20 Minutes France n°3583 26 nov 2020
20 Minutes France n°3583 26 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3583 de 26 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Diego Maradona.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ACTUALITÉ 4 Jeudi 26 novembre 2020 « Ça peut reprendre si on lâche du lest » Déconfinement La stratégie en trois étapes peut-elle être payante pour endiguer l’épidémie ? Pour endiguer l’épidémie de Covid-19 et tenter d’éviter une troisième vague, le gouvernement mise sur un allégement prudent du confinement. Les principales étapes ? Limitation des déplacements à 20 km et réouverture des commerces « non essentiels » à partir de samedi, puis couvre-feu à compter du 15 décembre, et réouverture des restaurants et salles de sport le 20 janvier. Le chef de l’Etat a insisté  : la levée du confinement le 15 décembre interviendra seulement si la France passe sous la barre des 5 000 nouvelles contaminations par jour. « Passer sous cette barre des 5 000 cas au 15 décembre, c’est grâce au confinement actuel, explique Djillali Annane, chef du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincarré à Garches (Hauts-de-Seine). » Mais, « L’idée, c’est que les fêtes se déroulent à un moment où le virus circule moins. » Marie-Aline Bloch, chercheuse pour Marie-Aline Bloch, chercheuse en sciences de gestion à l’Ecole des hautes études en santé publique, il est « sage » de déconfiner en plusieurs étapes  : « On a réussi à baisser les chiffres, mais ça peut reprendre si Jean Castex doit préciser les annonces présidentielles, ce jeudi. K. Konrad/SipaL. Marin/Pool/AFP A partir de samedi, les déplacements (ici à Lyon) seront autorisés dans la limite de 20 km. on lâche du lest trop vite. » De son côté, l’épidémiologiste Catherine Hill estime qu’un déconfinement progressif n’est « pas une bonne idée »  : « En mai, quand on a déconfiné, les cas étaient beaucoup moins nombreux. Là, l’épidémie circule encore plus fortement. » Si le virus ne circule pas de manière accrue dans l’espace public, il paraît difficile de demander aux Français de fêter Noël dans le jardin. Aucune jauge n’a encore été annoncée pour les retrouvailles en famille, mais Emmanuel Macron a d’ores et déjà appelé les Français à la responsabilité. « L’idée, c’est que les fêtes se déroulent à un moment où le virus circule moins, développe Marie- Aline Bloch. Il ne faut pas se leurrer, ça L’isolation contraignante envisagée Emmanuel Macron a annoncé la couleur mardi  : « Je souhaite que le gouvernement et le Parlement prévoient les conditions pour s’assurer de l’isolement des personnes contaminées, y compris de manière plus contraignante. » Une annonce qui va dans le sens du collectif France Assos Santé, qui réclame un isolement plus strict avec « une restriction complète de déplacement et de visite » pour les personnes positives et leurs cas contact. L’objectif  : éviter un troisième confinement. L’isolement obligatoire pourrait passer par « l’accompagnement et le soutien des sujets testés positifs », avec le « maintien des ressources matérielles [salaires ou rémunérations], l’obligation de fournir un lieu de résidence confortable et un lien permanent va faire augmenter les contaminations. Mais si elles se déroulent à un moment où les chiffres sont bas, on pourra continuer de contrôler l’épidémie. » Le P r Djillali Annane se dit « favorable à cette prise de risque », sous conditions  : « Les Français ont besoin d’une soupape pour pouvoir respirer un peu, mais il faut que les retrouvailles familiales soient le moins possible des « usines à Covid », comme l’a dit le Premier ministre, Jean Castex. Oui pour les repas de famille le 24 décembre, s’il s’agit des personnes avec lesquelles on vit. Mais pour les repas avec des membres de la famille élargie, ce n’est pas une bonne idée. » Le gouvernement mise aussi sur la avec un accompagnateur », préconise France Assos Santé. Le président de la République, lui, a assuré que « cette nouvelle stratégie associera, outre les services de l’Etat, les maires et leurs services comme les associations concernées ». « Cet isolement pourrait se faire à la demande des gens, quand ils n’ont pas la possibilité de s’isoler du reste du foyer dans une pièce à part, propose Paul Hamon, président d’honneur de la Fédération des médecins de France. Dans ce cas, cela peut avoir une utilité. » La mise en pratique du souhait du chef de l’Etat devrait être détaillée ce jeudi par le chef du gouvernement, Jean Castex, qui doit préciser les modalités des annonces présidentielles. Anissa Boumediene vaccination à partir de fin décembre, le chef de l’Etat ayant précisé qu’elle ne serait pas obligatoire. « On n’a pas besoin de 100% de la population vaccinée pour mettre fin à l’épidémie, mais il faut quand même entre 30 et 40% pour que ça marche », estime Djillali Annane. « Il faut vacciner le plus rapidement possible la population pour endiguer l’épidémie, abonde Marie- Aline Bloch. Mais, avant, il faut rassurer, préparer les gens. » Ces mesures n’empêcheront toutefois pas la France de faire face à une troisième vague, estime le P r Djillali Annane  : « La question, c’est  : « Est-ce que cette troisième vague sera telle qu’il faudra reconfiner ? » » Manon Aublanc Obligatoire en Italie L’isolement obligatoire a été mis en place chez certains de nos voisins européens. En Italie, toute personne qui ne respecte pas sa mise en quarantaine encourt une peine de trois à dix-huit mois d’emprisonnement et une amende allant de 500 à 5 000 € . L’Espagne prévoit une amende de 3 000 € en cas de violation de son isolement, qui peut grimper jusqu’à 600 000 € en cas de récidive. Quant à la Grèce, elle prévoit que toute personne contaminée par le Covid-19 qui viole sa quarantaine encoure une peine de prison de cinq ans et risque la perpétuité si le contrevenant entraîne la mort de plusieurs personnes.
Jusqu’au 29 novembre (1) Opération Grand Froid avant Noël -30%(2) sur tout le cachemire et tous les manteaux homme et femme Simplifiez votre shopping grâce à nos services Sur MONOPRIX.fr, le Click & Collect en magasin dès le lendemain ou réservez et payez en magasin avec la E-réservation sous 48h. (1) le 29 novembre, uniquement pour les magasins ouverts le dimanche. (2) Remise immédiate sur MONOPRIX.fr et en caisse sur le prix affiché. Offre non cumulable avec toute autre offre ou promotion en cours. Valable sur toutes les références de cachemire en prêt-à-porter et sur l’intégralité des manteaux homme et femme. Monoprix - SAS au capital de 78 365 040 € - 14-16, rue Marc Bloch - 92110 Clichy - 552 018 020 R.C.S. Nanterre – Pré-presse  :



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :