20 Minutes France n°3601 15 jan 2021
20 Minutes France n°3601 15 jan 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3601 de 15 jan 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : tous à la même heure pour le couvre-feu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Chamussy/Sipa (illustration) ACTUALITÉ Université En raison de la crise sanitaire, les examens ont lieu, selon les cursus, en présentiel ou en ligne Des examens du premier semestre forcément différents cette année, en raison de la crise sanitaire. Commencés mi-décembre, ils s’étalent jusqu’à fin janvier selon les facs. « Les modalités de passage sont très variables, certaines universités ayant maintenu le présentiel, lorsque d’autres ont mis en place une formule à distance pour éviter le brassage des étudiants », observe Virginie Dupont, présidente de Le programme 2021-2027 vise 10 millions de mobilités en sept ans. D. Duart/Sipa (illustration) l’université de Bretagne-Sud. Pour son établissement, elle a décidé de réserver les partiels en présentiel aux étudiants devant valider une licence, une licence professionnelle ou un master à la fin de l’année. Lorsqu’ils se déroulent en présentiel, ce n’est pas toujours dans le respect des gestes barrières, constate Mélanie Luce, présidente de l’Unef  : « On a vu des images d’entrée et de sortie de salles d’examen effrayantes, avec trop d’étudiants massés. Il faudrait multiplier les salles d’examen pour diminuer la jauge dans chacune d’elles. Mais, pour cela, il aurait fallu recruter plus d’examinateurs, et le ministère n’a pas fourni de fonds pour le faire. » Les examens en ligne ne sont pas la panacée non plus. « Surtout ceux Erasmus promet plus de séjours Une bonne nouvelle en cette période sombre. Dans les prochaines années, les étudiants, élèves et professionnels seront plus nombreux à connaître une expérience à l’étranger. « Car le programme Erasmus+ a obtenu pour la période 2021-2027 un financement de 26 milliards d’euros, a déclaré jeudi Themis Christophidou, directrice générale éducation à la Commission européenne. C’est quasiment un doublement de l’enveloppe. » Ce qui devrait permettre d’atteindre 10 millions de mobilités européennes en seulement sept ans. Et ce même si les départs sont actuellement moins nombreux en raison de qui proposent une évaluation avec des questions à choix multiple, car la triche est plus facile », reconnaît Virginie Dupont. Ce que Laurie, étudiante en deuxième année de droit, a pu observer  : « J’ai un groupe Snapchat avec ma promo et, à chaque fois à la fin de l’épreuve, je pouvais voir qu’ils s’étaient envoyé toutes les réponses. C’est injuste pour ceux qui bossent réellement. » Pour éviter cet écueil, des universités privilégient les travaux la crise sanitaire. « Ils ont été suspendus au moment du premier confinement, mais ils ont repris après, notamment via des semestres d’été proposés dans beaucoup d’universités partenaires », indique Laure Coudret-Laut, directrice de l’agence Erasmus+ France. Par ailleurs, avec ce programme 2021-2027, davantage d’enseignants vont aller se former à l’étranger pour observer les pratiques de leurs confrères. Sachant que, entre 2014 et 2020, 65 000 mobilités ont été financées pour des enseignants, professeurs et formateurs, qui sont partis en moyenne une semaine. D.B. 4 Vendredi 15 janvier 2021 Commencés depuis la mi-décembre, les examens s’étalent jusqu’à la fin du mois de janvier, en fonction des établissements. Des partiels compliqués à organiser « Les résultats ne sont pas du tout représentatifs de notre niveau. » Tristan, étudiant de réflexion, comme les dissertations. « On évalue davantage les compétences que les savoirs, précise Marie-Cécile Daniel, maîtresse de conférences à Sorbonne université. Et on rappelle aux étudiants que, s’ils se font aider par un proche, ils ne seront pas au niveau l’an prochain. » Enfin, certains craignent de ne pas être notés à leur juste valeur, comme Tristan  : « Les résultats ne sont pas du tout représentatifs de notre niveau et de notre travail. J’ai eu des notes passables alors que je n’ai pratiquement jamais travaillé depuis septembre. » Car, dans beaucoup d’universités, les enseignants font preuve de clémence dans leur notation pour prendre en compte les difficultés de l’enseignement en ligne. Delphine Bancaud L’Espagne très demandée L’autre défi d’Erasmus+ sera de compenser le départ du Royaume- Uni du programme en raison du Brexit. Bon à savoir  : les séjours Erasmus+ qui y étaient prévus jusqu’en 2020 auront bien lieu, potentiellement jusqu’en 2023. Depuis 2016, il semblerait que les Français aient anticipé la situation  : « On observe que la demande de mobilité vers ce pays a ralenti en faveur de l’Espagne », indique Laure Coudret-Laut. Et, que les étudiants se rassurent, ils auront du choix  : 33 pays en Europe et 167 pays hors d’Europe.
G. Van Der Hasselt/AFP ACTUALITÉ Hommages à Marielle de Sarnez Politique L’annonce du décès mercredi de l’ancienne ministre Marielle de Sarnez (photo), bras droit de François Bayrou pendant des décennies, a suscité une pluie d’hommages de ses pairs, tous bords confondus. « La France perd une responsable politique de grand talent, lui a rendu hommage le chef de l’Etat, Emmanuel Macron. Nous ##JEV#144-84-https://tinyurl.com/yy5ey726##JEV# perdons une amie. » « Honneur à une adversaire exemplaire de loyauté, de respect des autres et de créativité », a réagi Jean-Luc Mélenchon (LFI). Marine Le Pen (RN) a reconnu « un choc pour tous ». La députée centriste, présidente de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée, est décédée à l’âge de 69 ans, à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. Elle souffrait d’une leucémie.nnCu secondes L’ouverture des rendez-vous pour la vaccination décalée à ce vendredi. La carte des centres de vaccination contre le Covid-19, qui devait être publiée jeudi sur le site Internet Sante.fr, ne sera finalement disponible que ce vendredi à 8h. Par ailleurs, les personnes présentant des pathologies à « haut risque » pourront se faire vacciner à partir de lundi. 5 Vendredi 15 janvier 2021 Jean Castex en maître des horloges Covid-19 Le Premier ministre a annoncé un couvre-feu dès 18 h en France métropolitaine à partir de samedi S’appuyant sur une ribambelle de données, le Premier ministre, Jean Castex, a évoqué jeudi soir, en conférence de presse sur les mesures de lutte contre le Covid-19, une « situation maîtrisée », mais « fragile, car le virus circule encore activement sur le territoire ». Surtout, il s’est inquiété de « l’émergence de nouvelles souches plus contagieuses » du coronavirus. « Nous devons donc tout faire pour éviter que [le variant britannique] ne progresse rapidement et ne devienne la souche dominante », a estimé Jean Castex. L’exécutif choisit de baisser le rideau deux heures plus tôt, puisque, à partir de samedi, le couvre-feu sera généralisé sur l’ensemble du territoire métropolitain à 18 h et pour au moins quinze jours. « Un nouveau confinement aurait de graves effets sur l’activité économique et sociale. » Valérie Gomez-Bassac, députée LREM du Var Le gouvernement dit vouloir éviter un nouveau confinement, qu’il n’écarte pas pour les prochains jours, en cas de « dégradation épidémique forte ». « Les Français sont usés psychologiquement, et un nouveau confinement aurait de graves effets sur l’activité économique et sociale », souffle auprès de 20 Minutes Valérie Gomez- Bassac, députée LREM du Var. « Je suis sceptique, car, en Saône-et- Loire, le couvre-feu n’a pas donné de résultats probants », réplique Gilles T. Coex/AP/Sipa Le chef du gouvernement s’est dit inquiet de « l’émergence de nouvelles souches plus contagieuses » du coronavirus. Platret, maire LR de Chalon-sur-Saône, qui pointe l’impact négatif de la mesure sur les restaurateurs  : « Cela va tuer ceux qui survivaient en faisant de la vente à emporter le soir. » « Nous serons plus nombreux à nous concentrer dans les lieux communs (transports, magasins…) sur des créneaux plus courts !, s’est également agacé sur Twitter le député insoumis Adrien Quatennens. Ces nouvelles trouvailles perpétuelles sont insupportables. » La présidente du RN, Marine Le Pen, a de son côté appelé à des mesures sanitaires plus « territorialisées », puisque « la situation sanitaire est extrêmement contrastée selon les départements ». Une fois encore, ce sont les chiffres épidémiques des prochains jours qui donneront raison, ou non, à l’exécutif. Thibaut Le Gal Vidéo Ce qu’il faut retenir des annonces de Jean Castex. « Une seule mesure pour 2,7 millions d’étudiants, c’est très insuffisant » Les étudiants de première année à l’université pourront reprendre par demi-groupes les travaux dirigés en présentiel à partir du 25 janvier, a annoncé jeudi Jean Castex. Pour Paul Mayaux, président de la Fage, le premier syndicat étudiant, le compte n’y est pas. Le retour des TD en présentiel pour les étudiants de première année est-il le pas que vous attendiez ? Une seule mesure annoncée pour 2,7 millions d’étudiants, alors que leur mal-être est criant, c’est très insuffisant. Les organisations étudiantes vont rencontrer la ministre de l’Enseignement supérieur [Frédérique Vidal] ce vendredi. Si aucune autre mesure sociale et financière n’est annoncée, il y aura un point de non-retour entre le gouvernement et les jeunes. Quelles mesures sociales espériez-vous ? Une revalorisation des bourses étudiantes pour prendre en compte les difficultés croissantes de celles et ceux qui sont privés de job étudiant. Et le remboursement des consultations psychologiques. Qu’attendez-vous du protocole sanitaire pour prévenir le brassage des étudiants ? Qu’il prévoit de mettre à disposition des étudiants du gel et des masques. Par ailleurs, Jean Castex a déclaré que les étudiants devront éviter de rester sur site pour la pause de midi. Cela ne nous semble pas une bonne idée. Que feront-ils s’il neige ou s’il pleut ? Il faut réouvrir les restos U avec une capacité d’accueil limitée. Propos recueillis par Delphine Bancaud Restrictions complémentaires en Guyane, à Mayotte et à La Réunion. En Guyane, « le contrôle des frontières sera renforcé et des tests négatifs seront exigés » pour rejoindre les Antilles et la métropole, a indiqué jeudi Jean Castex. De la même manière, des « tests négatifs seront exigés pour les vols en provenance de Mayotte ou de La Réunion ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :