20 Minutes France n°3578 16 nov 2020
20 Minutes France n°3578 16 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3578 de 16 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : natalité, pas toujours un jeu d'enfant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
ON FAIT LE POINT « Il nous a fallu remobiliser » Crise Pour la secrétaire d’Etat Sophie Cluzel, préserver l’emploi des personnes en situation de handicap est plus que jamais d’actualité Dans un contexte de crise sanitaire et économique, le chantier est considérable. Les difficultés des personnes en situation de handicap pour accéder à l’emploi risquent de s’aggraver avec la hausse attendue du chômage. Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées, fait le tour des solutions à mettre en œuvre. Le handicap est-il toujours une priorité du quinquennat aujourd’hui ? Plus que jamais ! J’étais en déplacement avec le président de la République début octobre pour réaffirmer haut et fort que les personnes en situation de handicap et leurs aidants sont au cœur de nos politiques publiques. Notre feuille de route est d’autant plus d’actualité au vu de la crise sanitaire économique et sociale. Selon le baromètre 2019 de l’Ifop pour France Handicap, 92% des répondants affirment ne pas avoir confiance dans le gouvernement pour lutter contre la pauvreté des personnes handicapées. Comment inverser cette tendance ? Durant le confinement, à sa sortie et actuellement, le lien avec les associations est continu. Depuis le 14 mars, je les réunis tous les quinze jours en visio pour être le plus réactive possible aux besoins des personnes en situation de handicap. Mon action s’est traduite par une série de mesures importantes, notamment pendant le N. Messyasz/Sipa « Nous avons consacré 100 millions d’euros à l’aide au recrutement. » confinement avec les dérogations de sortie, ou l’accompagnement financier des Esat [Etablissement et service d’aide par le travail], qui a permis un maintien de revenus pour les personnes et les structures. Aussi, j’ai veillé à protéger les personnes et les familles, pour que la crise sanitaire ne se double pas de nouvelles difficultés  : tous les droits au sein des maisons départementales des personnes handicapées ont été prorogés, sur tout le territoire. Même si j’ai conscience que ça reste une période difficile pour tous. Le taux de chômage chez les personnes en situation de handicap reste deux fois plus élevé que pour le reste de la population. Quelles sont les mesures pour y remédier ? Nous avons déjà déployé différentes solutions qui portaient des résultats encourageants, puisqu’en décembre nous étions passés sous la barre des 500 000 chômeurs en situation de handicap. Mais il y a eu la crise. J’ai donc remobilisé les organisations syndicales et patronales, ainsi que tous les institutionnels qui accompagnent les employeurs. Nous avons recontacté les entreprises qui avaient signé le « manifeste inclusion » pour leur rappeler leurs engagements. Nous avons consacré 100 millions L’actualité du handicap se lit sur 20minutes.fr A l’occasion de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH), du 16 au 22 novembre à l’initiative de l’Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées (Ladapt), retrouvez toute l’actualité du handicap et de l’inclusion sur  : www.20minutes.fr/economie/emploi Selon la secrétaire d’Etat, il faut rappeler aux entreprises leurs obligations. d’euros à l’aide au recrutement d’une personne en situation de handicap, soit 4 000 € à l’employeur s’il signe un CDD de plus de trois mois, ou un CDI entre maintenant et fin février 2021, « Le handicap, il faut en parler, car les leviers existent pour réussir. » avec une qualification jusqu’à deux fois le Smic. Sur cette aide et celle à l’apprentissage qui va jusqu’à 8 000 € , j’ai fait supprimer la limite d’âge. Ces personnes pourront également bénéficier du dispositif d’emploi accompagné, c’est-à-dire des services de job coachs qui accompagnent dans le temps les entreprises employant des personnes avec une déficience mentale, notamment. C’est un appui gratuit pour les entreprises. Le handicap, il faut en parler, car les leviers existent pour réussir. La loi handicap oblige les entreprises à compter dans leurs effectifs 6% de personnes handicapées. Comment y parvenir ? Ça avance, pas assez vite bien sûr, mais ça avance. L’Agefiph [Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées] frappe à la porte de certaines entreprises pour évaluer la meilleure façon de les accompagner, et pour leur expliquer que c’est simple. Propos recueillis par Marie de Fournas minutes 2 Novembre 2020 SOMMAIRE Un levier d’égalité Les technologies au service du handicap deviennent un secteur à part entière P.3 Tétraplégique, il remarche grâce à un exosquelette développé à Grenoble P.4 Une école d’ingénieurs se mobilise en faveur de l’innovation inclusive P.6 La HandiTech prend ses quartiers au sein de la Station F, à Paris P.8 Vecteur d’accessibilité, le télétravail est aussi motif d’inquiétude P.10 Engagés Reportage chez Tech’air et ses employés plus mobilisés que jamais P.11 A la découverte de La vie est Belt, entreprise à impact triplement positif P.14 La France accueille ses premières aires de jeu accessibles à tous P.15 En société Dix preuves que le jeu vidéo gagne en accessibilité P.16 Timothée Adolphe vainqueur sur les pistes de course... Et les pistes musicales P.18 La famille ordinaire de l’extraordinaire Marcel, atteint de trisomie 21 P.19 1er quotidien français avec 3, 3 millions de lecteurs par jour 25,4 millions d’utilisateurs par mois (ACPM ONE Next et One Next Global 2020 V2) 24-26, rue du Cotentin, CS 23110, 75732 Paris Cedex 15 E-mail  : info@20minutes.fr Tél.  : 01 53 26 65 65 Fax  : 01 53 26 65 10 Edité par 20 Minutes France, SAS au capital de 5 776 544 € , RCS Paris 438 049 843 Actionnaires  : Société d’investissements et de participations (Sipa), Rossel France Investissement Président, directeur de la publication  : Frédéric Daruty Impression  : News Print 20 Minutes France, 2020. Dépôt légal  : à parution N os ISSN en cours
UN LEVIER D’ÉGALITÉ La HandiTech passe à l’attaque Economie Le monde de la tech a encore une marge de manœuvre importante pour innover en matière d’aide au handicap Toujours le même exemple. Avant de conquérir le monde, la télécommande et les assistants vocaux ont été inventés pour répondre aux besoins de personnes en situation de handicap. Mais qui pour leur succéder en 2020 ? Entre les nouvelles technologies et l’accessibilité, il y a un marché qui continue de se chercher, ou qui commence justement à se trouver. « Beaucoup d’entrepreneurs veulent s’investir dans ce domaine. » Carla Sinacori, Jobinlive Pour Carla Sinacori, marketing project manager de JobinLive – organisateur du Handitech Trophy et cofondateur de l’association La HandiTech –, il est clair que ce secteur prend de l’ampleur  : « Cette année, au HandiTech Trophy [qui récompense des technologies vouées à alléger le handicap ou la perte d’autonomie], 202 nouveaux projets ont été déposés, soit un taux de renouvellement de 70%. Cela signifie que beaucoup d’entrepreneurs veulent s’investir dans ce domaine. » Un engouement Un tableau de bord portable donne des indications sonores au pilote. Handitech Trophy 2019/JobinLive Les Mirauds Volants Amaury Ciurana (au centre) a reçu une distinction pour EnoSkelet lors de l’édition 2019 du HandiTech Trophy. qu’elle explique par les politiques « qui prennent de plus en plus en compte les notions d’accessibilité et d’inclusion. Ce n’est pas seulement les personnes en situation de handicap qui ont besoin de solutions, mais les entreprises, les hôpitaux, les écoles… » Amaury Ciurana est un ingénieur tout juste diplômé et fondateur d’EnoSkelet. Son but ? Fabriquer « un exosquelette pour aider les personnes atteintes de handicap moteur, et notamment les enfants, à mieux marcher ». De son côté, Rudi Gombauld est le cofondateur de Kurage, une entreprise née après un drame  : « Un jour, Vance Bergeron, chercheur au CNRS, est devenu tétraplégique après avoir été renversé par une voiture. Pour continuer à faire du sport, il a développé le contrôle neuromusculaire par électrostimulation, qui vient remplacer la connexion coupée avec le cerveau. » Aujourd’hui, Kurage développe des vélos et des rameurs pour tétraplégiques, mais pas seulement  : « Nos produits sont mixtes à l’utilisation, pour les gens sans mobilité, pour des personnes âgées ou malades qui veulent maintenir un mouvement, et pour des valides. » Se diversifier pour croître, voilà peut-être la voie que devra suivre le marché de la HandiTech. Comme quoi l’exemple de la télécommande reste d’actualité. Antoine Magallon Les malvoyants tiennent le manche Patrice Radiguet est malvoyant. Pourtant, ce fan d’aviation a déjà « plus de 600 heures de vol » à son actif. Pas sur le siège passager, aux commandes. Par quel prodige ? En grande partie grâce au Soundflyer. Développé par Thales en 2002, ce tableau de bord portable offre la possibilité au pilote, via des indications sonores et vocales, de connaître la vitesse de l’appareil, les variations d’assiette, le cap ou encore l’altitude. Pour faire simple, Patrice Radiguet vole à l’oreille. « Bien sûr, nous avons besoin d’une paire d’yeux valide à côté, car si le ciel est un grand espace de liberté, nous y sommes rarement seuls, explique le pilote. Les autres pilotes, les parachutistes, les oiseaux… Nous ne pouvons pas appréhender ça. Ensuite, notre choix a été d’équiper le pilote sans toucher aux avions, ce qui bloque l’accès aux infos propres à l’appareil, comme les niveaux de carburant. Mais tout le reste, on peut le faire. » Et Patrice Radiguet n’est pas seul. Les Mirauds volants, ces membres de l’association du même nom qu’il préside, goûtent aux plaisirs du ciel partout en France. « Au total, 190 pilotes ont décollé depuis nos débuts. » Seul nuage à l’horizon, SyNext, la startup qui avait pris la suite de Thales et développé le Soundflyer 2, a fermé en 2019. Les Mirauds volants sont depuis à la recherche « d’un partenaire technique » pour les aider à voler toujours plus haut. A.M. 3 Novembre 2020 Un marché trop petit pour marcher ? Si de plus en plus d’entreprises investissent le domaine de la tech lié au handicap, certaines technologies restent peu ou difficilement accessibles. « Le souci, c’est la taille du marché, explique Benoît Lathiere, blogueur et spécialiste du sujet. Une solution pour un handicap ne conviendra pas pour un autre, c’est très fragmenté. Les entreprises qui dépensent beaucoup en recherche et développement (R&D) doivent ensuite rentabiliser leur invention. Donc soit, comme c’est le cas des exosquelettes, le prix de vente est très haut, soit vous misez sur un produit à faible coût de revient, comme les applications mobiles. » Dix ans d’évolution Un constat que rejoint Amaury Ciurana, le CEO d’EnoSkelet  : « Dans notre domaine, il a fallu vraiment dix ans pour que la technologie soit stable et mature, mais les boîtes qui se lancent aujourd’hui bénéficient du travail de celles qui les ont précédées. Les coûts de R&D seront donc moins importants. » Pourtant, à ce jour, le marché reste confidentiel. En 2018, on parlait de 7 000 exosquelettes vendus à travers le monde. « Aujourd’hui, un spécimen complet, c’est environ 100 000 € , non remboursés par la Sécu. Donc seuls les centres hospitaliers de rééducation et les férus d’innovation en ont un. » A.M.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :