films en vue, Land, premier passage derrière la caméra de Robin Wright, ou encore The World to Come, produit par Casey Affleck, qui y tient également un rôle. Au total, 72 longs-métrages seront présentés à ce festival, qui se tient jusqu’au 3 février. Cu secondes Le préquel de Charlie et la Chocolaterie annoncé pour 2023. Les studios Warner Bros avaient annoncé il y a cinq ans le développement d’un film préquel à Charlie et la Chocolaterie. Une date de sortie vient d’être annoncée, à savoir le 17 mars 2023, comme le révèle Collider. Les paris sont ouverts pour savoir qui prendra la suite de Gene Wilder et Johnny Depp, chacun ayant incarné Willy Wanka. Une peinture inédite d’Edouard Manet bientôt proposée à la vente. Un tableau inédit d’Edouard Manet va être proposé aux enchères pour la première fois au mois de février, à Paris, relate The Guardian. Il représente le portrait du chien domestique de Marguerite Lathuille. L’œuvre d’art lui a été offerte en 1879  : les descendants de cette femme l’ont gardée depuis tout ce temps.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :