20 Minutes France n°3576 10 nov 2020
20 Minutes France n°3576 10 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3576 de 10 nov 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : vacciner, c'est gagné ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ACTUALITÉnnCu secondes Le reconfinement menace le secteur du jouet. Le marché du jouet risque d’être privé de 770 millions d’euros de ventes si les magasins ne peuvent rouvrir avant les fêtes de fin d’année, estime une étude de NPD Group publiée lundi. Selon ce cabinet, le secteur du jouet réalise 48% de ses ventes annuelles en novembre et décembre. 4 Mardi 10 novembre 2020 Les profs de collège en rangs serrés Covid-19 Un appel à la grève ce mardi a été lancé pour demander de nouvelles mesures Face à l’aggravation de l’épidémie de Covid-19, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a annoncé la semaine passée un nouveau renforcement du protocole sanitaire au lycée, en encourageant les cours à distance. L’annonce a été saluée par les syndicats d’enseignants, mais le Snes-FSU et le Snalc ont maintenu l’appel à la « grève sanitaire » pour ce mardi dans le premier et le second degré. Notamment pour demander qu’un renforcement des mesures soit aussi adopté dans les collèges, car les enseignants ne s’estiment pas en sécurité. Pour Jean- Michel Blanquer, hors de question de renvoyer les collégiens chez eux. Mais, pour Jean-Michel Blanquer, hors de question de renvoyer les collégiens une partie du temps chez eux pour suivre des enseignements à distance, comme c’est le cas au lycée. Au collège, il est « plus facile » de maintenir les élèves dans une seule classe, car ils n’ont pas d’enseignements de spécialité, a-t-il justifié vendredi sur RTL. Par ailleurs, la densité des collèges est « en général moins forte » que celle des lycées. Ce qu’observe Philippe Vincent, secrétaire général du SNPDEN, le principal syndicat des chefs d’établissement  : « Au collège, les élèves sont en moyenne 26 par classe, contre 30 au lycée, parfois 35. » Si le ministre a indiqué vendredi que 3 528 élèves ont été testés positifs au Covid-19 lors des quatre jours précédents, il n’a pas fait le distinguo par P.Dannic/Sipa (illustration) Mille places supplémentaires en prépa Egalité des chances « Nous voulons que la fonction publique puisse redevenir l’escalier social. » L’Assemblée nationale a donné lundi son feu vert à la création de 1000 places supplémentaires en classes préparatoires pour de futurs fonctionnaires d’origine modeste. Le nombre de places dans ces classes intégrées aux écoles de service public va passer de 700 à 1 700 en septembre, a indiqué la ministre de la Fonction Certains enseignants ne s’estiment pas en sécurité au collège face à l’épidémie de Covid-19. niveau. Interrogé par 20 Minutes, le ministère de l’Education déclare ne pas disposer des chiffres de contaminations au collège. Or, dans sa note du 26 octobre, le conseil scientifique ne fait pas de différence entre les collégiens et les lycéens en matière de contagiosité  : « Les adolescents de 12 à 18 ans semblent avoir la même susceptibilité au virus. » Des voix réclament un allégement des programmes au collège. « Il faut adapter les attendus de fin d’année pour s’adapter à une année exceptionnelle », demande le Sgen-CFDT. La question d’une modification des épreuves du brevet, pour prendre en compte le fait que les collégiens n’ont pas eu le temps d’aborder tout le programme en raison du retard pris en début d’année pour réviser des notions, se pose aussi. Reste à savoir si la pression va augmenter dans les prochains jours dans les collèges et pousser le ministre à changer de braquet à nouveau. Delphine Bancaud publique, Amélie de Montchalin. Les élèves y bénéficient d’une « allocation pour la diversité », dont le montant va être doublé, passant à 4 000 € annuels. A terme, « il faut que ces formations soient diplômantes », a souligné la ministre, à l’occasion de l’examen des crédits 2021 pour la fonction publique. Actuellement, 27 classes préparatoires intégrées existent sur le territoire, préparant aux concours de catégories A et B. « L’école à la maison » redoutée par les parents d’élèves Ils pensaient que la rentrée de septembre signifierait un retour à une scolarité normale pour leurs enfants. Aujourd’hui, les parents d’élèves déchantent. Ils craignent que le scénario du semi-distanciel ne se produise. « Après le passage des lycées à l’accueil en demi-groupes ou par niveau, l’école et le collège sont en sursis, lance Rodrigo Arenas, le coprésident de la première fédération des parents d’élèves du public, la FCPE. Or aucun parent n’a envie de connaître à nouveau le cauchemar de l’école à la maison. » Mauvais souvenirs de mars Le premier confinement de mars, avec la continuité pédagogique en ligne, a eu des effets négatifs. « Certains élèves ont dû travailler sur un téléphone portable, souligne Gilles Demarquet, porte-parole de la principale association de parents d’élèves du privé, l’Apel. Leur année scolaire a été sacrément perturbée. » La publication, lundi, des résultats des évaluations de début d’année, qui montre que le confinement a pesé sur les résultats des élèves de CP et CE1, apporte d’ailleurs de l’eau au moulin des fédérations de parents d’élèves. Contrairement au premier confinement, davantage de parents travaillent aujourd’hui. « Or les parents ne voudront pas laisser leurs enfants de 6 e seuls à la maison, anticipe Gilles Demarquet. Si une partie de la scolarité des collégiens se passait à distance, cela aurait un fort impact sur la capacité des parents à se rendre à leur travail. » Des arguments auxquels le gouvernement est forcément sensible à l’heure où nombre d’entreprises sont en difficulté. D.B. L’Azerbaïdjan reconnaît avoir abattu un hélicoptère russe. Lundi, l’Azerbaïdjan a reconnu avoir abattu par erreur un hélicoptère russe en Arménie, le jour même. L’Etat a présenté ses excuses pour cet « incident tragique », expliquant qu’une unité de l’armée avait cru à « des provocations de la partie arménienne » dans le conflit pour le Haut-Karabakh.
ACTUALITÉ Vaccin Pfizer et BioNTech ont annoncé lundi que leur produit contre le Covid-19 serait efficace à 90% C’est la nouvelle que tout le monde attendait. Un vaccin développé conjointement par Pfizer (Etats-Unis) et BioNTech (Allemagne) serait « efficace » à 90% pour prévenir les infections à S ARS-CoV-2, selon l’essai à grande échelle de phase 3 en cours, dernière étape avant une demande d’homologation, ont annoncé ce lundi les deux laboratoires. Mais cette annonce signifie-t-elle que le vaccin est suffisamment efficace et sans risque ? V Sur quels éléments Pfizer se fondet-il ? Le laboratoire Pfizer a commencé son « essai clinique de phase 3 le 27 juillet et recruté une cohorte de 43 538 volontaires ». Les participants ont été répartis en deux groupes  : l’un recevant le vaccin en deux injections et l’autre, un placebo. Selon le laboratoire américain, la protection des patients a été Les places européennes ont terminé en très forte hausse, lundi.C. Moya/Sipa (illustration) Les cours des Bourses en pic « Enorme. » Les Bourses mondiales exultaient lundi. Les places européennes ont terminé en très forte hausse après l’annonce de Pfizer et BioNTech. Paris (+ 7,57%), Londres (+ 4,67%) et Milan (+ 5,43%) ont affiché leur meilleure performance en une séance depuis mars. Wall Street était pour sa part sur la voie de nouveaux records à la mi-séance, le Dow Jones décollant de 4,20%. L’action Pfizer s’envolait de 9,41% en fin d’après-midi aux Etats-Unis. Un traitement contre le Covid-19 est très attendu par les marchés, car sa diffusion permettrait de limiter les conséquences économiques liées aux restrictions pour freiner la propagation du virus. « Cette nouvelle est énorme, on l’attend depuis très longtemps ! », s’est enthousiasmé Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance, interrogé à Paris après l’annonce des laboratoires. Zoom en chute libre L’annonce de Pfizer et BioNTech a surtout profité aux secteurs les plus affectés par les mesures de restrictions aux activités, comme le voyage, l’aéronautique et les banques. La nouvelle a ainsi fait faire des bonds supersoniques à Airbus (+18,5%) ou Rolls- Royce (+43%). A contrario, un coup de massue s’est abattu sur les entreprises qui avaient profité des mesures de confinement. Un symbole  : l’action de Zoom Video, spécialiste des visioconférences, chutait à Wall Street de plus de 13%. 5 Mardi 10 novembre 2020 Dose d’espoir et questions qui piquent « Tant qu’aucune donnée n’a été analysée par des experts, il n’y a rien. » Daniel Floret, Commission technique des vaccinations obtenue sept jours après l’injection de la deuxième dose du vaccin, et vingthuit jours après la première. Le « taux d’efficacité vaccinale de plus de 90% » Fotoarena/Sipa Selon le laboratoire Pfizer, la protection des patients a été obtenue vingt-huit jours après la première injection. a été mesuré en comparant le nombre de participants infectés par le coronavirus dans le groupe qui a reçu le vaccin et dans celui sous placebo, expliquent Pfizer et BioNTech lundi. Ces résultats fournissent « la preuve initiale de la capacité de notre vaccin à prévenir le Covid-19 », a déclaré le président-directeur général de Pfizer, Albert Bourla, dans un communiqué. V Comment l’annonce est-elle accueillie par la communauté scientifique ? Si l’annonce est porteuse d’espoir, la communauté scientifique attend des données complémentaires sur les essais menés. « Ce serait une très bonne nouvelle, mais il faut attendre d’avoir des chiffres précis et des données détaillées, indique à 20 Minutes le P r Daniel Floret, vice-président de la Commission technique des vaccinations, rattachée à la Haute Autorité de santé. Le vaccin est-il efficace pour prévenir la maladie, la transmission de l’infection ? S’il est efficace, est-il sûr et sans effets secondaires ? Pour l’heure, tant qu’aucune donnée n’a été publiée et analysée par des experts indépendants, il n’y a rien. Il faut être prudent. » V Quand le vaccin pourrait-il être disponible ? Pour l’heure, « Pfizer et BioNTech accumulent des données de sécurité » jusqu’à « deux mois après la deuxième dose du candidat vaccin », selon les directives de l’agence américaine du médicament, en vue d’une potentielle autorisation d’utilisation en urgence du vaccin. Des données qui devraient être disponibles « d’ici à la troisième semaine de novembre », précise le géant de l’industrie pharmaceutique. « Vraisemblablement, il n’y aura pas qu’un vaccin mais plusieurs, probablement au second semestre 2021, rassure le P r Floret. Mais il faut avoir conscience que l’on ne pourra pas vacciner la population mondiale en quelques mois. » De son côté, la Commission européenne a conclu en septembre un accord préliminaire avec BioNTech et Pfizer pour précommander 300 millions de doses de leur potentiel vaccin. Anissa Boumediene L’épidémie « devant nous » « Le pic de l’épidémie est devant nous, la deuxième vague progresse toujours », a prévenu le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, lundi. Il a toutefois observé « une progression plus lente » de l’épidémie « partout où ont été appliquées des mesures de freinage précoce, en particulier le couvre-feu ». « C’est encourageant et cela nous incite à continuer collectivement nos efforts », a-t-il ajouté. Le bilan total des morts depuis le début de l’épidémie a été porté en France à 40 987 lundi, a annoncé Jérôme Salomon  : « La France est le quatrième pays au monde en nombre de cas. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :