20 Minutes France n°3578 16 nov 2020
20 Minutes France n°3578 16 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3578 de 16 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : natalité, pas toujours un jeu d'enfant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Free-Photos/Pixabay ACTUALITÉ A l’occasion de la Semaine de sensibilisation à l’infertilité, des internautes ont raconté leur « déchirement ». « Un parcours que je ne souhaite à personne » Infertilité « 20 Minutes » donne la parole à des couples qui ont vécu une PMA avant l’âge de 35 ans JI I r-D minutes avec vous « J’ai 33 ans et cela fait dix ans que je rêve de cet enfant », reconnaît Sandrine, qui a répondu à notre appel à témoignages sur la PMA chez les jeunes couples, à l’occasion de la Semaine de sensibilisation à l’infertilité, qui a pris fin dimanche. Car il n’y a pas que les quadras qui vivent la procréation médicalement assistée. Sans surprise, beaucoup évoquent le choc ressenti quand ils ont appris, jeune, qu’avoir un enfant ressemblerait à un défi. « C’est un parcours du Des difficultés à procréer pas toujours expliquées L’infertilité touche de nombreux couples, même jeunes, et de plus en plus. « On a le sentiment que ça s’aggrave, explique Stéphane Droupy, auteur de Demain, tous infertiles ? (éd. First). Deux études montraient que, en France, en 2003, 18% des couples n’avaient pas réussi à avoir un enfant après douze mois sans contraception. En 2008, c’était 24%. » De nombreux facteurs autres que l’âge combattant que je ne souhaite à personne, synthétise Sandrine, en PMA depuis quatre ans. Il meurtrit le corps et l’esprit. L’impression de vivre en suspens. En attendant un examen, un cycle, un protocole, un résultat. » « Faire le deuil du « bébé couette » est encore très dur. » Emeline, 30 ans « Nous avons 28 et 30 ans, et faire le deuil du « bébé couette » est encore très dur », expose Emeline. « Vous voulez savoir mon ressenti quand on apprend que, à 24 ans, il n’est pas possible de faire un bébé naturellement ? raconte Amélie, atteinte du syndrome des ovaires polykystiques. Un déchirement. Surtout quand nos amies annoncent leur grossesse. La question que l’on se pose, c’est  : « Mais pourquoi moi ? » » peuvent expliquer cette difficulté  : des maladies connues (comme l’endométriose chez la femme ou la varicocèle chez l’homme), le tabac et certains traitements médicamenteux, notamment la chimiothérapie. Mais de jeunes couples, qui n’entrent pas dans ces cases, sont aussi confrontés à des difficultés. « Ce qu’on appelle l’infertilité inexpliquée touche 20% des couples infertiles en France aujourd’hui », souligne Nathalie Un sentiment d’injustice courant. « Il est difficile d’en parler à mon entourage, car beaucoup de mes copines sont mères et tout a été simple pour elles, reconnaît Laura, 31 ans. Impossible de voir des enfants en bas âge, des femmes enceintes. » Face aux déceptions, beaucoup soulignent le soutien qu’elles ont trouvé auprès de leur partenaire. « La PMA me permet aussi d’apprendre à lâcher prise, insiste Sandrine. Surtout, cela m’a permis de voir à quel point mon couple était solide. » Mélanie, 34 ans, se questionne  : « C’est fou comme notre génération peine à faire des enfants [lire ci-dessous]. Le stress de la société actuelle ? » Léa suggère donc de lever le tabou tôt. « Pourquoi ne pas parler de PMA quand on aborde la reproduction en 3 e ? Pour préparer les parents de demain et permettre, peut-être, de déculpabiliser et d’être moins seuls à l’âge de concevoir. » Oihana Gabriel Massin, responsable d’un centre d’assistance médicale à la procréation. Une des explications que l’on avance depuis cinq ans est la baisse drastique de la qualité du sperme. « Dans 90% des cas, on ne trouve pas de cause », soupire la spécialiste. Qui ne nie pas que les perturbateurs endocriniens, présents dans l’alimentation, les produits de beauté ou les emballages pourraient être pointés du doigt. O.G. R. Bouhet/AFP 6 Lundi 16 novembre 2020 Londres « ne changera pas » de position Brexit Les négociations s’annoncent âpres. Après le Brexit, le Royaume-Uni doit garder le contrôle de ses lois, de son commerce et de ses eaux. Le pays ne « changera pas » de position là-dessus, a averti dimanche le négociateur britannique David Frost avant de nouvelles discussions à Bruxelles sur la future relation avec l’UE. Ce nouveau round est considéré comme un des derniers susceptibles d’aboutir à un accord commercial. « Nous pourrions ne pas aboutir », a estimé David Frost. Le Royaume-Uni a quitté l’UE le 31 janvier, mais l’effet du divorce ne se fera sentir que le 1er janvier 2021, à l’issue de la période de transition pendant laquelle il applique les normes européennes. D’ici là, Londres et Bruxelles s’étaient promis de conclure un traité commercial pour limiter les conséquences négatives du Brexit. Les pourparlers butent sur trois sujets  : les garanties réclamées à Londres en matière de concurrence, l’accès des Européens aux eaux britanniques et la manière de régler les différends dans le futur accord.nnu secondes Macron félicite Ouattara pour sa réélection en Côte d’Ivoire. « Je tenais à vous féliciter et vous transmettre ainsi qu’au peuple ivoirien tous mes vœux de succès. » C’est avec ces mots qu’Emmanuel Macron a félicité le président ivoirien, Alassane Ouattara. Dans un courrier daté du 11 novembre et dont l’AFP a eu copie dimanche, le chef de l’Etat encourage son homologue ivoirien à poursuivre le « dialogue » avec l’opposition. Mise en examen pour l’incendie à La Réunion. Un homme a été mis en examen dimanche pour dégradation involontaire ayant provoqué un incendie qui a détruit 175 ha de végétation à La Réunion. Selon des sources proches de l’enquête, c’est en voulant brûler du papier toilette qu’il a déclenché le feu, qui s’est déclaré dans la nuit du 7 au 8 novembre.
ACTUALITÉ Attal travaille ses réseaux Communication Le porte-parole du gouvernement investit les plateformes Web pour sensibiliser les jeunes à la crise sanitaire Création d’un compte Twitch, live Instagram, émission sur Fun Radio… Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a investi ces dernières semaines les canaux d’information privilégiés des jeunes pour tenter de les sensibiliser à la crise sanitaire. « Il y a eu une demande de l’Elysée, du président de la République, de mobiliser le gouvernement « pour parler » aux jeunes, explique à 20 Minutes l’entourage du secrétaire d’Etat. Gabriel Attal a été missionné pour communiquer avec eux afin de faire de la pédagogie. » Pour s’adresser à cette partie de la population, le benjamin du gouvernement a donc investi les grandes plateformes Web. « On a essayé d’adopter une stratégie de communication différente visà-vis de ce public, explique son entourage. Gabriel Attal a créé un compte Twitch, il a aussi sa chaîne YouTube, des comptes Twitter et Facebook, et il a une communication très proactive via son compte Instagram. » « Le gouvernement se comporte comme une vieille marque qui souhaiterait devenir tendance. » Philippe Moreau Chevrolet, enseignant en communication Le porte-parole du gouvernement a également décidé de se tourner vers des influenceurs, aux centaines de milliers d’abonnés. La youtubeuse française Marie Lopez, alias EnjoyPhoenix, connue pour ses tutos beauté, a animé le 1er novembre un live avec Gabriel Attal, axé sur la crise sanitaire. Le direct, sous forme de questions-réponses, a été aux personnels hospitaliers de démontrer un peu plus chaque jour leur engagement sans faille au service de chacun et de tous casden.fr Retmen/Sipa ri VOMI I:§:1 Le secrétaire d’Etat a été « missionné pour « parler aux jeunes » ». vivement critiqué par les internautes. « Organiser ce genre d’opération de communication risque surtout d’attirer des trolls, explique à 20 Minutes Philippe Moreau Chevrolet, enseignant en communication politique à Sciences po. Il ne suffit pas d’être sur les réseaux sociaux pour parler aux jeunes. Il serait plus utile de maîtriser les codes d’Internet plutôt que de faire appel à des influenceurs. On a l’impression que le gouvernement se comporte comme une vieille marque qui souhaiterait devenir tendance. Mais si vous n’avez pas une appétence naturelle pour les réseaux, ça se voit tout de suite et ça provoque un effet de rejet. » Retrouvez-nous chez BANQUE POPULAIRE 7 Lundi 16 novembre 2020 « Nous nous inspirons beaucoup de ce qui se fait aux Etats-Unis, précise le cabinet du porte-parole. Les trois quarts des campagnes se font là-bas sur les réseaux sociaux. » Il reste du chemin à parcourir pour en arriver là en France. « Boris Johnson en Grande-Bretagne, Matteo Salvini en Italie et Donald Trump aux Etats-Unis savent utiliser le langage des réseaux sociaux et parler aux plus jeunes, reprend Philippe Moreau Chevrolet. Les politiques français ne savent pas le faire. Ils considèrent encore la culture numérique, celle des jeunes, comme une sous-culture. Pourtant, aujourd’hui, c’est là que tout se passe. » Hakima Bounemoura La banque coopérative de la Fonction publique CASDEN Banque Populaire – Société Anonyme Coopérative de Banque Populaire à capital variable – Siège social  : 1 bis rue Jean Wiener 77420 Champs-sur-Marne – Siren n°784 275 778 – RCS Meaux – Immatriculation ORIAS n°07 027 138 BPCE – Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 170 384 630 euros – Siège social  : 50, avenue Pierre Mendès France – 75201 Paris Cedex 13 – Siren n°493 455 042 – RCS Paris – Immatriculation ORIAS n°08 045 100 Crédit photo  : Roman Jehanno Conception  : Insign 2020 Réf  : AP Fatoumata 2020 Merci à Fatoumata, aide soignante, d’avoir prêté son visage à notre campagne de communication.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :