20 Minutes France n°3587 4 déc 2020
20 Minutes France n°3587 4 déc 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3587 de 4 déc 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : covid-19, logistique épique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Editions Le Seuil 20 MINUTES AVEC Yves Citton, professeur de littérature et média Fin octobre, le documentaire « Hold-up » connaissait un relais considérable sur les réseaux sociaux. Critique de la gestion politique de l’épidémie de Covid-19, affirmations fausses sur certaines réalités scientifiques liées au virus... Le contenu a beaucoup fait parler jusque-là dans les médias traditionnels, qui ont principalement dénoncé ses inexactitudes et contre-vérités. Yves Citton, professeur de littérature et média à l’université Paris-8 et auteur de l’ouvrage Médiarchie (éd. Seuil, 2017), explique ce que dit ce succès, rencontré hors des circuits des médias traditionnels, de leur mode de fonctionnement en 2020. Peut-on considérer que « Hold-up » marque le triomphe d’une défiance du public envers les médias dits traditionnels ? Ce qui me frappe dans ce documentaire, ou plutôt ce « fauxcumentaire », comme mes étudiants l’appelleraient, c’est qu’il est symptomatique de toute une série de problèmes en rapport avec les discours d’autorité et les médias. On assiste au vacillement de ce qui faisait autorité. « Hold-up » peut être vu comme une dénonciation des paroles d’autorité, que ce soit celles d’un Premier ministre, d’un journaliste du « 20 heures », des scientifiques. Ces gens parlent comme s’ils savaient, et on montre qu’ils se contredisent, qu’ils parlent sans savoir vraiment. Les médias sont souvent dénoncés sur les réseaux sociaux pour leur capacité à orienter les discours ou mettre en avant certaines actualités plutôt que d’autres. Leur « pouvoir » relève-t-il aujourd’hui de la réalité ? Si l’idée, en critiquant « le pouvoir des médias », c’est de dire  : « Il y a une conspiration des médias, tous genres confondus, qui veulent faire le jeu du gouvernement en nous enfumant », non, je ne crois pas que ce soit le cas. En revanche, si la « conspiration » des médias consiste à dire qu’ils « respirent le même air », qu’ils répondent tous à une même logique propre aux médias de masse, alors oui, ça a du sens. Comment fonctionnent les médias de masse ? En parlant de ce dont on parle. Cette circularité est au cœur de ce que j’ai appelé la « médiarchie », la puissance des médias. Je pense ce que me montrent les médias que je choisis de voir. Les journalistes ont une marge de manœuvre, mais elle est très limitée sur les sujets d’actualité traités. Si, sur la forme, les réseaux sociaux diffèrent vraiment des médias dits traditionnels, ne fonctionnent-ils pas grâce au même mécanisme principal  : l’attention ? Il y a des journalistes, et des médias, qui travaillent avec des moyens, des contraintes et des idées différentes. Cela dit, au niveau systémique, l’infrastructure économique dominante qui permet aux grands médias, dans leur diversité, de fonctionner est la marchandisation de l’attention  : c’est en vendant de l’attention à des annonceurs que je peux exister comme média. A mes yeux, il faut absolument imaginer et mettre en place un système différent. Mais, pour le moment, c’est ce principe qu’on accepte 10 Vendredi 4 décembre 2020 Face à « la marchandisation de l’attention » dans les médias, le professeur et auteur Yves Citton invite à imaginer un « autre régime informationnel ». « Je pense ce que me montrent les médias que je choisis de voir. » « On assiste au vacillement de ce qui faisait autorité » « Chaque média a besoin d’attirer autant d’attention que possible. » collectivement et qui domine. Chaque média particulier a besoin d’attirer autant d’attention aussi vite et aussi fortement que possible. Cette compétition tire tout le monde vers le bas, puisqu’en règle générale le plus sensationnaliste est le gagnant. C’est cette compétition dans la marchandisation qui augmente la circularité et l’impression de conspiration  : si je ne parle pas de ce dont on parle majoritairement, je disparais. Le règne de l’immédiateté (la citation choc, la vidéo virale, la polémique du jour...) a-t-il pris le dessus sur celui de l’attention ? La circularité des « mass media » peut engendrer aussi bien un cercle vicieux qu’un cercle vertueux, selon Médias Chaque vendredi, un témoin commente un phénomène de société Le contexte Dans la foulée du succès rencontré par le documentaire « Hold-up », mis en cause pour les fausses informations qu’il contient, le spécialiste Yves Citton se penche sur les mécanismes des médias à l’ère des réseaux sociaux. que les discours minoritaires en sont exclus ou qu’ils peuvent s’y faire une place. Ce qui change, avec les réseaux sociaux, c’est la question de la temporalité. Cette boucle récursive ne se répète plus à un rythme mensuel, hebdomadaire ou quotidien, mais de minute en minute, notamment à travers les chaînes d’info en continu. Plus ça doit aller vite, plus on a de difficultés à prendre ce moment de recul critique qui réfléchit à ce qui est contestable dans toute présentation des « faits ». C’est cela qui est préoccupant. Propos recueillis par Alexis Orsini
VOUS AVEZ LE DROIT AUNE TREV Rachat de crédit conso 1'LA BANQUE POSTALE BANQUE ET CITOYENNE Vous pouvez profiter d'une pause dans vos mensualités avant de commencer à rembourser (1). Découvrez en un coup d'oeil si le rachat de crédit(2) peut simplifier la gestion de votre budget, et profitez de notre offre spéciale pour toute souscription d'un rachat de crédit du 02/11/2020 au 02/01/2021 inclus. joptimisemescredits.fr I bureaux de poste UN CREDIT VOUS ENGAGE ET DOIT ETRE REMBOURSE. VERIFIEZ VOS CAPACITES DE REMBOURSEMENT AVANT DE VOUS ENGAGER. (1) Cette possibilité correspond à une franchise de 2 mois. Sans bénéficier de cette offre franchise. votre première mensualité est prélevée au plus tôt 30 jours après la mise à disposition des fonds. Si vous souhaitez bénéficier de cette offre de franchise de 2 mois. votre première mensualité sera prélevée 2 mois après ce délai des 30 jours (soit un total de 3 mois). Pendant la période de franchise de 2 mois. la cotisation à l'assurance facultative reste due. Offre valable sous réserve de l'acceptation du crédit par le Prêteur La Banque Postale Financement et de la non rétractation du client, non cumulable avec les offres commerciales de La Banque Postale Financement en cours. Un rachat de crédit peut être souscrit sans franchise, le paiement de votre première mensualité sera alors prélevé au plus tôt 30 jours après la mise à disposition des fonds. (2) La gamme rachat de crédit inclut le Prét personnel 2en1 et le Regroupement de crédits. Offre réservée aux particuliers. sous réserve d'étude et d'acceptation définitive de votre dossier par le prêteur. Vous disposez d'un délai légal de rétractation de 14 jours calendaires révolus. Prêteur  : La Banque Postale Financement - S.A. à Directoire et Conseil de Surveillance. Capital social 2 200 000 € . 1 avenue Francois Mitterrand 93212 La Plaine Saint-Denis CEDEX. RCS Bobigny n°487 779 035. ORIAS n°09 051 330. Distributeur/Intermédiaire de crédit  : La Banque Postale - S.A. à Directoire et Conseil de Surveillance. Capital social 6 585 350 218 € . 115 rue de Sèvres 75275 Paris CEDEX 06. RCS Paris n°421100 645. ORIAS n°07 023 424. Assureur  : SOGECAP - Société Anonyme d'Assurance sur la Vie et de Capitalisation au capital del 168 305 450 € entièrement libéré. Siège social  : Tour D2 - 17 bis place des Reflets 92919 Paris La Défense Cedex. RCS Nanterre n°086 380 730. Entreprise régie par le Code des assurances. I



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :