20 Minutes France n°3583 26 nov 2020
20 Minutes France n°3583 26 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3583 de 26 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Diego Maradona.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ACTUALITÉ Opération reprogrammations Santé L’association RoseUp a lancé une plateforme de soutien pour les personnes atteintes du cancer Comme lors de la première vague de l’épidémie de Covid-19, les hôpitaux ont fait face à un afflux massif de patients depuis le début de la seconde vague. Les établissements ont dû, de nouveau, « déprogrammer » opérations, actes médicaux et consultations. Au grand dam des patients, notamment ceux qui se battent contre le cancer. Une situation insupportable pour l’association de patients RoseUp, qui accompagne les malades du cancer et qui a lancé au reconfinement « une plateforme de déclaration permettant aux patients de documenter les reports, annulations dont ils sont victimes », explique Céline Lis-Raoux, directrice de l’association. L’objectif  : offrir une écoute et tenter d’obtenir des reprogrammations rapides. « Pertes de chances » Parmi les actes déprogrammés, « il y a des imageries, des chirurgies de reconstruction – jugées esthétiques donc non urgentes – ou encore l’annulation d’interventions sur des femmes porteuses d’une mutation des gènes BRCA1 ou BRCA2, qui prédisposent à un risque très élevé de développer un cancer du sein ou des ovaires », énumèret-elle. Or, « quand une femme prend la décision de se faire retirer les seins, ce n’est pas anodin, il y a une grosse préparation physique et mentale, souligne Céline Lis-Raoux. Et, les études le montrent, les actes et interventions Une communauté solidaire envers ses membres RoseUp, c’est aussi une communauté qui sait se mobiliser. « Pour l’une des patientes dont nous avons obtenu la reprogrammation de son opération dans une autre région, et qui a de petits revenus, s’est posé le problème de son hébergement à plusieurs centaines de kilomètres de chez elle, raconte Céline Lis-Raoux. Un post Facebook plus tard, plus de 60 propositions d’hébergement et d’accompagnement en voiture ont été reçues. » Elisabeth Guillerm, guide, n’a pas eu de contrat depuis février. S. Pouzet/Sipa (illustration) N. Raffin/20 Minutes L’association tente d’éviter la déprogrammation d’actes chirurgicaux. reportées entraînent par mois de retard un cumulde pertes de chances à cinq ans pour les patientes. » L’une des grandes victoires de l’association, « c’est d’avoir obtenu la reprogrammation de 90% des interventions BRCA, se réjouit la directrice, en organisant les opérations dans d’autres régions moins en tension. » « Cette deuxième vague est une période difficile, et on a autant que possible mis des rustines, assure Céline Lis-Raoux. Maintenant que le pic a été franchi, on attend des reprogrammations massives. » Sur le terrain, les hôpitaux publics commencent une « reprogrammation très prudente des activités chirurgicales et médicales hors Covid-19 », observe la Fédération hospitalière de France. Anissa Boumediene « Etre réduite au silence, c’est dur » Chômage Elle sort son agenda et le feuillette. Les pages sont comme neuves. Elisabeth Guillerm, guide-conférencière, parcourt les semaines du doigt, s’arrête sur une date, le 26 février  : « C’était mon dernier contrat. » C’était avant, avant que le Covid-19 ne la prive de son travail, pour la première fois depuis le début sa carrière, commencée en 1984. « Depuis, je n’ai plus aucun revenu, poursuit-elle. Je n’ai même pas droit au RSA, parce que mon mari, qui est intermittent, a des revenus qui dépassent de très peu le seuil requis. » La guide n’a pas non plus d’allocations-chômage  : la réforme adoptée en 2019 exige maintenant six mois de travail sur deux ans (contre quatre mois auparavant) pour prétendre à une indemnité. La mesure a bien été suspendue en août, mais trop tard pour qu’Elisabeth puisse en bénéficier. La guide parle beaucoup, et ce n’est pas un hasard  : « Je n’ai pas fait ce métier pour gagner de l’argent, mais pour les rencontres et l’expérience humaine. Etre réduite au silence, c’est très dur. » Alors elle préfère se projeter  : « On réfléchit à vendre l’appartement qu’on vient tout juste de rembourser. Si l’argent ne rentre plus, on sera obligés de partir de Paris. Je ne peux pas rester là à ne rien faire. » Nicolas Raffin 6 Jeudi 26 novembre 2020 Hollande dénonce « un recul de la compréhension » Laïcité En marge d’un déplacement mercredi dans un collège et un lycée de Courbevoie (Hauts-de-Seine), François Hollande a dénoncé « un recul de la compréhension » de la laïcité. « Ça s’apprend, la laïcité, ça ne va pas de soi, pas comme la liberté, l’égalité, la fraternité, qui sont des valeurs que l’on ressent très jeunes », a affirmé l’ancien chef de l’Etat. A la suite de l’assassinat de Samuel Paty, un professeur d’histoire, qui avait montré des caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression, l’ex-président a commencé une tournée d’établissements qui le demandent pour expliquer aux élèves les valeurs de la République. Il était dans plusieurs collèges de Bretagne la semaine dernière et prévoit de se rendre en Nouvelle-Aquitaine. « La laïcité est souvent vécue, et pas seulement par des jeunes, comme une entrave à la liberté, alors que c’est précisément la consécration de la liberté », a-t-il affirmé. François Hollande a écrit deux livres ces derniers mois, destinés à un public jeune, l’un sur la République, l’autre sur l’Etat.nnru secondes Deux dispositions de la réforme de l’assurance-chômage annulées. Le Conseil d’Etat a annulé mercredi deux dispositions importantes du décret de juillet 2019 sur la réforme de l’assurancechômage  : les modalités de calcul de l’allocation mensuelle et le bonus-malus sur la cotisation chômage de certaines entreprises. L’enquête sur la vente d’uranium par Areva en 2011 confiée à un juge. Le Parquet national financier a ouvert une information judiciaire, notamment pour corruption, visant Areva, devenu Orano, dans une affaire de courtage d’uranium nigérien en 2011, a-t-il indiqué mercredi. L’opération s’était traduite par de lourdes pertes pour le groupe. IBM se prépare à se séparer d’un quart de ses effectifs en France. L’américain IBM, qui souhaite se concentrer sur l’informatique dématérialisée, envisage de se séparer d’environ un quart de ses effectifs en France d’ici à 2022, dans le cadre d’une réorganisation mondiale, selon les syndicats.
ACTUALITÉ Le récit confus du principal accusé Attaque du Thalys Ayoub El Khazzani, qui a ouvert le feu dans un Thalys en 2015, était entendu devant la cour d’assises spéciale Les questions s’enchaînent, les réponses restent les mêmes  : « Je ne sais pas », « je ne me souviens plus », « j’étais hypnotisé ». Jugé par la cour d’assises spéciale à Paris depuis huit jours, Ayoub El Khazzani a livré mercredi sa version des faits. Debout dans le box des accusés, mains croisées, le djihadiste de 31 ans, qui a ouvert le feu dans un Thalys en août 2015, explique laborieusement qu’il ne comptait tirer que sur des soldats américains ou des membres de la Commission européenne présents dans le train. L’accusé a du mal à convaincre. Il est bien monté dans un Thalys en gare de Bruxelles, muni d’une kalachnikov, de 300 munitions, d’un pistolet Luger et d’un cutter. Mais, à l’en croire, il n’avait pas l’intention de tuer les civils présents dans le train. « Comment avezvous reconnu les Américains ? », lui L’Azerbaïdjan enquête sur des crimes de guerre Haut-Karabakh. Bakou a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête sur de possibles crimes de guerre commis par les troupes arméniennes et azerbaïdjanaises durant le conflit meurtrier pour la région du Haut-Karabakh. Le procureur général du pays, Kamran Aliev, a déclaré que son bureau enquêtait sur des vidéos montrant des traitements dégradants infligés à des prisonniers azerbaïdjanais ou des corps de soldats souillés par leurs ennemis. « Nous avons également lancé une enquête sur le traitement inhumain de militaires arméniens qui ont été faits prisonniers », a-t-il ajouté dans une interview. Mercredi, soldats azerbaïdjanais et camions militaires ont pénétré dans le district de Kalbajar, avoisinant le Haut-Karabakh, pour la seconde des trois rétrocessions auxquelles l’Arménie doit procéder après le cessez-le-feu. De son côté, Moscou a annoncé le même jour avoir aidé plus de 15 000 civils à se réinstaller au Haut- Karabakh, qu’ils avaient fui pendant les récents combats. B. Guay/AFP demande le président, Franck Zientara. « Abaaoud m’avait expliqué que c’était des jeunes, costauds, qu’ils parlaient anglais », répond El Khazzani. « C’est tout ? C’est quand même très léger », observe le magistrat, qui ne cache pas « C’est Abaaoud qui décidait de ma vie. C’est comme si j’étais là et pas là. » Ayoub El Khazzani son scepticisme. El Khazzani est ensuite parti s’enfermer dans les toilettes avec sa valise remplie d’armes. En sortant, il se retrouve nez à nez avec Mark Moogalian, un passager franco-américain qui a saisi sa kalachnikov, et lui tire dessus avec son pistolet. Mais c’est sa main, jure-t-il, qu’il visait. E. de Pourquery/AFP ##JEV#171-54-https://tinyurl.com/y3m8dy9x##JEV# Puis il est parti en direction des Américains. Mais il n’a « pas pu tirer » et a « laissé » l’un d’eux l’attraper. S’il ne comptait s’attaquer qu’à eux, comment expliquer qu’il soit monté dans le train avec neuf chargeurs de kalachnikov ? « J’ai dit à Abaaoud que c’était trop, et il m’a dit  : « Nous, on sort comme ça au Sham [Syrie]. Toi aussi, tu dois sortir comme ça » », clame l’accusé qui assure, à l’époque, avoir été « hypnotisé » par le tristement célèbre djihadiste. C’est lui qui décidait pour moi de ma vie, je répondais pas, c’est comme si j’étais là et pas là. J’étais trop naïf. » « A chaque fois qu’on vous pose des questions gênantes sur les faits, sur 7 Jeudi 26 novembre 2020 Ayoub El Khazzani a livré sa version des faits de l’attaque, mercredi. Sarkozy fixé sur la suite de son procès Affaire des écoutes Lundi, à sa façon d’entrer dans le prétoire d’un pas décidé faisant voler sa cravate bleue, tout le monde a pu s’apercevoir que Nicolas Sarkozy avait envie d’en découdre. De contester les accusations de corruption et de trafic d’influence qui pèsent sur lui dans l’affaire dite « des écoutes de Paul Bismuth ». Encore faut-il pour cela que l’audience se poursuive. L’ex-chef de l’Etat lors de son arrivée, lundi, au tribunal judiciaire de Paris. Christine Mée, la présidente de la 32 e chambre du tribunal judiciaire de Paris va indiquer, ce jeudi à 13 h 30, si son procès est renvoyé à une date ultérieure. C’est ce que réclame Gilbert Azibert. Soupçonné d’avoir noué un pacte de corruption avec l’ancien chef de l’Etat – il aurait fourni des informations sur l’affaire Bettencourt en échange d’un appui pour obtenir un poste à Monaco –, ce haut magistrat de 73 ans présente des problèmes cardiaques qui lui font redouter de se rendre à Paris en raison de l’épidémie de Covid-19. La solution aurait pu être de le faire comparaître par visioconférence. Mais les avocats ont indiqué qu’ils y étaient opposés. Un programme chargé Si le procès est renvoyé, la question la plus épineuse sera de trouver une nouvelle date. Non seulement parce qu’il faudra attendre la fin de l’épidémie si c’est bien ça qui pose problème à Gilbert Azibert. Surtout, parce que le programme judiciaire des prochaines semaines est chargé. Y compris pour Nicolas Sarkozy. Le 17 mars 2021, il a rendez-vous dans le même tribunal pour être à nouveau jugé. Ce sera pour l’affaire dite « Bygmalion », cette fois-là. Vincent Vantighem votre parcours, sur votre relation avec Abaaoud, ma conviction, c’est que vous êtes tout sauf sincère », lance l’un des deux avocats généraux. Il rappelle que l’accusé a été interrogé par la juge d’instruction une semaine avant les attentats qui ont ensanglanté Paris et Saint-Denis. « Si vous aviez dit qu’Abdelhamid Abaaoud n’était pas en Syrie, mais dans une cachette à Bruxelles avec des complices et des armes, il n’y aurait pas eu 130 morts à Paris. » L’intéressé répond  : « Oui, je sais. Je le regrette. » Le procès doit durer jusqu’au 17 décembre. El Khazzani encourt la réclusion criminelle à perpétuité. T hibaut Chevillardnncu secondes Le Conseil d’Etat annule la suspension du Baclocur. Deux jours après le début de sa commercialisation en tant que seul médicament à base de baclofène autorisé pour traiter l’alcoolisme, le Conseil d’Etat a annulé mercredi la suspension de la vente du Baclocur, décidée par la justice en juin. Orange lance la 5G dans 15 villes dès le 3 décembre. L’opérateur télécoms Orange a annoncé mercredi le lancement de son réseau mobile 5G dès le 3 décembre dans 15 villes françaises, dont Nice et Marseille. Après avoir versé 2,789 milliards d’euros à l’Etat, les opérateurs jouissent de fréquences 5G depuis le 18 novembre. Trump appelle ses partisans à inverser le résultat de l’élection. Le président américain, Donald Trump, a appelé mercredi ses partisans à « inverser » le résultat de l’élection présidentielle. Le président élu, Joe Biden, a prévenu que les Américains n’accepteraient pas que les résultats de l’élection ne soient pas respectés.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :