20 Minutes France n°3600 13 jan 2021
20 Minutes France n°3600 13 jan 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3600 de 13 jan 2021

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : perdus à la cité U.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
F. Scheiber/20 Minutes (illustration) ACTUALITÉ Sans cours en présentiel depuis fin octobre, de nombreux jeunes habitant dans une résidence universitaire éprouvent un sentiment de mal-être. Chambre avec vue sur la solitude Université Les étudiants vivant en résidence sont particulièrement fragilisés par la crise Un drame qui a marqué la communauté universitaire. Samedi, un étudiant scolarisé en master de droit à Lyon-3 a tenté de mettre fin à ses jours en se jetant du quatrième étage de sa résidence universitaire de Villeurbanne (Rhône). « Les raisons de ce geste sont à déterminer, a réagi sur Twitter Hervé de Gaudemar, le doyen de la faculté. Mais la fermeture des amphis fragilise. » Seule une minorité d’étudiants ont en effet pu reprendre, I L’isolement des étudiants peut être cause de souffrances. Rick Bowmer/AP/Sipa quelques cours en présentiel à la fac la semaine dernière. Les autres continuent à les suivre à distance, et ce depuis la fin octobre. « Mes profs font de leur mieux, mais, au bout de six mois, on perd toute motivation. » Lauriane, étudiante Cette situation pénalise tous les étudiants, mais elle affecte plus fortement ceux qui habitent en résidence universitaire. « Leur mal-être peut s’exprimer de manière plus intense, car ils ne bénéficient pas du soutien de leur famille et se retrouvent d’autant plus « Les indicateurs de mal-être sont au rouge » En France, le risque suicidaire est de 6 à 7% parmi la population étudiante. Caroline Combes, médecin et directrice du centre de santé universitaire de Lyon, explique les ressorts de ce mal-être. La population étudiante est-elle plus touchée psychologiquement ? Mes patients sont uniquement des étudiants. De fait, je dispose de peu d’éléments de comparaison. En revanche, je sais que les motifs de consultation actuells sont prioritairement des motifs de santé mentale liés à la perte de motivation. Je constate, depuis janvier, une augmentation des idées noires isolés », observe Paul Mayaux, président de la Fédération des associations générales étudiantes. Ce sentiment de solitude, Lauriane, qui a répondu à notre appel à témoins, l’éprouve  : « Lors du premier confinement, tout était simple avec les gens de ma résidence, on se voyait souvent. Au fur et à mesure, l’ambiance est devenue de plus en plus calme. Puis vient le stress. Mes profs font de leur mieux, mais, au bout de six mois, on perd toute motivation. » Si les étudiants des résidences sont davantage fragilisés en cette période, c’est aussi parce qu’ils rencontrent plus de difficultés financières que certains de leurs camarades. « Ils sont souvent boursiers et ne peuvent pas toujours bénéficier du soutien de leurs parents, et du scénario suicidaire. Cela ne veut pas dire que les étudiants passeront à l’acte. Nous n’avons pas d’indicateurs en ce sens. Par contre, les indicateurs de mal-être sont au rouge. Ce mal-être est-il uniquement lié à l’épidémie de Covid-19 ? Les difficultés de santé mentale préexistaient à la crise sanitaire. Mais l’isolement, le confinement, la précarité, le fait que les familles ne soient pas toutes aidantes financièrement ou affectivement, sont des éléments qui peuvent déclencher du mal-être. Le ministère de la Santé a-t-il pris conscience de cette situation ? Je crois qu’il y a une prise de conscience. 6 Mercredi 13 janvier 2021 constate Mélanie Luce, présidente de l’Union nationale des étudiants de France. Ils ont reçu une aide de 200 € , puis de 150 € de la part du gouvernement, mais c’est insuffisant. Car beaucoup d’entre eux n’ont plus de job. » Pour surmonter leurs angoisses, les étudiants peuvent solliciter un psychologue dans un service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé. Mais il est parfois difficile d’obtenir un rendez-vous  : « On compte 1 psychologue pour 30 000 étudiants, indique Mélanie Luce. Ce n’est pas assez. » Une pénurie dont semble consciente la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, qui a annoncé lundi un doublement du nombre de psychologues dans les établissements. Delphine Bancaud Il y a eu une annonce du nombre de recrutements des psychologues et des assistants sociaux. C’est une bonne nouvelle. Cependant, je reste inquiète. Cette mesure permet d’éteindre le feu, mais elle ne coupe pas le gaz. Plus globalement, pensez-vous que la santé mentale des étudiants est un sujet sous-estimé en France ? Oui. En tout cas, cette pandémie a eu le bénéfice de mettre en lumière les problématiques de santé des étudiants. C’est un public à surveiller avec beaucoup de vigilance, parce que ce passage de vie du jeune adulte à l’adulte n’est pas simple. Propos recueillis à Lyon par Caroline Girardon
ACTUALITÉ Emmanuel Macron veut redonner un cap avant 2022 Politique Le chef de l’Etat, qui s’est impliqué dans la stratégie de vaccination, réunit l’exécutif ce mercredi Nouvelle année, nouvel élan ? Emmanuel Macron a en tout cas choisi de se mettre en avant. Les critiques sur la lenteur du début de la campagne vaccinale ont poussé le chef de l’Etat à intervenir dès début janvier. Le Monde rapportait le 5 janvier qu’un document de 45 pages destiné aux directeurs de maison de retraite et d’unité de soins avait suscité la colère du président. Sous son impulsion, l’exécutif a accéléré la campagne, en anticipant notamment le calendrier initial. « Nous avons annoncé l’objectif d’un million de Français vaccinés fin janvier, a martelé le ministre de la Santé, Olivier Véran, à l’Assemblée (lire ci-contre) mardi. Nous le tiendrons. » L’intervention présidentielle a été « un électrochoc nécessaire ». Elodie Jacquier-Laforge, députée Modem de l’Isère Pour la députée Modem de l’Isère Elodie Jacquier-Laforge, cette intervention présidentielle a été « un électrochoc nécessaire » pour aller plus vite. « Cela a permis de mettre tout le monde au diapason et de changer la donne », complète un conseiller ministériel. La Pour Elisabeth Borne, il est « prioritaire de mener cette réforme ».C. Ena/AP/Sipa J.-C. Tardivon/Sipa Le président a demandé au gouvernement d’accélérer la campagne vaccinale. circulation du variant britannique pèse également sur la décision de vacciner plus rapidement les Français. Au 11 janvier, plus de 138 000 Français l’avaient été, selon le ministère de la Santé, contre près de 720 000 Italiens ou 2,6 millions de Britanniques. « Il ne faut pas juger en dix jours une campagne qui s’étalera sur six mois », se défend-on à l’Elysée, qui promet une accélération accrue « dès le 18 janvier », date à laquelle les plus de 75 ans pourront être vaccinés (lire p.4). Il n’y a pas que la vaccination qui occupe l’exécutif. Emmanuel Macron souhaite remettre sur la table plusieurs dossiers à l’occasion d’un séminaire gouvernemental ce mercredi. « On fera un point d’étape sur la gestion de crise et sur l’économie, le social, la culture, la jeunesse », égrène l’Elysée. Ce sera l’occasion de fixer un calendrier et des objectifs aux ministres d’ici à la fin du quinquennat, avec la présidentielle en ligne de mire. La gestion de crise devrait toutefois continuer d’occuper largement le terrain. Un conseil de défense doit acter mercredi d’éventuelles nouvelles mesures pour freiner l’épidémie, qui circule toujours activement. L’état d’urgence sanitaire doit en outre être prolongé jusqu’en juin. Laure Cometti La réforme du chômage ravivée ? Social Reportée, mais pas encore enterrée. La réforme de l’Assurance-chômage, amorcée fin 2019, a été stoppée dans son élan par le Covid-19. Elle a été décalée au 1er avril. Ce calendrier sera-t-il tenu ? Le sujet devrait au moins être au menu du séminaire gouvernemental de ce mercredi. Même si Elisabeth Borne, la ministre du Travail, affirmait début janvier qu’il était « prioritaire de mener à bien cette réforme », beaucoup de choses ont changé depuis sa présentation il y a deux ans. Ce qui pourrait pousser l’exécutif à revoir ses plans. Des discussions auront lieu à nouveau avec les partenaires sociaux avant la fin du mois, afin de trouver avec eux un « chemin », selon Elisabeth Borne. « Nous pensons toujours que cette réforme n’est pas nécessaire », explique à 20 Minutes Cyril Chabanier, président de la CFTC. Comme les autres syndicats, la CFTC va quand même se rendre à la table des négociations pour tenter d’infléchir au maximum la réforme. La question de la prise en compte des jours non travaillés pourrait faire l’objet d’un compromis, par exemple en limitant leur portée dans le calcul des allocations. Mais, au bout du compte, le gouvernement tranchera, par décret, ce qui lui permettra d’éviter un débat au Parlement. Reste à savoir quand. Nicolas Raffin 7 Mercredi 13 janvier 2021 Olivier Véran auditionné Vaccins Le ministre de la Santé n’a pas fini d’entendre des critiques sur la lenteur de la vaccination. Olivier Véran a été auditionné mardi par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, puis par la commission des affaires sociales du Sénat, sur la stratégie vaccinale du gouvernement. Plusieurs élus des deux chambres ont fait remonter des craintes de pénuries. « Nous disposions de 1,8 million de doses Pfizer la semaine dernière, a répondu le ministre. Nous serons ravitaillés à hauteur de 500 000 doses par semaine, puis 1 million. Nous avons reçu [lundi] 50 000 doses du vaccin Moderna. Nous avons en stock 3,3 millions d’aiguilles et 4,6 millions de seringues. » Pour le ministre, la transparence doit être un « étendard ». « J’ai demandé que, tous les jours à 19 h 30, soient publiées les données dont nous disposons  : nombre de vaccins réalisés par région, pourcentage de la population vaccinée, de doses utilisées en accès libre, a annoncé le ministre. Nous avons un cas d’effet indésirable de nature allergique. Qui correspond à ce qu’on voit à l’étranger. » Oihana Gabrielnnru secondes Demande d’autorisation pour le vaccin AstraZeneca en Europe. L’Agence européenne des médicaments a annoncé mardi avoir reçu une demande d’autorisation pour le vaccin AstraZeneca-Oxford contre le Covid-19. Elle pourrait prendre sa décision le 29 janvier. Les zones d’abattage contre la grippe aviaire étendues. Le périmètre dans lequel les préfets peuvent ordonner un abattage préventif de volailles autour de foyers confirmés de grippe aviaire a été élargi. Il concerne désormais cinq départements du Sud-Ouest, d’après un décret paru mardi. Selon le dernier bilan, arrêté lundi, 197 foyers ont été dénombrés. Interpellations dans l’enquête sur l’assassinat de Samuel Paty. Sept hommes ont été interpellés mardi dans l’enquête sur l’assassinat de Samuel Paty, décapité près d’un collège des Yvelines en octobre, a-t-on appris de sources concordantes, confirmant une information du Point.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :